PETIT RETOUR SUR LE CONTEXTE

0
(0)

Rapidement, il faut décrire le contexte ou donner du moins quelques informations sur le contexte dans lequel s’inscrit le récit.

La construction des scènes devrait être réfléchie en ce sens : introduire ou développer un personnage, faire avancer l’intrigue et être aussi une réminiscence d’un événement passé. Ce n’est pas toujours possible lorsque l’information à communiquer possède une certaine ampleur. Dans ce cas, on peut créer entre deux scènes, une scène de transition qui s’ancre dans le passé et explique le moment présent.

L’intervention d’un narrateur pour commander de telles scènes est à envisager. Ainsi, lecteurs et lectrices ne seront pas rendues confus par l’annonce de nouvelles informations qui viennent rompre le rythme du récit. Le narrateur (ou un personnage servant de narrateur s’il appartient aussi au récit) peut de manière naturelle donner les informations nécessaires à ce moment du récit pour que lecteurs et lectrices comprennent ce qu’il se passe.
Le lecteur/spectateur a besoin de connaître les choses, c’est-à-dire que même si on lui cache certaines informations, il sait que c’est l’intention de l’auteur de jouer ainsi avec lui.

Les personnages disent les choses

C’est certainement un choix efficace de fournir l’information à travers les dialogues. Une question est posée et un personnage y répond. L’information peut être donnée aussi par le non-dit. Ce qui est tu est parfois plus révélateur qu’une myriade de mots.

Dans ce cas, cependant, l’information devrait être parcimonieuse. Lorsque le dialogue d’un personnage occupe une page et demi, c’est qu’il y a probablement une intention toute autre que de seulement donner une information sur le passé. Ici, on expose aussi un pan entier de la vie d’un personnage. On cherche à faire comprendre pourquoi il a pris une décision par exemple qui a orienté sa vie dans une toute autre direction.

Lorsqu’un personnage se confie, on peut passer un peu de temps avec lui. Cette façon de faire est intéressante parce qu’à la fois, cela sert l’intrigue, la caractérisation d’un personnage et cela donne des informations sur le contexte.

Et cela ne brise pas le rythme du récit comme le ferait un narrateur extra ou intradiégétique (hors ou dans la narration). En revanche, ne faites pas dire à un personnage ce que les autres personnages connaissent déjà ; c’est non seulement inutile mais surtout ridicule et hérisse aussi le lecteur/spectateur.

Soutenez Scenar Mag. Gardez-nous à vos côtés. Faites un don. Merci

Comment avez-vous trouvé cet article ?

Cliquez sur une étoile

Average rating 0 / 5. Vote count: 0

No votes so far! Be the first to rate this post.

Cet article vous a déplu ?

Dites-nous pourquoi ou partagez votre point de vue sur le forum. Merci

Le forum vous est ouvert pour toutes discussions à propos de cet article

Laissez un commentaire ou Ouvrez un sujet dans le forum

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :