ÉCRIRE UN BON PITCH

0
(0)

Le pitch est une très courte description de votre idée, celle qui est derrière votre projet. Le pitch est l’entrée en matière de votre projet. Face à un lecteur ou un éventuel investisseur, ce pitch est précisément votre argumentaire de vente.

Dites m’en plus

Et c’est effectivement à cela que doit servir un pitch. Quelques exemples de pitchs vivants, c’est-à-dire clairs, puissants, capables de générer des images dans l’esprit de celui qui le lit ou l’entend tout en étant concis et passionnant, voire impérieux pour l’esprit.

pitch
Twilight : Une romance d’adolescents entre une fille américaine ordinaire et un garçon qui est en réalité un vampire.
pitch
Harry Potter : Une fantasy dans laquelle un orphelin va dans une école de sorciers.
pitch
Da Vinci Code : Un thriller qui utilise des codes cachés dans de célèbres œuvres d’art historiques, des immeubles, des lieux… pour dévoiler le secret du Saint Graal.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

pitch
Gone Girl : Un mari est suspecté lorsque sa femme, Amy, disparaît. Son journal intime laisse entendre qu’elle était une femme bien qui se débattait dans un mariage difficile. Le rebondissement : à mi-parcours du roman, nous apprenons que le journal a été falsifié et découvrons à quoi ressemble la vraie Amy.

Dans l’ombre des Tudors (de Peter Straughan d’après Wolf Hall et Bring Up the Bodies de Hilary Mantel)

Une histoire mi-fictive mi-historique sur Thomas Cromwell, l’homme le plus important de la cour d’Henry VIII.pitch

Notez que pour Dans l’ombre des Tudors, la mention de l’adaptation d’une œuvre d’Hilary Mantel est en soi un incitatif puissant attaché à son nom.
Lorsque le pitch d’Harry Potter a commencé à circuler, le nom de J.K. Rowling n’était pas connu.

Des approches différentes

Harry Bingham distingue cinq approches possibles pour amorcer un pitch. Il ne faut pas chercher à les combiner. Il suffit de choisir celle qui convient le mieux à votre pitch.

Décrire une situation

L’école des sorciers de Harry Potter. Voyez comme cette situation nous donne un monde (ici à travers un lieu). Ce pourrait être n’importe quel monde, celui des finances, celui des médias… Vous pourriez y aborder des questions politiques, religieuses, morales, philosophiques…

La situation est cependant différente du thème. Le thème est une chose plus abstraite comme la compassion, le courage, les questions de vie et de mort, l’honnêteté (envers soi-même et dans sa relation aux autres), la persévérance (voyez comme le thème peut concerner des valeurs ou des vertus portées par le monde que vous décrivez, c’est comme si vous les mettiez en situation), l’importance de la famille dans le développement personnel de l’individu, l’amour ou l’amitié, la vengeance, la rédemption et bien d’autres choses encore…

Un motif

Des codes cachés dans des œuvres d’art

Un personnage ou un archétype

Un vampire dans une romance d’adolescents

Un coup de théâtre

Dans Gone Girl, la surprise est de découvrir qui est en réalité la véritable Amy.

Un thème

Une étude historiographique et fictive autour des Tudors (Dans l’ombre des Tudors)

Le pitch n’est pas un résumé, ni un synopsis. C’est encore quelque chose de très superficiel de ce que pourrait être le contenu du projet. Le pitch est un préalable du synopsis nécessaire pour convaincre l’interlocuteur de ce pitch à lire le synopsis.

Si l’interlocuteur est accroché par le pitch, il pourrait même être judicieux de lui faire lire votre note d’intention (c’est-à-dire pourquoi avoir créé ce projet en premier lieu).

Votre idée d’abord

Faites-en le pitch. Ne cherchez pas à faire quelque chose de définitif. C’est davantage un exercice et un exercice important selon Harry Bingham.

Quelques conseils donnés par Bingham :

  • Le pitch sera concis (idéalement, moins de 50 mots)
  • Il faut qu’il soit pertinent avec votre projet. L’école des sorciers, Amy ou bien les Tudors sont des éléments dramatiques majeurs au cœur et à l’âme de ces histoires.
  • Le pitch n’est ni un résumé, ni un synopsis de votre projet.
  • Concentrez-vous sur ce qui fait votre différence (special dans les termes de Bingham).
Votre idée est-elle assez forte ?

Pour qu’elle soit forte, il faut la faire ressortir sous un angle innovant. Par exemple, Une romance d’adolescents entre une jeune américaine ordinaire et ce garçon canadien si sexy qui vient d’arriver en ville ne porte pas en soi quelque chose de nouveau.
Par contre, Une romance d »adolescents entre une jeune américaine ordinaire et un garçon qui est réellement un vampire attire forcément l’attention si votre interlocuteur apprécie le genre dans lequel cette prémisse s’inscrit.

Notez que Harry Bingham commence ces exemples de pitch en indiquant le genre. Parce qu’il faut penser au lecteur. Si c’est un investisseur potentiel, le genre lui indique si votre projet est dans la ligne de sa ligne éditoriale et si c’est un lecteur lambda (mais un individu néanmoins), cela correspond ou non à son genre de prédilection (bien que le pitch ne lui soit pas personnellement adressé).

Votre idée est-elle assez innovante ?

On ne vous demande pas d’avoir une culture au-delà de la moyenne. On ne vous demande pas non plus d’avoir un talent particulier pour écrire des choses intéressantes.

Ce qu’on attend de vous, c’est que vous apportiez une certaine fraîcheur. Par exemple, Un garçon ordinaire découvre qu’il est chargé de sauver une planète lointaine de la destruction ou bien encore Un thriller où un flic doit attraper un tueur en série qui tue des femmes de manière de plus en plus horrible.
Encore une fois, cela doit sembler innovant et non que votre idée est véritablement innovante.

Améliorez son idée

Le tout premier conseil de Harry Bingham est de trouver le cœur de son idée et de ne pas s’encombrer du reste.

Ensuite, il conseille d’intensifier la promesse contenue dans le pitch. Par exemple au lieu de Le tueur a une petite bombe artisanale et a l’intention de la faire exploser dans une banlieue parisienne, augmentez la tension, laissez entrevoir des conséquences terribles et préférez un pitch comme Le tueur va faire exploser une bombe colossale sous le Stade de France.

Combinez les genres

Pourquoi ne pas tenter un mélange des genres ou même d’idées ? Nous demande Harry Bingham. Par exemple Gone Girl, c’est à la fois un drame, un véritable drame et non une comédie dramatique, et un thriller et qui répond aux conventions des deux genres.

Twilight est un mélange de Fantasy (ou plus globalement de paranormal) et de romance et avec Hunger Games, on aborde la science-fiction dans son sous-genre de la dystopie couplé aux caractéristiques de l’aventure dans laquelle se mêle le concept de la télé réalité.

Qualifiez votre personnage principal

pitchBien que le pitch ne mentionne pas de noms de personnage, il est souvent profitable d’orienter le sentiment du lecteur vers une qualité particulière par exemple Un jeune James Bond pour décrire Alex Rider de Anthony Horowitz. Ou encore Syndrome d’Aspergers, hacker informatique de génie et victime d’abus sexuels et vous avez une description qui demande d’en savoir plus à propos de Lisbeth Salander (et pour ceux qui connaissent la série Person of Interest de Jonathan Nolan, on ne peut s’empêcher de penser que le personnage de Root est fortement imprégné de la personnalité de Lisbeth).

La prémisse est une promesse

Il peut y avoir confusion sur le mot prémisse. Considérons donc que ce nom désigne tout argument d’où découle une conséquence.

Le pitch est une prémisse en soi car la conséquence est la promesse d’un récit qu’un auteur fait à un lecteur.

pitchConsidérons L’inconnu du Nord-Express de  Raymond Chandler et Czenzi Ormonde, adaptation de Whitfield Cook, d’après le roman éponyme de Patricia Highsmith. Une prémisse possible serait Deux étrangers, chacun avec des problèmes, s’arrangent pour assassiner le père de l’un et la femme de l’autre.

Notons aussi qu’ici le genre serait redondant à mentionner car le verbe assassiner suffit à lui-seul pour orienter la pensée du lecteur.

L’annonce d’un coup de théâtre

pitchLe pitch est d’abord un outil pour convaincre un investisseur éventuel dans votre projet. Habituellement, le lecteur ou le spectateur ne sont pas concernés par le pitch. Ils sont plutôt les destinataires d’un résumé en quatrième page de couverture ou dans la description que donne les chaînes de télévision ou les magazines.

Il peut être profitable alors d’annoncer dans le pitch un rebondissement, un coup de théâtre, une surprise qui va non seulement désarçonner le lecteur du pitch mais dans le même coup focaliser son attention et éveiller son attente. Par exemple Te laisser partir de Clare Mackintoch : La narratrice semble être une mère qui pleure la mort de son enfant dans un accident de la route. Il s’avère qu’elle est la conductrice qui a tué l’enfant.

Vous noterez aussi que le personnage principal (ici la narratrice) est qualifiée en tant que mère qui pleure la mort de son enfant. On peut accentuer sur la promesse ou sur la surprise mais cerner la personnalité d’un personnage est un impératif.

Prenez votre temps pour écrire votre pitch

Mieux vaut faire les choses correctement que rapidement nous conseille Harry Bingham. Les mots nous trahissent souvent mais le pitch est véritablement la substance de votre idée.

Et si votre idée actuelle ne vous satisfait pas, ne la poursuivez pas !

Une mauvaise idée ne se vendra jamais. Si vous avez un doute (qui se transforme vite en angoisse), vous devriez abandonner l’idée actuelle ou la modifier. Oui, vous devez développer votre écriture… mais faites-le avec un projet qui pourrait vraiment aller quelque part.

De nouvelles idées

Vous avez probablement déjà une idée. Le problème consiste à la développer. Où pécher de nouvelles idées ? Harry Bingham l’avoue sincèrement : dans les livres que vous aimez, dans les activités que vous aimez, les pays, les époques, les lieux que vous aimez.
Que vous aimez est ce qu’il faut d’emblée retenir.

Ensuite, Bingham propose ces choses dont vous êtes assez instruit. Si vous souhaitez écrire un thriller par exemple, il est prudent de connaître des notions de droit ou bien si vous vous orientez vers le thriller politique, peut-être que votre passion pour les affaires, les lanceurs d’alerte, les corruptions… vous offrira un puits d’idées.

Il suffit de suivre l’actualité et notre imagination peut se charger du reste. Tout n’est pas affaire de muse ou d’inspiration. Peut-être davantage d’imagination et de son outil favori : notre imaginaire.

Bingham dit même que dans les idées que nous avons déjà, nous pourrions y trouver d’autres idées. A propos de fiction et de passion, si vous aimez lire Agatha Christie par exemple, on n’exige pas de vous que vous écriviez comme Agatha Christie.
Ceux qui sont amoureux de Christie lisent du Christie.

Par contre, vous pourriez moderniser les mécanismes narratifs d’Agatha Christie. Déplacez les lieux qu’elle fréquente par les lieux que vous fréquenterez dans votre projet. Ou alors si vous désirez conserver l’espace-temps propre au style d’Agatha Christie, tentez d’y ajouter un élément dramatique que Christie n’utilisait pas. Elle a ses raisons et vous avez les vôtres.

Ou bien encore conservez l’intrigue telle qu’Agatha Christie la mettait en place mais travaillez sur un personnage principal qui vous appartiendrait en propre (au lieu d’un Hercule Poirot, optez pour un journaliste d’investigation par exemple).

Le syndrome de la page blanche, on le rencontre dès l’écriture de la prémisse (ou du pitch). Insistez. N’abandonnez pas. Développez l’idée. Écrivez.

Développez l’idée

Harry Bingham commence par être négatif pour mieux renforcer son affirmation.

Le développement d’une idée n’est généralement pas une question de génie.
– Ce n’est pas une question de chance.
– Cela ne signifie pas « inventez au fur et à mesure ».
– Cela ne signifie pas seulement « continuez, peu importe combien de fois vous échouez ».

Développer une idée, c’est faire un effort structuré et discipliné.

L’écriture est un art, né du talent et de la passion.
– C’est aussi un métier, qui peut être appris et pratiqué.
– Développer une idée consiste principalement à appliquer le métier d’auteur de manière structurée.

Il n’y a pas d’alchimie dans l’écriture. C’est juste une activité. Et Scenar Mag regorge de conseils qui peuvent vous servir dans votre apprentissage et votre perfectionnement de l’écriture.

pitchVoyez ce que nous dit Chuck Close :
Le conseil que j’aime donner aux jeunes artistes… est de ne pas attendre l’inspiration.
L’inspiration, c’est pour les amateurs ; nous autres, on se montre et on se met au travail. Si vous attendez que les nuages se dissipent et qu’un éclair vous frappe l’esprit, vous ne ferez pas un travail énorme.

Toutes les meilleures idées naissent du processus de création, elles naissent de l’œuvre elle-même… Si vous êtes assis là à essayer d’imaginer une grande idée artistique, vous pouvez rester assis longtemps avant que quelque chose n’arrive.
Mais si vous vous mettez au travail, quelque chose vous viendra à l’esprit et une autre chose se produira à vous et quelque chose d’autre que vous rejetez vous poussera dans une autre direction.

L’inspiration est absolument inutile et quelque peu trompeuse.

Scenar Mag existe grâce à vous, grâce à vos dons. Vous nous dites apprécier Scenar Mag. S’il vous plaît, ne restez pas indifférents à notre effort de partage d’informations que nous souhaitons pertinentes pour vous aider dans tous vos projets d’écriture. Faites un don (100% de vos dons sont dédiés au fonctionnement de Scenar Mag). Merci

Comment avez-vous trouvé cet article ?

Cliquez sur une étoile

Average rating 0 / 5. Vote count: 0

No votes so far! Be the first to rate this post.

Cet article vous a déplu ?

Dites-nous pourquoi ou partagez votre point de vue sur le forum. Merci

Le forum vous est ouvert pour toutes discussions à propos de cet article

Laissez un commentaire ou Ouvrez un sujet dans le forum

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :