SIGNIFICATION CACHÉE

0
(0)

C’est rare un récit qui ne dit pas plus que ce qu’il montre en surface. La signification cachée pourrait être ces sentiments tacites qui se cachent sous les mots. C’est ce qui n’est pas dit et est le meilleur type d’écriture que vous pourriez écrire, commente Rachel Ballon.

Si l’on prend le soap opera par exemple (ce qui à mon sens est une autre façon de dire médiocrité), les personnages profèrent exactement ce qu’ils ont à l’esprit. Ils sont d’une franchise déconcertante mais qui n’est pas dramatique. Il n’y a pas de retenue.

L’émotion sous les mots

Parce que le dialogue doit être émotionnel plutôt que conversationnel, une des meilleures façons d’écrire le dialogue est en utilisant le sens caché, suggère Rachel Ballon. Ce double texte en quelque sorte vous fournit les outils pour permettre à vos lecteurs de s’identifier avec vos personnages.

En somme, le sens caché (subtext dans la langue anglaise), c’est qu’à travers les dialogues, les personnages disent autre chose. Quelque chose qu’ils cherchent désespérément à énoncer mais ils n’ont pas les moyens de le faire de la manière habituelle. Un couple par exemple se dispute à propos du dîner raté. Mais qu’est-ce que cette dispute signifie réellement ? Cette scène de la dispute est utilisée pour faire comprendre à son lecteur ou à sa lectrice que ce couple qu’ils observent est un couple dont les non-dits traduisent la rupture prochaine.

Certes, la signification cachée du récit telle qu’elle existe (mais sans se manifester) demande un effort à son lecteur mais cela fait aussi partie du plaisir de la lecture (ou lorsqu’on voit un film). Les spectateurs de cette scène de la dispute par exemple sont en mesure d’y apporter leurs propres expériences de vie et de s’identifier aux personnages.

N’avons-nous pas tous ressenti la douleur d’être rejeté ? Demande Rachel Ballon. N’avons-nous pas tous ressenti le malaise d’essayer de mettre fin à une relation sans savoir comment ? En fait, dans la plupart de nos relations, nous utilisons des sous-entendus, surtout lorsque les émotions et les sentiments sont en jeu.

La plupart d’entre nous traversons la vie sans dire comment nous nous sentons vraiment, estime Rachel Ballon. Rachel Ballon est une psychothérapeute. Son point de vue est assez orienté.
Nous cachons nos sentiments derrière nos masques et nous nous comportons différemment de ce que nous éprouvons intérieurement. Pensez aux situations émotionnellement chargées que vous avez vécues tout au long de votre vie — naissances, décès, maladie, accidents, mariages, ruptures, divorces. En ces moments hautement émotionnels, la plupart d’entre n’ont pas les mots pour les décrire, et nos sentiments restent enfouis profondément en nous.

La vérité sous les mots

La plupart du temps, nous offrons aux autres une image de nous qui n’est pas nous. Dans nos relations sociales, nous portons un masque comme une façade. Nous cherchons à donner une impression.

On ne se comporte pas comme nous le ressentons vraiment, mais comme nous souhaitons apparaître aux autres. Ce n’est pas un mensonge, ni vraiment volontaire. C’est de l’auto-préservation, une question de survie. Nous préservons notre estime de soi et notre ego, constate Rachel Ballon.

Beaucoup d’auteurs éprouvent des difficultés en essayant d’écrire le non-dit. Au lieu d’écrire un texte sous-entendu, ils utilisent souvent une sorte de métonymie, disant quelque chose qui a un double sens, ou ils écrivent un dialogue avec un caractère sarcastique. Ce n’est pas sous-entendu. Ce sont des gens sarcastiques ! Explique Rachel Ballon.

Un récit devrait envelopper quelque chose sous les mots. C’est subtil, et plus que du sarcasme ou des petits discours. Dans le texte sous-jacent, il y a toujours beaucoup plus de choses qui se passent dans une scène que ce qu’il s’y observe.

Ce texte sous-jacent est le sentiment sous les mots. C’est la vérité sous-jacente à ce qui est dit et entendu. C’est cette signification cachée qui devrait être au cœur de la scène. Prenons l’exemple d’un couple marié de longue date. Le verdict est tombé : la femme va mourir.

Et pourtant, lors d’une scène donnée, l’homme et la femme ne parlent pas de la maladie. Au contraire, ils planifient un voyage. Ils envisagent encore le futur. Aucun des deux ne parle de ce que chacun craint le plus.
Cette scène entre le mari et la femme est beaucoup plus dramatique et émouvante que si l’un ou l’autre parlait de la maladie et de la peur qu’ils ressentent tous les deux.

Une signification cachée apparaît lorsque le lecteur sent qu’il se passe beaucoup plus de choses dans une scène que ce qui se dit et se fait. Lorsque vous écrivez une scène chargée d’un sens caché, vous doutez de ce que les personnages disent vraiment, parce que vous savez qu’ils ressentent quelque chose de différent de la façon dont ils se comportent, rappelle Rachel Ballon.

Cela se produit aussi dans la vraie vie. On dit une chose alors qu’on en ressent une autre. Peut-être parce qu’on ne veut pas blesser l’autre ou bien de peur de se révéler vulnérable. Chez les personnages de fiction, il en est de même. Il y a des sentiments non-dits sous les mots.

Rachel Ballon rappelle qu’il est important pour un auteur ou une autrice d’utiliser autant que possible une signification cachée dans les dialogues ou dans les actions des personnages. Cela permet au lecteur de mettre en jeu ses propres sentiments et de s’identifier aux personnages par reconnaissance.

Dans ce classique de Woody Allen, Annie Hall, il y a une scène entre Annie Hall et Alvy Singer, quand ils viennent de se rencontrer pour la première fois. Comment agissent-ils ? Ils se parlent mais ne disent rien. Pendant qu’ils parlent, des sous-titres sont projetés sur l’écran révélant ce qu’ils pensent vraiment.

Cela montre le vrai sens de ce procédé narratif. Ils disent des choses pour impressionner et se sentent stupides de ce qu’ils disent. C’est vraiment un excellent exemple de la façon dont les personnages et nous-mêmes nous nous comportons quand nous voulons faire bonne impression, mais que nous nous sentions stupides vu de l’intérieur.

Un comportement révélateur

Dans American Beauty, un film sur la famille américaine moderne et ses valeurs, il y a un exemple de sens caché entre le père, la mère et la fille quand on les voit dîner ensemble dans la salle à manger.

Différentes émotions sont en jeu dans cette scène en plus de dîner. Il est évident que chaque membre de la famille ressent beaucoup de sentiments différents les uns envers les autres qu’ils n’expriment. Chacun se sent isolé, seul et déconnecté des autres membres de la famille. Tout le monde porte un masque pour se protéger de l’autre.

On sait que cette famille est sur le point de s’effondrer. Nous nous sentons mal à l’aise en regardant cette scène et comment les personnages cachent leurs vrais sentiments. C’est vraiment une grande scène remplie de tension émotionnelle. Il y a tellement plus de choses qui se passent sous la surface qu’un dîner.

En fait, c’est depuis l’enfance que nous apprenons à cacher nos sentiments, constate Rachel Ballon. De nombreux auteurs et autrices ne savent pas ce qu’ils ressentent vraiment parce qu’ils sont tellement habitués à cacher leurs vraies émotions derrière une persona chez Jung ou faux self chez Donald Wood Winnicott (dans ces deux derniers cas, ce serait plutôt un masque social). On peut aussi tout à fait envisager que l’on se mente à soi-même.

Beaucoup d’auteurs ne sont pas en mesure de trouver leur vraie voix quand ils veulent créer des scénarios avec une réelle profondeur émotionnelle. Peut-être qu’en établissant une relation privilégiée avec un lecteur ou une lectrice au regard de votre écriture en cours peut aider à découvrir une voix authentique en vous donnant une sorte de permission à rendre votre écriture véridique et unique.

Dit autrement, cette personne qui vous lit au moment même pendant lequel vous écrivez, peut vous aider à vous dépasser. Elle peut vous aider, lorsqu’une relation de confiance est établie, à oser revivre émotionnellement des expériences du passé, à accepter éventuellement votre vérité et à libérer des passions réprimées.

En projetant cette reconnaissance de vous-mêmes dans vos personnages à travers une signification qui ne se manifeste pas d’emblée, mais que les lecteurs peuvent interpréter d’une multitude de manières possibles, enrichira certainement votre écriture, affirme Rachel Ballon.

Votre soutien nous est indispensable. Aidez au financement de Scenar Mag. Grâce à vos dons, vous pourriez faire de Scenar Mag quelque chose de plus grand encore. Vous nous dites que vous nous appréciez, que nous vous apportons de vraies connaissances. La connaissance se donne mais pour nous, elle a un coût. Aidez-vous en nous aidant. Merci

Comment avez-vous trouvé cet article ?

Cliquez sur une étoile

Average rating 0 / 5. Vote count: 0

No votes so far! Be the first to rate this post.

Cet article vous a déplu ?

Dites-nous pourquoi ou partagez votre point de vue sur le forum. Merci

Le forum vous est ouvert pour toutes discussions à propos de cet article

Laissez un commentaire ou Ouvrez un sujet dans le forum

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :