ÉCRITURE & RIEN NE VA PLUS

0
(0)

Il peut arriver, au cours du processus d’écriture d’un scénario, que vous éprouviez une sorte de sensation de naufrage qui vous envahit et que soudain, un nuage de négativité et de confusion s’abatte sur les eaux de votre créativité. Et il semble sortir de nulle part.
Ces mots poétiques ne sont pas de moi mais de Syd Field. Certes, Syd Field n’emporte pas tous les suffrages et ses conceptions ont été maintes fois révisées ou plutôt ressaisies par d’autres. Néanmoins, laissons-le s’exprimer.

La plupart des auteurs et des autrices essaient d’ignorer ce sentiment, de le repousser, de feindre de ne pas le reconnaître, et plus nous essayons de le dissiper, de prétendre qu’il n’est pas là, plus nous nous rendons compte que nous sommes coincés, perdus quelque part dans le labyrinthe de notre propre création.

Pour être peut-être plus précis, j’ajouterai que ces moments singuliers de la vie de l’auteur mettent un frein à notre impulsion créatrice, nous la font voir sous un jour mauvais, mais jamais, jamais, ils ne l’annihileront. Elle est bien trop forte et certainement naturelle. Alors que ces moments de doute sur notre écriture sont artificiels.

Une écriture désespérément vide

Et peu importe où vous en êtes dans le processus d’écriture de votre scénario, du premier mot ou lors de la réécriture, il ne faut pas grand chose pour être submergé par ce processus. Nous traitons ce genre de problème de différentes façons, bien sûr, comme par exemple en trouvant soudainement des choses plus importantes à faire. Syd Field aurait pu dire simplement procrastination.

Après tout, certaines parties du récit sont plus difficiles d’écriture que d’autres. Et certaines scènes nécessitent plus de travail que d’autres. Mais après quelques jours de lutte avec ces pages singulières, de lutte avec certaines de vos pensées et sentiments, vous pouvez remarquer que certains doutes sur votre capacité d’auteur ou d’autrice commencent à faire surface.

Vous pouvez vous retrouver à trop réfléchir et finir par vous poser des questions comme Que vais-je faire ? Comment vais-je me remettre sur la bonne voie ? Vous vous interrogez sur vous-même, sur votre talent, sur votre capacité à faire le travail.

Et Syd Field envisage le pire des scénarios : puis, un matin, vous vous réveillerez et vous reconnaîtrez soudain qu’un lourd brouillard et une incertitude pèsent sur vous, et le sentiment qui vous tenaille depuis quelques jours éclate et vous savez que vous ne savez pas vraiment ce que vous faites.
Vous finissez par admettre que vous ne savez pas comment vous aller vous en sortir ni où aller et la seule chose qui ait un peu de sens pour le moment, c’est ce sentiment de confusion et d’abîme dans lequel vous vous trouvez. Rassurez-vous : c’est le monde de l’écriture.

C’est un problème universel. La façon de s’en sortir varie d’une personne à l’autre, d’un scénario à l’autre, mais la première chose à faire est d’admettre que vous avez un problème et qu’il ne disparaîtra pas tant que vous ne l’aurez pas réglé et que vous ne l’aurez pas affronté de front. Ce n’est qu’une des vérités de la vie.

Lorsque vous atteignez ce genre de crise, vous êtes tellement accablé et frustré que vous devez vous ressaisir. Arrêtez d’écrire, suggère Syd Field. Posez votre stylo ou quelle que soit la manière dont vous travaillez, et passez un peu de temps à contempler votre histoire : De quoi parle t-elle ? Quel est le besoin de votre personnage principal ? Comment allez-vous résoudre l’histoire ? Les réponses à ces questions sont la clé pour se remettre sur la bonne voie.

Réfléchir pour s’en sortir

Syd Field suggère de prendre un peu de distance avec son écriture et de considérer l’aspect extérieur de son œuvre, d’être moins impliqué émotionnellement dans son projet.

Il conseille pour cela de repérer dans l’objet ainsi posé devant soi les grandes articulations de la structure. Il se réfère donc à son paradigme que je vous propose de lire ou de relire : STRUCTURE SELON SYD FIELD.

Quand on est perdu face à son projet, Syd Field conseille de repérer dans le paradigme tel qu’il s’applique à votre récit, les articulations du Plot Point 1, du Pinch 1, du point médian, du Pinch 2 et du Plot Point 2.

Ensuite, demandez-vous si vous croyez que le problème vient de l’intrigue, des personnages ou bien de la structure. Vous pourriez aboutir à penser qu’il peut s’agir seulement de l’un d’entre eux mais l’expérience montre que souvent au moins deux d’entre eux sont concernés par le problème.
Regardez-le des deux côtés. Du côté des personnages, le scénariste devrait connaître son projet de l’intérieur, c’est-à-dire le sous-texte émotionnel de son histoire ; il devrait tracer l’arc émotionnel qui tourne autour des relations entre les personnages. C’est ce que la théorie narrative Dramatica nomme la ligne dramatique des relationships.

Du point de vue de l’intrigue, l’auteur devait être clair sur les forces qui affectent le personnage de l’extérieur.

Soutenez Scenar Mag. Aidez-vous en nous aidant à persévérer à vos côtés dans vos projets d’écriture. Faites un don. Merci

 

Comment avez-vous trouvé cet article ?

Cliquez sur une étoile

Average rating 0 / 5. Vote count: 0

No votes so far! Be the first to rate this post.

Cet article vous a déplu ?

Dites-nous pourquoi ou partagez votre point de vue sur le forum. Merci

Le forum vous est ouvert pour toutes discussions à propos de cet article

Laissez un commentaire ou Ouvrez un sujet dans le forum

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :