LE CLIMAX

0
(0)

Ecrire un script jusqu’à la dernière page est généralement un accomplissement personnel et significatif. Significatif dans le sens où écrire le mot FIN corresponds à une réalité, à celle d’un script. Finir un scénario est certainement la partie la plus difficile du processus d’écriture et probablement la raison pour laquelle tant de scénarios ne voient jamais de fin.
Concevoir un climax organique (il participe au Tout de l’histoire comme l’a écrit Aristote) et véritable est une tâche impressionnante et dangereuse pour un auteur au point qu’ils se convainquent eux-mêmes que le climax qu’ils ont écrit est parfait. Seulement, cette perfection, il la juge à l’aune de leurs propres standards. Ils se leurrent eux-mêmes dans la croyance que ce qu’ils ont créé est bon et est en harmonie avec le reste de l’histoire. C’est un vrai challenge de monter un climax de qualité supérieure (une qualité qui s’améliore généralement lors de la réécriture) et souvent, horrifié par cette perspective, les auteurs ont tendance à négliger le climax juste pour soulager leur angoisse.

Si vous estimez que ce vous avez écrit jusqu’à présent est valable, vous êtes alors capable d’accepter que votre climax n’est pas à la hauteur (le cas échéant). Par souci de clarté, nous supposerons qu’effectivement, vous estimez que votre climax est en-dessous de ce que vous avez précédemment écrit.

Comment parer à cet inconvénient ? D’abord, dès votre premier draft, vous devez savoir comment finira votre histoire. Connaître la conclusion de votre récit (rien que d’imaginer la dernière image de votre histoire peut déjà vous aider à l’écrire) vous permettra de ne pas éprouver d’angoisse durant le processus d’écriture des deux premiers actes parce que vous saurez où vous allez. Et quand on sait où on va, on se sent confortable et rassuré.

Dites-vous bien que votre script est quelque chose de vivant et qu’il est appelé à évoluer. Lors des réécritures successives, le climax évoluera lui aussi. Sachant cela, vous bénéficierez d’une liberté dans l’écriture de votre climax. Laissez parler votre imagination, si vous estimez que vous avez débordé des limites de votre histoire, il vous sera plus facile de faire rentrer dans l’ordre vos fulgurances lors des réécritures que de devoir réinventer un climax à partir de rien.

En tant qu’auteur, vous êtes responsable de vos écrits. Votre scénario sera lu, si vous avez peur de ce qu’on pourrait en dire, vous n’arriverez jamais à le finir. Certains vont l’apprécier, d’autres non. Soyez prêt à accepter la critique. Le doute vous étreindra avant même que vous n’atteigniez votre climax. Ce doute doit booster votre imagination, non la refreindre.

Il est difficile de dire au revoir à quelqu’un qu’on aime. Il en est de même avec votre scénario. Vos personnages, votre monde, vous avez mis tant d’énergie à les créer, à les vivre que d’approcher la fin sera aussi difficile que de dire adieu. Vous allez naturellement tenter de repousser cette échéance. Vous allez continuer à vouloir développer votre intrigue sans jamais apercevoir ce point majeur du tournant dans l’acte Trois et votre climax.

Maintenant, vous pourriez tout simplement ne pas avoir d’idée pour votre climax. Il est probable que la raison en est que vous ne l’avez pas suffisamment préparé dans les scènes qui l’ont précédé. Remontez votre script et déterminez à partir de quel moment votre histoire vous a échappé. Il doit y avoir un cheminement qui mène naturellement et logiquement à votre climax. Par contre, ne le rendez pas prévisible. Le lecteur ne doit pas s’attendre à ce qui va se passer dans le climax.

Si cela ne fonctionne toujours pas, isolez votre personnage principal, prenez-le en tête à tête et demandez-lui quel est son problème, ce qui ne va pas avec lui. Imaginez un dialogue avec lui où vous allez vous confier mutuellement vos secrets et vos désirs. Vous pourriez aussi imaginer que votre personnage se confie à Dieu. Ainsi, il se livrera tout entier. Par cette technique (proche du brainstorming), vous pourriez trouver les éléments à mettre en jeu dans votre climax. Gardez à l’esprit qu’un climax est l’ultime confrontation entre le héros et son antagoniste. En vous concentrant sur votre héros, vous pourriez comprendre pourquoi il a tant besoin de ce climax pour s’accomplir pleinement en tant qu’être humain (de fiction, certes, mais vivant tout de même ET dans votre esprit ET dans celui de votre lecteur).

Une solution pour écrire votre climax serait encore de vous laisser aller. Débridez complètement votre imagination même si ce que vous écrivez est ridicule et absurde. Cette technique vous permettra de comprendre si vous ne vous êtes pas limité vous-même en voulant rester dans les cordes. De ce fatras dont vous allez noircir vos pages, peut-être bien que quelque chose vous interpellera, quelque chose qui brillera un peu plus que le reste et à partir duquel vous élaborerez le climax que vous recherchiez.

Comment avez-vous trouvé cet article ?

Cliquez sur une étoile

Average rating 0 / 5. Vote count: 0

No votes so far! Be the first to rate this post.

Cet article vous a déplu ?

Dites-nous pourquoi ou partagez votre point de vue sur le forum. Merci

Le forum vous est ouvert pour toutes discussions à propos de cet article

Laissez un commentaire ou Ouvrez un sujet dans le forum

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :