CAMPBELL : ESSAI D’EXEGESE – 19

0
(0)

[Faites une recherche par le mot-clé exégèse sur Scenar Mag et il apparaîtra l’ensemble de cette série d’articles]

PART 1: THE ADVENTURE OF THE HERO

CHAPTER 1: DEPARTURE
5. The Belly of the Whale

The idea that the passage of the magical threshold is a transit into a sphere of rebirth is symbolized in the worldwide womb image of the belly of the whale. The hero, instead of conquering or conciliating the power of the threshold, is swallowed into the unknown, and would appear to have died.

L’idée que le franchissement du seuil magique correspond à un passage vers la renaissance est symbolisée par l’image universelle du ventre de la baleine, qui représente une matrice. Le héros, au lieu de conquérir ou d’apaiser la puissance du seuil, est englouti dans l’inconnu et semble mourir.

L’image universelle du ventre de la baleine

Explorons la riche essence symbolique de l’image universelle du ventre de la baleine, un motif qui résonne profondément dans l’inconscient collectif des cultures du monde entier, en puisant dans la vaste mer des recherches mythologiques, psychologiques et anthropologiques.
Cette image, emblématique de la renaissance et de la transformation, sert de passage métaphorique des ténèbres à la lumière, signifiant le parcours héroïque du connu à l’inconnu et inversement, un thème central dans l’œuvre de Campbell, en particulier dans The Hero with a Thousand Faces.

Le ventre de la baleine

Une image qui résonne à travers les cultures et les siècles, évoquant non seulement le sort de Jonas, mais aussi le périple universel de l’être humain. En tant que mythologue, Campbell y voit un symbole puissant, une composante essentielle de son monomythe, c’est-à-dire de l’aventure transformatrice du héros et de l’héroïne.

Examinons cet archétype, explorons sa signification et dévoilons les perles de sagesse qu’il recèle. Tout d’abord, la baleine elle-même se présente comme un gardien monstrueux, un seuil entre le familier et l’inconnu. En avalant le héros, elle signifie une descente dans l’inconscient, une confrontation avec l’ombre du moi, avec les peurs et les limites. Jonas, fuyant sa vocation, est forcé d’affronter son défi dans le ventre de la baleine. Pensez à Gilgamesh dans le ventre du monde souterrain ou à Ulysse bravant la caverne du cyclope.

Chacun d’entre eux connaît une descente dans les profondeurs de l’être. Dans la mythologie de diverses cultures, l’image du ventre de la baleine représente une étape de l’initiation du héros, un moment d’introspection profonde et de confrontation avec soi-même. Ce motif n’est pas seulement un élément du récit, mais un symbole profond qui reflète le fonctionnement interne de la psyché humaine. Il signifie la descente dans les profondeurs, dans les eaux sombres de l’inconscient, où le héros affronte des épreuves et des défis, pour finalement en ressortir transformé.

Ce voyage est emblématique du processus d’individuation décrit par Carl Gustav Jung, au cours duquel l’individu affronte et intègre l’ombre de son moi, ce qui le conduit à l’épanouissement personnel et à l’illumination.

Une métamorphose

Le ventre de la baleine est souvent représenté à la fois comme une matrice et un tombeau, un lieu de mort et de renaissance. Ce double symbolisme reflète le passage existentiel du héros de la mort de son ancien moi à la naissance d’une nouvelle identité. C’est dans les profondeurs du ventre de la baleine que le héros rencontre les aspects sombres de sa psyché, affronte ses peurs et surmonte les obstacles qui entravent sa croissance.
Ce voyage est une métaphore du processus psychologique de transformation, au cours duquel l’ancien moi meurt et un nouveau moi éclairé naît. En ce sens, le ventre de la baleine est le creuset de la transformation, un espace sacré où le héros subit une profonde métamorphose.

Dans le ventre de la baleine, le héros se trouve dans un espace liminal, suspendu entre deux mondes. C’est là qu’il doit se débarrasser de sa vieille peau et dissoudre son ego. Pensez à la descente aux enfers de Inanna, dépouillée de ses sept vêtements divins, renonçant symboliquement à son pouvoir sur le monde. Cette mort à l’intérieur de la baleine est vitale, car elle ouvre la voie à la renaissance.

La transformation est au cœur de l’expérience du ventre. Dans cet espace sombre et confiné, le héros découvre des vérités cachées, lutte contre ses démons intérieurs et reçoit des conseils de sources inattendues. Jonas redécouvre sa foi, Inanna retrouve ses bijoux perdus et Ulysse reçoit l’aide du père aveugle de Polyphème.

Le ventre de la baleine devient un creuset pour la découverte de soi, une matrice pour l’accouchement d’un nouveau moi plus sage.
Le motif du ventre de la baleine apparaît sous diverses formes à travers les cultures, soulignant son universalité et l’expérience humaine commune de la recherche de sens et de compréhension à travers le processus d’initiation et de transformation. Dans l’histoire biblique de Jonas, le séjour de trois jours du prophète dans le ventre d’un grand poisson symbolise une période de réflexion et de repentir qui aboutit à son renouveau spirituel. De même, dans la mythologie hindoue, l’histoire du roi démon Hiranyaksha tué par Vishnu dans son avatar de sanglier, puis renaissant, reflète le thème du rétablissement de l’ordre cosmique à travers le cycle de la mort et de la renaissance.

Ces histoires, bien que différentes dans leurs contextes culturels, font écho au même thème sous-jacent du voyage des ténèbres à la lumière, soulignant la quête universelle de changement et d’illumination.
En émergeant des profondeurs, le héros renaît. Jonas est rejeté sur la terre ferme, témoignage de son engagement renouvelé. Gilgamesh revient avec le secret de la jeunesse éternelle, marqué à jamais par son voyage. Cette réémergence ne signifie pas seulement une transformation personnelle, mais aussi un retour au monde, porteur de la sagesse acquise au cours d’une lutte intérieure.

Le ventre de la baleine n’est pas seulement un contenant passif ; il participe activement au voyage de l’héroïne et du héros. Considérez le rôle de la baleine comme un moyen de transport, de protection et même de défi pour le héros. Dans certains mythes, la baleine elle-même devient un guide ou un allié, ce qui témoigne de l’interconnexion entre l’inconscient et le conscient.

Le ventre de la baleine résonne profondément avec l’expérience psychologique qui consiste à affronter et à surmonter ses peurs et ses insécurités les plus profondes. Il représente les moments de la vie où les individus se sentent avalés par les circonstances de leur vie, forcés d’affronter leurs ténèbres intérieures.
Cette confrontation n’est pas inutile ; c’est à travers ce processus que les individus trouvent leur force, leur sagesse et le courage de renaître. Le motif souligne la nécessité de traverser l’obscurité pour atteindre la lumière, d’affronter son ombre pour trouver son véritable moi.

Une expérience collective

La baleine elle-même possède une résonance symbolique. Son étendue incarne l’immensité de l’inconscient, sa puissance représente les forces de transformation intérieures. Elle est à la fois terrifiante et nourricière, reflétant la dualité de la lutte intérieure du héros.
Mais le ventre de la baleine n’est pas seulement une expérience individuelle. Il transcende son interprétation littérale et évoque des transformations collectives et sociétales. Pensez aux révolutions, aux changements culturels ou aux mouvements artistiques, tous souvent précédés d’une période de bouleversements, d’introspection et de réémergence d’une nouvelle façon d’être.

En somme, le ventre de la baleine nous rappelle l’universalité du voyage du héros (Hero’s Journey). Il nous rappelle que la transformation exige souvent de descendre dans l’obscurité, d’affronter nos démons et d’en ressortir avec une sagesse retrouvée. C’est un appel au courage, pour plonger au plus profond de nous-mêmes et en ressortir prêt à contribuer au monde dans son ensemble.
Ce symbole transcende les cultures et les religions et évoque le désir inné de croissance et de changement de l’esprit humain. Sa présence durable à travers les âges nous rappelle que le parcours héroïque n’est pas qu’un simple conte, mais une métaphore vivante de notre propre potentiel de transformation. La prochaine fois que vous verrez cette image, rappelez-vous que le ventre de la baleine ne renferme pas seulement des ténèbres, mais aussi la promesse d’une renaissance, qui attend d’être revendiquée par ceux qui sont assez braves pour plonger à l’intérieur de leur baleine.

L’exploration par Joseph Campbell du ventre de la baleine dans le contexte du Hero’s Journey fournit un modèle pour le développement et la transformation personnels. Il suggère que le chemin de la découverte de soi et de l’illumination implique une descente dans les profondeurs, une confrontation avec l’inconnu et le courage d’affronter et d’intégrer les aspects obscurs de soi-même. Ce voyage n’est pas facile, mais il est essentiel pour parvenir à une croissance et à une compréhension véritables.

Le ventre de la baleine, en tant qu’espace métaphorique de transformation, nous rappelle que c’est à travers nos épreuves les plus sombres que nous trouvons notre lumière et que nous en sortons plus forts et plus sages.

Swallowed into the unknown, and would appear to have died.
Avalé par l’inconnu, on le considérait comme mort

Le voyage commence par un appel à l’aventure (Call to Adventure), où le héros et l’héroïne, confortablement installés dans leur monde ordinaire, sont confrontés à un défi ou à une invitation qui les incitent à entrer dans un monde qui dépasse de loin leur compréhension ou leur confort.

L’expression Avalé par l’inconnu représente métaphoriquement cet acte de foi, ce saut dans l’inconnu comme de se jeter dans le vide : le départ de la sécurité vers les profondeurs de l’inconnu, qui est chargé d’épreuves, de défis et de l’ombre de la mort.
Elle symbolise une descente dans les profondeurs inconnues du soi et du monde, une mort métaphorique avant une renaissance potentielle. En explorant cette phase de transformation, nous plongeons au cœur de ce que signifie être humain, en affrontant l’obscurité et l’incertitude pour en ressortir renouvelés et responsabilisés.

Cette descente n’est pas seulement un déplacement physique, mais une plongée psychologique profonde dans les territoires inexplorés de la psyché, une confrontation avec les peurs, les conflits non résolus et les aspects les plus sombres de l’être humain. Cette descente n’est jamais facile. Elle signifie un abandon du familier, une confrontation avec les angoisses et les limites. Comme Jonas avalé par la baleine, le héros peut se sentir piégé, étouffé et seul. C’est l’aspect de la mort, c’est le sentiment de contrôle et de certitude de l’ego qui se désintègre, laissant le héros vulnérable et remettant en question tout ce qu’il croyait savoir.

Cet engloutissement peut prendre différentes formes. Pour Ulysse, c’est la descente aux enfers. Pour Luke Skywalker, c’est son entraînement avec Yoda sur la planète marécageuse Dagobah. Dans d’innombrables mythes et récits, les héros s’aventurent dans des forêts interdites, escaladent des montagnes périlleuses ou naviguent sur des mers traîtresses ; autant de métaphores pour s’aventurer dans le territoire inexploré qui est le leur.

L’apparence de la mort est symbolique de la dissolution de l’ego. Dans de nombreux mythes, le héros doit mourir à son ancien moi pour renaître à nouveau. Cette mort est rarement physique ; elle signifie plutôt l’abandon des limites personnelles et la renaissance de la conscience du héros dans une conscience plus large et plus englobante.

Cette phase de la mort est essentielle, car c’est dans les moments les plus sombres que la transformation s’opère. Elle témoigne du processus de lâcher-prise, de l’abandon des anciennes façons d’être pour faire place à une nouvelle croissance et à une nouvelle compréhension. Mais cette mort apparente recèle le potentiel d’une transformation profonde. Dans l’obscurité, le héros rencontre des vérités cachées, des forces inexploitées et des alliés inattendus. Le ventre de la baleine devient un creuset, une forge où le héros est modelé et trempé. Prenons l’exemple de Neo dans Matrix. Englouti par le code virtuel, il est confronté à sa mortalité et à son potentiel. Morpheus, un guide, lui offre la pilule rouge, c’est-à-dire le choix de se réveiller de l’illusion confortable et d’affronter la terrible réalité. Cette mort mène à sa renaissance potentielle en tant que The One, l’élu, le sauveur de l’humanité.

The innermost cave

Le voyage intérieur du héros le conduit à la grotte la plus profonde (the innermost cave), métaphore de la partie la plus intime de la lutte personnelle et existentielle du héros.
C’est là, dans la confrontation avec sa plus grande peur ou son plus grand défi, que le héros semble être mort. Pourtant, c’est aussi là qu’il trouve son plus grand trésor ou l’ultime bienfait : la connaissance, l’illumination ou un puissant artefact. Ce bienfait représente la sagesse, le pouvoir et la perspicacité nouvellement acquis par le héros et l’héroïne au cours de leurs épreuves et de leurs tribulations dans l’inconnu.

Avec le don en main, le héros doit alors faire le voyage de retour vers le monde ordinaire. Ce retour n’est pas sans difficultés, car le héros est désormais une personne changée, qui emporte avec elle les élixirs de son aventure, c’est-à-dire des connaissances et des idées qui peuvent être bénéfiques à sa communauté ou la guérir de ses maux.

L’intégration des expériences du héros dans sa vie quotidienne marque l’aboutissement de son voyage. Elle témoigne de la résilience et de la transformation du héros et de l’héroïne, qui ont été avalés par l’inconnu et en sont ressortis non seulement vivants, mais renouvelés.

La nature des leçons apprises dans le ventre de la baleine varie. Parfois, il s’agit d’acquérir des compétences essentielles, comme Luke l’apprend de Yoda. D’autres fois, il s’agit d’affronter des démons personnels, comme Siddhartha aux prises avec la souffrance et le désir sur le chemin de l’illumination. Dans tous les cas, cette période d’isolement et d’introspection oblige le héros à affronter son ombre, les aspects cachés de sa personnalité qui le retiennent d’avancer dans sa vie.

La confrontation et l’intégration de l’ombre sont indispensables à la croissance. Tout comme le phénix renaît de ses cendres, le héros émerge de l’obscurité, non seulement en survivant, mais en se transformant. Il acquiert une meilleure compréhension de lui-même et du monde, souvent accompagnée d’une compassion et d’une sagesse nouvelles.
Cette transformation permet à l’héroïne et au héros de faire face aux défis qui les attendent. Ne cherchant plus de validation extérieure, ils deviennent autonomes et guidés par leur compas intérieur. Leur voyage a désormais un but plus profond, alimenté par les expériences glanées dans les profondeurs.

Le retour du héros des abysses marque un changement dans la dynamique du pouvoir. Sa mort et sa renaissance l’ont doté d’une perspective et d’une force uniques. Il peut revenir dans sa communauté en tant que leader, guide ou guérisseur, offrant aux autres les fruits de sa transformation.
Cet archétype résonne à travers les cultures et les époques parce qu’il évoque une expérience humaine universelle. Chaque individu est confronté à sa propre baleine, qu’il s’agisse de luttes personnelles, de changements de carrière ou de crises existentielles.

En embrassant l’inconnu, en affrontant nos limites et en intégrant l’ombre, nous pouvons nous aussi trouver la transformation et du sens dans les profondeurs de nos propres chemins. Comme nous le rappelle Joseph Campbell, la grotte dans laquelle vous craignez d’entrer renferme le trésor que vous cherchez.
Alors, embrassons l’inconnu, aventurons-nous dans l’obscurité et découvrons l’héroïne ou le héros qui sommeille en nous. Campbell nous invite à embrasser notre propre aventure, à affronter nos ombres et à découvrir les trésors qui se trouvent dans les profondeurs de notre propre inconnu.

Ce faisant, nous participons à la danse intemporelle de la mort et de la renaissance, émergeant non pas tels que nous étions mais tels que nous sommes censés être.

Participez à la pérennité de Scenar Mag. Faites un don. Merci

 

Comment avez-vous trouvé cet article ?

Cliquez sur une étoile

Average rating 0 / 5. Vote count: 0

No votes so far! Be the first to rate this post.

Cet article vous a déplu ?

Dites-nous pourquoi ou partagez votre point de vue sur le forum. Merci

Le forum vous est ouvert pour toutes discussions à propos de cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.