LE PITCH : MAIS DE QUOI S’AGIT-IL ?

0
(0)

Il y a trop de choix. Trop de films à voir, Trop de scripts à lire. Comment décider d’investir une place de cinéma sur tel ou tel film ? Pourquoi lire ce script alors que j’en ai encore reçu une bonne dizaine ce matin ?

Il est donc important de rassurer. La créativité n’est pas vraiment un critère pour décider un public à choisir ce film en particulier ou un lecteur de se convaincre de donner à votre script l’envie de le lire. Alors comment faire ?
Simplement en devançant la question qu’ils ne manqueront pas de se poser : Mais de quoi s’agit-il ?
Pour répondre à cette question, il faut que vous-même vous vous la posiez avant même d’avoir commencé à écrire votre script. Et vous devez y répondre en une phrase (ou deux si le sujet s’y prête).
Vous nous avez bien lu : pour intéresser un lecteur à prendre de son temps et de vous le consacrer à la lecture de votre script, vous devez l’accrocher avec une seule phrase.

Logline ou one-line sont les termes employés dans la littérature anglo-saxonne pour désigner cette accroche. Nous le désignons plus familièrement sous le terme pitch. Ce pitch doit être le premier travail de création que vous aurez à faire. Et il doit être conçu pour susciter de l’excitation chez votre lecteur, une envie d’en savoir plus sur cette histoire.

En une phrase, il doit accrocher votre lecteur. Quelles sont les composantes d’un bon pitch ?

L’IRONIE

L’élément le plus important dans un pitch est une touche d’ironie. L’ironie attire toujours l’attention et ce, quelque soit le genre de votre récit. Si vous ne parvenez pas à trouver dans votre idée de script la part ironique qu’elle contient, il se pourrait après tout que votre idée n’est pas aussi bonne que vous le pensiez.

Un couple récemment marié doit passer le jour de noël chez chacun de leur 4 parents tous divorcés.
Tout… Sauf en famille de Seth Gordon. Scénaristes : Matt Allen, Caleb Wilson, Scott Moore et Jon Lucas.
Il y a du cynisme dans cette accroche. La fête de noël est une convention. Les familles se réunissent pour fêter dans la joie ce jour et le pitch nous propose de mettre au pilori cette idée reçue en dénonçant une hypocrisie avec une pointe de provocation.

Un coach sportif ambitieux et caractériel d’une ville industrielle de Pennsylvanie tente de ruiner l’espoir d’une bourse d’étude d’un jeune héros de football américain.
L’esprit
d’équipe de Michael Chapman. Scénariste : Michael Kane.
Ce pitch démontre clairement la dénonciation de l’hypocrisie du rêve américain. Ce thème sensible suscite immédiatement l’intérêt d’en savoir un peu plus sur ces deux personnages. On devine ce qui est en jeu et une curiosité s’établit quant à la relation du coach et du jeune héros de football américain.

DES IMAGES

Les mots et leur agencement dans le pitch doivent générer une promesse. La promesse d’un film en quelques images qui sans effort fleuriront dans l’esprit de votre lecteur. Le pitch doit contenir un film en puissance.

Imaginez tout le potentiel que peut posséder un personnage lorsqu’il est jeté dans un univers hors de son entendement. Les images qui peuvent fleurir d’un pitch autour de ce concept ne manquent pas et sont la promesse qu’il y a matière filmique dans ce pitch.

Un jeune homme, l’image de Fellini, considère de manière romanesque la vie dans le village italien de sa jeunesse dans les années 1930.
Amarcord de Federico Fellini. Scénaristes : Federico Fellini et Tonino Guerra.

Le village italien, les années 1930.. à eux seuls foisonnent d’images mais cette idée d’observer et de rapporter de manière romanesque la vie au quotidien de ce village italien permet d’imaginer toute une série d’images, de situations possibles.

Le pitch ne désigne pas une intrigue ou plutôt désigne moins une intrigue qu’un regard nostalgique sur le passé. Les années 1930 sont aussi la montée du fascisme en Italie. Le lecteur quelque peu averti pourrait y voir aussi des possibilités et les images qui les accompagnent.

Les années 1950, New Jersey. Deux frères diamétralement opposés invite Louis Prima et ses mucisiens à un somptueux banquet dans leur restaurant italien qui bat de l’aile.
La Grande Nuit de Campbell Scott Michael et Stanley Tucci.  Scénaristes : Stanley Tucci et Joseph Tropiano.
L’intrigue semble reposer sur les personnages, le pitch est chargé en images. Une histoire se dessine sur ce pitch.

Comment avez-vous trouvé cet article ?

Cliquez sur une étoile

Average rating 0 / 5. Vote count: 0

No votes so far! Be the first to rate this post.

Cet article vous a déplu ?

Dites-nous pourquoi ou partagez votre point de vue sur le forum. Merci

Le forum vous est ouvert pour toutes discussions à propos de cet article

Laissez un commentaire ou Ouvrez un sujet dans le forum

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :