DUVIVIER & LA NETTETÉ DE LA NARRATION

0
(0)

Julien Duvivier reste l’un des héros méconnus du cinéma classique. On reconnaît chez lui sa maîtrise narrative. La carrière de Duvivier, s’étendant de l’ère du cinéma muet jusqu’au cœur du 20ème siècle, présente une riche filmographie dont des chefs-d’œuvre comme Pépé le Moko (1937) et Panique (1946).

Chez Duvivier, la netteté de la narration est remarquable. Cette netteté signifie une narration caractérisée par la clarté, l’efficacité, et une profonde compréhension des émotions humaines et de ce qui fait agir les hommes.

Un récit limpide

Dans le patchwork du cinéma, où chaque fil représente un projet prêt à être raconté, l’art de tisser un récit limpide apparaît comme une technique qui n’est pas seulement simple, mais aussi élégante. Cela s’apparente à la manière dont Julien Duvivier créait ses films, où chaque scène, chaque dialogue, a un but, tout comme les touches d’un impressionniste qui forment une image vive et mouvante pour l’observateur qui sait prendre un peu de recul.
Imaginons, si on veut, un paysage serein qu’agrémente une douce rivière. Cette rivière, non obstruée par des débris ou le chaos des rapides, se meut avec un but. Et tandis qu’elle voyage vers la mer, ses eaux claires renvoient le monde toujours changeant.

Telle est la nature d’un récit net au cinéma. Il coule sans effort. Il emporte avec lui des idées complexes, les émotions de ses personnages, et ce, de manière accessible, et en effet, digeste pour le lecteur/spectateur. Il n’a nul besoin de cascades majestueuses ou de tempêtes orageuses pour être dénué de superficialité ; sa puissance réside dans sa clarté, sa simplicité.

Quand on parle de netteté de la narration, cela signifie que chaque élément introduit, qu’il s’agisse d’un personnage, d’un lieu ou d’une réplique, est comme une pierre jetée dans la rivière. Elle crée des ondulations. Ces ondulations influent grandement sur le déroulement de l’intrigue, mais n’en interrompent pas le flux. Pépé le Moko, situé dans la dédaléenne Casbah d’Alger, aurait facilement pu se perdre dans ce lieu embrouillé parmi la foultitude de vies qu’il abrite.

narration

Pourtant, Duvivier se concentre sur Pépé, un homme pris entre l’amour pour une femme et la liberté qu’il ne peut plus avoir. C’est à travers les émotions et les motivations bien trop humaines de Pépé que l’intrigue se déploie sans encombre.

Cette approche de la narration, qui évite les embellissements inutiles, rappelle le mouvement artistique minimaliste. En utilisant une gamme de couleurs limitée, c’est-à-dire un nombre limité d’éléments judicieusement choisis, la narration parvient à transmettre un message puissant ou à évoquer telle ou telle émotion.
Il suffit de presque rien puisqu’un seul regard entre les personnages peut transmettre davantage qu’un millier de mots, et qu’un moment de silence peut être plus retentissant qu’un coup de tonnerre.

narrationMaintenant considérons Panique (1946), un autre des chefs-d’œuvre de Duvivier. Le film construit le suspense à travers les interactions entre les personnages, les regards qu’ils échangent, et les silences. Nul besoin de surcharger les lieux où se déroule l’action ou de complexifier inutilement l’intrigue.
Le film se transforme en un miroir de l’esprit humain. Il explore les thèmes de l’effroi, de la solitude et du désir de relation, tout en préservant une clarté narrative qui conduit le lecteur/spectateur doucement mais fermement à travers ses dimensions.

Un style

Julien Duvivier est un maître du récit cinématographique qui construit des narrations avec la précision et l’intention d’un véritable maître-artisan. Son travail, notamment dans Pépé le Moko, est semblable à une sculpture méticuleusement taillée dans laquelle chaque moment est nécessaire et aucune longueur n’est déplacée.
Le style narratif de Duvivier est de clarté et d’efficacité. Il est un exemple pour les cinéastes et les conteurs et le lecteur/spectateur ne laisse d’être captivé par la simplicité et la substance de la narration.

L’essence de l’approche de Duvivier peut être comprise dans le concept de récit épuré. Il ne s’agit pas simplement de ne pas encombrer inutilement un lieu ou d’éviter une intrigue tentaculaire. Plutôt, il s’agit d’atteindre une forme de pureté narrative. C’est semblable à ce sculpteur qui taille le marbre et qui découvre le chef-d’œuvre caché dans la pierre depuis le début.

Duvivier excelle à éliminer le superflu et se concentre seulement sur ce que le récit exige et à l’âme de ses personnages. Pépé le Moko est une superbe illustration de cette théorie narrative. Situé dans la Casbah d’Alger, un labyrinthe bourdonnant de vie et de mystère, Duvivier raconte une histoire d’amour et de désespoir qui parle à l’expérience humaine universelle.
La Casbah, avec ses rues sinueuses et ses recoins cachés, représente les sentiments compliqués des personnages qui explorent ses espaces. Dans ce sens, le lieu prend vie propre, reflétant la lutte intérieure et le besoin de Pépé le Moko.

Le style narratif de Duvivier est semblable à un orchestre parfaitement accordé, où chaque instrument joue son rôle en harmonie. La symphonie se joue avec grâce et intention. Dans Pepe le Moko, chaque scène est une note qui contribue à cette composition exceptionnelle. Et le récit se joue avec une dynamique à la fois implacable et subtilement nuancée.

Il n’y a pas de place pour des fioritures inutiles ou des démonstrations d’égocentrisme dans la réalisation de Duvivier ; il y a place cependant pour un rythme captivant qui vous entraîne. C’est un bourdonnement de sens, c’est fouir dans la profondeur des personnages à chaque ligne de dialogues et c’est aussi entrevoir notre condition humaine dans un regard un peu pénétrant.

Vous savez, en réalisant cette histoire, Duvivier démontre une compréhension profonde de l’atmosphère et des lieux qui y participent. Il ne se contente pas de peindre la Casbah avec des couleurs, mais avec des émotions et des tensions, c’est-à-dire la mécanique intérieure de ses personnages.
C’est la marque d’un véritable artiste, quelqu’un qui sait que le véritable cœur d’un lieu ne se niche pas dans son apparence, mais dans la façon dont il influence et est influencé par les personnes qui y vivent.

La Casbah de Duvivier est vraiment un personnage vivant et qui respire, et qui partage des secrets d’amour, de désespoir et de désir à travers ses rues sinueuses et ses ruelles sombres. C’est presque comme si la Casbah elle-même nous chuchotait l’histoire directement dans nos oreilles.

Comment avez-vous trouvé cet article ?

Cliquez sur une étoile

Average rating 0 / 5. Vote count: 0

No votes so far! Be the first to rate this post.

Cet article vous a déplu ?

Dites-nous pourquoi ou partagez votre point de vue sur le forum. Merci

Le forum vous est ouvert pour toutes discussions à propos de cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.