PROPP : LE FAUX HÉROS

0
(0)

ProppVladimir Propp, figure marquante de l’analyse littéraire structuraliste, a profondément marqué l’étude du récit par son examen morphologique des contes populaires. Son ouvrage fondateur, Morphologie du conte publié en 1928, a introduit une approche systématique de l’analyse de la structure narrative des contes de fées russes, mais ses principes ont été appliqués de manière générale à divers genres et cultures.

Propp a identifié 31 fonctions narratives, des éléments d’intrigue récurrents, et sept rôles de personnages, qu’il considérait comme communs à une vaste gamme de contes populaires. Ce cadre d’analyse permet de disséquer les contes en parties constitutives, offrant un aperçu de leur structure sous-jacente et des modèles universels de la narration.

Le Faux Héros

Parmi les fonctions des personnages que Propp a définies, le Faux Héros s’impose comme une figure pivot, caractérisé par la tromperie, la dissimulation, l’ambition et souvent une opposition directe au protagoniste, Véritable Héros. Le Faux Héros se définit par sa tentative d’usurper le rôle du héros ou de s’approprier ses récompenses par la ruse ou la manipulation.

La construction de récits captivants repose souvent sur la présence d’un personnage trompeur, un élément clé pour captiver la lectrice et le lecteur. Ce personnage se caractérise avant tout par ses tentatives insidieuses de supplanter le véritable protagoniste ou de s’approprier injustement les récompenses qui reviennent de droit au héros. Cette usurpation ne se fait pas par la force brute ou parce que ce personnage a fait preuve lui-même d’héroïsme, mais par le subterfuge, la tromperie et la manipulation. L’archétype du Faux Héros incarne l’antithèse des valeurs du héros authentique, telles que l’honnêteté, la bravoure et l’intégrité, incarnant à la place la duplicité, la lâcheté et l’intérêt personnel.

L’influence du Faux Héros sur le développement de l’histoire et son message immanent est multiple et nuancée. Cette fonction de personnage non seulement renforce la tension dramatique et la complexité de l’intrigue, mais elle consolide également le cadre moral du conte.

La chute inéluctable du Faux Héros et la réhabilitation du véritable héros servent de mécanisme narratif pour transmettre des leçons sur la vertu, l’honnêteté et la valeur intrinsèque du vrai héroïsme par rapport à la tromperie.

L’introduction du Faux Héros dans la trame narrative agit comme un mécanisme narratif nécessaire pour enrichir à la fois la complexité du récit et sa profondeur morale. Le rôle de ce personnage est conçu de manière complexe pour aller au-delà de la simple précipitation de la tension dramatique ou de la création d’un antagoniste direct que le protagoniste doit vaincre. Au contraire, le Faux Héros injecte une dimension subtile d’exploration éthique et de questionnement moral dans le récit, enrichissant ainsi le développement de la narration et amplifiant sa résonance thématique.

Le Faux Héros introduit un niveau d’imprévisibilité et de suspense essentiel pour maintenir l’intérêt du lecteur/spectateur. Ses actions trompeuses et ses motifs cachés créent une tension narrative à la fois psychologique et morale. Alors que le protagoniste affronte les défis posés par le Faux Héros, le lecteur/spectateur est attiré plus profondément dans l’histoire, captivé par le déroulement du drame et l’anticipation de la réaction du protagoniste. Cette tension agit comme une force motrice qui propulse le récit en avant, garantissant que l’intrigue reste dynamique et captivante. Les intrigues du Faux Héros et les obstacles qu’il crée ajoutent de la complexité. Cette complexité découle non seulement des défis physiques présentés, mais aussi des dilemmes moraux et éthiques auxquels le héros doit faire face.

La présence du Faux Héros exige une structure de l’intrigue plus élaborée, où le parcours du protagoniste est marqué par des rebondissements et des détours qui mettent à l’épreuve sa détermination, son intelligence et son propre guide moral.

Des dilemmes éthiques

Les dialogues et les confrontations entre le protagoniste et le Faux Héros permettent une exploration complexe des dilemmes éthiques. À travers ces rencontres, le récit explore les thèmes du bien et du mal, de la nature du véritable héroïsme et des conséquences de la tromperie par rapport aux récompenses de l’intégrité. Le Faux Héros, en incarnant l’antithèse des valeurs du protagoniste, oblige à la fois les personnages et le lecteur/spectateur à réfléchir sur le sens de la vertu et l’importance de l’intégrité morale.
La chute finale du Faux Héros et la légitimité subséquente du véritable héros constituent un outil narratif puissant pour transmettre des leçons de morale. Cette résolution ne se contente pas d’offrir une conclusion satisfaisante au récit, elle agit également comme un élément didactique, renforçant la valeur de l’honnêteté, de la persévérance et de la vertu.

Le contraste net entre le sort du Faux Héros et la victoire du protagoniste souligne la position morale du récit, prônant la vérité et l’intégrité face à la tromperie et la manipulation. Le contraste entre le Faux Héros et le véritable héros met en lumière la valeur intrinsèque de l’héroïsme authentique. Le parcours du protagoniste, jalonné d’épreuves et de tribulations, se termine par une victoire à la fois personnelle et morale.

Ce triomphe n’est pas simplement le résultat de la lutte contre des obstacles extérieurs, mais un témoignage de la force intérieure du héros, de son caractère et de son adhésion à des principes éthiques. Le récit célèbre ainsi le véritable héroïsme, défini non par le succès superficiel ou la gloire, mais par un engagement sans faille envers la justice et la vertu.

Définition du Faux Héros

Les actions du Faux Héros remplissent plusieurs fonctions narratives. Tout d’abord, elles introduisent des conflits et des tensions au sein de l’intrigue, créant des obstacles que le véritable héros doit surmonter. Cela rehausse non seulement le drame et l’engagement de la lectrice et du lecteur dans le récit, mais offre également un contrepoint contre lequel les vertus du vrai héros peuvent être mises en évidence et testées.

À travers sa lutte contre le Faux Héros, la personnalité du protagoniste est davantage travaillée, offrant au lecteur/spectateur l’occasion d’observer sa croissance, son endurance et sa force morale. Le Faux Héros reflète souvent les aspects les plus sombres de l’expérience humaine tels que l’envie, la cupidité et le désir de gratifications non méritées. En intégrant cet archétype dans la trame narrative, les conteurs invitent le lecteur/spectateur à réfléchir aux conséquences de ces caractéristiques bien trop humaines, tant pour les individus qui les incarnent que pour la société dans son ensemble.

La chute inéluctable du Faux Héros, issue d’un dénouement narratif fréquent, sert d’avertissement sur les dangers de la tromperie et sur le triomphe ultime de la vérité et de l’intégrité. En ce qui concerne l’évolution des personnages, la présence du Faux Héros complexifie l’intrigue, permettant une exploration plus riche de thèmes tels que la rédemption, le pardon et bien sûr de la nature humaine.
Que le Faux Héros persiste dans sa tromperie, éprouve un changement dans ses sentiments ou fasse face à des représailles pour ses actions, son parcours est essentiel à la profondeur morale et émotionnelle du conte.

Du point de vue scénaristique, le Faux Héros est un outil qui nécessite une manipulation prudente. Ses motivations doivent être complexes et ses actions marquantes, contribuant à une histoire qui interpelle et captive à plusieurs niveaux. La dynamique entre le Faux Héros et le véritable protagoniste est un jeu d’ombres et de lumière, où chaque confrontation et interaction révèle des pans entiers de vérité sur les deux personnages et, par extension, sur la condition humaine elle-même.

Un personnage ambiguë

Ce personnage présente souvent une façade de vertu ou de bravoure qui finit par être démasquée, révélant ses véritables et néfastes intentions. Le Faux Héros se distingue par sa propension à la tromperie et à la dissimulation, son absence de qualités héroïques authentiques et son rôle déterminant dans la mise à l’épreuve de la volonté et de la vertu du vrai héros. L’importance du Faux Héros dans la structure des contes populaires réside dans son rôle de force motrice derrière la quête et le développement du héros. En posant des défis et des obstacles, le Faux Héros ne contribue pas seulement à la tension narrative, mais il permet également au héros et à l’héroïne de grandir, de se découvrir et de démontrer leur véritable héroïsme.

Dans la trame complexe d’un conte populaire, où la morale et le magique s’entremêlent, le Faux Héros introduit un élément majeur de conflit. Ce conflit n’est pas simplement extérieur ; il reflète souvent les luttes internes du héros et de l’héroïne, les poussant à affronter leurs faiblesses et déficits, leurs doutes et leurs peurs.

La présence du Faux Héros est donc essentielle pour élever la tension narrative, créant un jeu dynamique de forces que le héros doit traverser. Cette tension est une force motrice qui maintient l’attention du lecteur/spectateur, car il s’investit émotionnellement dans le cheminement du héros et les défis qu’il doit surmonter. Les tentatives de tromperie et d’usurpation du Faux Héros créent un contraste saisissant avec les vertus du véritable héros. Cette juxtaposition est essentielle pour mettre en lumière les valeurs morales que les contes populaires cherchent à transmettre. Grâce à ses interactions avec le Faux Héros, le protagoniste se voit offrir une occasion unique de grandir et de se découvrir. Car c’est en surmontant ces épreuves que la véritable force, le courage et la vertu du héros brillent de mille feux.
Le parcours du héros, jalonné d’épreuves orchestrées ou influencées par le Faux Héros, devient un moyen de mettre en scène le triomphe de l’intégrité, de la bravoure et de la droiture morale sur la tromperie, la lâcheté et l’ambition égoïste. Le Faux Héros joue également le rôle de miroir, reflétant les valeurs de la société et la conscience collective de la culture et du temps dont est issu le conte populaire.

En défiant le héros, le Faux Héros incite involontairement le protagoniste à démontrer des qualités qu’une société tient en haute estime, telles que la loyauté, la sagesse et la justice. Cela renforce non seulement des valeurs culturelles diverses, mais assure également la pertinence et l’écho du conte à travers les générations.

La résolution du conflit avec le Faux Héros s’accompagne souvent d’une transformation ou d’une révélation importante, non seulement pour le protagoniste mais pour l’ensemble du monde narratif. La victoire de l’héroïne ou du héros n’est pas simplement un triomphe personnel, mais un rétablissement de l’ordre et de la justice, symbolisant la rectification des injustices et l’instauration de l’harmonie.

Cette résolution renforce le rôle du conte populaire en tant que moyen de leçons morales et de principes éthiques. La défaite du Faux Héros souligne l’engagement du récit envers la justice et le triomphe du bien sur le mal.

La question thématique

Les Faux Héros sont des personnages récurrents dans les contes populaires et la littérature. Ils apparaissent généralement vers la fin de l’histoire, prétendant être le héros ou l’héroïne, et sont souvent du même sexe que le protagoniste.

Les sœurs de Cendrillon s’amputent volontairement pour essayer de faire tenir la pantoufle de verre, mais leur tromperie est révélée par le sang. Le rôle antagoniste du Faux Héros n’est pas simplement un artifice narratif destiné à introduire un conflit ; c’est un élément essentiel qui fait avancer le récit et mène à la victoire finale du héros, agissant comme un pivot critique au sein de la structure du conte populaire. Ce personnage ne se contente pas d’être un obstacle que le protagoniste doit surmonter ; il incarne les dichotomies morales et éthiques qui sont au cœur des préoccupations thématiques du conte. Sa présence est donc indispensable au déroulement d’une histoire qui aborde des questions morales profondes et explore l’essence de l’héroïsme véritable.

Les actions du Faux Héros et les défis qu’il oppose au véritable héros ne sont pas des obstacles aléatoires ou superficiels. Ils sont intimement liés à la manière dont le conte populaire explore la lutte entre le bien et le mal, entre le juste et l’injuste, ainsi que le cheminement complexe vers la compréhension et l’incarnation de la vertu.
En tentant de tromper, d’usurper ou de nuire au protagoniste, le Faux Héros oblige le véritable héros, et par extension, la lectrice et le lecteur, à affronter de front ces dilemmes éthiques. Cette confrontation n’est pas seulement physique, mais aussi profondément morale et existentielle. Elle exige du héros et de l’héroïne qu’ils traversent un terrain où prendre les bonnes décisions est souvent plus difficile que de choisir des solutions de facilité.

Cette dynamique antagoniste remplit plusieurs fonctions narratives importantes. Tout d’abord, elle rehausse les enjeux de la quête du héros, la transformant d’un simple voyage en une exploration profonde de la personnalité et de la vertu.
La lutte du héros contre le Faux Héros devient ainsi une métaphore du combat interne entre les idéaux supérieurs auxquels il aspire et les instincts plus bas qu’il doit surmonter. Cette lutte est emblématique de la condition humaine, faisant du conte populaire un reflet intemporel de la nature de la moralité et du chemin vers le véritable héroïsme.

Le rôle du Faux Héros est essentiel pour démontrer que le héros est digne de son triomphe final. C’est à travers leurs réponses à la trahison et aux défis posés par le Faux Héros que le véritable caractère du protagoniste est révélé. La persévérance, l’intelligence et l’intégrité morale du héros sont mises à l’épreuve et finalement prouvées face à l’adversité. Cela permet non seulement de s’assurer que la victoire du héros est méritée, mais aussi de renforcer le cadre moral du récit, en célébrant des vertus telles que l’honnêteté, la bravoure et la justice.

Le rôle antagoniste du Faux Héros est un point d’appui narratif dans lequel les thèmes moraux et éthiques de l’histoire sont affinés et clarifiés. Grâce aux machinations de ce personnage, l’intrigue progresse, les personnages sont développés et les préoccupations thématiques du conte populaire sont mises en évidence.

La présence du Faux Héros garantit que le triomphe du héros ou de l’héroïne n’est pas seulement une conclusion narrative, mais une victoire morale, incarnant les principes éthiques et les valeurs que les contes populaires ont transmis à travers les cultures et les générations.
La profondeur et la complexité introduites par ce rôle antagoniste enrichissent le récit, faisant du conte populaire une riche trame narrative d’exploration morale et une célébration du triomphe de la vertu sur le vice.

Comment avez-vous trouvé cet article ?

Cliquez sur une étoile

Average rating 0 / 5. Vote count: 0

No votes so far! Be the first to rate this post.

Cet article vous a déplu ?

Dites-nous pourquoi ou partagez votre point de vue sur le forum. Merci

Le forum vous est ouvert pour toutes discussions à propos de cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.