LES QUESTIONS Á SE POSER SUR SON SCÉNARIO

3
(2)

Après un premier jet ou une réécriture, il peut être bon de s’arrêter un instant et de se poser quelques questions sur son projet. C’est à considérer comme une opportunité de prendre un peu de distance avec son scénario.

On s’interroge
La prémisse

En une phrase, quelle est la prémisse de votre projet ?

C’est-à-dire son thème, son idée.
Quelques lectures conseillées :

Le personnage principal

Selon la théorie narrative Dramatica, on doit distinguer le protagoniste qui est une fonction de l’histoire qui permet à celle-ci de progresser et le personnage principal qui est celui sur lequel l’empathie du lecteur doit porter.
Lorsqu’un personnage est à la fois protagoniste et personnage principal (c’est d’ailleurs souvent le cas), Dramatica le considère alors comme le héros de l’histoire.

En une phrase, qui est le personnage principal de votre histoire ?

L’objectif du personnage principal

Chez un personnage et plus spécifiquement chez le personnage principal, il y a un désir, c’est-à-dire ce qu’il est déterminé à obtenir et il y a un besoin.
Le besoin est un problème personnel, intime qu’il doit absolument surmonter ou combler (s’il s’agit d’un manque). Ce qui fascine souvent chez un personnage, c’est bien sûr de le voir lutter contre lui-même pour vaincre ses faiblesses.

Néanmoins, à la fin de l’acte Un, il doit être clair et distinct pour le lecteur que le héros s’est fixé un objectif à atteindre (c’est-à-dire un désir).

Que veut votre héros à la fin de l’acte Un ?

Concernant le fonctionnement de l’acte Un, nous vous conseillons la lecture de :
ÉCRIRE L’ACTE UN

Le point médian

Le point médian qui correspond grossièrement au milieu du scénario (et qui peut s’étendre sur plusieurs pages) est une articulation majeure de l’histoire. Elle prend souvent une nouvelle direction à ce moment.
Après tout, une intrigue est faite de rebondissements.

Il est possible que l’objectif que s’était donné le protagoniste à la fin de l’acte Un se révèle en fin de compte une erreur. Le héros s’est fourvoyé, cela arrive. Et c’est au point médian du scénario qu’il ouvrira les yeux et comprendra enfin quel est son véritable désir.
Car en effet, on ne peut jamais toujours se tromper comme on ne peut jamais ne jamais se tromper. Ni le protagoniste, ni l’antagoniste ne sont ou tout blanc ou tout noir.

Comme tout le monde, ils font des erreurs et il leur arrive aussi de ne pas avoir tort et cela vaut aussi pour le méchant de l’histoire.

Est-ce qu’au point médian de votre histoire, l’objectif du héros statué à la fin de l’acte Un est-il maintenu ? Ou bien sa détermination s’oriente-t-elle vers un autre désir ?

Dans un cas comme dans l’autre, le point médian peut être aussi le lieu d’une crise majeure pour le héros de l’histoire. C’est ce que Blake Snyder avait dénommé le All is Lost.
A ce moment de l’histoire, tout semble perdu pour le héros.

La faille du héros

La faiblesse du héros est ce qui manque à sa personnalité pour accomplir son objectif. La fonction d’un antagoniste qui perpétue somme toute un acte d’agression envers le héros est de l’empêcher de réussir son objectif. Et s’il doit lui nuire pour parfaire son dessein, il ne s’en privera pas.

Mais même lors d’une tragédie, le méchant de l’histoire ne peut vaincre le héros parce que le véritable ennemi du héros est lui-même.
Ce dernier cependant évolue au cours de l’histoire. Il apprend de ses tribulations. Et parce qu’il devient meilleur, alors il  a une chance de battre le méchant (même si le lecteur anticipe cette conclusion, il faut cependant garder le suspense jusqu’au bout parce que généralement, le méchant de l’histoire est bien plus fort que le héros).

Et pourquoi l’antagoniste n’aurait-il pas aussi la possibilité de le vaincre (surtout que les probabilités sont plutôt de son côté ) ?
Parce que justement, l’antagoniste est incapable de changer. Et c’est parce qu’il veut rester lui-même qu’il se barre le triomphe.

Donc, puisque le personnage principal doit vaincre la faille qui le mine de l’intérieur, il faut définir cette faille.

Quelle est cette chose en dedans de lui  qui l’empêche de parachever son désir ?

Comprenez bien que la réponse souhaitée n’est pas de décrire comment le héros surmontera ou non la faiblesse qui le caractérise.
Le but de cette question est de vérifier que cette faiblesse est bien présente. Vous pourriez d’ailleurs remonter dans le passé du personnage pour la justifier davantage.

Concernant la faille dans la personnalité des personnages, nous vous conseillons la lecture de :

L’antagonisme

La force antagoniste est nécessaire au héros. Lorsqu’un auteur invente son personnage principal, il devrait déjà y avoir dans l’ombre une force antagoniste (incarnée ou non).

Qui ou Quoi est l’antagoniste ?

Il est possible aussi qu’au cours des réécritures, vous décidiez que l’antagoniste préalablement choisi ne convient plus et en changiez.

Quelques articles à propos de l’antagoniste :

Ainsi que :

Les tribulations

Au cours de l’intrigue, le héros sera soumis à des épreuves, des obstacles, des tests. Le conflit est partout en fiction. Toutes ces tribulations sont autant de leçons que le héros doit apprendre pour grandir de l’adversité.

Progressivement, le protagoniste se révélera à lui-même. Ce phénomène est aussi connu comme anagnorisis en narratologie.
Donc la question à se poser est :

Quelle est cette révélation ?

La révélation n’est pas la faille. Elle est le moyen par lequel le héros prend conscience de sa fragilité. Cette connaissance lui permet de devenir plus fort et d’avoir enfin une chance de se battre à armes égales contre l’antagoniste.
En fait, cette révélation est l’aboutissement de l’arc dramatique du personnage principal. Et on peut même aller jusqu’à dire que cet arc dramatique se source auprès du thème.

Pour compléter cette question, nous vous proposons la lecture de :

  1. L’ARC DRAMATIQUE DE VOTRE PERSONNAGE – PART 1
  2. L’ARC DRAMATIQUE DE VOTRE PERSONNAGE – PART 2
  3. L’ARC DRAMATIQUE DE VOTRE PERSONNAGE – PART 3
  4. L’ARC DRAMATIQUE DE VOTRE PERSONNAGE – PART 4
  5. L’ARC DRAMATIQUE DE VOTRE PERSONNAGE – PART 5
  6. L’ARC DRAMATIQUE DE VOTRE PERSONNAGE – PART 6
  7. L’ARC DRAMATIQUE DE VOTRE PERSONNAGE – PART 7
  8. L’ARC DRAMATIQUE DE VOTRE PERSONNAGE – PART 8
  9. L’ARC DRAMATIQUE DE VOTRE PERSONNAGE – PART 9
  10. L’ARC DRAMATIQUE DE VOTRE PERSONNAGE – PART 10
  11. L’ARC DRAMATIQUE DE VOTRE PERSONNAGE – PART 11
  12. L’ARC DRAMATIQUE DE VOTRE PERSONNAGE – PART 12
Le casting

Allié ou opposant, au-delà de la fonction, il y a un être de fiction. Ces gens-là ont besoin aussi d’être travaillés en profondeur. Nous avons abordé l’antagoniste.
Cependant un autre personnage devrait retenir plus particulièrement votre attention. C’est celui avec qui le héros de votre histoire a établi une relation très émotionnelle. La théorie narrative Dramatica le nomme Influence Character. Tentez de le distinguer et peut-être de retravailler les scènes où ces deux-là sont présents.

Pour parfaire vos autres personnages, le question devient donc :

Quels sont leurs besoins ?

Ils peuvent avoir des objectifs qui leur sont personnels. Néanmoins, tout comme le héros, ils peuvent être aussi sujets à un problème personnel, un manque, un besoin à satisfaire sur un plan plus intime.

Nous vous renvoyons à cette série d’articles :

Le genre

Le genre est un peu une question subsidiaire. Peut-être faudrait-il l’envisager pour savoir s’il n’y aurait pas plutôt un mélange des genres dans votre scénario.

Quels sont les genres que j’assume dans mon scénario ?

Vous pourriez être intéressé par ces articles

Ainsi que ceux-ci :

  1. VOTRE SCÉNARIO ÉTAPE PAR ÉTAPE (16)
  2. VOTRE SCÉNARIO ÉTAPE PAR ÉTAPE (17)
  3. VOTRE SCÉNARIO ÉTAPE PAR ÉTAPE (22)
  4. VOTRE SCÉNARIO ÉTAPE PAR ÉTAPE (27)
  5. VOTRE SCÉNARIO ÉTAPE PAR ÉTAPE (43)
  6. VOTRE SCÉNARIO ÉTAPE PAR ÉTAPE (44)
Le monde ordinaire de votre héros

L’acte Un est celui de l’exposition. Lorsque nous sommes introduits pour la toute première fois au héros de l’histoire, il nous est présenté dans son quotidien.
Il faut bien comprendre qu’aussi confortable soit ce monde ordinaire, il ne convient pas au héros. Il n’y est pas vraiment heureux. Quelque chose doit changer.

Quel est le quotidien de votre personnage principal ?

Et la causticité de ce quotidien peut être très subtile. C’est une évidence que Harry Potter n’est pas à sa place auprès de ses parents adoptifs. Mais Roger Radcliff, le propriétaire de Pongo (Les 101 dalmatiens), n’est pas vraiment heureux dans sa garçonnière londonienne. En fait, Pongo est le protagoniste et Roger et lui partagent le même problème : il leur manque une compagne.
Et l’incident déclencheur (la rencontre) viendra bouleverser la routine du quotidien.

Une piste de lecture :
LE MONDE ORDINAIRE DU HÉROS (LES 10 PREMIÈRES PAGES)

L’incident déclencheur

Evidemment, la question est :

Quel est votre incident déclencheur ?

Ce qu’il faut comprendre avec cet événement particulier qui vient chahuter le quotidien d’un personnage, c’est qu’il initie l’intrigue. Celle-ci est une succession d’événements qui seront autant des moments d’améliorations et de dégradations de la situation des personnages.

L’incident déclencheur comme les moments de l’histoire qui modifient ainsi la situation des personnages sont somme toute ce qui fait votre récit. Les scènes descriptives, c’est-à-dire celles où vous posez les informations pour le lecteur, ne sont pas des événements en soi.
Pas plus que celles que nous qualifierons d’effusions lyriques (nous ne nous moquons pas) lorsque l’auteur emploie des métaphores ou des symboles (comme les gants blancs dans Out of Africa).

Le récit se niche dans les événements significatifs c’est-à-dire ceux dont la succession fait l’histoire et l’incident déclencheur est le premier de ces événements.

Voici quelques articles qui pourraient vous intéresser :

La crise majeure du héros

Si l’on aborde un scénario sous l’angle de sa structure, il existe un moment crucial où le personnage principal connaît un énorme moment de doute. Il n’a jamais été aussi désespéré. Il est au plus bas.

Par souci pratique, si votre scénario s’y prête, cette crise majeure peut se confondre avec le point médian de l’histoire. Si vous préférez distinguer ces deux moments qui participent tous deux à la structure du scénario, la crise majeure peut alors intervenir un peu après le point médian et se situer à la fin de l’acte Deux.

Précédemment, j’ai parlé d’améliorations et de dégradations de la situation du personnage comme autant de hauts et de bas dans sa vie. La crise majeure serait alors comme le résultat des événements antérieurs (c’est-à-dire ses tribulations décrites dans les péripéties de l’intrigue).
Le héros ne peut pas descendre plus bas. Mais cette situation particulière dans laquelle il se trouve maintenant lui offre aussi une alternative.

Soit il se complaît dans sa mélasse et celle-ci le recouvre d’une chape d’inertie et l’histoire est terminée car si le protagoniste est passif l’histoire n’avance plus.
Soit il garde l’initiative et l’auteur crée le moyen pour son personnage d’apprendre de ce moment terrible qu’il lui fait vivre. En effet, le personnage principal profitera de cette désespérance pour trouver en lui des raisons de continuer à se battre.

Il est bon à ce moment-là d’inventer quelque chose (peut-être un événement) qui aidera à cette prise de conscience.

Comment est décrite la crise majeure de mon héros ?

Sur cette crise majeure, nous vous renvoyons à ces articles :

L’ultime confrontation

Autre point structurel majeur du scénario, le héros fait face à son ennemi. Notez que les alliés du héros ont pu l’aider à préparer ce moment mais le héros sera seul à affronter ce qui représente son antagonisme.
Un hasard heureux n’est pas non plus crédible. Il faut que l’action soit le fait des personnages.

Le climax intervient après la crise majeure. Vous pouvez bien sûr insérer un moment de préparation entre la crise et le climax.

Comment est décrit cet ultime défi pour le héros ?

Concernant le climax :

Le dénouement

C’est le retour à l’équilibre, à la vie normale mais dorénavant, elle ne sera plus la même.

Un exemple de structure qui mène au dénouement :
UNE STRUCTURE ALTERNATIVE : LE VOYAGE DU HÉROS

Scenar Mag, c’est aussi un énorme effort de partage. Et c’est aussi un coût. Merci de nous apporter votre aide comme nous espérons pouvoir vous être utile le plus possible dans tous vos projets d’écriture.

 

 

 

 

 

Comment avez-vous trouvé cet article ?

Cliquez sur une étoile

Average rating 3 / 5. Vote count: 2

No votes so far! Be the first to rate this post.

Cet article vous a déplu ?

Dites-nous pourquoi ou partagez votre point de vue sur le forum. Merci

Le forum vous est ouvert pour toutes discussions à propos de cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.