L’ESPRIT, UN OUTIL ?

0
(0)

Le premier outil à votre disposition pour écrire, c’est vous. C’est-à-dire votre esprit. Deuxièmement, pour écrire de bons personnages, l’esprit est la force motrice derrière les actions de vos personnages.

Au moment où j’écris, nous n’utilisons qu’une faible part des capacités que peut offrir notre esprit, du moins, son substrat matériel : le cerveau.

À bien des égards, c’est ce qui rend l’écriture d’une fiction si difficile et si épuisante : vous essayez d’étendre la partie de votre esprit que vous utilisez normalement, dans votre vie de tous les jours, afin de pouvoir accéder à la partie que la plupart des autres personnes utilisent pour elles-mêmes.

Notre inconscient

Admettons que nous n’utilisions qu’une faible part de notre esprit et que celle-ci soit notre conscience. La part la plus importante, cachée, est alors notre inconscient. Un personnage entier a un cerveau fictif entier et même s’il n’en utilise consciemment qu’un peu, la part d’inconscient affecte ses actions.

En tant qu’autrice et auteur, vous rêverez de votre histoire et de vos personnages. C’est votre esprit qui travaille, même si vous ne le faites pas consciemment. Vous rencontrerez aussi le syndrome de la page blanche qui, lorsqu’il est réel, serait votre inconscient vous disant d’attendre jusqu’à ce que vous réalisiez dans votre esprit conscient quelque chose d’important concernant votre histoire.

Écrire ce que l’on ressent est le pouvoir de l’inconscient. On ne s’explique pas ce que l’on ressent. Nommons cela de l’intuition. Il s’agit d’une grande partie de votre esprit et mieux vous pourrez entrer en contact avec elle et l’utiliser, votre écriture sera meilleure.

Pour une première approche, je vous conseille la lecture de ces trois articles :

  1. L’OMBRE – INTRODUCTION
  2. L’OMBRE – DEUXIÉME PARTIE
  3. L’OMBRE – TROISIÈME PARTIE : L’EGO

Tenter de décrire ses sentiments, ses sensations, ses impressions afin de les communiquer à autrui, c’est-à-dire à un étranger, est quelque chose de difficile. Être objectif avec soi-même semble impossible : c’est un sujet, un moi, se considérant comme un objet que l’on pose devant soi et que l’on observe.

L’objet est certainement teinté de notre subjectivité. Il est important de soumettre votre œuvre aux regards de lecteurs et lectrices bêta qui vous renverront leurs propres impressions. Vous ne débattrez pas de ces appréciations ou jugements sur votre travail. Au contraire, vous vous en servirez pour aller à la rencontre de vous-mêmes.

Votre responsabilité

En tant qu’auteur et autrice, vous êtes responsables de votre écriture. Il existe de nombreuses expériences qu’une autrice ou un auteur doivent avoir pour comprendre à la fois son propre esprit et l’esprit d’autrui. Aucun d’entre nous n’est un modèle pour le reste de l’humanité. Aussi difficile que cela puisse être pour certains de croire, il y a des différences entre les individus.
Quand on observe un groupe, une communauté, il faut essayer d’imaginer ce qui motive chaque individu à agir de la manière dont il agit. Et si vous ne vous comprenez pas vous-mêmes sur le plan intellectuel, spirituel, émotionnel, il sera alors difficile de comprendre l’autre.

Néanmoins, tout n’est pas un problème d’analyse. La créativité se déverse spontanément sur la page.

A Scenar Mag, nous souhaitons vous apporter le plus d’informations possibles afin de vous aider à accomplir vos rêves d’écriture. Nous existons grâce à vous depuis 2014. Soutenez-nous. Faites un don. Merci

Comment avez-vous trouvé cet article ?

Cliquez sur une étoile

Average rating 0 / 5. Vote count: 0

No votes so far! Be the first to rate this post.

Cet article vous a déplu ?

Dites-nous pourquoi ou partagez votre point de vue sur le forum. Merci

Le forum vous est ouvert pour toutes discussions à propos de cet article

Laissez un commentaire ou Ouvrez un sujet dans le forum

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :