Dramatica

DRAMATICA : LA THÉORIE EXPLIQUÉE (103)

Retrouvez le sommaire de tous les articles sur cette page :
DRAMATICA : LA THÉORIE EXPLIQUÉE

CHAPITRE 21

STORYTELLING ET DYNAMIQUES DE PERSONNAGES
L’impact sur le lecteur

Pour Dramatica, il y a 8 questions essentielles. Y répondre peut faire d’une idée tout à fait embryonnaire, une histoire à part entière.

Quatre de ces questions interrogent le personnage (habituellement le principal) et quatre autres se réfèrent à l’intrigue globale (Overall Plot que l’on peut considérer comme l’intrigue principale).

Saisies dans leur ensemble, les réponses données permettent de rendre sensible un sentiment qui appartient en propre à l’histoire et l’effet que celui-ci aura sur le lecteur.

Le concept de Dynamics

Définissons d’abord ce que Dramatica entend par force dynamique ou Dynamics :

Dynamics désigne les forces dramatiques qui détermineront le devenir d’une histoire (puisqu’une histoire est une œuvre accomplie, on ne peut nier qu’elle est déterminée).

La force vitale d’une histoire puise son énergie d’une part de la structure qui représente le potentiel dramatique qui existe déjà dans le personnage, l’intrigue et le thème au début de l’histoire.
Puis d’autre part par les forces dynamiques qui agiront sur le potentiel dramatique pour faire évoluer les relations entre les personnages, changer le cours de l’intrigue et développer le thème au fur et à mesure que l’histoire avance.

Pour Dramatica, les choix de l’auteur entre des forces alternatives comme Success ou Failure ou encore Change ou Steadfast déterminent les forces dynamiques qui agiront au cours de l’histoire.

Success ou Failure

En cas de Failure, l’objectif original n’est pas atteint.
Notez que l’objectif original tel qu’énoncé au début de l’histoire peut avoir changé en cours de route. Le véritable objectif est ce que Dramatica nomme le Story Goal). La ligne dramatique (Throughlines) de l’Objective Story Throughline qui entre dans le Grand Argument Story a en son sein un résultat souhaité qui sera recherché.

Au dénouement, les personnages atteindront ce résultat (Success) ou échoueront (Failure). Les raisons qui mènent à cette Failure (à cet échec) ne sont pas forcément mauvaises en soi.
En effet, dans leur quête de parvenir à ce résultat, les personnages peuvent décider que de vouloir ce résultat était une erreur. Seule l’expérience de leur aventure leur a permis d’ouvrir les yeux.

Au cours de leur aventure, ils peuvent aussi apprendre (un second acte est souvent le moment de l’apprentissage) que d’accomplir ce résultat sur lequel ils sont arc-boutés depuis le début de l’histoire nuira à la communauté et ils préfèrent y renoncer (le renoncement est peut-être une Failure. Il est malgré tout l’expression d’une liberté).

Quelle que soit la raison, qu’elle soit noble ou le fait d’une incapacité, si le résultat souhaité au début de l’histoire n’est pas atteint, l’histoire se termine en Failure.

Change ou Steadfast

Steadfast indique que le personnage principal aura conservé sa nature essentielle entre le début et la fin de l’histoire. Selon Dramatica, un personnage peut être défini selon un élément qui le caractérise. Cet élément est selon le vocabulaire de Dramatica une variation d’un type précis relevant d’une classe précise (16 types et 4 variations par type soit 64 éléments de caractérisation).
Je vous renvoie aux articles 33 à 48 pour une explication de ces variations.

Le personnage principal représente un élément de caractérisation spécial : le Crucial Element. Ce Crucial Element (ou élément décisif) est soit la cause du problème de l’histoire, soit sa solution.
Le personnage principal ne peut pas vraiment être sûr s’il a compris le problème ou s’il en détient la solution parce que cela le touche de trop près.

Un notion importante chez Dramatica est le moment où le personnage principal connaît un Leap of Faith.
Leap of Faith se traduit normalement par acte de foi, saut dans l’inconnu ou encore pari sur l’avenir.

Voici comment Dramatica le définit :
Juste avant le climax (qui précède le dénouement), le personnage principal doit choisir consciemment entre changer (Change) ou demeurer ce qu’il est (Steadfast) c’est-à-dire tel que nous l’avons connu lorsqu’il nous fut introduit au début de l’histoire.

Le souci pour lui est qu’il n’a aucun moyen de savoir avec certitude ce qui serait le mieux pour lui, c’est-à-dire si son choix lui permettra d’atteindre son objectif ou bien de résoudre son problème personnel.

Aucun personnage principal ne peut être certain qu’il réussira tant que l’histoire n’est pas terminée. Jusqu’au dénouement, le personnage principal bénéficie toujours de l’opportunité de changer son approche ou son attitude.

Par exemple, il peut être amené à comprendre que ce qu’il pensait être la vraie source du problème ne l’est pas en fait. Il pourrait aussi reconsidérer sa motivation à essayer de le résoudre soit qu’il abandonne ou bien qu’il multiplie ses efforts.
Il n’a vraiment aucun moyen de savoir avec certitude quelle est la voie qui peut le mener au succès.

Néanmoins, lorsque ces hypothèses se resserrent vers ce moment du climax, ou plus généralement ce moment de vérité (très proche du concept d’anagnorisis, d’ailleurs), lorsque le personnage principal a l’ultime opportunité de maintenir son approche ou son attitude ou bien de changer l’un ou l’autre ou les deux à la fois, ce sera un Leap of faith.

Après ce moment de vérité, nous verrons sa conclusion, savoir s’il a fait ou non le bon choix.
Cela est véritablement un acte de foi parce que le personnage principal doit choisir et qu’il doit assumer la responsabilité de cet engagement qui est véritablement un saut dans l’inconnu avec une croyance aveugle en un résultat favorable ou bien une résignation face à un résultat manifestement malheureux.

La dynamique du personnage

Structure et forces dynamiques (Dynamics) sont toutes deux à l’œuvre chez les personnages.
Les relations structurelles s’aperçoivent le plus facilement chez les personnages objectifs qui servent à illustrer des relations dramatiques déterminées qui définissent à leur tour les potentiels dramatiques à l’œuvre dans l’histoire. Nous les observons depuis un point de vue objectif.

Pour un rappel des personnages objectifs, je vous renvoie au CHAPITRE 4 : LES PERSONNAGES OBJECTIFS et au CHAPITRE 5 : LES FONCTIONS DES PERSONNAGES OBJECTIFS.

Les relations dramatiques déterminées sont par exemple celles qui existent entre le protagoniste et l’antagoniste. Cette relation singulière entre ces deux archétypes (au sens de Dramatica) possède en elle-même un potentiel dramatique qui ne demande qu’à être déployé.

Le point de vue objectif se différencie du point de vue subjectif comme étant une vue d’ensemble de l’histoire alors que la subjectivité du personnage principal est ce qui permet de percevoir (ou de recevoir) l’histoire selon le regard du personnage principal.

Les relations dynamiques s’aperçoivent chez les personnages subjectifs qui servent à illustrer l’évolution à la fois en eux-mêmes et dans leurs relations tout au long de l’histoire.

Pour un rappel des personnages subjectifs, je vous renvoie au CHAPITRE 10 : LES PERSONNAGES SUBJECTIFS

Les personnages subjectifs sont mieux décrits par les forces qui les poussent à agir plutôt que par les caractéristiques qu’ils arborent. C’est chez le personnage principal (je rappelle que Dramatica distingue protagoniste (personnage objectif) et personnage principal (personnage subjectif)) que les forces dramatiques sont les plus évidentes et les plus parlantes.

Il existe 4 Dynamics qui déterminent la nature de l’effort de résolution de problèmes du personnage principal. Ces quatre Dynamics dédiées au personnage principal spécifient la forme que prendra l’évolution de ce personnage au cours de l’histoire.

Voyons quelles sont ces Dynamics essentielles au personnage et leur impact sur l’histoire :

Main Character Resolve

Cette force dynamique est l’ultime décision du personnage principal à changer ou à rester lui-même (Change ou bien Steadfast).

Il existe deux manières majeures par lesquelles un auteur peut illustrer la façon de résoudre le problème exploré dans l’histoire : l’une d’entre elles consiste à démontrer la meilleure façon de procéder pour résoudre le problème et la seconde est de faire la démonstration de la mauvaise manière de faire.

Resolve est la détermination, la volonté du personnage principal à agir dans un sens ou dans l’autre.
Si l’intention de l’auteur est d’illustrer la bonne manière de faire, alors le personnage principal doit s’accrocher à sa volonté, rester ferme dans son action (donc Steadfast) parce qu’il est vraiment sur le droit chemin (même s’il lui arrive de douter).

S’il s’agit d’illustrer un moyen inapproprié dans l’approche de la résolution du problème alors le personnage principal doit changer parce qu’il s’y prend vraiment mal. Et il doit changer (Change) s’il veut réussir.

Resolve : Change ou bien Steadfast ?

Dans notre article DRAMATICA : LA THÉORIE EXPLIQUÉE (76), vous pouvez avoir aussi quelques explications sur cette force dynamique Resolve.

La première des forces dynamiques essentielles liées au personnage principal est de savoir s’il sera une personne différente à la fin de l’histoire.
Selon la perspective de l’auteur, choisir entre Change ou Steadfast permet d’établir la nature de l’argument qu’il avancera sur l’effort fourni pour résoudre le problème de l’histoire.

Certes, réussir (Success) n’est pas le seul aboutissement qui puisse advenir au personnage principal.
Une autre façon d’illustrer qu’une certaine approche pouvait gérer le problème serait que le personnage principal change (Change) sa manière de faire et échoue.

De manière similaire, la mauvaise manière pourrait être illustrée avec un personnage principal qui ne change pas (Steadfast) et échoue.

Nous pouvons déduire que Change ou Steadfast n’ont absolument rien à voir avec le fait d’avoir raison ou non. Cela décrit simplement si le personnage principal est déterminé à suivre la voie qu’il s’est tracé ou s’il se convainc lui-même d’adopter une tactique ou une stratégie différentes.

Ce n’est pas parce qu’un personnage principal doit rester Steadfast qu’il ne peut considérer changer. En fait, c’est une tentation à laquelle il est constamment soumis.
Doit-il abandonner ou modifier son approche face à une opposition de plus en plus pressante ?

Il se peut aussi que malgré les difficultés et les souffrances du personnage principal qui reste lui-même (Steadfast), le lecteur pourrait ne pas vouloir le voir réussir.
Pour la simple raison que de rester inflexible, inébranlable malgré l’adversité ne signifie pas pour autant que l’on ait raison.

Si l’auteur montre que son personnage principal est bien malavisé dans ses décisions et pourtant ne change pas d’un iota (Steadfast), le lecteur pourrait être même amené à espérer son échec.

De manière similaire, un personnage principal qui change (Change) ne signifie pas qu’il est une girouette. En fait, dans la plupart des cas (si ce n’est tous), le personnage principal résistera au changement.

Du moins, jusqu’au moment de vérité (Leap of faith) où il doit choisir une fois pour toute de continuer sur le chemin qu’il a suivi jusqu’à présent ou bien d’emprunter un chemin inédit en acceptant le changement en lui-même ou de son point de vue sur le monde.

En suivant la voie qui est la sienne depuis le début de l’histoire (Steadfast), le personnage principal a acquis un certain nombre d’avantages qu’il soit sur le bon ou le mauvais chemin (effectivement, s’il ne tirait pas quelques bénéfices à agir de la sorte, il aurait changé sa façon de faire les choses).

Le lecteur se surprendra à espérer qu’il réussisse à la condition toutefois qu’il était sur le mauvais chemin et qu’il change (même si cela signifie pour le personnage principal de perdre tous les avantages acquis).

Par contre, s’il ne change pas, le lecteur souhaitera le voir perdre tous les avantages que le personnage principal pensait lui revenir légitimement de droit.

Le choix entre Change ou Steadfast a un effet important sur les forces dynamiques de l’histoire. Des choses comme la relation entre les lignes dramatiques Objective Story Throughline et Subjective Story Throughline sont concernées ainsi que l’ordre d’exploration des contenus thématiques.

Ces éléments dramatiques sont ajustés pour créer et supporter cette ultime décision du personnage principal qu’il change (Change) ou poursuit sur sa lancée (Steadfast).

Concernant les lignes dramatiques, je vous conseille la lecture de nos articles :

  1. COMPLETE STORY & DRAMATICA
  2. DRAMATICA THROUGHLINES

Et pour la notion de contenus thématiques (ou Thematic Points – Contenants thématiques), je vous renvoie à

  1. DRAMATICA : LA THÉORIE EXPLIQUÉE (71)
  2. DRAMATICA : LA THÉORIE EXPLIQUÉE (72)
Main Character Resolve : quelques exemples

Change : Hamlet dans Hamlet – Frank Galvin dans Le verdict – Rick dans Casablanca – Michael Corleone dans Le parrainScrooge dans Un chant de Noël ou encore Nora dans Une maison de poupée

Vous pourriez être intéressé aussi par la lecture de ET LE PERSONNAGE PRINCIPAL CHANGE

Steadfast : Laura Wingfield dans La ménagerie de verre – Jake Gittes dans Chinatown – Clarice Starling dans Le silence des agneaux – Job dans la Bible

Main Character Direction

La seconde question essentielle décide de la direction de l’évolution du personnage principal. Que le personnage principal change sa nature (Change) ou bien reste lui-même (Steadfast), il ne cessera d’évoluer au cours de l’histoire parce qu’il développe de nouvelles compétences, de nouvelles aptitudes, acquiert des connaissances. Il apprend de ses tribulations.

Cette évolution possède une orientation.

L’évolution du personnage principal avec une Main Character Resolve réglée sur Change

D’abord, il faut comprendre que Change ou Steadfast sont décidés par l’auteur au moment de la création de son personnage.
Main Character Resolve désigne un attribut qui est en quelque sorte dans les gènes de son personnage.

Avant de continuer la lecture, je vous conseille de relire le CHAPITRE 11 de la théorie Dramatica RESOLUTION DE PROBLÈME ET JUSTIFICATION :

  1. DRAMATICA : LA THEORIE EXPLIQUEE (25)
  2. DRAMATICA : LA THEORIE EXPLIQUEE (26)
  3. DRAMATICA : LA THEORIE EXPLIQUEE (27)
  4. DRAMATICA : LA THEORIE EXPLIQUEE (28)
  5. DRAMATICA : LA THEORIE EXPLIQUEE (29)
Définissons d’abord deux notions : Start et Stop

Start : Concernant le personnage principal, le lecteur est dans l’attente que quelque chose débute.
La nature de l’évolution du personnage principal a toujours une orientation. Start tout comme Stop désigne la nature de cette orientation.

Stop : Concernant le personnage principal, le lecteur est dans l’attente que quelque chose se termine.

Un personnage principal avec une Main Character Resolve de Change arrive dans l’histoire avec un bagage préexistant sous la forme de justifications qui aveuglent ce personnage sur la nature de son problème personnel (comme s’il avait monté des murs à l’intérieur de lui  entourant son problème et lui bloquant la vue).

Pour Dramatica, ce bagage préexistant est le véritable problème du personnage principal.
Michael Hauge le nomme blessure (lire notre article LA BLESSURE DU HEROS AU GRAND JOUR).

Christopher Vogler le nomme problème interne. Pour Robert McKee, il s’agit d’un désir inconscient.

Syd Field, quant à lui, le perçoit comme un cercle vicieux (Circle of Being). C’est-à-dire un événement dans la vie du personnage dont le poids a marqué à vie ce personnage et dont il ne peut s’extraire.
Et pour John Truby, ce bagage (essentiellement émotionnel ou moral) est un besoin.

Je ne saurais trop vous conseiller la lecture de cette série d’articles :

  1. LE PERSONNAGE SELON JOHN TRUBY – PART 1
  2. LE PERSONNAGE SELON JOHN TRUBY – PART 2
  3. LE PERSONNAGE SELON JOHN TRUBY – PART 3
  4. LE PERSONNAGE SELON JOHN TRUBY – PART 4
  5. LE PERSONNAGE SELON JOHN TRUBY – PART 5
  6. LE PERSONNAGE SELON JOHN TRUBY – PART 6
  7. LE PERSONNAGE SELON JOHN TRUBY – PART 7
  8. LE PERSONNAGE SELON JOHN TRUBY – PART 8

Un personnage dont le Main Character Resolve est Change arrive dans l’histoire tel quel, c’est-à-dire qu’il est mûr pour le changement. C’est pour cela que le lecteur est dans l’attente de ce changement parce que le personnage lui est présenté tel quel.

Chaque acte (voir DRAMATICA : LA THÉORIE EXPLIQUÉE (96) pour la signification de actes selon Dramatica) décrit la destruction des justifications qui bloquent la prise de conscience par le personnage principal de son problème personnel.

Ce n’est seulement que lorsque le personnage a suffisamment grandi (de ses expériences ou tribulations) qu’il peut voir au-delà des justifications et reconnaître la véritable nature de son problème personnel et qu’il peut alors altérer fondamentalement sa vision du monde (c’est ce que Change signifie).

Si un personnage a une Main Character Resolve réglée sur Change et une Main Character Direction réglée sur Start, cela signifie concrètement qu’il commence avec un manque d’une caractéristique qui lui est nécessaire.

Si un personnage a une Main Character Resolve réglée sur Change et une Main Character Direction réglée sur Stop, l’évolution consistera pour lui à abandonner une caractéristique qu’il exerce actuellement et qui lui est préjudiciable ou globalement négative.

L’évolution du personnage principal avec une Main Character Resolve réglée sur Steadfast

Le personnage principal qui possède une Main Character Resolve sur Steadfast commence généralement l’histoire de manière équilibrée. Une force extérieure vient alors rompre cet équilibre et le personnage principal répond en s’engageant dans une stratégie de restauration de cet équilibre perdu.

Chaque acte décrit les efforts du personnage principal afin de renforcer sa stratégie (et partant, son engagement) alors que les forces extérieures s’adaptent et évoluent aussi.

Lorsque la motivation du personnage principal à vouloir restaurer l’équilibre a atteint un point limite c’est-à-dire lorsque son engagement correspond à la pression externe maximum pour qu’il change de cap, alors le personnage principal justifiera des décisions qui lui feront prendre conscience que ses efforts n’ont plus lieu d’être (c’est-à-dire son choix initial d’agir pour retrouver l’équilibre).

C’est ainsi qu’il reste ferme dans sa volonté, dans sa détermination qui avaient été mises à mal lors de l’irruption de cette force extérieure qui avait bouleversé l’équilibre.

C’est un peu nébuleux mais continuons les explications.

Lorsque la Main Character Resolve du personnage principal est réglée sur Steadfast et que la Main Character Direction est réglée sur Start, le personnage principal évoluera dans sa détermination à s’accrocher à une force positive extérieure c’est-à-dire une force qu’il ne trouve pas en lui-même mais dans son environnement immédiat. C’est tout le sens de Start : il s’agit de commencer quelque chose.

En effet, que cette force existe chez le personnage lui-même ou qu’il la trouve dans son environnement, le personnage principal doit initier une activité. Ce mouvement décrit la direction que prendra l’évolution du personnage et comme il s’agit de débuter quelque chose, il est qualifié de Start.

Lorsque la Main Character Resolve du personnage principal est réglée sur Steadfast et que sa Main Character Direction est réglée sur Stop, il évoluera dans sa détermination à résister à quelque force extérieure négative pour que finalement cesse cette activité stérile ou vaine ou improductive qui lui est foncièrement préjudiciable.

Comme il s’agit de la cessation d’une activité (que ce soit quelque chose d’extérieur ou chez le personnage lui-même), la Main Character Direction est qualifiée de Stop.

Orientation : Stop ou Start

Donc, l’évolution a une orientation : soit le personnage principal évoluera vers quelque chose (Start) soit il évoluera hors de quelque chose (Stop).

Un personnage principal Change évoluera soit en ajoutant une caractéristique qui lui manque (Start) soit en abandonnant une caractéristique qu’il possède déjà (Stop).
Dans un cas comme dans l’autre, quelque chose dans sa nature est changé. Prenons Ebeneezer Scrooge, par exemple.

Scrooge doit-il changer parce qu’il est avare ou parce qu’il manque de générosité ? Le problème de Scrooge ne s’enracine pas dans sa cupidité active mais dans son manque passif de compassion.
Ce n’est pas qu’il soit sur un mode agressif. Son véritable problème est qu’il ne cherche pas à aider son prochain.

Cette attitude reflète un besoin de commencer quelque chose (Main Character Direction : Start) plutôt que de cesser quelque chose (Main character Direction : Stop).
Cette différence est primordiale pour poser l’objet du conflit afin que cet objet conflictuel puisse supporter l’argument général de l’histoire.

Par contraste, un personnage principal Steadfast n’ajoutera ou ne retranchera aucune caractéristique. Il évoluera soit en tenant bon contre quelque chose de mauvais, attendant que cette chose cesse (Stop). Ou bien il s’accrochera jusqu’à ce que quelque chose commence (Start).

Pour un personnage Steadfast, l’évolution (Growth dans le vocabulaire de Dramatica et cette notion est partie intégrante des forces narratives dynamiques (Dynamics), est davantage une question de degré plutôt que de changement radical.

On pourrait prendre pour exemple un personnage foncièrement égoïste au début de l’histoire qui d’ici la fin de l’histoire devient assurément altruiste en dévouant sa vie au bien d’autrui.
Cela désigne que la Main Character Resolve avait été décidée comme Change dès le processus d’écriture.

Maintenant, si à la suite de ses tribulations dans le cours de l’histoire, ce personnage ne se départit pas de son égoïsme parce que l’auteur a estimé que cela desservirait son propos, le mouvement inhérent à son évolution (car chaque instant présent est différent de l’instant passé) fera qu’à la fin de l’histoire, ce personnage est moins égoïste.

Il est d’un égoïsme moindre que l’auteur ne présente plus comme une caractéristique préjudiciable au personnage mais néanmoins nécessaire à la finalité de l’histoire, au tout (à sa signification) de l’histoire. Ce personnage est alors Steadfast.

Le changement reste toujours une préoccupation pour le personnage Steadfast mais ce changement se manifeste dans l’environnement du personnage non en lui-même.
Inversement, un personnage Change altère son être parce qu’il est influencé par des considérations situationnelles, c’est-à-dire les situations dans lesquelles l’auteur va le jeter et qui modifieront profondément son point de vue sur le monde.

On lit souvent dans la littérature et même dans les pages de Scenar Mag qu’un personnage principal doit changer d’ici la fin de l’histoire comme conséquence de ses expériences, de son vécu principalement au cours de l’acte Deux.

Dramatica nuance cette affirmation. Le personnage principal (car il s’agit essentiellement de lui mais en fait chaque personnage devrait être concerné par ces questions essentielles Resolve et Destination que nous avons vues pour le moment) n’est pas dans l’obligation d’être radicalement différent et ce n’est pas non plus parce qu’une de ses positions dans le monde est identique entre le début et la fin de l’histoire (un peu moins égoïste ou même un peu moins altruiste, par exemple) qu’il n’a pas évolué.

Cette notion Growth comme évolution peut être facilement rapprochée de l’arc dramatique d’un personnage. Lorsqu’il imagine cet arc, l’auteur d’un personnage doit alors considérer si celui-ci est Steadfast ou bien Change ainsi que l’orientation de ce mouvement intrinsèque (inscrit dans la construction du personnage) qui peut être alors qualifiée de Start ou de Stop.

Pour se faire une idée de l’effet de ce que cette force dynamique (Growth) a sur un personnage Change est d’imaginer que l’orientation Stop chez un tel personnage fait de lui un être insatisfait, qui semble être, à tord ou à raison, sous le coup d’une injustice flagrante ou bien encore qui se sent pour une raison ou une autre (comme un trauma dans son enfance, par exemple) inférieur aux autres.
Et cela doit cesser d’où ce concept d’une Main Character Direction orientée sur Stop.

Pour se faire une idée de l’effet de ce que cette force dynamique (Growth) a sur un personnage Change est d’imaginer que l’orientation Start chez un tel personnage décrit un manque (principalement un manque émotionnel comme l’amour). Ce manque est si puissant qu’il en devient un besoin. Et ce besoin doit être impérativement comblé (condition de la réussite ou de l’échec, Success ou Failure, du personnage).
Quelque chose de nouveau doit advenir au personnage d’où le concept de Start.

Si les actions ou les décisions du personnage rendent le problème encore plus compliqué, alors il doit cesser (Stop).
Si le problème devient plus compliqué parce que le personnage ne parvient pas ou néglige de prendre certaines actions ou décisions pourtant évidentes, alors il doit commencer quelque chose (Start).

Bien sûr, du point de vue du personnage (point de vue subjectif), tout ceci, toutes ces perspectives sur son problème sont loin d’être évidentes. Pour qu’elles deviennent claires et distinctes, il lui faut grandir et apprendre.

Le lecteur peut comprendre et éprouver une certaine empathie à observer un personnage incapable de se voir lui-même comme la source de son propre problème (et le lecteur s’identifie d’autant mieux qu’il est peut-être lui-même dans le même cas).
La position du lecteur est cependant privilégiée par rapport au personnage principal parce que le lecteur a aussi une vue objective sur l’histoire, une vue que ne possède pas le personnage principal.

Le lecteur est alors capable de se forger à l’idée que le personnage devrait changer ou non. L’auteur ne peut laisser cependant errer le jugement de son lecteur quant à son personnage. C’est pour cela que Start et Stop prennent de l’importance parce que le jugement du lecteur s’oriente selon les choix de l’auteur et ceux-ci doivent être décidés dès la création du personnage.

Concrètement, si vous souhaitez raconter une histoire à propos de quelqu’un qui apprend qu’il rend (donc depuis un moment déjà) le problème pire au quotidien, il faut opter pour Stop (l’apprentissage est nécessairement progressif, il se fait dans la durée de l’histoire. C’est un mouvement, principe universel de l’univers après tout).

Si vous souhaitez raconter l’histoire de quelqu’un qui a laissé un problème perdurer et prendre de plus en plus d’ampleur, choisissez Start.

Un personnage dont la Main Character Resolve est Steadfast a besoin lui aussi de grandir indépendamment de Start ou de Stop.
S’il est Start, il sera soumis ou tenté par des signes dans son environnement (extérieur à lui) que le résultat désiré ne se produira pas ou bien qu’il est inaccessible.

S’il est Stop, il sera soumis à une constante pression de céder, d’abandonner.

Pour asseoir davantage cette notion d’orientation (Main Character Destination) chez un personnage dont la Main Character Resolve est Steadfast, il faut se souvenir que cette orientation de Start ou de Stop est largement considérée selon les données de l’environnement (ou des situations dans lesquelles le personnage est jeté).

Sur un plan personnel, il ne s’agira pas d’un changement radical d’un trait de sa personnalité en un autre mais davantage d’une question de degré, d’intensité d’un même trait de caractère.

Quelques exemples de Main Character Direction :

Start :
Laura Wingfield dans La ménagerie de verre ; Rick dans Casablanca ; Scrooge dans Un chant de Noël

Stop :
Hamlet dans Hamlet ; Frank Galvin dans Le Verdict ; Jake Gittes dans Chinatown ; Clarice Starling dans Le silence des agneaux ; Job dans la Bible ; Michael Corleone dans Le Parrain

Il reste encore deux questions essentielles à étudier concernant le personnage. Nous continuerons ce chapitre 21 de la théorie narrative Dramatica dans le prochain article.

Avez-vous trouvé cet article utile ?

Cliquez sur une étoile pour voter

Average rating / 5. Vote count:

Nous sommes désolés que cet article ne vous a pas été utile

Aidez-nous à améliorer cet article

error

Poster un Commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de