Dramatica

DRAMATICA : LA THÉORIE EXPLIQUÉE (41)

Continuons l’étude des variations de type des classes.
Cet article traite des types de la classe Physics :

dramatica

Chacun de ces types se décompose en quatre variations :

Dramatica

Abordons donc les quatre variations du type Understanding :
. Instinct
. Conditioning
. Senses
. Interpretation

Instinct

Instinct désigne la réponse inconditionnée, instinctive. Il décrit les réponses toutes faites face à des circonstances et des situations dont nous n’avons pas l’expérience.
Une expérience est une leçon. On apprend de ses expériences. Mais il y a des moments dans nos vies qui sont nouveaux et qui présentent une certaine urgence à laquelle nous devons nous soumettre.

Comme si notre être nous enjoignait d’une injonction irrésistible à réagir. Il est bon de rappeler la différence entre l’instinct et le conditionnement.

L’instinct est un comportement naturel. Beaucoup d’animaux par exemple craignent le feu par instinct. Par contre, pour se sustenter, il faut qu’ils apprennent à chasser. La chasse n’est pas intuitive. Elle ne peut se percevoir sans avoir été préalablement apprise.
L’instinct est donc une réaction intuitive qui ne se fonde pas sur une pensée rationnelle et consciente. Pour Shakespeare, la défiance serait même un instinct divin.

Le conditionnement est un processus qui vise à modifier le comportement (d’une personne ou d’un animal). Par exemple, appartenir à une communauté conditionne ses membres selon les règles et les valeurs de cette communauté.

Jusqu’à quel point un personnage peut-il être influencé par son instinct ?
Deux facteurs entrent en jeu. D’abord, la nature de l’instinct. Il existe différents instincts qui sont plus ou moins prégnants selon les individus. Il est possible d’énumérer l’instinct de fuite en réponse à la peur, l’instinct de répulsion face au dégoût, la curiosité qui est un instinct qui répond au besoin d’avoir conscience de notre environnement ce qui, dans les cas extrêmes, permet de savoir si nous ne sommes pas la proie d’un éventuel prédateur, l’instinct de survie dont dérive la pugnacité (la fuite n’est pas la seule réponse possible devant un danger imminent), l’esprit de domination qui est un instinct qui s’équilibre avec celui de soumission (un même personnage peut à la fois dominer et se soumettre), l’affirmation de soi se présente aussi comme un instinct basé sur la peur d’un manque de reconnaissance et qui réponds peut-être à notre besoin de dignité, l’instinct de reproduction que l’on peut assimiler à celui de conservation, l’instinct grégaire que d’aucuns assimilent à l’asservissement au groupe. Cette liste n’est pas exhaustive.

Le second facteur qui règle nos comportements instinctifs est l’intensité du conditionnement auquel nous avons été soumis pour dompter nos instincts. Ce conditionnement résulte d’expériences vécues soit par hasard, selon un modèle ou encore par choix.
Par exemple un soldat pourrait être conditionné pour n’éprouver aucune compassion envers l’être humain qui est devenu par un concours de circonstances son ennemi.

Selon Dramatica, la réaction instinctive d’un personnage est donc définie par la nature de l’instinct sollicité dans une situation particulière et le conditionnement de ce personnage (une éthique peut-être assénée avec trop de force).
Il est indéniable que le conditionnement limite l’instinct.

Cependant, lorsqu’un personnage réagit par instinct, il n’est pas moins sûr qu’il ne s’est  livré à aucune considération au préalable. Ce n’est qu’après les faits qu’il prend conscience qu’il a agi instinctivement.
On peut apprendre néanmoins à inhiber ses instincts. Mieux même, on peut consciemment accepter de suivre nos instincts si nous avons raisonnablement jugé qu’ils étaient la meilleure réponse dans des circonstances données.

Conditioning

Conditioning décrit les réponses basées sur l’expérience ou la préparation à certaines expériences.
Ce sont des réponses apprises que l’on puise dans notre expérience face à certains stimulus. En quelque sorte, des automatismes.

Alors quelle différence entre un automatisme et l’instinct puisque dans les deux cas, la conscience n’intervient qu’après les faits. Conditioning n’est pas inhérent à la nature fondamentale d’un personnage. C’est une réponse acquise à travers une expérience, une préparation mentale ou encore une habitude.

L’opposition entre Instinct (réponses non apprises, innées) et Conditioning (réponses apprises) est souvent conflictuelle quant à savoir comment répondre.
Que ce soit d’ailleurs dans le cours de l’histoire ou les décisions que doit prendre l’auteur concernant ses personnages.
Selon Dramatica, cette confrontation entre les deux concepts (Instinct et Conditioning) est un thème puissant.
Régler ainsi la conduite d’un personnage selon les besoins de l’intrigue peut s’avérer payant.

Senses

Il s’agit de la perception sensible, ce que nous renvoie nos sens du monde qui nous entoure.
Chacun son point de vue, mais la réalité sensible peut être la seule vérité pour certains individus.

Ce sont les données brutes que fournit le monde à notre conscience qu’elle se charge d’interpréter. Parfois les données sont exactes et d’autres fois, les données sont fallacieuses (avant même qu’elles soient interprétées).

Lorsqu’il s’agit d’une observation comme d’assister à un crime ou bien lorsque l’esprit scientifique vérifie les résultats de son travail, Senses décrit l’exactitude globale des faits. Ce sont des évidences comme 2 + 2 = 4.

Par contre lorsque les faits sont passés au crible de la conscience par l’interprétation qui en est faite, il n’y a pas évidence et les conclusions auxquelles on aboutit peuvent être exactes comme erronées. Rien ne permet de dire que l’interprétation des événements est correcte et conforme à la réalité des faits.

Pour Dramatica, cela fournit à l’auteur un puissant outil dramatique pour créer autant des comédies que des tragédies en se basant sur l’erreur ou la mauvaise compréhension des choses.

Une première impression tire son mécanisme de Senses.

Interpretation

A l’opposé de Senses se trouve Interpretation. Cette variation du type understanding est la détermination de significations possibles.

Lorsqu’une observation est faite, sa signification doit être interprétée par l’esprit. C’est-à-dire que la conscience traduit les faits bruts qu’elle perçoit par les sens et en induit une signification.
L’esprit humain est ainsi fait qu’il doit donner sens à son environnement.

Le problème est que même si les choses sont vues correctement, telles qu’elles se sont produites, les forces ou les intentions qui sont derrière les événements sont souvent mal interprétées.

Les histoires qui font intervenir des témoignages par exemple utilisent souvent l’interprétation ainsi que Senses pour ajouter un avantage dramatique incontestable.
C’est comme de tenter d’élucider la pensée de quelqu’un. Rien ne permet de dire que cela soit exact.

Dans un prochain article, nous aborderons les variations du type Learning.

Poster un Commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de