ARC DRAMATIQUE & CONTEXTE

5
(1)

Le contexte, élément fondamental de la littérature, est le lieu où vivent les personnages, où se déroulent les événements et où l’autrice et l’auteur explorent leurs thèmes. C’est l’espace-temps singulier dans lequel se situe le récit. L’importance de ce contexte va au-delà du simple détail de fond ; il règle les comportements, les décisions et souligne les préoccupations thématiques d’une œuvre. En examinant les différentes dimensions de ce cadre, c’est-à-dire les environnements physique, temporel, culturel et social, nous pouvons dès lors apprécier sa fonction.

La période, le lieu et les circonstances définissent le monde du récit. Ils organisent les scènes, créent une atmosphère et soutiennent la dialectique thématique du récit qui consiste à opposer les points de vue. Une attention particulière dédiée à cet arrière-plan permettra d’entraîner le lecteur/spectateur dans le récit.
Le cadre offre aussi un moyen de justifier la présence des personnages et d’améliorer la résonance émotionnelle de cette présence. C’est un outil d’immersion qui rend l’irréel palpable et le réel plus vivement détaillé.

L’environnement matériel

Les fondements d’une histoire, son essence et sa force, sont brodés dans l’étoffe même du monde tangible qu’elle étreint. Ce paysage, à la fois grandiose et intime, n’est pas simplement une toile de fond pour le drame humain qui s’y déroule. Non, c’est une entité vivante et qui respire dont les humeurs et les aspects reflètent les âmes de ceux qui la foulent.
arc dramatiquePensez, un instant, aux Hauts de Hurlevent, cette étendue désolée de lande du Yorkshire. Emily Brontë, avec un œil acéré qui perce le voile du quotidien, peint un monde ravagé par Hurlevent (un terme local désignant une tempête puissante et hurlante).

L’air même semble chargé d’une intensité sombre, reflet des cœurs tempétueux qui résident dans les murs de la maison solitaire.

arc dramatiqueLes landes, vastes et impitoyables, deviennent une présence constante, un témoin silencieux des passions qui font rage à l’intérieur et ceux qui sont pris dans son étreinte luttent contre cette destinée. De même, le puissant Mississippi du Huckleberry Finn de Twain n’est pas juste un fleuve, mais un symbole d’une ampleur incroyable. Ses eaux tumultueuses, toujours en mouvement et toujours changeantes, traduisent le voyage du jeune Huck lui-même.

Le fleuve l’appelle avec une promesse d’évasion et lui désigne un chemin vers une liberté inconnue. Le fleuve et l’âme de Huck s’accordent vers les rivages inconnus de sa propre identité. Ainsi, nous voyons la puissance du monde physique. Ce n’est pas simplement une scène, mais un acteur à part entière de la narration. Il parle aux personnages, il décide de leurs actions et devient lui-même un personnage. Un maître conteur, comme Brontë ou Twain, insuffle de la vie à ces paysages.

Le temps

La question temporelle est essentielle au contexte. Il peut s’agir d’une période historique, d’une saison ou de moments spécifiques du jour ou de la nuit. Dans l’étude d’une atmosphère singulière, d’une technologie qui ne soit pas anachronique, dans la recherche d’une authenticité des dialogues ou la représentation de normes sociales, il faut apporter des réponses à la question temporelle.

Au cinéma, où le récit visuel prévaut, le cadre temporel devient un élément critique dans la création de l’atmosphère et pour communiquer sur les thèmes convoqués. François Truffaut, un pionnier de la Nouvelle Vague, nous offre avec Les Quatre Cents Coups un exemple de cadre temporel comme compagnon indispensable de la narration.
expositionLes Quatre Cents Coups, le premier long métrage de Truffaut, offre un regard intime sur l’enfance troublée d’Antoine Doinel, un jeune garçon qui traverse les complexités de l’adolescence dans le Paris d’après-guerre. Le film est situé à la fin des années 1950, une période qui marque une transition significative dans la société française.

Cet environnement temporel est essentiel pour comprendre les attentes sociétales, les normes éducatives et les dynamiques familiales qui construisent le monde d’Antoine. L’après-guerre en France fut une période de reconstruction et de redéfinition, alors que la nation cherchait à se remettre des cicatrices physiques et psychologiques de la Seconde Guerre mondiale. Ce contexte historique est intelligemment intégré dans le récit des Quatre Cents Coups.
Le sentiment de déplacement et de désillusion qui imprégnait la société française à l’époque renvoie aux sentiments d’aliénation et à l’incompréhension d’Antoine par les adultes de son entourage.

Truffaut utilise ce contexte historique pour amplifier les thèmes de la rébellion et de la recherche d’identité. Il dépeint les luttes d’Antoine comme l’emblème de la quête de sens d’une génération dans un monde en rapide changement.
Le choix de Truffaut concernant la saison et les moments spécifiques de la journée enrichit davantage l’environnement temporel du film. Se déroulant principalement pendant les mois les plus froids, le cadre hivernal du film complémente l’isolement et la froideur que Antoine expérimente dans ses interactions avec les adultes. Les arbres nus et le ciel gris parisien créent une métaphore visuelle pour la perspective sombre d’Antoine sur son avenir. De plus, Truffaut place souvent les moments critiques à l’aube et au crépuscule. Cet esthétique souligne l’état liminal dans lequel Antoine existe, pris entre l’enfance et l’âge adulte, la liberté et l’enfermement.

Le contexte temporel des Quatre Cents Coups a une influence significative sur l’atmosphère nostalgique du film et sur la sourde agitation de cette époque. Les véhicules, l’usage sporadique de la télévision peignent une image vivante de la simplicité et de l’austérité de cette période. Les dialogues, le vernaculaire parisien des années 1950, fournissent une authenticité tandis que la représentation des normes sociales, particulièrement celles liées à l’éducation et à l’autorité parentale, révèle les structures rigides contre lesquelles Antoine se rebelle.

La représentation subtile de ces éléments par Truffaut offre une critique sincère et émouvante des attentes sociétales de l’époque et des vies intérieures souvent négligées des enfants.

La culture

arc dramatiqueDans le roman fondamental de Chinua Achebe, Le monde s’effondre, l’environnement culturel du Nigeria précolonial est central pour comprendre les motivations du protagoniste Okonkwo et l’impact du colonialisme sur les sociétés indigènes.
La culture Igbo dépeinte dans le roman enveloppe un système ramifié de croyances, de coutumes, de normes et d’arts qui définissent les valeurs, les comportements et les perceptions de ses personnages. À travers un riche détail des traditions Igbo et le choc avec les forces coloniales européennes, Achebe met en lumière des thèmes d’identité, de changement et de résilience.

Le roman se déroule dans le Nigeria précolonial à une époque où les puissances européennes commencent à empiéter sur les territoires africains. Le peuple Igbo, comme de nombreuses sociétés indigènes, possédait un riche et complexe héritage culturel qui réglait tous les aspects de leur vie.
Achebe dépeint avec maîtrise cette structure sociétale, ses pratiques religieuses et les coutumes traditionnelles du peuple Igbo. Cela permet à la lectrice et au lecteur d’entrevoir un monde qui était au bord d’un changement irrévocable.

Une caractéristique fondamentale de la culture Igbo est le concept de masculinité et de prouesse guerrière, incarné par le protagoniste Okonkwo. La quête incessante d’Okonkwo pour le succès personnel et sa peur de paraître faible aux yeux de ses semblables découlent des valeurs de force et de fierté profondément enracinées au sein de la société Igbo.
Cette emphase culturelle sur la masculinité et l’honneur participe activement dans la formation des motivations et des actions d’Okonkwo tout au long du récit. Dans la vie Igbo, tissée de sacré et de traditions ancestrales, réside une profonde vénération pour les piliers spirituels qui soutiennent l’identité culturelle. C’est dans les chuchotements silencieux aux esprits des ancêtres, la solennité des rites séculaires et les échos sacrés des oracles que l’on discerne l’armature éthique et spirituelle de cette société.

Achebe, avec la délicate touche d’un peintre, révèle ces aspects de l’existence Igbo. C’est une invitation à percevoir la spiritualité complexe et profonde qui insuffle la vie dans leur cosmos indigène.

L’environnement social

Dans l’univers de Orgueil et Préjugés de Jane Austen, le milieu social exerce une influence significative sur les vies et les relations interpersonnelles des personnages. Dès la première page, nous sommes introduits aux strictes divisions de classe et aux attentes sociales qui régissent chaque aspect de la vie des personnages.

La famille Bennet, avec son revenu modeste et son manque de relations, est définitivement située dans la classe moyenne. Mme Bennet est obsédée par l’idée de marier ses filles à de riches prétendants afin de sécuriser leur position sociale et leur avenir financier.
Cette obsession du mariage comme moyen d’avancement social est un thème central du roman, comme nous le voyons avec des personnages comme Collins et Charlotte Lucas qui entrent dans des mariages pragmatiques dépourvus d’amour.

À l’autre extrémité du spectre social, nous avons des personnages comme Mr. Darcy et Lady Catherine de Bourgh. Leur richesse et leur statut leur donnent du pouvoir et de l’influence sur leur entourage. Ils ne manquent d’ailleurs jamais d’affirmer leur supériorité lors de leurs interactions sociales. Le rejet initial d’Elizabeth Bennet par Darcy lors du bal de Meryton est un bon exemple de la manière dont les dynamiques de classe règlent les relations des personnages et leurs perceptions les uns des autres.

Les rôles sexués jouent également une fonction significative dans l’environnement social de Orgueil et Préjugés. Les femmes sont censées être gracieuses, discrètes et obéissantes, tandis que les hommes sont censés être forts, confiants et affirmés. Le refus d’Elizabeth Bennet de se conformer à ces attentes la distingue des autres femmes du roman. Son indépendance et son intelligence en font une héroïne captivante.

Le contexte social de Orgueil et Préjugés sert bien davantage qu’un simple cadre pour la vie des individus ; c’est une force active qui élabore leurs décisions, leurs motivations et leurs relations. Des rituels sociaux élaborés de la salle de bal aux subtils signaux des manières et de l’étiquette, chaque aspect de la vie sociale dans l’Angleterre du début du 19e siècle se fond dans l’étoffe même du récit.

L’environnement social contraint les personnages et les justifie à la fois. En fin de compte, Orgueil et Préjugés offre une représentation sophistiquée et intelligente des manières dont les dynamiques sociales et les institutions influencent nos vies et nos décisions. Ce roman est une étude intemporelle de la nature humaine et de la société.

Comment avez-vous trouvé cet article ?

Cliquez sur une étoile

Average rating 5 / 5. Vote count: 1

No votes so far! Be the first to rate this post.

Cet article vous a déplu ?

Dites-nous pourquoi ou partagez votre point de vue sur le forum. Merci

Le forum vous est ouvert pour toutes discussions à propos de cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.