LE CONFLIT EST L’ESSENCE DU DRAME

Pour que le drame existe, il lui faut posséder le conflit. La fonction du conflit est essentielle à toute œuvre dramatique.
Si une histoire n’a pas le conflit comme principe constitutif, elle n’existera pas.

Le conflit est l’élément dramatique qui tisse tous les autres éléments en un tout. Il est la force vitale de toute fiction.
Continuer la lecture de LE CONFLIT EST L’ESSENCE DU DRAME

LE DEVELOPPEMENT DU PERSONNAGE NOURRIT LE CONFLIT

Toutes les histoires sont à propos de personnages même lorsque ceux-ci sont des animaux ou des êtres vaguement anthropomorphes.
Et ceux qui restent en nos mémoires ont été capables de nous fasciner. Quelque part, nous devons bien admettre que nous les admirons.

Les personnages qui résonnent le plus en nous sont ceux qui dans le cours de l’histoire apprennent à transcender leurs failles et leurs faiblesses pour accomplir quelque chose dont ils ne se pensaient pas capables, si tant est qu’ils y pensaient.
Ce mouvement est connu sous le nom d’arc dramatique.
Continuer la lecture de LE DEVELOPPEMENT DU PERSONNAGE NOURRIT LE CONFLIT

LE VIL ASPECT D’UN PERSONNAGE

Vos personnages seront plus riches si vous envisagez lors de leur élaboration leur propre conception du mal.  C’est d’abord un système de croyances dont il faut comprendre l’origine, ainsi que la finalité.

Parce que cette conception du mal singulière à chaque personnage colorera chacune de ses émotions et de ses actions.
Le conflit, élément fondamental de toute fiction, sera bien plus dramatique par l’opposition et la confrontation de systèmes de croyances différents.

L’arc dramatique d’un personnage peut aussi se dessiner par l’adoption de nouvelles croyances à la fin de l’histoire. Ou bien d’un manque de foi à une illumination…
Continuer la lecture de LE VIL ASPECT D’UN PERSONNAGE

L’EMOTION AU CŒUR DU SCENARIO

Les unités de temps et de lieu ne sont peut-être pas très utiles au scénariste. Ce qui importe est l’unité d’action. C’est cette unité d’action qui est vraiment efficace.

Car sans elle, le hasard et la confusion règnent en maître sur le script. Une ligne dramatique pour porter ce nom ne peut être soumise au hasard. Elle ne serait plus une ligne mais au mieux un pointillé.

Un auteur doit trouver son sujet et s’y cramponner.
Continuer la lecture de L’EMOTION AU CŒUR DU SCENARIO

LES SYMBOLES ET LE SCENARIO

Les symboles sont un peu le parent pauvre du scénariste. Alors que les travaux de Joseph Campbell sur les mythes et légendes ont trouvé une application pratique dans l’écriture de scénarios et que le concept d’archétypes selon Carl Gustav Jung est entré très souvent dans la structure d’un scénario, les scénaristes sont un peu méfiants envers les symboles.

Les gourous eux-mêmes ont des avis partagés sur la question. Alors que John Truby leur accorde une véritable importance, Robert McKee minimise l’impact qu’ils peuvent avoir sur l’histoire.
Continuer la lecture de LES SYMBOLES ET LE SCENARIO

L'art de conter en images.