PLANIFIEZ COMME BRANDON SANDERSON

5
(1)

La méthode de outline (ou planification) de Brandon Sanderson propose une approche structurée à la création de récits, particulièrement utile pour l’autrice et l’auteur souhaitant améliorer leurs compétences en intrigue et développement de personnages. Elle se décompose en neuf étapes qui guident la conception d’un récit cohérent et captivant.

Une vue d’ensemble

Le processus commence par la rédaction d’un bref résumé de l’intrigue. Cet aperçu donne le ton et aide à faire passer le concept général de la pensée au papier. L’étape Vue d’ensemble de la méthode de Brandon Sanderson sert de base à l’ensemble du récit, marquant la phase initiale du processus de description du récit.

La vue d’ensemble est un bref résumé d’un seul paragraphe qui résume l’intrigue principale de l’histoire. Ce résumé est essentiel pour donner le ton et établir le concept général du récit. Il permet à l’auteur et à l’autrice de distiller l’essence de leur histoire en devenir dans une forme compacte, assurant la clarté de la vision dès le départ.
La vue d’ensemble donne le ton de l’histoire, fournissant une espèce d’instantané de l’ambiance générale du récit, des thèmes et de la direction dans laquelle il s’oriente volontiers. Cela aide à aligner les étapes suivantes du processus descriptif des grands moments du récit avec l’essence de l’histoire, en assurant la cohérence du ton tout au long du récit.

En traduisant le concept général de l’histoire sur papier, ce résumé ou prémisse aide à clarifier les idées de l’auteur et de l’autrice. Il sert de point de référence pour le développement de l’intrigue, des personnages et de l’environnement, garantissant que tous les éléments de l’histoire sont cohérents et contribuent à la réalisation de la vision initiale.

La vue d’ensemble agit comme la partie visible de l’iceberg, guidant la plongée profonde de l’autrice et de l’auteur dans les aspects plus détaillés de leur récit, tels que le développement des personnages, la construction du monde et les subtilités de l’intrigue. Il garantit que le concept de base de l’histoire est solide avant d’explorer les complexités sous la surface.

L’environnement

Le cadre est une composante fondamentale de la méthode de Brandon Sanderson qui influence profondément le récit et le développement du personnage. Sanderson consacre une partie importante de son processus de planification au développement de l’environnement (World Building) qui peut inclure la géographie, les cultures, les systèmes magiques si le genre s’y prête, la technologie et les normes sociétales. Ce travail de fond détaillé garantit que le monde de l’histoire est réel et immersif, offrant un contexte riche dans lequel le récit se déroule.

Cet environnement n’est pas seulement une toile de fond, mais il façonne activement l’intrigue et les conflits au sein de celle-ci. En explorant les subtilités du monde, y compris sa politique, sa technologie et sa magie (le cas échéant), Sanderson ouvre la voie à des conflits profondément liés au monde lui-même. Cette intégration garantit que les défis de l’histoire sont organiques et significatifs, influençant directement les décisions et la croissance du personnage ; des personnages qui sont développés par rapport au monde qu’ils habitent.
Leurs antécédents, leurs croyances et leurs luttes sont éclairés par cet environnement singulier, ce qui rend leurs itinéraires plus faciles à comprendre et plus convaincants. L’approche de Sanderson permet aux personnages d’interagir avec leur environnement de manière à révéler leur personnalité, leurs forces et leurs faiblesses.

Le contexte influence directement la direction que prend le récit, avec des caractéristiques spécifiques du monde (comme une ville perdue ou un système magique unique) qui font souvent avancer l’intrigue. Sanderson utilise cet arrière-plan visuel pour introduire des éléments qui peuvent déformer le récit, créer de la tension et révéler la profondeur des personnages.

Les personnages

La méthode de Brandon Sanderson améliore considérablement le développement des personnages en consacrant trois de ses neuf étapes à l’exploration des personnages à différents niveaux d’importance dans l’histoire.

Les personnages majeurs

Cette étape consiste à rédiger de deux à cinq paragraphes sur chaque personnage majeur, en examinant qui ils sont, ce qu’ils désirent, leurs défauts et les arcs dramatiques qu’ils suivront tout au long de l’intrigue (essentiellement dans le courant de l’acte Deux). La méthode de Sanderson met l’accent sur la compréhension du noyau de chaque personnage majeur, en explorant leurs motivations, les obstacles qui freinent leur évolution et le potentiel de cette croissance.
Cette analyse approfondie garantit que ces personnages majeurs sont bien équilibrés, avec des parcours de développement clairs qui s’alignent sur les thèmes généraux de l’histoire.

Les personnages secondaires

Bien qu’ils ne soient pas aussi centraux que les personnages majeurs, les personnages secondaires reçoivent également beaucoup d’attention. Sanderson écrit généralement deux à trois paragraphes pour chacun, en se concentrant sur leurs fonctions dans le soutien de l’intrigue principale et des personnages majeurs.
Cette étape garantit que les personnages secondaires contribuent de manière significative au récit, en améliorant les parcours des personnages majeurs et la profondeur de l’histoire.

Les personnages mineurs

Même les personnages ayant des rôles moindres sont pris en compte, Sanderson écrit un paragraphe ou deux sur chacun. Cette attention aux détails garantit que les personnages mineurs, sans être profondément explorés, ont toujours des identités et des objectifs distincts dans le récit, contribuant à un monde plus riche et plus immersif.

En structurant son récit pour inclure des sections détaillées sur les personnages majeurs, secondaires et mineurs, Sanderson s’assure que le développement du personnage est minutieux et fait partie intégrante du processus de narration. Cette méthode facilite la création de personnages complexes et crédibles qui engagent le lecteur/spectateur et font avancer le récit, faisant du développement du personnage une pierre angulaire de son approche de l’écriture.

Une intrigue archétypale

Identifiez les types d’histoires dans le projet (par exemple, un parcours héroïque (Hero’s Journey), une histoire d’amour..) pour étudier et incorporer des éléments d’autres œuvres avec succès. Cette étape de l’intrigue archétypale de la méthode de Brandon Sanderson est décisive autant pour les scénaristes que les romanciers, car elle implique d’identifier les histoires fondamentales dont certaines sont très anciennes dans le projet en cours.

Les scénaristes sont invités à identifier les récits traditionnels ou les archétypes narratifs qu’ils souhaitent explorer dans leur scénario. Il peut s’agir de récits classiques comme le Hero’s Journey, une histoire d’amour, le récit d’une vengeance, ou des thèmes plus nuancés ou spécifiques à un genre. Comprendre ces archétypes aide à structurer le scénario autour de modèles narratifs universellement reconnus, qui peuvent profondément résonner auprès du lecteur/spectateur.

Une fois les archétypes narratifs identifiés, l’autrice et l’auteur doivent rechercher des films, des pièces de théâtre et d’autres scénarios qui excellent dans ces archétypes particuliers. Cette recherche sert de source d’inspiration, offrant des aperçus de techniques de narration réussies, d’arcs dramatiques et de développements d’intrigue au sein de chaque archétype.
Cette recherche leur permet d’apprendre des œuvres existantes et d’intégrer des éléments éprouvés dans leurs propres récits. Pour un scénario, l’intégration de multiples archétypes narratifs nécessite une planification minutieuse afin de garantir que chaque histoire retenue enrichit le projet en cours sans le surcharger.

L’autrice et l’auteur doivent trouver des moyens de tisser ces archétypes ensemble d’une manière qui semble naturelle et renforce leur récit qui commence à se dessiner sur la page. Cela peut impliquer d’aligner les arcs de développement des personnages sur les mouvements de l’intrigue ou de trouver des liens thématiques entre différentes intrigues. L’identification des archétypes narratifs dès le début du processus de développement permet aux scénaristes de planifier stratégiquement la progression de leur scénario. Elle aide à créer des attentes, à susciter la tension et à offrir des résolutions satisfaisantes.

Les scénaristes peuvent utiliser ces archétypes pour cartographier les points clés de l’intrigue, s’assurant ainsi que le scénario a une direction claire et maintient l’engagement du lecteur/spectateur tout au long du récit. Si les archétypes narratifs fournissent un cadre prêt à l’emploi pour le scénario, l’auteur et l’autrice sont cependant encouragés à apporter leur propre créativité et leurs propres rebondissements à ces structures classiques.

La méthode Sanderson souligne l’utilisation des archétypes comme point de départ plutôt qu’un modèle strict, permettant l’innovation et l’expression personnelle dans les limites des modèles narratifs reconnus.

Une conclusion satisfaisante

Dans la méthode de Brandon Sanderson, l’étape d’une conclusion satisfaisante est déterminante pour la réussite du projet car elle définit la direction et le but du récit. Cette étape consiste à envisager la conclusion la plus satisfaisante pour l’histoire, qui n’est pas nécessairement le résultat le plus heureux ou le plus positif, mais plutôt celui qui résonne le plus profondément avec les thèmes, les personnages et le récit tout entier.

Sanderson souligne qu’une fin satisfaisante doit réaliser les promesses faites au lecteur/spectateur tout au long de l’histoire. Cela implique de prendre en compte les attentes suscitées par le développement du récit, les arcs dramatiques des personnages et l’exploration des thèmes, et de s’assurer que la fin offre une résolution méritée et significative. La fin doit résumer les thèmes centraux de l’histoire, en commentant ou en réfléchissant aux idées principales explorées tout au long du récit.
Sanderson se demanderait comment la fin renforce ou remet en question les thèmes, rendant le message de l’histoire impactant et mémorable.

Un aspect important d’une fin satisfaisante implique la résolution des arcs dramatiques des personnages majeurs. Sanderson se concentre sur la façon dont les personnages ont changé, ce qu’ils ont appris et comment leurs voyages culminent dans les moments finals de l’histoire.
La fin doit refléter la maturation et la transformation des personnages, offrant une conclusion satisfaisante à leurs parcours. Sanderson conseille à l’autrice et à l’auteur de penser la conclusion de leur récit très tôt dans le processus d’écriture. Cette clairvoyance permet d’introduire des éléments d’intrigue, des questions thématiques et des étapes de développement du personnage qui convergent vers cette fin satisfaisante. En planifiant la conclusion à l’avance, l’auteur et l’autrice peuvent créer un récit cohérent et dirigé qui mène logiquement et émotionnellement à la fin envisagée. Une conclusion satisfaisante doit laisser une impression durable sur le lecteur/spectateur, en suscitant des émotions fortes ou en le poussant à réfléchir. Sanderson vise des fins qui résonnent au-delà de la conclusion immédiate de l’histoire, s’assurant que le récit reste avec le lecteur et la lectrice longtemps après qu’ils aient fini de lire.

Bien que cette fin soit planifiée tôt, Sanderson reconnaît également l’importance de la flexibilité. Tandis que le récit évolue au cours de son écriture, revisiter et potentiellement réviser la fin envisagée pour mieux correspondre au récit développé peut en améliorer l’efficacité et l’alignement avec la progression de l’histoire.

Les lignes dramatiques

Décrivez chaque ligne dramatique séparément, du début à la fin, assurant une exploration approfondie de chaque fil narratif avant de les entrelacer. L’étape des lignes dramatiques de la méthode de Brandon Sanderson est particulièrement pertinente pour les scénaristes qui travaillent souvent avec des récits complexes qui incluent plusieurs lignes dramatiques (ou Storylines). Cette étape consiste à détailler chaque ligne dramatique séparément avant de trouver des moyens de les imbriquer dans un scénario cohérent.

Commencez par tracer les grands moments de chaque ligne dramatique, en détaillant le début, le milieu et la fin pour chacune d’entre elles. Cela permet à l’auteur et à l’autrice de se concentrer sur le développement et la résolution des arcs narratifs individuels sans se soucier initialement de leur intégration. Ils s’assurent ainsi que chaque intrigue est forte et convaincante.

Après avoir analyser chaque ligne dramatique séparément, l’étape suivante consiste à identifier les points d’intersection potentiels entre elles. Les scénaristes doivent rechercher des moments où les personnages, les thèmes ou les événements peuvent naturellement se croiser, créant des opportunités pour que les intrigues s’entremêlent et s’enrichissent mutuellement.

Dans l’écriture de scénario, la gestion du temps d’écran est critique. L’autrice et l’auteur doivent équilibrer l’attention accordée à chaque ligne d’intrigue, en veillant à ce que les intrigues principales soient correctement développées tandis que les intrigues secondaires viennent compléter ou expliquer ou renforcer l’intrigue principale sans l’éclipser. Cet équilibre exige une planification et une révision minutieuses.

En décrivant des intrigues séparées, les scénaristes peuvent créer une profondeur narrative, rendant l’histoire plus engageante et multiforme. Chaque intrigue peut explorer différents thèmes ou des aspects des personnages, ajoutant de la richesse au scénario et offrant une expérience variée au lecteur/spectateur. Le but ultime est de tisser les intrigues distinctes en un seul récit cohérent. Cela implique un placement stratégique des rencontres entre les différents intrigues en veillant à ce que les transitions entre celles-ci soient transparentes et logiques. L’intégration devrait améliorer le récit global, en construisant vers une conclusion unifiée qui résout ou rassemble les intrigues disparates.

Les scénaristes devraient aborder l’intégration d’intrigues avec créativité, en trouvant des moyens innovants pour les lier. Cela peut impliquer de subvertir les attentes, de créer des connexions inattendues ou d’utiliser des parallèles thématiques pour lier différentes intrigues ensemble.
Comme pour tout aspect de l’écriture de scénario, affiner l’intégration d’intrigues différentes est un processus continu. Les scénaristes devront peut-être ajuster les contours au fur et à mesure que le scénario se développera, en veillant à ce que le récit reste cohérent et convaincant tout au long des révisions.

La dernière étape consiste à combiner les intrigues décrites dans un récit unique et cohérent, en maintenant la flexibilité au sein de la structure pour l’inspiration créative.

Et Merci pour vos dons

Comment avez-vous trouvé cet article ?

Cliquez sur une étoile

Average rating 5 / 5. Vote count: 1

No votes so far! Be the first to rate this post.

Cet article vous a déplu ?

Dites-nous pourquoi ou partagez votre point de vue sur le forum. Merci

Le forum vous est ouvert pour toutes discussions à propos de cet article

One thought on “PLANIFIEZ COMME BRANDON SANDERSON

  1. Bonsoir William,
    Merci pour tout tes articles passionnants qui m’aident grandement à la réalisation de “mon”projet (on est jamais seul).

    Cet article résonne comme le Saint Graal du scénariste. Réussir à créer un monde cohérent, passionnant et émouvant au travers de relations conflictuelles.

    A lire et à relire.
    Merci William

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.