LES NŒUDS DRAMATIQUES

0
(0)

Les nœuds dramatiques sont les grands bouleversements émotionnels qui permettent à votre histoire d’avancer, et manquer ne serait-ce qu’un seul d’entre eux risque de laisser votre scénario sans direction, ou pire, ennuyeux.

Précisons immédiatement que l’émotion est l’effet recherché dans l’esprit du lecteur. Les événements qui constituent des nœuds dramatiques ne sont pas vécus comme nœuds par les personnages mais souvent l’émotion est bien sûr au rendez-vous.

La prémisse avant le premier nœud dramatique

La prémisse est une promesse que vous faites à votre lecteur. La prémisse détaille essentiellement le premier acte de votre scénario, mais si le lecteur n’est pas en mesure de comprendre ce dont parle votre scénario au moment où le premier nœud dramatique majeur arrive (souvent, c’est l’incident déclencheur), c’est que vous n’avez pas tenu la promesse de votre prémisse assez rapidement.

Il est souvent reconnu que le devenir d’un scénario se joue dans les quinze premières pages. Si celles-ci ne permettent pas à un lecteur (souvent l’antichambre d’investisseurs éventuels sur votre projet) de se faire une idée de quoi parle votre histoire et même s’il fait l’effort d’aller jusqu’à la page 30, vous ne recevrez pas un bon retour.

Être capable de structurer votre scénario de manière à ce qu’il ait une dynamique dramatique captivante est une compétence clé dans l’écriture de scénario, et bien que vous puissiez avoir l’impression d’adhérer à une formule, c’est une formule éprouvée qui ne décapitera pas votre muse.

Le plan

Peut-être avez-vous planifié votre histoire ?

Vous avez listé une succession d’événements (chronologiquement ordonnés ou non). Ou bien peut-être utilisez-vous les Signposts et transitions de la théorie narrative Dramatica ? (Voyez l’exemple que j’en ai donné avec le pilote de la série The Walking Dead).

Quoi qu’il en soit, on reconnaît la plupart du temps 9 nœuds dramatiques que vous pourriez tenter de piéger dans votre propre histoire.

C’est une hypothèse de recherche, rien de plus.

L’acte Un
Opening Sequence

Le premier visuel que le lecteur imaginera (à partir de vos mots) ou que le spectateur verra donne le ton et l’atmosphère de ce qui est encore à venir.

Ne vous offusquez pas de l’emploi des termes en anglais. Ce qui compte est la définition que l’on en donne. Je vous propose la lecture de notre article Michael Hauge & l’Opening Image afin d’en découvrir davantage sur cette notion d’Opening Image.

En quelques lignes, décrivez votre Opening Image ou Sequence.

L’incident déclencheur

L’incident déclencheur est le grand événement qui lance le protagoniste dans son périple et qui accroche aussi le lecteur/spectateur, l’obligeant à continuer à lire ou à regarder.

L’incident clef

L’incident clef est différent de l’incident déclencheur. L’incident déclencheur bouleverse le quotidien du héros et constitue un appel à l’aventure mais, dans ce premier moment, le héros refuse cet appel.

Il lui faut un incident clef pour qu’il prenne la décision de prendre en charge son problème. Après avoir été contraint de prendre la décision d’aller de l’avant et d’accepter le défi, un problème survient qui entraîne le protagoniste dans une toute autre direction.

Les actes Deux et Trois
Le point médian – Le All is Lost

Le point médian est le point de non-retour pour votre protagoniste. Il y a soit une fausse victoire, soit un faux échec, en se rappelant que ce que votre protagoniste pense vouloir (son désir, son objectif), n’est pas nécessairement ce dont il a besoin (la transformation de sa personnalité, la quête de sa véritable nature, de qui il est vraiment mais qui est comme occulté au début du récit).

Le All is Lost signifie littéralement que tout est perdu. Chaque héros connaît une profonde crise (une profonde désespérance) à un moment donné de son aventure. Le All is Lost est à l’opposé du point médian, donc c’est soit une autre fausse victoire soit un faux échec (selon que le point médian est une fausse victoire ou un faux échec).

Tout ce qui est gagné est maintenant perdu ou n’a plus de sens et il n’y a pas d’autres options possibles (apparemment, puisque que c’est alors qu’il est plongé dans les affres du désespoir que le personnage principal reconnaît en lui les ressources et donc les forces dont il a besoin pour changer et continuer à aller de l’avant).

Certaines histoires séparent le point médian et le All is Lost, d’autres confondent en un seul mouvement ces deux articulations de la structure.

Vous pourriez lire notre article Le contenu du point médian de l’histoire pour une description plus détaillée de cet outil dramatique.

L’après du point médian ou du All is Lost

Un autre revers majeur. Les pires craintes de votre protagoniste vont se réaliser, sauf qu’il n’agit plus comme avant et qu’il échoue, il a grandi.

Le climax

Le protagoniste est confronté à son plus grand défi à ce jour. En mettant en commun tout ce qu’il a appris au cours de son voyage, il surmonte la force antagoniste ou échoue.

Une motivation extérieure (son objectif) est ici résolue, car le protagoniste doit maintenant décider de son propre destin (et aller à la rencontre de lui-même).

La résolution de l’intrigue secondaire

Il n’est pas nécessaire d’utiliser ce nœud dramatique dans chaque scénario (l’intrigue secondaire sert à mieux éclairer votre message, le cas échéant), mais il permet de résoudre tout problème inattendu que vous avez mis en place au cours du premier acte.

Le dénouement

Cette image est utilisée pour finaliser votre scénario en étant presque à l’opposé de l’image d’ouverture (Opening image ou sequence). Elle montre comment les choses ont changé ; une figure solitaire à un membre d’une famille, par exemple, et c’est votre dernière chance de provoquer une réaction émotionnelle du lecteur.

Un brainstorming

Quel que soit le genre de votre scénario, vous devez maintenant vérifier que chacun de vos nœuds dramatiques soit solide et émotionnellement engageant sur la page en vous posant ces quelques questions :

  1. Quelle émotion essayez-vous d’évoquer chez votre lecteur et votre choix de mots le fait-il efficacement ?
  2. Votre protagoniste est-il suffisamment actif ? Quel choix (c’est la formulation du dilemme) a-t-il été contraint de faire ?
  3. Quel est le moment le plus visuel, ou le plus improbable ou encore le plus intéressant où cette scène pourrait se dérouler ?
  4. Quels sont les personnages nécessaires à la scène et qui devraient donc être présents et ceux dont la présence n’est pas requise ?
  5. Quelle information nouvelle souhaitez-vous révéler dans cette scène ?

A Scenar Mag, nous voulons vous donner le plus d’informations pertinentes possibles afin que vous terminiez vos projets d’écriture avec le plus de réussite possible. Nous Vous les donnons car nous croyons fermement que la connaissance se donne mais ne se vend pas. Seulement, Scenar Mag a aussi un coût (et nous ne faisons aucune publicité pour ne pas polluer votre lecture). Ne restez pas indifférents à cet effort de partage. Aidez-nous à vous aider. Faites un don. Merci

Comment avez-vous trouvé cet article ?

Cliquez sur une étoile

Average rating 0 / 5. Vote count: 0

No votes so far! Be the first to rate this post.

Cet article vous a déplu ?

Dites-nous pourquoi ou partagez votre point de vue sur le forum. Merci

Le forum vous est ouvert pour toutes discussions à propos de cet article

Laissez un commentaire ou Ouvrez un sujet dans le forum

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :