L’ENNEAGRAMME POUR VOTRE PERSONNAGE – PART 2

0
(0)

Au cours de notre précédent article, nous avons découvert les ennéatypes.
Ces neufs profils de la personnalité aux différentiations bien nettes peuvent nous être utiles lors de la création de nos personnages. Retenons quelques hypothèses sur le fonctionnement d’un personnage :
Le problème comportemental d’un personnage serait que son comportement actuel ne correspond pas à ce à quoi il aspire (sa motivation). Il ne s’agit pas seulement d’un comportement inadapté mais aussi d’un comportement qui empêche cette aspiration. Le personnage doit donc mûrir et apprendre à changer son comportement d’une manière consciente. Il doit sortir de la spirale d’un comportement qui l’éloigne de ses aspirations dont s’ensuit un autre comportement lui aussi inadapté à combler ses aspirations.

Une prise de conscience

Cette prise de conscience d’un changement nécessaire part du principe que la psyché d’un individu n’a rien de fatidique (ou de déterminé) et suit un processus de maturation.
Ce n’est pas d’une transformation totale d’un personnage dont nous parlons mais seulement d’un développement. Le personnage développe une nouvelle qualité, un nouvel attribut qui lui permettra de se rendre en adéquation avec ses véritables aspirations, sa véritable nature. Ainsi, à la fin de cette évolution, il devient un être meilleur mais non fondamentalement transformé.

L’ennéagramme peut alors nous être utile pour nous montrer des voies sur la manière dont cette maturation s’inscrit dans l’arc dramatique d’un personnage tout en lui conservant sa crédibilité.
Du point de vue narratif, le processus de maturation est déclenché par un événement majeur dans la vie du personnage. Ce peut être un incident déclencheur au cours de l’acte Un ou bien un événement crucial à la fin de l’acte Un qui lance à la fois le personnage dans l’acte Deux ainsi que le processus de maturation qui sera décrit au cours de cet acte Deux, c’est-à-dire au cours de l’intrigue. D’ailleurs, bien souvent, atteindre son objectif pour un personnage consiste à affronter et à résoudre un conflit intérieur. C’est ainsi qu’il mûrit et élargit la portée de ses actions.

Il faut savoir que les neuf profils existent rarement dans le seul type de base. Au cours de l’existence et des expériences vécues, notre personnalité devient plus complexe. C’est ainsi que se développe le concept des ailes. Une aile est l’un des deux ennéatypes de part et d’autre de l’ennéatype de base. Ainsi, l’ennéatype 3 peut pencher vers les ennéatypes 2 et 4 mais il lui est impossible de se rapprocher de l’ennéatype 8, par exemple.
enneagramme_2ModSi l’un de vos personnages ne peut être défini par un ennéatype de base, il est fort probable qu’il corresponde à une configuration de l’ennéatype de base et de l’une voire de ses deux ailes (l’une d’entre elles étant généralement considérée comme l’aile principale de l’ennéatype de base).

La désintégration de la personnalité

A cause des conflits et du stress que subit votre personnage au cours de l’intrigue, il lui arrive de se comporter d’une manière inattendue voire complètement erratique (en apparence), il est dit qu’il subit une désintégration de sa personnalité.

D’abord, le personnage manifeste les aspects les plus négatifs de son ennéatype puis dans un second temps, il y ajoute les défauts de l’ennéatype désigné par l’ennéagramme.

enneagramme_une

Ainsi,

L’ennéatype 1 peut adopter comme ennéatypes de désintégration, le 7 et le 4.
L’ennéatype 2 peut adopter comme ennéatypes de désintégration, le 8 et le 4.
L’ennéatype 3 peut adopter comme ennéatypes de désintégration, le 9 et le 6.
L’ennéatype 4 peut adopter comme ennéatypes de désintégration, le 1 et le 2.
L’ennéatype 5 peut adopter comme ennéatypes de désintégration, le 7 et le 8.
L’ennéatype 6 peut adopter comme ennéatypes de désintégration, le 9 et le 3
L’ennéatype 7 peut adopter comme ennéatypes de désintégration, le 1 et le 5.
L’ennéatype 8 peut adopter comme ennéatypes de désintégration, le 2 et le 5.
L’ennéatype 9 peut adopter comme ennéatypes de désintégration, le 6 et le 3.

La désintégration mène à d’autres échecs et augmente la pression sur le personnage. C’est comme si le personnage se retrouvait à son point de rupture maximal.

Inversement, lorsque le personnage a appris de ses expériences, qu’il devient plus mûr, plus confiant, plus en sécurité, il manifeste dans un premier temps les aspects les plus positifs de son ennéatype de base puis dans un second temps, les qualités positives de l’ennéatype désigné par l’ennéagramme. Pour l’ennéatype 1,par exemple, celui-ci adoptera les traits positifs des ennéatypes 7 et 4. Évidemment, lorsque le personnage est dans cet état d’esprit, tout lui sourit. Il a atteint un point de confort maximal.

L’ennéatype 1 : Le perfectionniste

ennéagrammeVotre personnage est une personne morale, à principes, en charge d’une mission. Ce personnage a besoin de faire les choses de la bonne façon. Sa plus grande peur est d’être condamné pour ses actes.

On trouve parmi ce type de personnages des perfectionnistes, des juges, des réformateurs, des militants ou des critiques (de tous horizons). Ils se définissent eux-mêmes comme bons, justes et droits.
Ils sont très conscients de leurs propres faiblesses ainsi que de celles des autres. Ils savent analyser correctement les situations dans lesquelles ils se trouvent.

Ils ont besoin d’améliorer les choses, de corriger un défaut, de réformer le système ou d’expurger un péché. Alors que d’autres personnages peuvent trouver une véritable aide en la présence d’un ennéatype 1, d’autres peuvent trouver pénible cette attitude.
Lorsque votre personnage de l’ennéatype 1 ne parvient pas à réaliser sa conception de la perfection, il se développe chez lui un sentiment de culpabilité pour avoir échoué. Il ressent alors de la colère contre une monde imparfait.

ennéagrammeIl est un personnage de principes, est compétent, inflexible et intransigeant ce qui fait de lui un excellent leader capable d’inspirer ceux qui le suivent avec sa propre vision de l’excellence.
C’est une personne très organisée, un bourreau de travail, partant le dernier, arrivant le premier. Elle est industrieuse, fiable, dévouée, se trouve toujours quelque chose à faire.

Cependant, la poursuite inlassable d’un idéal, cette exigence de l’ennéatype 1 envers lui-même, peut l’amener à se montrer impatient et agacé.
Il réprime ses émotions et a tendance à être mal à l’aise lorsqu’il s’agit d’exprimer de tendres sentiments. Il perçoit d’ailleurs les émotions comme une faiblesse et une perte de contrôle. Il est ainsi rarement spontané. Parmi les personnages les plus connus de l’ennéatype 1, on rencontre Mary Poppins ou Jeanne d’Arc.

Sa personnalité
Ce personnage est une personne à principes, auto-disciplinée, qui se bat farouchement pour son propre idéal de perfection, pour ce qui est juste. C’est un perfectionniste en tous points.

ennéagrammeIl se considère lui-même et la société sous l’angle de stricts et élevés standards. Tout est blanc ou noir. Les idées, les personnes sont soit bonnes, soit mauvaises. Il n’y a pas d’entre-deux. Pour ce personnage, le monde est un endroit instable, voire dangereux et il lui revient de s’élever pour faire ce qui est juste. Un bon exemple est l’inspecteur Harry.

Ce personnage contrôle très fermement ses émotions et est persuadé qu’il y a une bonne façon de faire les choses et une mauvaise et il veut faire de la meilleure façon qu’il a lui-même estimée.
Lorsque c’est un personnage retiré, mal à l’aise en société, il tend à être détaché du monde, à se sentir comme un étranger en mission, montrant parfois plus d’affection et de lien avec le non-humain tel que les animaux, l’art ou les automobiles par exemple.

Il peut se montrer rigide, impatient et sarcastique dans la défense de ce qu’il croit être juste quelque soit contre qui ou quoi il s’élève : autorité ou Dieu importent peu, ce qui est juste est juste.
Lorsqu’il est ouvert aux autres, il s’engage dans des causes qui aident les gens. Néanmoins, ce sont généralement des personnes qu’il connaît ou a connu. La prémisse de cette personnalité est qu’elle veut toujours être juste et faire ce qu’il faut pour rendre le monde un endroit bien meilleur à vivre (du moins selon ce qu’elle sent être meilleur pour le monde).

Sa faille majeure
La faille majeure d’un personnage de l’ennéatype 1 est la croyance erronée qu’il peut être parfait et que les situations dans lesquelles il est impliqué peuvent être parfaites si chacun agit correctement. C’est ainsi qu’il évite de faire des erreurs et de perdre son contrôle.
Mais au cours de l’histoire, le personnage comprendra que la perfection est une illusion, impossible à concrétiser. Il acceptera l’idée que le monde est instable et qu’il n’y peut rien.

Sa réaction lorsqu’il est sous pression
Lorsque le personnage est stressé, la colère le gagne. Il se sent incompris et seul. Lorsqu’il est détendu et qu’il se sent en sécurité, il lâche un peu de lest concernant les règles et vit mieux le moment présent.

Continuez votre lecture des ennéatypes avec l’article suivant. Si vous pouvez, pensez aussi à nous faire un don de temps en temps car nous avons besoin de vous pour persévérer à vos côtés pour vous soutenir dans tous vos projets d’écriture. Merci

Comment avez-vous trouvé cet article ?

Cliquez sur une étoile

Average rating 0 / 5. Vote count: 0

No votes so far! Be the first to rate this post.

Cet article vous a déplu ?

Dites-nous pourquoi ou partagez votre point de vue sur le forum. Merci

Le forum vous est ouvert pour toutes discussions à propos de cet article

Laissez un commentaire ou Ouvrez un sujet dans le forum

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :