COMÉDIE & THRILLER COMBINÉS (2)

Nous avons vu précédemment quelques fondamentaux pour notre étude sur l’hybridation possible de deux genres apparemment incompatibles : la comédie et le thriller.

Nous avons commencé par poser la prémisse et le pitch d’un thriller. Ensuite, nous avons distingué quatre principes que nous pouvons appliquer à toutes fictions et que nous tenterons de respecter. Et nous avons pointé quelques conventions indispensables à la comédie.

La difficulté majeure à contourner dans la combinaison du thriller et de la comédie est qu’il faut établir un environnement propice à la comédie tout en respectant les conventions du thriller. Et sans que ce mélange des genres ne nuisent à l’un comme à l’autre.
Continuer la lecture de COMÉDIE & THRILLER COMBINÉS (2)

COMÉDIE & THRILLER COMBINÉS (1)

La comédie et le thriller sont deux genres bien différents. Leurs buts respectifs ne se contredisent pas mais il ne semble cependant pas évident de les utiliser tous deux dans une même œuvre.
Et si… nous tentions cependant de le faire.

Le thriller possède des principes, des conventions et des techniques narratives qui lui sont propres. Tenter de le lier à la comédie s’avère de prime abord problématique.
Pour John Truby, ce genre métis est difficile à écrire parce que les éléments qui fondent la comédie s’accordent mal avec le ton exigé pour créer des frissons et de l’effroi.

Le problème qui se présente à l’auteur est qu’il tente de s’adresser à deux lectorats différents. Dans la comédie, lorsqu’il décrit les épreuves difficiles par lesquelles passe son personnage, cela est censé provoquer le rire. Mais dans un thriller, ces mêmes épreuves provoquent un sentiment bien différent.
Continuer la lecture de COMÉDIE & THRILLER COMBINÉS (1)

A LA RECHERCHE DU THÈME

Pour ne pas se compliquer inutilement  la vie avec la question du thème, le mieux est encore de ne pas commencer à s’interroger sur lui. Débuter le processus d’écriture avec un thème en tête, c’est finir probablement avec un acte de propagande plutôt qu’une œuvre de fiction.

Une production fictive, c’est avant tout un flux libre. Le premier jet d’un scénario doit l’être avec le cœur et non avec la tête. Commencez par écrire une histoire. Parce qu’au cœur d’une histoire, il y a forcément un thème. Vous n’en aurez certes pas véritablement conscience lors du premier jet du scénario.
Il sera néanmoins là.
Continuer la lecture de A LA RECHERCHE DU THÈME

RETOUR SUR LE THÈME

Il est préférable de ne pas confondre l’intrigue et le thème. Le thème ne consiste pas en un lecteur qui se demande ce qui va bien pouvoir se passer ensuite dans l’histoire. Il s’agit précisément de ce dont parle l’histoire.

Le thème unifie. C’est un concept important. Il est comme un contenant pour l’histoire. Il pèse fortement sur les personnages, sur les dialogues, sur les lieux…
Mais il est moins apparent que tous ces éléments dramatiques. Néanmoins, sans un thème pour justifier leur présence dans l’histoire, l’expérience sera un échec.
Continuer la lecture de RETOUR SUR LE THÈME

LA STRUCTURE DE L’HISTOIRE

Nous avons abordé précédemment le concept de question dramatique à l’origine de l’intrigue. Mettre en place une question dramatique, c’est comme créer un moule qui sera tout empli d’une intrigue.

Ce moule somme toute est une forme et quelle que soit la complexité chaotique que peut emprunter cette forme, elle n’en possède pas moins une structure. On peut même considérer que l’intrigue doit être structurée…
Puisqu’une intrigue décrit une série d’événements qui ne sont pas aléatoires et qui sont conçus pour répondre à une question dramatique centrale qui peut se formuler comme :
Est-ce que le héros réussira ? par exemple.
Continuer la lecture de LA STRUCTURE DE L’HISTOIRE

L'art de conter en images.