Personnage

LE PERSONNAGE SELON JOHN TRUBY – PART 3

Troisième partie de notre série sur John Truby et la création du personnage. Nous vous conseillons de lire au préalable notre article :
AMERICAN BEAUTY : ANALYSE DU SCRIPT

Les deux articles précédents :

Lester, le héros de American Beauty, a pour adversaire sa femme et sa fille qui ne l’apprécient guère. Lester rencontre Angela, l’amie de Jane (sa fille) et en tombe amoureux. Mais Angela est encore une adolescente et Lester est un homme marié.  Ainsi Angela devient elle aussi une source de conflits pour Lester.

Parmi les voisins de Lester se trouve le Colonel Frank Fitts qui désapprouve le mode de vie de Lester. Fitts est un homme rigide et conservateur.

Par une sorte de chantage, Lester parvient à obtenir des indemnités de départ assez confortables de son employeur ce qui le libère des contingences financières et lui permet de vivre la vie qu’il désire. Il devient ami avec Ricky, le fils du colonel, qui lui vend de la drogue.
Ricky et son père Frank sont en fait des personnages de l’intrigue secondaire.

Le problème majeur de Lester est de vivre une vie  qui ait du sens dans laquelle il pourra exprimer ses désirs les plus profonds dans le contexte d’une société hautement conformiste dont les valeurs sont l’apparence et l’argent.

Ricky, quant à lui, répond à un contexte familial militariste et ennuyeux en vendant de la drogue et en espionnant les autres au moyen d’une caméra vidéo.
Son père, Frank, réprime ses désirs homosexuels en exerçant une discipline de fer sur lui-même et sa famille.

Ainsi, nous pouvons déduire que :
  1. Le héros est Lester,
  2. Son principal adversaire est sa femme, Carolyn.

Suit autant de personnages que de sources de conflit potentielles :

  • Jane, la fille de Lester
  • Angela, l’amie de Jane et l’objet du désir de Lester
  • Frank Fitts
  • Brad, le collègue de travail de Lester
  • Ricky est l’allié de Lester. Ricky et son père, Frank, occupent l’espace de l’intrigue secondaire.

Nous vous conseillons de lire notre analyse du script de American Beauty pour une étude plus complète.

Le cas particulier des Love Stories

Le principe de l’histoire d’amour est de montrer deux personnages bien fouillés qui interagissent sur un plan d’égalité. L’idée est de faire passer le message qu’être deux permet de bien mieux s’épanouir même si cette union est socialement dévalorisée (c’est le cas avec Roméo et Juliette, par exemple).

Le concept est donc qu’on ne peut devenir un véritable individu seul. Il ne s’agit pas de montrer l’histoire d’un être désocialisé dont le combat serait de parvenir à intégrer la société mais bien de démontrer que l’amour dont on se nourrit réciproquement est la voie pour parvenir à la plénitude de son être.

L’amour est ainsi l’union de deux âmes, une communion dont chacun des partenaires a un besoin vital de l’autre. L’altérité s’efface au profit de l’Un, un Tout qui serait l’expression même de l’individualité.

La Love Story elle-même est la force qui agit sur l’arc dramatique des deux personnages dont la transfiguration serait alors d’aller à la rencontre de sa véritable nature, de son Soi profond. Comme l’on dit, l’amour est capable de grandes choses.
Le problème maintenant est que vous vous retrouvez avec deux personnages centraux, soit deux lignes dramatiques que vous ne pouvez pas traiter de manière égale parce que votre lecteur ne saura à laquelle s’accrocher. L’astuce consiste donc à rendre l’un des personnages un peu plus central que l’autre.

Au début de l’histoire, vous décrivez avec tous les détails voulus vos deux personnages. C’est une histoire d’amour dans laquelle les deux personnages doivent être crédibles et intéressants car ce sont eux qui confèrent à votre histoire son genre, sa forme.
En d’autres termes, ce sont ces deux personnages qui font votre histoire d’amour. Cependant, vous devrez choisir lequel des deux fera avancer l’intrigue.

John Truby en déduit alors qu’en donnant à l’un des personnages ce pouvoir de faire avancer l’intrigue, il en devient le héros. Si l’un est un héros, l’autre doit alors être son antagoniste.
Ainsi, au-delà de l’évolution psychologique des deux personnages, vous décrivez la ligne dramatique de leur relation puisque l’objectif du héros sera de gagner l’amour de l’autre. C’est donc que l’autre offre une certaine réticence à cet amour et il en devient le principal opposant.

D’autres sources conflictuelles

Il est toujours utile afin d’étoffer votre histoire d’y ajouter d’autres sources conflictuelles, d’autres opposants à cet amour (d’autres prétendants ou la famille qui s’oppose à cette union, par exemple).

John Truby décompose ainsi Tootsie :

  1. Le héros est Michael
  2. Le principal adversaire est Julie

Les autres sources de conflit :

  • Ron, le réalisateur de la série
  • John, la vedette masculine de la série
  • Les, le père de Julie
  • Le faux allié est personnifié par Sandy

Ses alliés (tous deux dans la confidence et ne trahissant pas son secret) sont :

  • George, son agent
  • Jeff, son colocataire

Il y a deux intrigues secondaires dont les principaux personnages sont :

  • Ron, le réalisateur de la série
  • Sandy, le faux allié.
Le cas particulier des amis

L’amitié entre les personnages a toujours été une très bonne base pour instaurer une relation. Gilgamesh et Enkidu, Don Quichotte et Sancho Panza, Hamlet et Horatio sont des exemples célèbres.
D’autres relations comme celles d’un héros avec son mentor peuvent être étayées par l’amitié mais ce n’est pas la fonction première du mentor. De plus, dans une relation entre par exemple un petit-fils et son grand-père (ce dernier lui servant de mentor pour son initiation à sa futur vie d’homme, par exemple) est davantage basée sur l’amour que sur l’amitié.

Par principe, cette relation d’amitié entre les deux personnages est renforcée par une distinction. Considérez Don Quichotte et Sancho Panza. Ils se distinguent par leur origine sociale mais cette différence ne nuit pas à leur amitié.
L’un est un rêveur (Don Quichotte), l’autre est réaliste (Sancho) mais de nouveau, leur point de vue respectif sur le monde n’entrave en rien leur amitié.

L’idée derrière la description d’une telle amitié est de montrer deux approches différentes de la vie, deux caractères qui au lieu de s’opposer se complètent afin qu’ensemble, ils puissent avancer. Leurs différences les rendent plus forts pour affronter l’adversité ensemble. Bien sûr, le héros sera seul au moment de son ultime combat mais sans son ami, il n’aurait jamais pu arriver jusque là.

L’ami permet aussi d’éclairer la personnalité du héros car les traits de caractère de l’ami mettent en évidence ceux qui manquent chez le héros. Si l’ami est jovial, par exemple, cela indiquera de l’amertume ou de la tristesse chez le héros ou comme Sancho qui est un individu réaliste pour appuyer sur le côté rêveur de Don Quichotte.

Comme dans le cas de la Love Story, il est nécessaire d’insister sur l’un des personnages pour permettre à votre lecteur de s’ancrer sur lui. Généralement, le héros parmi les deux amis sera celui qui initie les choses, par lequel l’intrigue avance, celui qui a un plan pour résoudre son problème.
Même si les deux amis s’attaquent ensemble au problème au cours de l’intrigue, un seul des deux sera toujours davantage concerné.

Les chamailleries qui ne manquent pas de s’égrener au cours de l’intrigue entre les deux amis ne constituent pas en soi un véritable conflit mais sont destinées à renforcer ou du moins à montrer la solidité de leur amitié.

Nous vous proposons la lecture de :
LE CONFLIT DANS LES DUOS

pour avoir un peu plus d’informations sur ce type de conflits mineurs et sans gravité pour la relation entre amis mais qui cependant permet de maintenir une certaine tension (nécessaire) entre les deux amis.

Le cas du Road-movie

L’amitié se sied bien du road-movie. Le road-movie est un peu comme un voyage mythique où les obstacles personnifiés surgissent tout au long de la route. Ils se succèdent d’ailleurs à un rythme assez soutenu, chacun de ces obstacles incarnés par un personnage représente autant d’aspects négatifs du problème qui doivent être surmontés afin de poursuivre le voyage.

Chaque facette négative du problème doit être unique afin de distinguer tous ces personnages secondaires. Il serait en effet contre-productif de montrer un personnage différent pour le même conflit.
Thelma et Louise est un très bon exemple de road-movie et d’amitié.

Conseils de lecture :
BLAKE SNYDER : GOLDEN FLEECE

Nous vous invitons à poursuivre la lecture de cet article :
LE PERSONNAGE SELON JOHN TRUBY – PART 4

Avez-vous trouvé cet article utile ?

Cliquez sur une étoile pour voter

Average rating / 5. Vote count:

Nous sommes désolés que cet article ne vous a pas été utile

Aidez-nous à améliorer cet article

error

Poster un Commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de