HAUGE : LES ARCS DRAMATIQUES DES CONFLITS INTERIEURS

4
(1)

conflitsLa conférence de Michael Hauge à la Romance Writers of America en 2012 avait pour sujet “Using Inner Conflict to Create Powerful Love Stories”.
Michael Hauge donnait son point de vue sur la façon dont la relation amoureuse dans les romances pouvait être plus profonde et moins superficielle.

L’idée est de s’assurer que le couple s’engage l’un envers l’autre à un niveau plus intérieur, au niveau de l’essence même de leur être.
Le but de cette conférence était d’expliquer comment pouvait être montrée l’essence des personnages et comment cela affectait leur relation.

Afin de créer ces connections profondes entre les personnages, la première tâche que doit accomplir l’auteur est d’identifier le voyage intérieur (Inner Journey) de ces personnages.

Outer Journey et Inner Journey

Le voyage extérieur (Outer Journey) d’un personnage correspond à ce qu’il doit accomplir à la fin de l’histoire. C’est un objectif clair et visible que le personnage s’est fixé. Il est important de faire sentir que c’est un choix du personnage pour contrer l’impression de déterminisme auquel semble vouer sa fonction de protagoniste. Il est pratique de distinguer ainsi protagoniste et personnage principal. Le personnage principal sur lequel porte l’empathie du lecteur/spectateur est toujours plus humain que le protagoniste.

Gagner, S’échapper, Mettre un terme sont des Outer Journeys communs. Vous remarquerez que souvent, ce sont des verbes d’action qui sont employés pour définir un Outer Journey, car le voyage (ou le parcours si vous préférez) possède une dynamique interne, un mouvement, une énergie qui pousse l’intrigue vers l’avant.

Ensuite, l’Outer Journey est complété de l’objectif du personnage : Gagner… un procès ; S’échapper… de l’enfer ; Mettre un terme… aux agissements d’un terroriste (ou de n’importe quel Bad Guy).

Par contraste, le voyage intérieur (Inner Journey) décrit la transformation que subit le personnage à la fin de l’histoire. C’est généralement la personnalité qui est modifiée mais cette transfiguration du caractère s’accompagne parfois d’effets physiques.

Michael Hauge emploie les termes suivants pour décrire cet Inner Journey :
“journey from living in fear to living courageously.”
De manière imagée, les protagonistes commencent par vivre dans la peur en quelque sorte et s’ils réussissent, ils finiront par vivre courageusement, sans crainte.

La destination de ce voyage (contrairement à l’Outer Journey) n’est pas visible, ni clairement définie dans la mesure où le personnage lui-même ne serait peut-être pas conscient de ses aspirations ou de ses besoins.
Et il s’agit aussi d’une intériorité qui sera révélée d’ici la fin du voyage.

L’inner Journey est le récit des péripéties du voyage de leur âme vers une destination encore inconnue.
La conférence de Michael Hauge portait sur la nécessité de pouvoir montrer cette intériorité à un lecteur pour que les personnages dans une romance puissent être crédibles. Les réflexions de Hauge peuvent en fait s’appliquer à tous les genres.

Tous les personnages craignent quelque chose

Living in fear : Michael Hauge entend par là que l’on a tous peur de quelque chose. Il ne s’agit pas de sursauter au moindre bruit. Les peurs que nous craignons (et nos personnages ont les mêmes) sont des peurs plus subtiles : la peur que nos secrets soient révélés, la peur de perdre le contrôle en laissant parler nos émotions, la peur d’être rejeté… Voyez comme nous sommes enfermés dans nos peurs.

Hauge parle aussi des blessures des personnages, de ces plaies béantes du passé et qui ne se referment pas.
Ces traumatismes font que le personnage a une vision erronée mais logique (d’après son point de vue personnel) du monde extérieur. Cela le conduit à des croyances ou des convictions sur la façon dont le monde fonctionne. Ce que craint alors le personnage, c’est de revivre la douleur, la peine que lui avait causé ce trauma.

Le processus pourrait ressembler à une équation : Besoin + Blessure = Peur + Croyance.
Par exemple, un garçon veut être aimé (Besoin ou Aspiration profonde) mais sa dernière histoire d’amour s’est très mal finie et a laissé des traces douloureuses (Blessure). Pour se protéger (Peur), ce personnage se réfugie derrière l’idée que toutes les femmes trichent dans une relation amoureuse (Croyance/Conviction).

Les personnages cachent leur véritable nature derrière un masque

Les quatre éléments

  1. Besoin ou Aspiration
  2. Blessure
  3. Croyance
  4. Peur

forment le masque que les personnages présentent au monde extérieur, leur identité telle qu’elle est perçue par les autres. On nomme aussi cette fausse identité la personæ (un masque de théâtre antique devenu masque social).
C’est une sorte d’armure émotionnelle qui empêchent les autres de voir ce qui est réel, leur vraie nature, l’essence de leur être. Cette essence est ce qui repose derrière ce masque. C’est l’être dont ils ont le potentiel de devenir (ou même si l’on y réfléchit un peu de redevenir).

Mais le souci pour ces personnages est qu’ils pensent que ce masque est ce qu’ils sont vraiment.  Ils n’éprouvent pas le besoin de changer d’autant plus qu’ils ont rationalisé une croyance qu’ils considèrent parfaitement logique puisqu’ils en ont fait l’expérience.

Ils n’ont pas conscience que cette expérience les a conduit à se faire une fausse représentation du monde. L’expérience a pris le pas sur l’esprit critique.
Mais notre intériorité que nous possédons tous est bien présente et génère des conflits entre ce que nous pensons être et ce que nous sommes vraiment c’est-à-dire ce que nous devons devenir si nous voulons être en accord avec nos aspirations et nos besoins profonds.

Dans une histoire d’amour, par exemple, le personnage devra être capable de voir derrière le masque, de voir au-delà de l’armure émotionnelle qu’il s’est forgée.

Un conflit intérieur

Le conflit intérieur d’un personnage est donc de se décider à quitter un lieu où il se sent en sécurité mais où il n’est pas épanoui vers un lieu qui le terrifie (peut-être parce qu’il lui est inconnu)  mais dans lequel il pourra se réaliser pleinement.
C’est à cette seule condition que la relation amoureuse ne sera pas frustrante parce que l’autre pourra répondre aux besoins et aux aspirations de l’un. La relation devra, bien sûr, être à double sens. Si l’un des deux échoue à la fin de son voyage à être en accord avec sa nature profonde, l’alchimie entre les deux personnages ne donnera aucun résultat.

Comment montrer que deux personnages s’accordent parfaitement dans une relation sincère ?

L’idée est de montrer que la relation entre deux personnages est une relation d’essence à essence.
il faut donc dans le scénario créer des moments qui donneront des indices sur la nature véritable de chacun des deux personnages impliqués dans la relation.

Vous pourriez par exemple procéder à ce que la littérature anglo-saxonne nomme Internalization c’est-à-dire que vous allez montrer des actions censées refléter ce qu’il se passe dans la tête de votre personnage.
Votre personnage agira d’une façon qui ne sera peut-être pas immédiatement comprise mais qui pourrait révéler ce à quoi il aspire vraiment ou un besoin qu’il n’est pas capable d’exprimer rationnellement.

Cette action ne devra pas être conforme avec le masque qu’il porte au quotidien, avec l’image de lui-même qu’il renvoie aux autres.
C’est comme s’il agissait instinctivement sans pouvoir expliquer son geste.

L’idée est que le lecteur s’interroge sur l’identité de votre personnage et qu’il commence à percevoir que ce personnage n’est peut-être pas celui qu’il prétend être.
Il vous faut donc donner des indices sur ce à quoi aspire votre personnage mais aussi sur la blessure qu’il porte en lui et qui explique pourquoi il se cache derrière un masque au lieu de satisfaire ses aspirations et ses besoins. Il peut être intéressant de révéler cette identité cachée par des analepses, de remonter dans le passé du personnage.

Une fois les aspirations et les blessures de vos deux personnages introduites dans votre récit, vous pouvez commencer à travailler leur relation.
Pour montrer cette relation, vous pourriez par exemple décrire que les personnages deviennent plus intimes avec peut-être quelques scènes d’amour. Gardez à l’esprit que ce rapprochement n’est possible que si les personnages ont dévoilées involontairement leur nature cachée.

Puis, dans un second temps, les faire se retrancher à nouveau derrière leur masque ce qui provoque entre eux davantage de conflits, davantage de tension dans le couple.

Depuis 2014, nous partageons avec vous gratuitement le plus d’informations possibles pour vous aider dans vos projets d’écriture. Cette initiative a cependant un coût. Ne laissez pas perdre cette occasion. Aidez-nous par vos dons à vous apporter toujours plus d’informations. Merci (100 % de vos dons vont au fonctionnement de Scenar Mag).
[paypal-donation}

Comment avez-vous trouvé cet article ?

Cliquez sur une étoile

Average rating 4 / 5. Vote count: 1

No votes so far! Be the first to rate this post.

Cet article vous a déplu ?

Dites-nous pourquoi ou partagez votre point de vue sur le forum. Merci

Le forum vous est ouvert pour toutes discussions à propos de cet article

One thought on “HAUGE : LES ARCS DRAMATIQUES DES CONFLITS INTERIEURS

Laissez un commentaire ou Ouvrez un sujet dans le forum

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :