BACKSTORY

0
(0)

Backstory est ce que nous appelons sur Scenar Mag la toile de fond d’un personnage, ce qui fait ce qu’il est au moment où nous le rencontrons pour la première fois. C’est une notion essentielle à définir avant même que ne commence le travail d’écriture proprement dit.
Pourtant, cette toile de fond est à distiller avec précaution. En effet, lorsque le script déborde de personnages qui n’ont d’existence dans l’histoire qu’à travers leur backstory (autrement dit leur passé), l’histoire manquera de respiration, d’un souffle vital. A l’inverse, si le passé des personnages n’est pas suffisamment développé, ceux-ci manqueront de profondeur et le lecteur se sentira frustré face à eux.

En effet, le passé d’un personnage est l’élément dramatique qui lui ajoute de la profondeur, donc qui en fait un personnage à trois dimensions (beaucoup plus intéressant à suivre pour le lecteur).
Bien sûr, ce qui compte est le présent d’un personnage, ce qu’il fait maintenant dans l’histoire. Les choix qu’il prend influencent énormément la façon dont il sera percu par le lecteur. Cependant, les décisions d’un personnage sont toujours motivées par les expériences qu’il a vécues dans son passé et qui ont permis la formation de sa psyché. Le parcours émotionnel, les valeurs, les forces et les failles d’un personnage sont les éléments clefs qui orientent ses décisions dans un sens ou un autre.
Dans Thelma et Louise de Callie Khouri, si Louise tue Harlan (et c’est l’incident déclencheur qui lance l’intrigue) lorsqu’il essaie de violer Thelma, c’est parce qu’elle-même a connu dans son passé la même expérience. La Louise qui tue l’homme n’est pas la Louise du présent de l’histoire mais la Louise d’un passé qui lui a laissé une blessure ouverte dont le vernis du temps n’a pas masqué la vengeance inassouvie d’une justice qui ne lui a pas été accordée.

Travailler le passé d’un personnage est essentiel pour nourrir son présent et son futur, même si ce ne sont que quelques bribes de ce passé qui seront exposées au cours de l’histoire. Plus vous connaissez l’histoire personnelle de votre personnage et plus les processus d’écriture et de réécriture seront aisés et surtout, vous pourrez distinguer votre personnage non seulement parmi les autres personnages de votre récit mais aussi en l’individualisant parmi la multitude de personnages qui furent jamais créés.
Si vous voulez rendre vos personnages mémorables, vous devez bien les comprendre. Cette compréhension intime passe par le soin que vous aurez mis à élaborer leur passé.

Un passé qui se montrera discret au cours de l’histoire. Dites-vous bien que ce passé restera invisible aux yeux du lecteur. Il est nécessaire pour construire l’action présente du personnage mais pas pour être étalé au grand jour. Cependant, plus vous, en tant qu’auteur, en saurez sur votre personnage, plus vous le rendrez original et intéressant à suivre. Cette toile de fond que vous élaborez pour votre personnage, c’est une relation intime que vous établissez avec lui. C’est le fruit de cette relation qui vous permettra ensuite dans le cours du récit de motiver les choix de votre personnage.
Par exemple, votre héroïne est sur le point de se marier avec l’amour de sa vie, un jeune homme parfait mais parfaitement ennuyeux sur tous les plans. Puis le même jour, un de ses anciens amants, une bête de sexe qu’elle n’a jamais oublié, arrive en ville. Vous avez ainsi créé une parfaite opportunité pour un puissant conflit. Si vous n’aviez pas dans le passé de votre héroïne précisé cet événement majeur dans sa vie, cette opportunité de conflit ne serait jamais survenue.

Pourtant, en plus de ce passé fondateur de la psyché du personnage, il existe toute une frange qui doit être rappelée dans l’histoire car elle a une signification sur le déroulement de celle-ci. Ce n’est généralement que 3 ou 4 choses mais qui ont leur importance et qui doivent être portées à la connaissance du lecteur. Par exemple, dans Taken de Luc Besson et Robert Mark Kamen, nous apprenons que Bryan a été un père et un mari absent. Son activité l’a tenu trop longtemps éloigné de sa famille avec pour conséquence une séparation et la garde de sa fille par son ex-femme. Son désir de retrouver l’affection de sa fille, de réparer une relation brisée est ce qui crée le lien entre le lecteur et Bryan lorsque sa fille est kidnappée. En effet, nous pouvons comprendre la culpabilité que ressent Bryan, nous pouvons partager ses émotions.
Ce que vous devez faire apparaître dans le script, ce sont les éléments du passé qui influencent soit l’histoire, soit l’arc dramatique de vos principaux personnages.

Cependant, vous ne pouvez pas soudainement, sans raison apparente, insérer des éléments dramatiques appartenant au passé de votre personnage dans le cours de l’histoire. Ces éléments doivent être justifiés, provoqués.
Plusieurs possibilités s’offrent à vous pour ce faire.

D’abord, le personnage doit toujours opposer une résistance à dévoiler des choses qui lui sont personnelles. Cela évite l’impression d’hypocrisie qui se dégagerait d’un personnage s’il se mettait à dévoiler des choses intimes sur lui sans qu’on lui demande. Il faut qu’il y ait une réticence avant de révéler certaines vérités sur soi. Et ces vérités doivent faire avancer l’intrigue ou bien l’arc du personnage. Par exemple, Hannibal dans Le Silence des Agneaux refuse de donner à Clarice les renseignements dont elle a besoin pour arrêter Buffalo Bill avant qu’il ne tue son otage si auparavant, elle ne se livre pas avec lui à des séances d’analyse. Bien qu’elle ait été prévenu de ne rien dévoiler de personnel à Hannibal, Clarice est cependant obligé d’accepter les séances pour faire progresser l’enquête et donc l’intrigue.

Distillez des points clefs du passé au cours d’un conflit. Lorsque le lecteur est pris par le conflit, l’auteur peut alors y glisser ces éléments dramatiques dont il a besoin pour expliquer ses personnages. Dans Will Hunting de Matt Damon et Ben Affleck, lorsque Will est en thérapie pour la première fois avec Sean, il commence par contester les compétences de Sean. La scène est assez tendue avec un Sean s’en prenant physiquement à Will (qui le mérite, d’ailleurs).
Notez cependant comment les auteurs ont réussi à faire passer des informations sur l’intimité de Sean et l’amour pour sa femme décédée d’un cancer au cours du conflit.

Utilisez un autre personnage pour informer le lecteur sur les éléments du passé de votre héros. Vous l’avez compris : un personnage ne doit pas raconter lui-même les informations le concernant. S’il ne se trouve pas forcé de le faire, alors un autre personnage pourra le faire à sa place. Dans Piège de Cristal, il faut que nous comprenions pourquoi John McClane rend visite à sa femme à Los Angeles. Dans la limousine qui le mène au Nakatomi Plaza, McClane n’aurait pas pu raconter à Argyle la raison de sa visite car cela aurait affaibli son personnage. C’est donc à Argyle de prendre en charge le relais de ces informations dont nous avons besoin pour comprendre la situation. Argyle qui n’a manifestement pas sa langue dans sa poche imagine qu’elle l’a quitté pour prendre un poste important dans une grande entreprise, il imagine que John a pensé qu’elle ne réussirait pas et reviendrait à New York.
McClane ne dit pas un mot dans cette scène et pourtant une part importante de l’exposition du personnage nous est communiquée.

Montrez, ne dites pas. C’est un mantra que vous devez constamment gardé en tête lorsque vous écrivez ou réécrivez votre script. Montrer les choses résonne toujours mieux dans l’esprit d’un lecteur que de lui faire absorber une information avec des mots. Les mots que vous plaquez dans votre script doivent décrire les choses non communiquer des informations. Dans Le Stratège de Aaron Sorkin et Steven Zaillian basé sur l’ouvrage éponyme de Michael Lewis, lorsque Billy Beane se rend chez son ex-femme pour y récupérer sa fille, nous le voyons attendre dans le salon pendant que sa fille se prépare. Il est  avec son ex-femme et son nouveau compagnon et est manifestement très embarrassé. Il n’y a pas une ligne de dialogue, pas un narrateur, pour nous expliquer à quel point il est responsable de l’échec de son mariage, qu’il n’a jamais été là pour sa famille et comme il est lui difficile maintenant de voir sa fille. Pourtant, cette scène nous dit tout ce dont nous avons besoin de savoir au sujet de son passé. Essayez toujours de respecter ce mantra : Montrez les choses.

Retenez l’information, ne dévoilez pas tout d’un coup. Plus vous prendrez du temps pour raconter le passé d’un personnage, plus il sera évident que vous le faites. Pour conséquence, vous brisez le rythme du récit et le naturel de votre scène s’effondre. Le meilleur moyen d’éviter cela est de parsemer les informations relatives au passé de votre personnage tout au long du récit. Peut-être dans quelques scènes de récapitulation qui permettent au lecteur de faire un point sur l’histoire et vous en profitez alors pour y glisser une information cruciale sur le passé de votre personnage qui pourrait permettre d’entrevoir ce qui va se passer ensuite.

Comment avez-vous trouvé cet article ?

Cliquez sur une étoile

Average rating 0 / 5. Vote count: 0

No votes so far! Be the first to rate this post.

Cet article vous a déplu ?

Dites-nous pourquoi ou partagez votre point de vue sur le forum. Merci

Le forum vous est ouvert pour toutes discussions à propos de cet article

Laissez un commentaire ou Ouvrez un sujet dans le forum

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :