C’EST QUOI LEUR PROBLEME ?

0
(0)

Nous sommes tous réticents au changement. On aimerait parfois que nos vies changent mais quand ce moment est possible, il est toujours assez difficile d’abandonner la douce quiétude de ses habitudes.
Nos personnages ne sont pas différents. Ils résistent aussi fermement au changement que nous le faisons. Et c’est une bonne chose.
Car de la résistance au changement surgit le conflit et le conflit génère de l’intrigue. C’est ainsi que l’arc dramatique de nos personnages et l’intrigue sont inextricablement liés. Il faudrait même s’assurer que l’intrigue soit totalement dépendante de l’Inner Journey de votre héros. Bien sûr que le rapport entre les deux ne saute pas aux yeux mais il n’en reste pas moins que l’intrigue se déploie au gré de l’évolution de l’arc dramatique.
L’arc dramatique est un mouvement. Ce mouvement est animé par les péripéties que traverse le personnage principal. L’auteur est le maître des mouvements. La direction que doit prendre l’arc dramatique gouverne alors la péripétie qui concrétise cette orientation prise par l’arc dramatique. L’intrigue, accumulatrice de péripéties, est alors effectivement guidée par le voyage intérieur qu’entreprend le personnage.

Dans sa définition la plus simple, une intrigue est l’expression d’un objectif contrecarré qu’un personnage essaie par tous moyens de réaliser. Tant qu’il n’y est pas parvenu (la notion de réussite ou d’échec n’entre pas encore en ligne de compte), l’intrigue continue.

Un arc dramatique, par définition, exprime un changement, une évolution (Change Arc). Ce changement peut s’expliquer par une redéfinition des priorités du personnage principal au cours du récit. Il réalise au fil de l’intrigue que s’il n’obtient pas ce qu’il veut, c’est soit parce qu’il ne fait pas ce qu’il faut, soit parce que le conflit moral qu’a provoqué en lui certaines de ses décisions est trop accablant.

Afin de pouvoir évoluer d’une façon positive, le personnage doit commencer avec un manque dans sa vie, une raison qui justifie la nécessité d’un changement. Le personnage est incomplet mais ce n’est pas d’un bien matériel dont il a besoin pour s’épanouir.
Il pourrait être entier et équilibré et être le plus pauvre des hommes ou bien très riche mais misérable.
Ce qui lui manque devrait se trouver à l’intérieur de lui.

Ce n’est pourtant pas d’un trou béant dans l’âme de votre personnage dont nous parlons. La sensation de manque dont le personnage n’a peut-être pas une conscience claire provient d’une idée fausse, d’une mauvaise interprétation soit de lui-même, soit du monde et probablement des deux.
Il s’avèrera dans la suite de l’histoire que ce mensonge que se fait le personnage à lui-même sera l’obstacle le plus difficile à surmonter dans la poursuite de son ultime objectif.
Et cette faiblesse peut prendre n’importe quelle forme. Par exemple, vous présentez un personnage puissant mais rien ne vous interdit de faire de cette force initiale le talon d’Achille de votre personnage.

C’est ainsi que le personnage peut très bien n’avoir aucune idée ou au mieux qu’une vague idée de ses faiblesses. Il pourrait très bien même ne pas être dans le déni de ses déficiences. De son point de vue, il n’a pas de problème !
Du moins jusqu’à l’incident déclencheur ou bien au passage de l’acte Deux (qui se produit généralement à 25 % de votre script). L’incident déclencheur peut inciter le personnage à déjà modifier son comportement et à bien cerner son problème ensuite à la fin du premier acte.

L’acte Un donne tout le temps et l’espace nécessaire à l’auteur pour décrire ce mensonge personnel de son personnage principal et de démontrer cette sorte de retranchement d’où le personnage s’oppose et se présente au monde (par la description de son monde ordinaire avant que l’incident déclencheur n’ait commencé à le bouleverser).

Le mensonge est donc une croyance erronée. En voici quelques exemples :

  • La force prime le droit
    Thor écrit par Ashley Edward Miller, Zack Stentz et Don Payne.
    C’est d’ailleurs le leitmotiv de pratiquement tous les personnages. Cependant, Thor, ayant été dépossédé de cette force par son propre père, devra prouver aux yeux de celui-ci qu’il est digne de retrouver son pouvoir.
  • La seule façon d’être aimé est par l’asservissement
    Jane Eyre adapté du roman de Charlotte Brontë.
    Cette croyance, ce mensonge à propos d’elle-même est que Jane Eyre se considère comme étant incapable d’être aimé en retour. Cependant, elle a contourné cette opinion erronée qu’elle a d’elle-même en greffant par-dessus celle-ci une autre croyance (un autre mensonge) qui l’a convaincu que par l’asservissement aussi bien physique que moral, elle pouvait gagner cet amour qu’elle croit impossible.
  • Je n’aime pas les enfants
    Jurassic Parc écrit par David Koepp & Michael Crichton.
    C’est ce que pense le Dr. Alan Grant au moment où nous faisons sa connaissance. Pourtant, sa relation avec les petits-enfants de Hammond et en particulier Tim décrit un personnage qui, au contraire, accorde beaucoup d’importance aux enfants. Il est probable que ce trait de caractère est destiné à renforcer la relation établie dès que les choses commenceront à se gâter.
    Il est indiqué dans la toile de fond de ce personnage que Grant a perdu sa femme il y a quelques années et n’a pas eu d’enfant. Peut-être que cette attitude de dire qu’il n’aime pas les enfants fut pour lui un moyen d’accepter la mort de sa première femme.
  • Les gens que vous aimez vous mentiront toujours
    Le Secret des frères McCann écrit par Tim McCanlies.
    C’est effectivement ce que pensent Hub et Garth. Ils ne sont pas dupes que la mère de Walter ou la famille de Garth ne recherchent qu’une chose : toucher l’héritage (supposé). Walter sera donc concerné par cette opinion de ses deux oncles. Cependant, leur relation évoluera et un lien très fort va se créer entre Walter et ses oncles.
    Pour Hub et Garth, cette opinion est étayée par les faits et elle fait partie de leur système de défense.
  • Rien ne vaut d’être le favori
    Toy Story de John Lasseter.
    C’est ce mensonge que Woody véhicule pour garder sa place de favori auprès de Andy. Ce même mensonge qui est d’ailleurs à l’origine de toutes les péripéties de l’histoire.
    L’évolution de la relation entre Woody et Buzz permettra à Woody d’ouvrir les yeux sur son erreur.

 

Comment avez-vous trouvé cet article ?

Cliquez sur une étoile

Average rating 0 / 5. Vote count: 0

No votes so far! Be the first to rate this post.

Cet article vous a déplu ?

Dites-nous pourquoi ou partagez votre point de vue sur le forum. Merci

Le forum vous est ouvert pour toutes discussions à propos de cet article

Laissez un commentaire ou Ouvrez un sujet dans le forum

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :