SOURCE D’INSPIRATION : ARTEMIS

0
(0)

Nous avons vu dans un article précédent APHRODITE comment nous inspirer de la déesse Aphrodite.
Voyons maintenant comment Artémis peut nous inspirer pour la création de notre personnage.

Artemis est la déesse de la chasse (elle est la Diane de la mythologie romaine). Fille d’Apollon et de Léto, elle est toujours à l’écoute de jeunes femmes ou de jeunes femelles parmi les animaux qui pourraient avoir besoin de son aide lors d’un accouchement ou de sa protection en d’autres circonstances.

D’un tempérament coléreux, elle punit ceux qui l’offensent. Elle est aussi une déesse vierge. Douée d’une grande précision et d’une farouche détermination, elle peut se fixer un but et le poursuivre jusqu’à la fin.
Elle rompit une fois son vœu de chasteté et de cette union singulière naquirent 50 Amazones.

Une femme indépendante

C’est ainsi que Artémis partage un trait commun avec les amazones : leur indépendance du joug des hommes.
Féministe jusqu’au bout des ongles, l’amazone se soucie davantage de la cause féminine que de son propre devenir. Lorsqu’elle offre sa protection à une jeune femme, elle le fait sans se soucier des conséquences pour sa propre sécurité.

Son attitude androgyne peut révéler certaines vérités sur ses relations féminines au demeurant peu nombreuses et envers lesquelles Artémis garde cependant un certaine distance.
L’animus (voir Carl Gustav Jung) chez Artémis est puissant, tout autant que sa féminité, ce qui la laisse parfois confuse, confrontée à un débat intime sur la nature d’une relation ou d’une rencontre.

Se moquant des modes (toujours changeantes), Artémis se joue aussi de valeurs telles que la femme au foyer ou les carrières auxquelles les femmes modernes aspirent.
Qualifiée de sauvageonne, elle est très proche de la nature. Dans la description d’un personnage qui s’inspirerait de Artémis, on peut alors considérer que son engagement envers la préservation de la nature (faune et flore) n’a d’égal que son aversion pour la vie citadine.

Son tempérament assez violent somme toute révèle aussi qu’elle ne fait pas montre de passivité lorsqu’il s’agit de défendre ses propres valeurs même si celles-ci sont mises à mal par n’importe quelle forme d’autorité.
On peut admettre dans la définition de sa personnalité un certain activisme.

Un besoin de nature

Si l’activité professionnelle de votre personnage est important pour votre intrigue, celle-ci sera orientée vers des domaines où sa passion ou son besoin de la nature pourra s’exercer pleinement (comme par exemple l’artisanat dans le bois) et dans le cas contraire, elle passera le plus clair de son temps libre dans des activités de plein air.

Elle adore faire de longue promenade dans les bois et forêts de jour comme de nuit et n’est nullement effrayée de se retrouver seule dans les bois lorsqu’il fait nuit. Ces longs moments de solitude lui permettent de retrouver un équilibre.
Elle est intuitive, voire instinctive. Elle se passionne pour les lieux exotiques qu’elle adorerait découvrir.

Rose, par exemple, dans Titanic est une amazone en cage ce qui explique qu’elle soit en conflit avec sa mère et avec Cal qui représentent un monde qui ne peut que la maintenir confinée dans des barrières sociales étouffantes.

Eprise de liberté, elle considère que la terre n’appartient à personne. Elle n’hésite pas à franchir certains interdits si l’envie lui prend. Votre personnage pourrait se retrouver dans des situations délicates par son seul fait. Souvenez-vous que Artémis n’est soumise en rien à qui ou quoi que ce soit.

L’amazone est une femme libre, indépendante et qui est convaincue que les femmes sont à l’égal des hommes dans toutes les situations. Rappelez-vous cependant qu’elle n’est pas carriériste mais si vous avez l’intention de lui faire jouer un rôle politique ou social dans votre histoire, elle sera mue par de véritables sentiments, une sincère conviction et pourrait batailler contre toutes formes de corruption (et en particulier si cette corruption s’en prend aux ressources naturelles).

Une femme qui aime la compétition

Le personnage inspiré de Artémis est une femme déterminée avec un esprit de compétition aigu. Vous pouvez donc envisager de lui faire embrasser une carrière sportive. Dans ce cas, vous ajouterez à sa personnalité un désir de remporter la victoire. Autrement, cette volonté de gagnant sera un de ses traits de caractère dominants dont elle peut soit bénéficier, soit en souffrir. Cela dépend de l’histoire.
Elle est très sensible à la perte. Et bien qu’elle se sente l’égal d’un homme, elle vit mal une rupture.

L’une des plus grandes peurs de l’amazone est de perdre son indépendance. Elle est fière de cette liberté qu’elle revendique et s’il lui arrivait de se retrouver enfermé (physiquement ou symboliquement) ou bien handicapé (dans ce cas, c’est son propre corps qui la priverait de sa chère liberté), cela la tuerait (encore une fois, symboliquement ou physiquement).

Vivre sans lien, sans dépendance est une grande valeur pour Artémis. Il lui arrive de porter un regard peut-être méprisable sur les indigents, du moins ceux qui se complaisent dans cet état bien qu’elles viennent à leur aide si ceux-ci la lui demandent.

Se sentir vulnérable est une peur récurrente chez l’amazone. Elle ne supporte pas l’idée d’être une victime. L’une de ses plus grandes humiliations serait une agression sexuelle dont elle serait victime sans pouvoir se défendre.
Cela peut la mener à un désir de vengeance meurtrier et servir d’incident déclencheur pour votre histoire.

Une force qui anime l’amazone est de se sentir comme un sauveur au mépris de sa propre vie. Si votre personnage est un médecin, par exemple, elle souffrira toujours de ne pas avoir pu sauver ceux dont elle avait la vie entre les mains. Elle développerait ainsi un sentiment de culpabilité, toujours très pratique dans l’élaboration d’un personnage.

Une exclusion malgré elle

Ses amitiés féminines sont rares parce que sa part masculine (son animus) est très fort et les autres femmes (beaucoup plus féminines) gardent une distance avec elle. Elles ne voient pas en elle quelqu’un avec qui elles pourraient devenir amies.

Par contrecoup, ses relations avec les hommes sont plus faciles car ils l’identifient comme l’un d’entre eux mais sur le plan amoureux, étant elle-même confuse sur ses tendances, le résultat est plutôt médiocre.
Si vous êtes intéressés, vous pourriez vous inspirer du personnage de Nomi Marks qui est une femme transsexuelle de la série télévisée Sense 8 de Lana et Lilly Wachowski et Joseph Michael Straczynski. Cependant, il vous faudrait retravailler son animus.

Les intrigues où il est question de survie sied bien à l’amazone. Elle adore devoir se débrouiller par elle-même dans les pires situations, comme c’est le cas de Rose (Titanic).
Elle n’hésite pas à affronter des hommes pour leur position et leur pouvoir mais encore une fois, elle entre en bataille avec un sens de justice ou pour réparer des injustices.

Poussée par son intuition, elle est capable de discerner le vrai sous les apparences. Elle a besoin de s’engager pour des causes qu’elle juge juste et cela la fortifie.
Pour compléter sa personnalité, nous vous conseillons la lecture de notre article sur l’ennéagramme de type 9 avec certains traits de l’ennéagramme de type 1.

  1. L’ENNEAGRAMME POUR VOTRE PERSONNAGE – PART 1
  2. L’ENNEAGRAMME POUR VOTRE PERSONNAGE – PART 2
  3. L’ENNEAGRAMME POUR VOTRE PERSONNAGE – PART 3
  4. L’ENNEAGRAMME POUR VOTRE PERSONNAGE – PART 4

L’amazone a aussi besoin d’être souvent stimulée ou défiée sinon elle s’ennuie jusqu’à la dépression. Si vous n’en faites pas un personnage principal, elle pourrait être un sidekick auprès d’une héroïne qui se bat pour les droits des femmes.

Un combat permanent

Sa façon d’être au monde et de penser (se sentir comme une grande sœur envers toutes les femmes, se sentir comme un martyr pour des causes féminines ou environnementales) lui procurent une énorme estime de soi. Elle a donné un sens à sa vie dans ses combats.

Ses tenues vestimentaires sont simples et pratiques. Elle ne porte pas de grandes toilettes et ne cherche nullement à se montrer sexy. Si Artémis porte une tunique, c’est davantage pour courir vite que de séduire.
Vous pourriez vous inspirer de Jessica Jones de la série télévisée du même nom.

Sa silhouette est souvent attirante mais aussi intimidante pour les hommes comme pour les femmes. Elle apparaît souvent froide et distante parce qu’elle est tellement absorbée à accomplir son but qu’elle ne se laisse aucunement distraire. On peut la qualifier associable car elle considère que des relations trop intimes nuisent à la réussite de son objectif.

Par contre, lorsqu’elle se retrouve dans la nature, elle est comme une enfant et se ressource.
Un détail aussi qui pourrait vous être utile pour révéler un peu de sa personnalité : elle ne porte jamais de montre car elle se moque du temps.

En tant que personnage principal, il est très souvent nécessaire de développer un arc dramatique, c’est-à-dire de le faire évoluer au cours de l’histoire.
Il sera question qu’il surmonte ses peurs, un besoin intime qui doit être accompli afin que le personnage devienne meilleur.

Habituellement, il suffit de se demander ce que doit apprendre le personnage pour qu’il parvienne à devenir un être entier, plus conforme à sa véritable nature.
Dans le cas d’un personnage inspiré de l’amazone (ou de Artémis), peut-être a t-elle besoin d’élever un enfant. Ou peut-être a-t-elle besoin de s’accorder à la société, de connaître une vie sociale ? Ou comme nous l’avons évoqué, doit-elle apprendre à se pardonner de ne pas pouvoir sauver plus de vie ?

Son défaut majeur

Le défaut majeur dans la personnalité de l’amazone est qu’elle n’a pas confiance dans les hommes. Peut-être ne voit-elle en eux que le mépris qu’ils lui renvoient malgré son engagement pour le bien de l’humanité  ?
L’amazone a besoin de reconnaissance.

Il faut remonter à la source pour comprendre ce qui ne va pas chez un personnage. Essayez de déterminer ce qui a pu se passer dans son enfance pour que l’archétype de Artémis soit si prégnant chez votre personnage.
A t-elle perdu sa mère alors qu’elle n’était encore qu’une enfant ?
Etre élevée par son père, n’est-ce pas ceci qui a forgé en elle les attributs masculins qui ressortent dans ses relations et qui façonnent ses attitudes ?

L’amazone attire d’autres personnages qui fonctionnent bien avec cet archétype :

  • Un mentor qui lui apprendra à avoir confiance dans les autres.
  • Un trickster que son regard perçant saura déchiffrer et qui pourrait lui apprendre à s’amuser de la vie plutôt que de la subir.
  • Une mère de famille qui pourrait lui apprendre la joie immense de donner la vie.

Concernant ses failles :

  • peut être têtue et obtuse ce qui ne facilite certainement pas ses relations aux autres.
  • Elle porte souvent des œillères pour ne pas se laisser distraire du but qu’elle s’est fixée. Elle peut paraître ainsi froide et distante, semblant ne s’occuper que de ses propres affaires mais ce n’est évidemment pas le cas. Ce peut être aussi un moyen de défense ou pour ne pas paraître vulnérable.
  • Elle peut devenir irrationnelle voire commettre des actes immoraux dans sa volonté indéfectible, sans compromis, pour réussir son objectif.
  • Il lui arrive de se montrer orgueilleuse et se refuser toute compassion.
  • Lorsqu’elle est agressée, elle peut emprunter des traits de la personnalité de son agresseur dans un but tactique révélant par là un trait calculateur dans sa personnalité.

Lorsqu’elle assume la fonction de l’antagoniste, l’amazone ne se départ pas de sa volonté d’aider d’autres femmes sauf que dans ce cas, elle n’hésite pas à tuer un homme innocent s’il se trouve sur son chemin (et ce meurtre n’a pas être justifié).

La non conscience de faire le mal

Elle devient d’ailleurs davantage gorgone que amazone. C’est un être malfaisant même si elle ne le voit pas ainsi. Pourquoi d’ailleurs devrait-elle avoir conscience qu’elle fait le mal ?

Peut-être a t-elle subi un viol des années auparavant et sa rage et sa fureur n’ont plus de limites depuis. Tenter toujours de justifier ce qui motive un personnage, quel qu’il soit.
Gorgone ou amazone, elle peut devenir extrêmement dangereuse lorsqu’elle se sent menacée et répond par des moyens physiques décuplés par la colère. Beaucoup d’hommes se font d’ailleurs prendre dans ses rets ne s’attendant pas à ce qu’une femme montre une telle force, une telle rage. La différence entre protagoniste et antagoniste réside dans la conclusion logique de l’assaut : l’antagoniste tue, le protagoniste retient son geste.

Tout comme l’amazone, la gorgone ne se soucie guère de sa propre vie. Elle se vengera, c’est tout ce qui compte.
Le bien et le mal, le juste et l’injuste, le code moral sont des choses qui sont laissées à l’appréciation du lecteur. La gorgone et l’amazone considère chacune leur cause juste et se sentent investies de la puissance de Artémis dont elles se convainquent qu’elle leur offrira le pardon pour leur brutalité.

La gorgone est hostile à l’ordre social alors que l’amazone ne s’y sent pas à l’aise. Ce qui fait une grosse différence entre elles deux. Le comportement de la gorgone est irresponsable et alors que l’on peut prêter un code moral, une éthique à l’amazone, la gorgone se fait surtout remarquer par son refus de tout code de conduite : elle ne sait donc pas ce qu’est le bien, ni le mal.

La gorgone réagirait davantage à l’instinct que l’amazone, plus intuitive qu’instinctive.
La gorgone refuse de se conformer aux normes sociales ce qu’elle démontre par un comportement répréhensible. Elle ne montre jamais ses émotions (on se demande même si elle est capable de réactions émotionnelles) et n’éprouve que rarement des remords.

Les événements les plus horribles la laissent indifférente ce qui présuppose chez elle une propension à en commettre.
Elle est agressive, irritable et son comportement est pour le moins erratique.

Une soif de vengeance à étancher

Pour assouvir sa soif de vengeance, elle n’hésite pas à mettre son propre corps en danger, elle rejoint en cela l’amazone.
Sa position d’antagoniste peut être justifiée par sa conviction intime que ses droits les plus fondamentaux ont été bafoués. Ainsi, sa motivation serait la vengeance.

Pour lutter contre l’objectif du protagoniste, la gorgone pourrait tenter de convaincre d’autres femmes de se rallier à son point de vue sur l’importance des femmes dans la société et de s’élever quitte à ce qu’il y ait quelques morts dont le sacrifice serait au bénéfice d’une société plus juste pour les femmes.

Encore plus que l’amazone, la gorgone est convaincue qu’elle maîtrise sa vie et sa destinée et préférerait se détruire elle-même que de laisser quelqu’un d’autre le faire.

Quelques exemples de personnages de fiction inspirés par Artémis :

  • Buffy Summers (Buffy contre les vampires)
  • Xena (Xena, la guerrière)
  • Michaela Quinn (Docteur Quinn, femme médecin)
  • Rose DeWitt Bukater (Titanic)
  • Ellen L. Ripley (Alien)
  • Louise Sawyer (Thelma et Louise)
  • Sarah Connor (Terminator)

Si vous aimez mon travail, Merci de penser à me soutenir. Quelques euros suffisent pour me permettre de maintenir Scenar Mag.

Comment avez-vous trouvé cet article ?

Cliquez sur une étoile

Average rating 0 / 5. Vote count: 0

No votes so far! Be the first to rate this post.

Cet article vous a déplu ?

Dites-nous pourquoi ou partagez votre point de vue sur le forum. Merci

Le forum vous est ouvert pour toutes discussions à propos de cet article

Laissez un commentaire ou Ouvrez un sujet dans le forum

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :