CAMPBELL : ESSAI D’EXEGESE – 21

0
(0)

[Faites une recherche par le mot-clé exégèse sur Scenar Mag et il apparaîtra l’ensemble de cette série d’articles]

PART 1: THE ADVENTURE OF THE HERO

CHAPTER 2: INITIATION
1. The road of trials

ONCE having traversed the threshold, the hero moves in a dream landscape of curiously fluid, ambiguous forms, where he must survive a succession of trials. This is a favorite phase of the myth-adventure. It has produced a world literature of miraculous tests and ordeals. The hero is covertly aided by the advice, amulets, and secret agents of the supernatural helper whom he met before his entrance into this region. Or it may be that he here discovers for the first time that there is a benign power everywhere supporting him in his superhuman passage.

Une fois le seuil franchi, le héros s’avance dans un paysage onirique aux formes étrangement fluides et ambiguës. Là, il devra survivre à une succession d’épreuves. C’est une étape très appréciée du mythe-aventure, un terreau fertile où fleurit une littérature mondiale peuplée d’ordalies et d’épreuves miraculeuses.
Le héros reçoit l’aide secrète de conseils, des amulettes et d’agents dissimulés de l’auxiliaire surnaturel rencontré avant son entrée dans ce royaume inconnu. Ou bien, c’est peut-être ici qu’il découvre pour la première fois qu’une puissance bienveillante le soutient partout dans son périple hors du commun.

Joseph Campbell, dans son œuvre fondamentale Le héros aux mille et un visages, introduit le concept du monomythe, ou parcours héroïque (Hero’s Journey), un motif universel d’aventure et de transformation qui traverse presque tous les mythes et légendes de chaque culture en tous temps.

Au cœur de ce voyage se trouve le départ du héros du monde ordinaire (Departure), son franchissement du seuil (Crossing the threshold) et son entrée dans un royaume rempli de défis et d’épreuves. Cette structure narrative non seulement décrit les étapes d’une aventure héroïque, mais sert également de métaphore pour une croissance personnelle et une découverte de soi.

Le franchissement du seuil

Dans le cadre du monomythe de Joseph Campbell, le seuil représente une étape décisive du parcours héroïque, marquant la transition du monde connu vers celui de l’inconnu. Ce moment pivot n’est pas seulement un passage physique, mais un saut symbolique vers des expériences nouvelles, des défis et un potentiel de transformation.
Le seuil représente l’engagement du héros ou de l’héroïne dans leur quête, une décision consciente de laisser derrière eux le familier et de s’aventurer dans l’incertitude. C’est à ce stade que le héros rencontre le paysage onirique de formes curieusement fluides et ambiguës, un espace qui incarne l’imprévisibilité et le chaos de l’inconnu.

Le seuil symbolise le début d’un cheminement vers la maturité, la découverte de soi et les épreuves qui détermineront le devenir de l’héroïne ou du héros. En franchissant le seuil, le héros se retrouve dans ce paysage onirique de formes curieusement fluides et ambiguës, un motif utilisé par Joseph Campbell pour symboliser la profonde incertitude et la complexité des défis qui attendent l’héroïne et le héros.
Ce paysage n’est pas qu’un simple environnement, mais le reflet de l’état intérieur du héros, regorgeant de potentiel à la fois pour le péril et l’illumination. La fluidité et l’ambiguïté de ce monde onirique remettent en question les préconceptions du héros, le forçant à s’adapter et à évoluer. Il agit comme une alchimie de transformation, où le héros doit surmonter une série d’épreuves qui testent son courage, sa résilience et sa sagesse.

Le paysage onirique, aux frontières mouvantes et indistinctes, représente le parcours héroïque à travers le subconscient du héros, confrontant ses peurs, ses désirs et son ombre. De cette manière, Campbell illustre la profondeur psychologique de l’aventure héroïque, mettant l’accent sur le voyage intérieur autant que extérieur.

Les épreuves

La succession d’épreuves rencontrée par le héros dans le paysage onirique est un élément central de la représentation du parcours héroïque chez Joseph Campbell. Ces épreuves ne sont pas des obstacles arbitraires, mais des défis significatifs qui contribuent de manière importante à l’évolution et à la transformation personnelle du héros et de l’héroïne.

Chaque épreuve est conçue pour tester la détermination, la sagesse et le courage du héros, le poussant à ses limites et au-delà. C’est en traversant ces épreuves que le héros apprend à décrypter les méandres du paysage onirique, se dotant des armes pour se confronter à ses plus grandes frayeurs et incertitudes et à les surpasser.
Les épreuves servent également de rite de passage, marquant la transition du héros de l’ordinaire à l’extraordinaire. En affrontant chaque défi, le héros acquiert de nouvelles connaissances, gagne des alliés et développe la force de caractère nécessaire pour affronter les adversités futures.

Ce processus de dépassement de soi ne prépare pas seulement le héros et l’héroïne à la confrontation finale avec leur ennemi juré, mais symbolise également le cheminement de l’individu vers la réalisation de soi et l’illumination. Les épreuves sont donc un mécanisme essentiel par lequel le héros est transformé, émergeant du paysage onirique non seulement en tant que survivant, mais en tant que figure de pouvoir et de sagesse.

Métaphores

Le paysage onirique et les épreuves qu’il renferme sont chargés d’une signification symbolique dans le monomythe de Joseph Campbell. Ils servent de métaphores pour la lutte intérieure et la transformation du héros. La nature fluide et ambiguë du paysage onirique reflète le caractère incertain et chaotique du voyage de la vie, soulignant la nécessité pour le héros de s’abandonner, de lâcher prise et de se livrer au processus de découverte de lui-même.

Ce paysage oblige le héros à affronter ses peurs, ses désirs et les parts les plus sombres de lui-même, son ombre. Par cette confrontation, le héros subit une transformation, abandonnant ses anciennes identités et croyances pour embrasser de nouvelles perspectives et forces. Les épreuves, chacune un obstacle sur le chemin de la découverte de soi, symbolisent les obstacles auxquels nous sommes tous confrontés dans notre quête d’enrichissement et d’accomplissement personnels.
Elles nous enseignent l’endurance, le courage et la valeur de la persévérance face à l’adversité. À mesure que le héros surmonte ces épreuves, il symbolise le dépassement de ses limites personnelles, menant à une profonde transformation. Ce voyage à travers le paysage onirique et la succession d’épreuves culminent en la renaissance du héros, un renouvellement de soi qui lui apporte une sagesse et des capacités nouvelles, le préparant aux défis à venir et, finalement, à son retour dans le monde ordinaire, enrichi et transformé.

Le cadre du monomythe de Campbell, qui met l’accent sur le voyage symbolique à travers des épreuves dans un paysage onirique, offre une perspective puissante pour analyser nos propres vies. Il suggère que le chemin vers la découverte de soi et la transformation est semé d’embûches, mais que ces défis sont essentiels si nous voulons grandir de nos expériences dans nos vies.
En explorant nos propres paysages oniriques et en affrontant nos épreuves, nous pouvons nous aussi nous embarquer dans un voyage héroïque vers la réalisation de soi et l’accomplissement.

Dans Le Héros aux mille et un visages, le voyage du héros à travers le seuil et vers un monde d’épreuves incarne la quête universelle de connaissance, de force et de transformation. Le monomythe de Campbell ne se contente pas de cartographier un schéma narratif présent dans les mythes et les récits de cultures du monde entier, il sert également de métaphore pour le développement personnel et la découverte de soi de l’individu.

Le passage symbolique du seuil et ce voyage intérieur dans le paysage onirique aux formes fluides et ambiguës représentent les défis et les incertitudes auxquels nous sommes confrontés dans nos propres vies. La succession d’épreuves, bien qu’effrayante, est essentielle au développement personnel du héros, et par extension au nôtre, menant à une profonde transformation qui le prépare aux adversités futures et au retour final dans le monde ordinaire, enrichi et éclairé.

Un pouvoir bienveillant (Benign Power)

La découverte d’un pouvoir bienveillant qui soutient le héros tout au long de son périple hors du commun est un moment charnière de son voyage. Ce concept n’est pas qu’un simple élément d’intrigue, mais un symbole profond d’une croissance intérieure, d’une connexion universelle et de la transformation qui est au cœur du monomythe de Joseph Campbell.
Disséquons l’importance, le contexte et le symbolisme de cet élément, et explorons ses implications pour le développement personnel et l’universalité du parcours héroïque.

Le périple du héros, ou monomythe, est un concept proposé par Joseph Campbell qui englobe le voyage de tous les héros à travers les cultures et les époques. La découverte du pouvoir bénéfique se produit généralement après que le héros a franchi le seuil vers l’inconnu, ce monde spécial. C’est une phase où le héros, ayant laissé le familier derrière lui, rencontre des épreuves et des alliés.
Le pouvoir bénéfique se manifeste souvent lors d’un moment de grande adversité, poussant le héros à se dépasser ou lui offrant l’assistance nécessaire pour accomplir son destin. Cette découverte symbolise la prise de conscience du héros de son lien avec quelque chose de plus grand que lui-même, qu’il s’agisse du destin, de la providence divine ou de son moi profond.

C’est une incarnation narrative du processus psychologique d’individuation décrit par Carl Jung, où l’individu parvient à reconnaître et à intégrer les différentes facettes de sa personnalité en un tout unifié.

Symbolisme

Cette puissance bénigne est riche en symboles, représentant la force intérieure ou le soutien extérieur qui ne se manifeste que lorsque le héros s’engage pleinement dans son aventure. C’est un témoignage de l’idée que l’aide apparaît quand on est prêt à la recevoir, incarnant l’espoir, la foi et les relations réciproques et poreuses entre toutes les choses.
En termes de développement du personnage, cette découverte marque une transformation significative du héros et de l’héroïne. C’est le moment où le protagoniste passe de l’incertitude à la confiance, en réalisant que son chemin s’inscrit dans un récit plus large.

Cette prise de conscience peut changer radicalement la façon dont le héros aborde les défis, passant d’une attitude réactive à un engagement proactif dans son destin. Elle confère au héros un sentiment de but et d’autonomie qui lui permet d’affronter l’abîme ou le point final de l’histoire avec une vigueur et une confiance renouvelées.
Le concept de puissance bienveillante dépasse largement le cadre des récits mythiques pour s’appliquer au développement personnel et à l’expérience humaine dans son ensemble. Il suggère que dans nos propres vies, c’est-à-dire dans nos propres parcours, nous sommes soutenus par des forces bienveillantes, qu’il s’agisse de nos forces intérieures, du soutien de nos proches ou d’un heureux concours de circonstances.

La reconnaissance de ces forces peut profondément influencer la manière dont nous relevons nos défis, en encourageant un état d’esprit d’ouverture et de confiance dans le processus du voyage. L’universalité de ce concept confirme l’affirmation de Joseph Campbell selon laquelle le parcours héroïque (Hero’s Journey) reflète une structure fondamentale immanente à l’expérience humaine et à la fiction.
La puissance bienveillante est une pierre de touche universelle qui nous rappelle qu’au cœur de nos luttes et de nos aventures, nous pouvons trouver un soutien et des conseils. Il s’agit d’un mécanisme narratif et psychologique convaincant, qui souligne l’interdépendance de toutes les formes de vie et l’effet transformateur de la reconnaissance et de l’acceptation du soutien qui nous enveloppe.

En analysant la signification de cette puissance bienveillante dans le projet d’un parcours héroïque, nous découvrons des significations qui s’étendent au-delà de la narration, dans le tissu de l’expérience humaine. C’est un rappel de notre potentiel de développement, c’est-à-dire l’acceptation que nous ne sommes pas des êtres figés, ossifiés dans un état d’esprit, que chacune de nos décisions et chacun de nos choix font que nous nous recréons incessamment, de l’inévitabilité de cette transformation car la nier serait une erreur et de ce voyage universel que nous entreprenons tous sous diverses formes.

Ce concept n’enrichit pas seulement notre compréhension des contes et de la mythologie, mais offre également des perspectives profondes pour naviguer dans les complexités de la vie avec endurance et foi dans le soutien qui se trouve à la fois à l’intérieur et à l’extérieur de nous.

Comment avez-vous trouvé cet article ?

Cliquez sur une étoile

Average rating 0 / 5. Vote count: 0

No votes so far! Be the first to rate this post.

Cet article vous a déplu ?

Dites-nous pourquoi ou partagez votre point de vue sur le forum. Merci

Le forum vous est ouvert pour toutes discussions à propos de cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.