Dramatica

DRAMATICA : LA THÉORIE EXPLIQUÉE (45)

Commençons l’étude de la classe Psychology.

Concernant les autre classes :

Sommaire de tous les articles sur la théorie narrative Dramatica :
DRAMATICA : LA THÉORIE EXPLIQUÉE
La classe Psychology se compose de quatre types :

Dramatica

Chacun de ces types se subdivisent en quatre variations.

Dramatica

Débutons avec le type Conceptualizing.

Dramatica

State of Being

Le State of Being décrit la véritable nature d’un personnage. Une véritable nature dont il n’est souvent pas conscient. Habituellement, c’est son parcours à travers l’intrigue qui lui permettra peut-être de rencontrer ce qu’il est vraiment.

En fait, très peu d’entre nous comprenons vraiment ce que nous sommes. Cependant, entre l’auteur et ses lecteurs, l’essence d’un personnage doit être explicite. Car, selon Dramatica, sans cette explication du personnage, le message de l’auteur pourrait être confus.

L’arc dramatique, c’est-à-dire la trajectoire intime qu’empruntera le personnage dans le cours de l’histoire, est habituellement le moyen utilisé par l’auteur pour communiquer son message.

Sense of Self

C’est la perception de soi. C’est une image de soi. Un personnage pourrait très bien ne pas connaître qui il est vraiment. Cependant il sait toujours qui il pense être.

Ce regard personnel que l’on porte sur soi peut être juste ou totalement erroné. Dramatica néanmoins ne confond pas cette perception de soi avec la persona (cette image de soi que l’on renvoie aux autres). La théorie insiste cependant sur la difficulté de se connaître soi-même. Vu de l’intérieur, nous ne pouvons jamais vraiment savoir qui nous sommes (State of Being).

Pourtant, nous pouvons toucher du doigt notre véritable nature par les réactions des autres à notre égard. Un antagoniste, par exemple, qui a une passion folle pour son chat va aussitôt créer un sentiment de sympathie envers lui. C’est un indice que sous l’apparence des faits et des motivations qui l’anime se cache un être sensible.
Ce type de détail ajoute de la profondeur au personnage et ne fait pas de lui un stéréotype mais plutôt un archétype sur lequel s’est greffé une dimension plus humaine.

Il y a aussi des histoires qui positionne un personnage parmi ceux qui lui renvoie une image déformée de lui-même. Ce qui crée une mauvaise perception de soi.
Cela est souvent un moyen de défense pour le personnage qui a peur d’exposer son soi au regard des autres. Cette façade qu’il arbore et que donc autrui lui renvoie s’affermit alors et devient comme une seconde nature. Et il perd ainsi le sens de lui-même piégé en quelque sorte par le regard d’autrui.

Et pour Dramatica, cette fausse image de soi qui nous situe dans le monde peut être meilleure ou bien pire que notre véritable nature. Sense of self est différent de State of Being. La dialectique qui s’opère entre ces deux concepts en est alors souvent conflictuelle.

Certaines histoires développe l’arc dramatique d’un personnage de manière à ce qu’il soit forcé de confronter le fait qu’il se trompe sur lui-même (en fait,  qu’il se mente à lui-même).
Et que le regard d’autrui s’avère juste. Cette prise de conscience est souvent un moment de crise majeure dans la trajectoire émotionnelle du personnage au cours de l’histoire. Mais elle est structurellement nécessaire pour lui permettre d’affronter dans les meilleures conditions (à la fois physique et mentale) son antagonisme lors du climax.

Pour Dramatica, cette différence entre Sense of Self et State of Being est ce qui permet de nourrir les lignes dramatiques objective et subjective.

Situation

C’est le contexte, l’environnement du personnage. C’est l’arrangement des choses qui sont hors de lui et dans lequel il se trouve.
Cela ne présume évidemment pas de l’interprétation de sa perception des choses. Et c’est probablement l’angle sous lequel Dramatica envisage cette notion de Situation.

C’est une variation du type Conceptualizing. C’est-à-dire que le personnage va conceptualiser les choses pour mieux les appréhender. Mais il ne peut saisir toute la totalité de la situation.

Situation décrit les détails de l’environnement du personnage. A travers l’histoire, la situation peut évoluer ou rester telle quelle. Tout dépend du message de l’auteur et de l’intrigue.
Selon Dramatica, puisque la situation est limitée à son aspect pratique (elle permet de comprendre l’action du personnage dans un contexte donné qui restreint nécessairement sa liberté d’agir), il ne peut être pris la mesure de la situation ou bien celle-ci ne peut être interprétée que par un raisonnement.

Un individu pauvre comprendra sa situation parce qu’il a faim. C’est un raisonnement logique. Peut-être ne voudra-t-il plus connaître la faim et s’il réussit, sa situation évoluera.
Situation décrit alors les conditions d’existence du personnage au moment où nous découvrons qu’il est affamé. Son vécu qui influence son émotivité n’interfère que très peu avec l’évaluation de sa situation. Par contre, ses conditions de vie permettent de comprendre la difficulté de sa situation.

Circumstances

Situation décrit l’environnement d’un personnage. Circumstances décrit les relations que ce personnage entretient avec son environnement.

Surtout en fiction. Mettez en présence des faits et un personnage, vous pouvez être sûr que des rapports vont s’installer entre eux. Et ces rapports seront tout empreints de l’émotivité du personnage.
Circumstances va donc décrire comment se sent un personnage dans des circonstances particulières.

Alors que Situation jauge la situation du personnage comme par exemple, être jeté dans une situation de perte (un divorce, un deuil, la perte de son emploi…), et qu’il puisse juger sa situation en termes de satisfaction (il juge si sa situation est bonne ou mauvaise selon des critères logiques), Circumstances évalue la situation en termes émotionnels.

C’est ainsi qu’un personnage peut osciller entre tirer profit de la situation mais éprouver émotionnellement une insatisfaction ou au contraire vivre une situation déplorable mais être suffisamment détaché pour se sentir bien.

Les circonstances qui permettent à un personnage de se retrouver dans une situation permettent de juger aussi des conditions de cette situation.
Un personnage assiste à un meurtre. Par quelles circonstances a t-il pu se retrouver dans cette situation permet au lecteur de positionner le personnage par rapport aux autres.
Et ce rapport aux autres (qui devient thématique) est la moelle d’une fiction (et la structure en serait ainsi la colonne vertébrale).

Le prochain article traitera des variations du type Conceiving.

Poster un Commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de