LE CONFLIT, NOUS AIMONS

0
(0)

William C. Martell écrit dans Secrets of Action que plus les plans du méchant sont énormes et plus l’histoire le sera. Plus le conflit est important et plus l’histoire sera excitante et plus le lecteur trouvera de satisfaction à voir le héros résoudre ce conflit.

Lorsque votre lecteur aura réussi sa connexion avec votre héros (par votre intermédiaire), plus celui-ci aura de problèmes et plus le lecteur sera content.
Pour appuyer ses dires, Martell prend l’exemple d’un personnage qui tranquillement change une roue sur sa voiture dans son garage. Il ne fait que changer la roue : rien de plus. A le voir, il n’y a rien de bien passionnant.

Maintenant, changeons la scène. La voiture est mal garée au bord d’une route très fréquentée. Des camions frôlent notre héros. Il fait nuit, il pleut. Le héros parvient à peine à voir ce qu’il fait. Le sifflement des camions lancés à vive allure est assourdissant et chaque fois inondent le personnage.

L’action du héros est la même, il y a juste eu ajout de conflit. Notez que le sens du mot conflit signifie aussi obstacle ou épreuve. Il ne s’agit pas seulement d’un engagement physique.
En fait, le conflit se niche dans tout ce qui intervient pour compliquer la vie du héros. Et dans notre exemple, celui-ci parvient malgré la situation a changé sa roue. C’est une victoire. Il a surmonté le conflit. Il a fait preuve de courage, a trouvé en lui la force nécessaire pour résister et nous devons bien nous avouer que nous l’admirons tout de même un peu pour cela.

Des enjeux & un enseignement

Alors que les enjeux pour le héros doivent être conséquent (pas nécessairement une question de vie ou de mort, simplement qu’ils soient importants selon son point de vue), ceux du méchant peuvent être atténués.

Le but de ce dernier n’a pas besoin d’être la domination du monde libre, le rôle de l’antagoniste est de compliquer les choses. Si vous rendez les difficultés que rencontrera le héros trop faciles à résoudre, votre histoire en pâtira.

La fonction du méchant est donc bien de compliquer la vie du héros afin que les obstacles ou les épreuves ou bien tous les conflits que le héros rencontrent soient apparemment impossibles à surmonter.

Mais il y aussi un autre mouvement à l’œuvre dans l’élaboration de ces conflits. Le héros apprend d’eux. Cet enseignement ou cette initiation lui sont nécessaires pour lui permettre d’évoluer.
Posons l’hypothèse que l’on apprend non seulement de ses erreurs mais aussi de toutes les expériences de la vie. Le méchant n’est pas un simple pantin posé là comme un outil dramatique au bon vouloir de l’auteur, il est un élément fondateur qui permet l’expression de la structure dramatique.

Pour résumer les directives de William C. Martell :

1) Les histoires parlent de personnages, donc assurez-vous que leurs conflits internes (émotionnellement parlant) soient résolus.
Ne vous contentez pas de résoudre seulement le conflit principal, visible de l’intrigue. Les êtres sont plus importants que les choses et ce qu’il se passe à l’intérieur de vos personnages est toujours passionnant.

2) Dans la même ligne, ne laissez pas le conflit principal sans solution. Tous les conflits, toutes les intrigues secondaires et B Stories doivent être conclues au cours du troisième acte.
Toutes les questions que vous avez soulevées au cours de votre récit doivent trouver une réponse avant la fin de votre récit.

3) Vous avez lancé votre histoire à partir d’une idée. Vous avez ainsi déterminé une prémisse. Assurez-vous que vous avez suivi cette prémisse et que vous ne vous êtes pas fourvoyé dans des chemins qui ne concernent pas vos intentions.
Lors de la réécriture, vérifiez que les scènes et les situations que vous avez créées soient liées à votre sujet.

4) Ne résolvez pas vos conflits par eux-mêmes. N’utilisez pas de solutions de facilité parce que vous vous êtes placé vous-mêmes dans des ornières dont vous ne pouvez plus vous extirper.
Si votre personnage principal est un étudiant qui fait partie d’un groupe de rock et que son professeur de musique n’aime pas votre héros, il serait trop facile de résoudre le conflit entre eux en permettant au professeur d’assister à une répétition et d’apprécier le jeu des musiciens oubliant ainsi immédiatement son ressentiment envers votre héros.

Votre protagoniste, votre antagoniste et la relation entre eux doivent être illustrés par autant d’arcs dramatiques.
Vous avez donc trois lignes dramatiques évoluant dans le même temps. Pour que la relation entre le professeur et votre héros évolue, il est nécessaire que chacun d’entre eux puisse se révéler à l’autre. Créer les circonstances qui autoriseront ces deux personnages à, par exemple, se découvrir des points communs (peut-être un même amour de la musique) pourrait résoudre leur conflit par le biais de scènes où leurs valeurs respectives s’opposeraient jusqu’à ce que leur relation change comme conséquence de leur propre changement.

La scène où le professeur assiste à la répétition ne participe dorénavant plus à la résolution du conflit mais serait en quelque sorte un retour à l’équilibre qui montrerait au lecteur que les choses sont revenues à la normale (le conflit est résolu, les tensions relâchées).

5) Gardez à l’esprit que plus les conflits, obstacles, épreuves sont forts et plus l’engagement émotionnel de votre lecteur sera fort. Chaque conflit possède une tension qui lui est propre.
Cependant, l’intensité de ces tensions doit être progressive au rythme de votre histoire. Elles montent en puissance jusqu’au climax.

Depuis 2014, vous nous dites nous apprécier, que nous vous sommes utiles. Merci pour cela. Vous le savez, Scenar Mag, c’est d’abord une volonté de partage. Vous n’êtes pas toujours d’accord avec nos articles. Mais notre volonté de vous écrire des articles de qualité nous anime toujours.
Et c’est pourquoi il est important que nous continuions ainsi à vous être utile, à vous aider dans tous vos projets d’écriture.  Gratuitement. Nous ne faisons pas de publicité afin de ne pas polluer votre lecture. Vos dons sont nos seuls revenus et 100 % de vos dons vont au fonctionnement de Scenar Mag. Votre soutien financier demeure indispensable. Devenez donateur de Scenar Mag (quelques euros suffisent). Merci

Comment avez-vous trouvé cet article ?

Cliquez sur une étoile

Average rating 0 / 5. Vote count: 0

No votes so far! Be the first to rate this post.

Cet article vous a déplu ?

Dites-nous pourquoi ou partagez votre point de vue sur le forum. Merci

Le forum vous est ouvert pour toutes discussions à propos de cet article

Laissez un commentaire ou Ouvrez un sujet dans le forum

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :