VOTRE SCENARIO ETAPE PAR ETAPE (34) : CLIMAX DES RELATIONS

0
(0)

VOTRE SCENARIO ETAPE PAR ETAPE
de Melanie Anne Phillips.
(Ce livre de l’un des auteurs de Dramatica s’adresse tout aussi bien au scénariste).

Traduction complète : 
VOTRE SCENARIO ETAPE PAR ETAPE 

Dans cet article, nous abordons la traduction des étapes 107 à 110.

A lire pour comprendre la teneur de cet article :
VOTRE SCENARIO ETAPE PAR ETAPE DE  (26)
VOTRE SCENARIO ETAPE PAR ETAPE DE  (32)
VOTRE SCENARIO ETAPE PAR ETAPE DE  (33)

Etape 107 : Climax des relations structurelles – Acte Trois

Pour l’acte Deux, vous avez développé la nature et la montée en intensité des relations structurelles entre les personnages (leurs relations basées sur une fonction dramatique, tels que le protagoniste ou l’archétype Reason).

A propos de l’archétype Reason, à lire :
ARCHETYPES & FONCTIONS DRAMATIQUES (1)
ARCHETYPES & FONCTIONS DRAMATIQUES (2)

Maintenant, pour l’acte Trois, vous allez monter le volume.

Chaque relation devrait être soumise à plus de pression de sorte que la tension dans la relation structurelle augmente. Pour accomplir ceci, vous avez besoin de créer des moments dramatiques dans lesquels des pressions extérieures placent le rôle structurel de chaque personnage et par là, les relations entre eux, dans un véritable étau qui se resserre de plus en plus.

Pour les comédies légères, les romances et autres, les problèmes de relations structurelles ne sont peut-être pas aussi importants que cela. En fait, trop insister sur la tension fondée seulement sur des relations structurelles peut être néfaste pour des genres particuliers.
Donc, gardez un œil sur l’emphase que vous souhaitez pour la structure dramatique de votre roman (ou de votre scénario), et dans les limites de cette fourchette, amenez la tension à son maximum d’ici la fin du troisième acte.

La tension n’a pas à s’élever lentement, mais peut monter par à-coups. Elle peut certes monter lentement, puis redescendre rapidement dans un moment de relâchement, seulement pour commencer à remonter de nouveau.
Ou elle peut se mettre en place très rapidement, seulement pour progressivement se relâcher. En fait, une relation particulière peut employer l’ensemble de ces techniques. La clé est d’imiter la vie réelle et la nature inégale du stress dans nos vies, idéalisée dans des histoires.

En fin de compte, vous devez arriver à un ensemble de circonstances dramatiques qui pousse chaque relation structurelle à un niveau de stress maximum approprié à votre genre. C’est soit un point de rupture pour la relation soit elle se maintient – c’est le climax des personnages du roman (ou de votre scénario) (c’est-à-dire le point suprême où ils ne peuvent aller plus loin dans l’histoire).

En termes spécifiques de relations structurelles, vous avez déjà établi les types de situations et les considérations qui mettent chaque relation sous pression dans le matériel que vous avez développé pour l’acte Deux. Maintenant, il est temps de construire sur ce matériel.

Nous pouvons tabler sur deux sortes de stimulus qui pousse quelqu’un jusqu’à un point de tension :

  1. L’un est lorsqu’une situation particulière très tendue provoque un fort impact d’un seul coup.
  2. L’autre se construit sur une série de petites situations qui s’accumulent les unes sur les autres jusqu’à ce que la pression soit au maximum.

Ces deux approches fonctionnent très bien de manière égale quand il s’agit de construire de la tension dans les relations entre les personnages.

Pour cette étape, développez et décrivez la montée en tension et le climax de chaque relation structurelle basée sur les fonctions dramatiques de vos personnages tels que l’antagoniste ou le tentateur (ou Tempter).

Etape 108 : Climax des relations situationnelles – Acte Trois

A la différence des relations structurelles, la nature des relations situationnelles peut changer ou menacer de changer au cours de l’histoire. Au cours de l’acte Deux, vous avez déjà souligné les types de changement qui risquent de se produire. Maintenant, dans l’acte Trois, il est temps de revisiter ces changements potentiels ou actuels et de tester la relation.

Par exemple, si dans l’acte Deux, Jane était le supérieur de Tom, et que celui-ci était sur le point de recevoir une promotion, dans l’acte Trois, il l’obtient et devient le supérieur de Jane. Mais si dans l’acte Deux, Tom avait déjà été promu (donc devenu le supérieur de Jane), il est rétrogradé et retrouve son statut d’antan.

Pour atteindre une tension maximale, la relation situationnelle n’a pas en fait à changer mais elle doit au moins atteindre le potentiel maximal pour changer. Qu’elle le fasse ou non est le véritable moment du climax.

Gardez à l’esprit que toutes les relations n’exigent pas un stress et un climax. Mais au moins quelques unes d’entre elles doivent évoluer de cette façon pour impliquer le lecteur.

Pour cette étape, développer et décrivez la montée en tension et le climax de chaque situation relationnelle qui se produit dans l’acte Trois.

Etape 109 : Climax des relations émotionnelles – Acte Trois

Les relations émotionnelles entre les personnages sont les plus complexes de l’histoire. Pour bien comprendre chaque relation et s’assurer qu’aucune ne saute un temps, il est préférable de les suivre une à une. Mais lorsque vient le moment de les tisser véritablement dans l’histoire, vous pourriez rencontrer des moments dramatiques qui rassemblent plusieurs personnages d’une façon telle que plusieurs de ces relations entrent en jeu en même temps.

Par exemple, bien que vous ayez établi une relation émotionnelle entre un père et son fils et une autre entre le fils et sa petite amie, lorsqu’ils se retrouvent tous dans le même ascenseur, les deux relations entrent en jeu avec le fils en pivot. Dans les faits, une nouvelle relation émotionnelle peut être établie entre le père et la petite amie alors qu’il n’en existait pas puisqu’ils ne s’étaient jamais rencontrés.

Vous avez construit les relations de vos personnages depuis le début du roman (ou de votre scénario). Dans la vraie vie, de nouvelles relations naissent à tous moments. De manière similaire, pendant que vous développez votre histoire, elles acquièrent une vie propre. Il est tout naturel que de nouvelles relations voient le jour en cours de route. En fait, il serait probablement anormal si ce n’était pas le cas.

Pourtant quelque soit le moment où elles sont créées, toutes les relations émotionnelles doivent en fin de compte atteindre un climax dans l’histoire d’ici la fin de l’acte Trois.

Pour cette étape, reconsidérez depuis l’introduction puis leur évolution, les relations de vos personnages qui ont déjà été établies. En vous basant sur la manière dont elles se confrontent ou convergent, développez et décrivez la montée de la tension et le climax de chaque relation émotionnelle dans l’acte Trois.

Etape 110 : Le dénouement des relations

Tout au long de l’histoire, vos lecteurs en sont venus à bien connaître vos personnages et à ressentir des choses pour eux. Ils se sont émotionnellement investis en eux. Toutes les relations (structurelles, situationnelles, émotionnelles), tout ce que vous avez soulevé a besoin d’être évacué, résolu afin de satisfaire le lecteur et d’illustrer l’état définitif de ceux envers qui il a lié au moins une sympathie.

De plus, le lecteur a besoin d’un peu de temps pour dire au-revoir… Pour laisser partir les personnages vers le soleil couchant… ou pour pleurer sur eux avant la fin du roman (ou de votre scénario).

C’est la conclusion, le dénouement. Après tout ce qui est arrivé aux personnages, après les épreuves de force ultimes avec leurs démons respectifs, que sont-ils devenus ? Comment ont-ils changé ?

Si un personnage commence l’histoire comme un sceptique, a t-il maintenant la foi ? S’il commence l’histoire empli de haine envers une mère qui l’a abandonné, a t-il maintenant découvert des révélations sur le fait qu’elle fut forcée de le faire ? Et maintenant, il ne hait plus.

Ce sont les sortes de choses que vous avez besoin de dire à vos lecteurs : comment le voyage du personnage l’a changé, s’il a résolu ses problèmes et ainsi de suite…

Et à la fin, c’est le quitus que vous donnez à votre personnage qui constitue une large part du message de l’histoire. Ce n’est pas suffisant de savoir si une histoire se termine par un succès ou un échec, mais aussi si les personnages sont bien mieux émotionnellement ou tourmentés par des démons encore plus grands et tout cela indépendamment de savoir si l’objectif est atteint ou non.

Vous pouvez montrer ce qui arrive à vos personnages directement ou au travers d’une conversation que d’autres ont sur eux ou même des post-scripts sur chacun après que l’histoire soit terminée comme une série de coupures de journaux fictives.

La façon que vous ferez cela est limitée seulement par votre inventivité créative, mais assurez-vous que vous passez en revue chaque personnage et chaque relation et fournissez au moins une sortie du personnage avec un minimum pour son congédiement.

Note de traduction :
Ne le faites pas sortir brutalement de l’histoire sans que le lecteur sache un peu ce qu’il advient de ce personnage, faites en sorte qu’il ait une sortie au moins pertinente avec le thème.

Pour cette étape, développez et décrivez l’état final dans lequel se trouve chaque personnage et chaque relation.

Comment avez-vous trouvé cet article ?

Cliquez sur une étoile

Average rating 0 / 5. Vote count: 0

No votes so far! Be the first to rate this post.

Cet article vous a déplu ?

Dites-nous pourquoi ou partagez votre point de vue sur le forum. Merci

Le forum vous est ouvert pour toutes discussions à propos de cet article

Laissez un commentaire ou Ouvrez un sujet dans le forum

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :