L’ARC DRAMATIQUE DE VOTRE PERSONNAGE – PART 2

0
(0)

Second article sur l’arc dramatique de votre personnage. La première partie se trouve ICI.
Tout le monde connaît la différence entre les hommes et les femmes. Seulement, on oublie parfois aussi que les hommes et les femmes ne communiquent pas de la même façon. Connaître les subtilités entre les deux moyens de communications peut vous aider à déterminer avec plus d’exactitude et de crédibilité l’arc dramatique de votre personnage.

Voici quelques différences basiques :
  • Les femmes aiment partager leurs problèmes parce que cela les soulage généralement en leur permettant d’évacuer un peu du fardeau.
  • Les hommes pensent que ruminer des problèmes ne les résout pas. Ils ont ainsi tendance à garder pour eux ce qui assombrit leur caractère. Ce comportement a pour effet de lancer votre héros dans l’action et de créer de nouveaux conflits l’opposant par exemple à sa femme qui ne le comprend plus.
  • Les femmes généralement partagent lorsqu’elles ont quelque chose à propos de quoi se plaindre. Ce partage n’est nullement péjoratif, c’est au contraire un moyen pour les femmes de montrer une intimité, de dévoiler un jardin secret inaccessible aux hommes.
    En se confiant ainsi les unes aux autres, cela enlève un peu de la superficialité que prennent certaines relations en rapprochant les personnages, en développant chez elles une intimité dont de nombreux hommes sont incapables. Lorsqu’une femme se replie sur elle-même, il ne s’agit pas d’un indicateur d’un changement dans sa personnalité mais au contraire de l’expression d’un malaise, un nouvel obstacle que votre héroïne devra surmonter.
  • Les hommes, par contre, ont un processus de résolution des problèmes beaucoup plus direct s’attachant à résoudre le problème sans chercher chez autrui une aide dont ils auraient cependant besoin.
    Peut-être sont-ils trop fiers pour reconnaître que se confier n’est pas une faiblesse mais un atout lorsque l’abysse s’ouvre devant eux. Autant une femme est encline à se dévoiler, autant un homme est réticent et garde une certaine réserve. Sortir de cette réserve est alors un changement majeur de la personnalité de votre héros.
  • Les femmes aiment parler des relations qu’elles entretiennent entre elles. Lorsqu’elles questionnent cette relation ou, pour une raison ou une autre, elles ont besoin de tester cette relation, ce n’est pas dans l’idée de la rompre mais au contraire dans le but de la renforcer.
    Il peut arriver que l’amitié entre deux femmes l’emporte sur une relation conjugale lorsque certaines décisions importantes doivent être prises. Gardez à l’esprit que les décisions de vos personnages influent sur leur arc dramatique.
  • Les hommes par contre ne remettent pas en cause les relations qu’ils entretiennent entre eux. Elle est comme un fait établi. L’ami est un ami, le voisin est un voisin. Lorsque la relation est définie, les hommes ne cherchent pas à la modifier, ni à la renforcer. Certaines histoires cependant peuvent décrire l’amitié grandissante entre deux hommes que tout séparait au début. Les épreuves qu’ils vivent et surmontent ensemble renforçant inexorablement la relation entre eux.
  • Les femmes ont tendance à avoir des tirades plus longues que celles des hommes. Elles sont un peu plus bavardes qu’eux. Vos personnages féminins sont ainsi plus aptes à communiquer des informations sur votre histoire. Ces informations seront plus faciles à accepter par le lecteur que si c’était un homme qui les révélait.
  • Les femmes ont tendance à reconnaître plus aisément leurs fautes. Elles prennent plus facilement leurs responsabilités. C’est ainsi qu’une femme est capable d’assumer une situation, de prendre en charge un problème alors qu’un homme, pour une raison ou une autre, est dans l’impossibilité  de le faire.
    Assumer ses fautes est dans la personnalité de la femme alors que l’homme devra faire un travail sur lui-même pour y parvenir. Ce n’est pas que la femme montre plus de courage qu’un homme mais peut-être que la puissance de son instinct maternel la pousse inconsciemment à développer une combativité qu’elle ne soupçonnait pas elle-même.
  • Les femmes ont tendance à révéler plus de choses sur elles-mêmes que les hommes. Lors d’une toute première rencontre ou lors d’une dispute avec un homme, elle expliquera plus facilement son comportement alors que l’homme restera davantage dans le flou, ne sachant trouver les mots ou les gestes pour traduire ce qu’il ressent dans son for intérieur.
    La femme sera généralement plus exubérante qu’un homme quand il s’agit de décrire les remous qui secoue son être intérieur. En d’autres mots, la femme fait preuve de franchise alors qu’un homme ressentira une certaine gêne à retirer le masque ce qui pourrait le fragiliser. Ce n’est pas que l’homme est un menteur inné, il a simplement des difficultés à accepter sa vraie nature qu’il cache consciemment ou inconsciemment. La femme, quant à elle, a une perception plus intime de qui elle est vraiment et tente de l’exprimer par ses propres moyens.
  • Les femmes utilisent assez souvent des moyens détournés pour exprimer ce qu’elles ressentent ou les blessures qui les ont à jamais marquées. Par exemple, si une femme trahie par son amant refuse le verre que lui propose un homme charmant sans mauvaise intention, ce refus n’est pas tourné vers cet homme mais est simplement l’expression de sa douleur dans les faits, dans l’action. Un homme aura tendance à traiter plus directement le cœur du problème.
  • Les femmes affichent plus facilement leurs émotions. Peut-être sont-elles plus à fleur de peau que les hommes. Il est vrai aussi que les hommes considèrent que parler de leurs émotions les affaiblit. Ils se sentent impuissants face à leurs émotions et ne comprennent pas qu’en parler pourrait les aider à les accepter et à les vivre.
    Une femme pourrait s’isoler pour pleurer, un homme le fera rarement ou peut-être par exemple s’il fait le deuil d’un être proche. Dans ce cas, il y a effectivement un changement dans le point de vue du personnage sur sa vie.
  • Les femmes posent beaucoup de questions sur un sujet. Ce n’est pas une curiosité malsaine, c’est au contraire un moyen pour elle de montrer non seulement qu’elle est intéressée par le sujet mais aussi et peut-être surtout par la personne à laquelle elle pose toutes ces questions. Ce peut être un moyen de séduction.
    L’arc dramatique a peu de chance d’être influencé par cette technique de séduction, cependant, si elle réussit, il peut y avoir un développement intéressant dans l’évolution de la psyché de l’héroïne.  Cette évolution se retrouve dans la description de la propre ligne dramatique de cette relation amoureuse. C’est un point important à retenir : les relations comme les personnages ont des arcs (ou lignes) dramatiques spécifiques. Dans une relation amoureuse, chacun des deux personnages évolue de son côté et la relation entre eux deux évolue aussi indépendamment.
  • Lorsqu’un personnage masculin pose beaucoup de questions, il se comporte davantage comme un investigateur. Il a besoin d’obtenir des informations à la fois sur le sujet en question et sur le personnage qu’il interroge. Ce type de scène se retrouve assez facilement dans les thrillers.
  • Parce qu’elles veulent vraiment être comprises, les femmes n’hésitent pas à divulguer des informations personnelles sur leur vie. Elles se dévoilent sincèrement parce qu’elles ont une sensibilité plus pure de leur vraie nature. Une nature qu’elles ont besoin de mettre en avant dans leurs relations.
    Par exemple, une femme amoureuse qui souffre d’un amour non partagé le dira franchement et sincèrement. Les hommes sont comme d’habitude un peu plus discret, moins expansif.

Connaître ces quelques points sur la manière que les femmes et les hommes communiquent peuvent aider à rendre plus crédibles vos personnages auprès du lecteur. Notez, cependant, que ce ne sont que quelques traits communs. Dans la réalité de la vie et des comportements humains, ils peuvent s’avérer pures supputations ou au mieux des hypothèses. Ces quelques traits ne sont pas non plus des clichés, ils servent seulement à vous garder sur le bon chemin de la crédibilité de vos personnages.

Nous vous invitons à poursuivre la lecture de cet article :

L’ARC DRAMATIQUE DE VOTRE PERSONNAGE – PART 3

Depuis 2014, nous ne cessons de partager nos connaissances sur l’art scénaristique. La connaissance se donne mais ne se vend pas. Nous ne faisons aucune publicité pour ne pas polluer votre lecture. Néanmoins, Scenar Mag a un coût. Vous nous dites nous apprécier. Merci aussi de penser de temps à temps à faire un don afin d’assurer le devenir de Scenar Mag. Aidez-vous en nous aidant. Merci pour votre soutien.

 

Comment avez-vous trouvé cet article ?

Cliquez sur une étoile

Average rating 0 / 5. Vote count: 0

No votes so far! Be the first to rate this post.

Cet article vous a déplu ?

Dites-nous pourquoi ou partagez votre point de vue sur le forum. Merci

Le forum vous est ouvert pour toutes discussions à propos de cet article

Laissez un commentaire ou Ouvrez un sujet dans le forum

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :