UNITÉ DE LIEU

5
(1)

L’unité, la cohérence ou cohésion est nécessaire. Souvent, on ajoute des intrigues secondaires, on expose les faits sous des points de vue différents et parfois, au cours du processus d’écriture lui-même, on éprouve le sentiment que l’histoire vole en éclats.

Jack M. Bickham pensait que le contexte était la solution au problème de la cohérence. Le contexte – en particulier le cadre concret, physique, perçu par les personnages ou simplement un lieu (des plaines infinies à l’horizon ou les loges d’un théâtre) – peut fournir une toile de fond constante, stable, rassurante et familière sur lequel toutes sortes de développements de l’intrigue peuvent se jouer.

L’unité de lieu

Comment interpréter cette unité de lieu sans que cela devienne trop académique ? Reprenons l’exemple donné par Bickham. Imaginons que c’est la nuit. Nous sommes dans une ruelle relativement sombre avec un réverbère qui illumine les lieux. Apparemment, nous sommes en milieu urbain.

On peut même envisager que cette ruelle est quelque peu humide comme après une légère pluie qui aurait mouillé les murs et les pavés. Deux personnages arrivent qui se mettent à discuter encore une fois du plan qu’ils ont élaboré pour cambrioler un appartement. Puis ces deux personnages sortent de la scène.

Ils sont alors remplacés par un jeune couple qui s’arrête au même endroit et qui envisage la vie à deux qui s’ouvre devant eux. Des promesses et des rêves emplissent les lieux.

Superficiellement (c’est-à-dire apparemment), il n’existe aucune connexion entre les deux actions. Les cambrioleurs et le jeune couple appartiennent manifestement à deux univers totalement différents. Néanmoins, parce que ces deux actions se sont jouées dans le même lieu, lecteurs et lectrices sont amenés à penser que ces deux faits sont liés d’une manière ou d’une autre même si aucune démonstration d’un rapport entre ces deux couples n’a été faite. L’unité du lieu présuppose le rapport.

Cette unité de lieu n’est pas une condition pour mettre en place ce rapport bien qu’une rencontre soit toujours possible mais non certaine lorsque des êtres vivent dans le même lieu. C’est plutôt comme un principe qu’on ne cherche pas à expliquer mais l’unité de lieu crée forcément un rapport entre des personnages radicalement différents.
L’unité de lieu peut créer autant d’oppositions que de surprenantes alliances. En fiction, les murs peuvent parler. Le lieu recèle un passé. Et si cela était son âme ? L’être caché derrière les murs ? Parfois, la révélation de ces vérités dont la naïveté ou l’innocence des lieux ne donne aucun indice permet de résoudre l’intrigue ou bien les problèmes personnels du personnage principal.

Participez à la vie de Scenar Mag. Commentaires et dons sont toujours appréciés. Aidez-vous en nous aidant. Merci

Comment avez-vous trouvé cet article ?

Cliquez sur une étoile

Average rating 5 / 5. Vote count: 1

No votes so far! Be the first to rate this post.

Cet article vous a déplu ?

Dites-nous pourquoi ou partagez votre point de vue sur le forum. Merci

Le forum vous est ouvert pour toutes discussions à propos de cet article

Laissez un commentaire ou Ouvrez un sujet dans le forum

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :