ÉCRIRE UN SCÉNARIO : LES FONDAMENTAUX (24)

Tout ce qui a pu se passer dans l’acte Deux mène irrésistiblement à ce que sera l’acte Trois. C’est-à-dire la résolution de l’intrigue, la solution au problème qui préoccupe le héros depuis le début du scénario.

Vous avez peut-être ressenti le besoin d’ajouter au moins une intrigue secondaire dans l’acte Deux. L’acte Trois et en particulier en son début se chargera d’apporter une solution à cette ou ces intrigues secondaires.
Continuer la lecture de ÉCRIRE UN SCÉNARIO : LES FONDAMENTAUX (24)

ÉCRIRE UN SCÉNARIO : LES FONDAMENTAUX (23)

L’arc dramatique d’un personnage consiste pour lui à évoluer au cours de son aventure. Cela fait partie du développement du personnage. Et plus vos personnages sont développés et mieux ils seront appréciés par le lecteur.

Mais une intrigue, ce n’est pas seulement une question de personnage. Il semble évident que l’intrigue dépend essentiellement de la complexité des personnages qui la peuplent mais la relation qui unit intrigue et personnages est un peu plus sophistiquée qu’il n’y paraît.
Continuer la lecture de ÉCRIRE UN SCÉNARIO : LES FONDAMENTAUX (23)

ÉCRIRE UN SCÉNARIO : LES FONDAMENTAUX (22)

Nous en sommes arrivés au milieu du scénario (approximativement puisque somme toute, ce sont les exigences de l’histoire qui décident de où se situe ce milieu).
C’est le point médian. Concevons-le dans une première tentative de définition comme un point de non retour.

Certes, nous avions déjà envisagé le passage dans l’acte Deux qui correspond à l’engagement du héros dans son aventure comme déjà un point de non retour. La différence que nous pouvons supposer est que le point médian correspond à un état davantage émotionnel que celui du début de l’acte Deux.
En effet, lorsque le protagoniste prend en charge son problème, il est peut-être effrayé ou curieux mais lorsque le moment du point médian est arrivé, cette inquiétude ou cette angoisse qu’il partage d’ailleurs avec le lecteur deviennent quelque chose d’encore plus humain. Quelque chose comme une désespérance.
Continuer la lecture de ÉCRIRE UN SCÉNARIO : LES FONDAMENTAUX (22)

ÉCRIRE UN SCÉNARIO : LES FONDAMENTAUX (21)

Une histoire et à fortiori un scénario, c’est une succession de scènes. Parmi celles-ci, d’un point de vue structurel, il y a des étapes incontournables : le monde ordinaire du héros, l’incident déclencheur, le passage dans l’acte Deux, le point médian, le passage dans l’acte Trois et le dénouement.

L’intrigue, l’espace de l’acte Deux, est la durée la plus longue du scénario. Ce qui implique que le lecteur peut laisser vagabonder sa pensée si rien n’est fait pour la maintenir concentrée sur l’histoire.
Nous avons vu que l’acte Deux contient approximativement en son centre un point médian (ce point peut s’étendre sur plusieurs pages, nous ne sommes pas non plus dans un modèle géométrique).
Continuer la lecture de ÉCRIRE UN SCÉNARIO : LES FONDAMENTAUX (21)

ÉCRIRE UN SCÉNARIO : LES FONDAMENTAUX (20)

J’ai toujours insisté sur l’idée qu’une histoire, c’est d’abord une affaire de relations entre individus. Une telle relation peut être envisagée comme une courbe sinusoïdale avec des hauts et des bas.

Ces ondulations peuvent expliquer la nature de la relation à un moment donné de sa propre ligne dramatique : par exemple, deux personnages s’entendent bien ou bien ils sont en désaccord ou en instance de divorce selon le moment de l’histoire où l’événement apparaît.
Il existe un autre aspect cependant qui est davantage dramatique et qui agit très souvent dans la scène.
Qui possède le pouvoir ? C’est-à-dire la puissance d’agir, d’influencer la plus forte dans une scène en particulier.
Continuer la lecture de ÉCRIRE UN SCÉNARIO : LES FONDAMENTAUX (20)

L'art de conter en images.