THÈME MOI NON PLUS

5
(2)

Le thème n’est pas chose aisée à définir. Alors que Lajos Egri pose la prémisse comme point de départ d’une œuvre, souvent le thème n’apparaît clairement et distinctement qu’après relecture et réécriture.

Concrètement, la recherche du thème dépend des auteurs. Soit on le pose d’emblée, comme le préconise Lajos Egri et il sert de boussole afin d’éviter les digressions souvent létales pour le récit (mais vous pouvez encore écrire un récit dans un récit lorsque l’histoire personnelle d’un personnage se mêle à l’intrigue principale ce qui est évident dans les séries la plupart du temps), soit vous le laissez venir à vous.

En effet, alors que vous avez une idée assez précise de qui sont vos personnages, de quoi ils sont faits, leurs désirs (c’est-à-dire l’objectif que chacun d’entre eux se fixe) et leurs craintes, la révélation du thème pourrait s’imposer à vous.
Le combat des personnages pour obtenir ce qu’ils veulent au risque d’y laisser leur intégrité (physique ou morale ou spirituelle ou les trois à la fois) esquisse souvent le thème caché. Il est vrai que l’exploration des personnages est plus passionnante que les questions thématiques que soulève un récit.

L’insaisissable thème

On peut partir avec l’idée d’une prémisse. Souvent, celle-ci évoluera en quelque chose d’autre. Le thème est ce qui donne du sens à un récit. C’est ce pourquoi le récit existe. Le thème est la raison pour laquelle vous avez écrit cette histoire particulière. Pour un thème donné, il y a souvent de nombreux récits qui s’en préoccupent.

thèmeC’est généralement quelque chose qu’on explore plutôt que de le définir et c’est aussi souvent un reflet de vos convictions en tant qu’autrice et auteur. Et le fait même qu’il s’agisse d’une exploration nous renvoie au personnage. Considérons (500) jours ensemble, le récit explore la relation amoureuse, ses hauts et ses bas.. ce qui distingue son thème, c’est ce message qui apparaît progressivement au fur et à mesure que les personnages se montrent : quelle que soit la douleur d’une rupture, la vie continue, vous trouverez quelqu’un d’autre et vous finirez par oublier votre chagrin d’amour.

C’est le développement des personnages qui permet de cerner le thème. Quand on invente un personnage, il y a un travail d’élaboration. Il est très rare d’avoir un personnage entier même si on le fonde sur un archétype. L’archétype pose quelques traits assez universels pour être reconnu du plus grand nombre. Ensuite, il sera remodelé pour en faire un être à part. Du travail sur le personnage se tire alors les questions thématiques, ce qu’on cherche à dire.

Ce qu’on cherche à dire nous échappe lorsqu’on commence à écrire. Certes, il y a une idée. Cela ressemble à une espèce de cadavre exquis où l’idée n’est qu’une partie émergée d’un ensemble plus vaste encore caché.

Lajos Egri a raison de penser le thème avant l’écriture car c’est un guide. Lorsque ce thème n’est pas encore clair dans l’esprit de l’auteur et de l’autrice, lorsqu’il se révèle souvent vers la moitié du récit, alors il faut l’extirper du récit, le mettre en évidence et revenir souvent à lui afin que le récit ne trébuche pas.

La découverte du thème est une sorte de holisme : tant que le tout ne s’est pas suffisamment constitué, le thème n’émerge pas. Cependant, votre intuition permet de découvrir la personnalité d’un personnage à travers des situations isolées qui possèdent certainement une signification propre mais le thème ne se révélera que dans la totalité ; non pas dans la succession des événements mais dans l’homogénéité, dans l’unité ou la cohérence, lorsque pris ensemble, ils donnent au récit.

Seulement, lorsqu’on est pris dans un tel processus d’écriture, on s’aveugle soi-même. Il est bon lorsqu’on se retrouve bloqué, qu’on ne parvient plus à apercevoir ce qu’on est en train d’écrire, de chercher auprès d’autrui certaines réponses. Il faut que ce soit des lectrices et des lecteurs impartiaux qui n’hésiteront pas à vous brusquer. Leurs remarques seront autant des marques d’encouragement.

Pour nous permettre de vous aider en vous donnant toutes ces informations diverses et variées, nous avons besoin de vos dons. Merci de votre soutien.

Comment avez-vous trouvé cet article ?

Cliquez sur une étoile

Average rating 5 / 5. Vote count: 2

No votes so far! Be the first to rate this post.

Cet article vous a déplu ?

Dites-nous pourquoi ou partagez votre point de vue sur le forum. Merci

Le forum vous est ouvert pour toutes discussions à propos de cet article

One thought on “THÈME MOI NON PLUS

  1. Bonsoir Scenarmag, pour confirmer, je confirme ! … Le thème réclame un sacré temps pour se révéler avant en effet de pouvoir vraiment s’engager dans le plan et l’écriture.

    Et si le sujet partait d’un personnage en tant qu’archétype, c’est, même imaginé, entre 4 yeux qu’il faut finir par lui hurler la question : “Mais qu’est-ce que tu veux me dire ?”.

    Un bonheur quand finalement, la réponse s’avère pure et limpide que le point de vue vient s’exprimer clairement.

    Certes, on pourrait s’en vouloir d’avoir mis tout ce temps s’il n’y avait pas soudain la conscience du difficile mais merveilleux parcours accompli.

    D’autant plus déconcertant qu’on le voit alors se poursuivre avec tout ce qu’il se charge encore d’éveiller de nos émotions … en nous forçant même d’admettre avec une sincère humilité, qu’on détenait le thème depuis et pour toujours

Laissez un commentaire ou Ouvrez un sujet dans le forum

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :