GLENN GERS : UN AUTEUR AU TRAVAIL (19)

0
(0)

Glenn Gers propose que, lorsqu’on a posé sur les différentes fiches (de personnages, d’événements) suffisamment de matière, de faire un plan plus précis. Dit autrement, il est temps de concevoir un début de structure. Une structure est un début de concrétisation du scénario en devenir.

Nous avons une liste de scènes pour le moment dans un désordre créatif parce qu’elles furent écrites au moment même où elles apparaissaient dans notre esprit.

Le prologue

– Prologue : Le mystère de la mort de l’animateur

Il est important que le mystère soit établi dès le prologue. Dans ce récit que je construis, l’élan dramatique est donné par la mort d’un animateur d’une émission de télé-réalité dont la ligne éditoriale est le paranormal.

Le mystère commencera avec cette mort mais nous ne saurons pas comment elle s’est produite. Il y a une mise en scène a créer puisque l’assassin est imaginaire et que c’est cet animateur qui a orchestré son propre suicide en le fardant sous les atours d’un assassinat.

Dans ce prologue, quelques informations seront données : l’activité car cela permet de situer le contexte, une équipe de télévision enregistre les dernières séquences d’une émission ; nous apprendrons qu’il est divorcé d’Ariane (nous pouvons déjà introduire le personnage d’Ariane dans le prologue car elle n’est pas le personnage principal et je crois qu’il faut qu’elle participe encore à l’équipe de tournage même si elle ne vit plus avec l’animateur) ; le lieu récurrent du moins de ce premier épisode qui sera une maison gothique très classique qui sert aussi de cadre au sujet de l’émission en cours de tournage.

Le prologue comme toutes les séquences se compose d’un nombre de scènes nécessaires à sa légitimité. Il est important de bien comprendre ce que chaque scène apporte : informations, émotions, de l’action pure..

Une scène est une unité : prise séparément, elle est construite selon sa propre logique. Elle ne fera sens que lorsqu’elle participera à l’ensemble des scènes qui constitue le scénario. Une scène se déroule dans un lieu et un temps donnés. Dès que le lieu ou le temps change, cela devient nécessairement une nouvelle scène. Une scène est donc une unité de temps et de lieu.

Chaque scène dans un scénario commence par un en-tête : INT. SOUTERRAIN SOUS LA MAISON GOTHIQUE – JOUR

Cet en-tête indique une nouvelle scène. Il commence par situer la scène (INT. signifie intérieur) et le moment où elle apparaît. Ce lieu et ce temps demeureront constant tout au long de la scène.

Après intérieur ou extérieur, le lieu est précisé. Chaque scène différente qui se déroulera dans ce lieu sera indiqué avec les mêmes termes. Ainsi, toutes les scènes qui prennent place dans le souterrain sous la maison gothique auront leur en-tête ainsi précisé : INT. SOUTERRAIN SOUS LA MAISON GOTHIQUE ; cependant, le moment n’est pas figé : chaque scène dans le souterrain possède son propre moment (surtout si ce moment a une importance pour l’intrigue car, par exemple, des événements peuvent survenir la nuit et non le jour).

Revenons au prologue et gardons le principe que la scène ou la séquence qui le constitue installe le lecteur/spectateur dans une certaine anticipation quant à l’histoire qu’il s’apprête à entendre et à voir.

Une scène a un but

Il est important de comprendre que les informations données dans une scène gravitent autour de l’idée centrale que véhicule la scène.

Scenar Mag propose une série d’articles sur les scènes. La lecture de quelques uns de ces articles pourrait vous orienter sur la construction d’une scène de la manière la plus efficace qui soit. Pour notre prologue, l’idée centrale est de mettre en place la promesse d’un mystère à résoudre ce qui se conforme au genre du thriller horrifique qui nous sert de contexte à la romance qui est au cœur du récit.

Précédemment, j’avais retenu l’idée de Glenn Gers d’utiliser le poison comme arme du crime. Ce concept du poison peut être intéressant à développer car l’extension du mot poison nous permet de l’interpréter comme un empoisonnement moral ou spirituel, quelque chose de plus idéel que concret.

La séquence d’ouverture

Après le prologue, il est temps de présenter le personnage principal, c’est-à-dire Éric. Voici ce que j’ai noté :

– Séquence d’ouverture : Où nous découvrons qui est Éric

Concernant Éric :

– Son activité de journaliste d’investigation auquel Éric a donné un tour particulier

– La séparation d’Éric et de sa femme

– La mort de la fille d’Éric

– Confrontation d’Éric aux phénomènes surnaturels

Mes réflexions sur le personnage d’Éric m’ont conduit à quatre mouvements dont je mesure l’importance ainsi :

  1. La mort de la fille d’Éric
  2. La séparation d’Éric et de sa femme
  3. Confrontation d’Éric aux phénomènes surnaturels
  4. Éric met à profit son activité de journaliste d’investigation afin de débusquer les manipulations des charlatans sur les phénomènes paranormaux.

Ce qui présuppose quatre scènes ou séquences. En donnant un titre à chaque scène ou séquence, vous précisez un événement et vous construisez la scène ou séquence autour de cet événement. Glenn Gers rappelle qu’il faut aller droit au but, in media res, c’est-à-dire lorsque l’action est déjà en cours.

Quelques articles pour comprendre le in media res :

Ainsi, la scène ou la séquence de la mort de la fille d’Éric ne décrira pas la longue maladie de l’enfant, ni le désespoir grandissant des parents. Nous serons immédiatement confrontés à l’objet de la scène, c’est-à-dire à la chambre de l’hôpital et aux bruits caractéristiques de ce lit d’agonie d’une jeune fille de 18 ans.

La séquence de la séparation d’Éric et de sa femme pourrait se constituer de quelques scènes et celles-ci seront conçues de façon à démontrer la progression vers l’inéluctable conséquence de la séparation qui est précisément la signification que je cherche à donner à cette séquence.

La séquence d’ouverture nous permet de découvrir qui est Éric. Voici ce que j’ai déjà écrit à son sujet sur sa fiche personnage :

QUI EST ÉRIC ? ET POURQUOI EST-IL AINSI ?

Éric est un être pragmatique, quelqu’un qui s’attache au concret. Lorsque j’ai débuté cette série d’articles, j’ai travaillé en suivant la pensée de Glenn Gers. Voilà néanmoins que ma propre réflexion s’est mêlée à la problématique.

Tout en suivant la façon de faire de Glenn Gers (qui n’est qu’une proposition parmi d’autres toujours possibles), j’ai dévié en sollicitant mon imagination. Vous constatez que rien n’est figé : plus on réfléchit et davantage d’innovations sont possibles.

De Glenn Gers, j’ai tiré que mon personnage principal serait un journaliste d’investigation. Cette activité colle assurément au thriller, seulement, alors que je conserve l’aspect romantique, j’oriente mon propre projet vers la ghost story.

J’aimerais posé qu’Éric, mon personnage principal, aurait pour activité principale la démystification des phénomènes apparemment paranormaux. Cette activité devrait favoriser sa rencontre avec Ariane. Et son implication totale dans cette activité justifie aussi les problèmes qu’il connaît avec sa femme qui s’est définitivement écartée de lui.

A propos de sa famille, jusqu’à présent, sa femme et sa fille faisait un ensemble. J’irais plus loin car sa fille est morte d’une leucémie lors de sa dix-huitième année. Il me faut créer une aura de tristesse qui embue la vie d’Éric : un malaise qui influe sur son comportement ou entêtement à découvrir la supercherie des annonces fallacieuses de phénomènes paranormaux.

La rationalité d’Éric sera sérieusement bousculée mais je n’oublie pas que cela le renforcera dans ses convictions. Il a des doutes sur la possibilité des phénomènes paranormaux et malgré ce qui apparaît comme une évidence, il se maintient sur cette position. A t-il tort et doit-il en pâtir ?

Éric se veut concret, il n’a pas un esprit scientifique cherchant à démontrer par l’expérience la fausseté des phénomènes ; c’est un investigateur à la recherche de la vérité. Seulement, sa vérité à lui qu’il ne peut concevoir, c’est qu’il n’a jamais réussi à faire le deuil de sa fille.

Éric est perdu dans son propre passé. En fait, toute cette histoire porte sur l’emprise du passé sur nos deux personnages : Ariane & Éric.

Par ailleurs, j’ai décidé qu’Éric, contrairement à Ariane, renforcera ses pensées, il ne changera pas. J’ai néanmoins introduit une subtilité ici : nous pourrions penser qu’Éric a raison sur la supercherie des phénomènes surnaturels et il faudrait que je m’emploie à le démontrer.

Ce n’est pas ce que je vise : les phénomènes surnaturels doivent paraître vrais même si Éric ne parvient pas concrètement à déterminer ne serait-ce qu’une seule cause.

Sur ce plan, il est possible qu’Éric doute de ses convictions initiales. Là où Éric devient plus résistant, c’est dans le refus de faire le deuil de sa fille. Nous verrons où cela le mènera.

Les quatre scènes ou séquences énumérées ci-dessus doivent servir cette partie de la fiche du personnage.

La rencontre entre Ariane et Éric

La séquence suivante concrétise la rencontre entre Ariane et Éric. Ce ne sera pas une rencontre fortuite au détour d’une rue. Ariane et Éric ne se bousculeront pas par le plus grand des hasards. Ariane appartient à une communauté qui gravitait autour de l’animateur assassiné.

Pour le moment, cette communauté est constituée de :

  • Ariane
  • Anne

Je vous renvoie à notre article GLENN GERS : UN AUTEUR AU TRAVAIL (18) pour découvrir qui est Anne.

Ce ne sera pas une rencontre entre Ariane et Éric mais une rencontre entre Éric et la communauté à laquelle appartient Ariane.

Synthétisons ce que nous savons jusqu’à maintenant. Je demeure dans la ligne de pensée de Glenn Gers : j’ai donc établi des fiches personnages (celle d’Éric est un peu plus haut) ; ces fiches personnages m’ont permis de créer des événements.

Un récit consiste à lister les événements dans un ordre chronologique. Ensuite, l’histoire les réarrangera selon l’ordonnancement qui lui convient le mieux.

La fiche de Ariane

QUI EST ARIANE ? ET POURQUOI EST-ELLE AINSI ?

Ariane est une personne rêveuse. C’est assez jeune qu’Ariane fit la rencontre de l’animateur. La proposition de Glenn Gers est que son personnage (Ariane est issue de mon imagination et non de celle de Gers) a trouvé auprès de l’animateur une sécurité que les rêveries d’Ariane mettaient en danger. Ariane ressentit le besoin de sortir de l’enfance et l’animateur lui apparaissait comme le prince charmant qui allait l’aider lors de ce passage de l’enfance à sa vie de femme.

Lorsque nous faisons la connaissance d’Ariane, elle ne se réjouit pas la mort de son ex mari. Pourtant, Ariane lui en veut certainement de l’avoir obligée à avorter prétextant que l’enfant qu’elle attendait n’était pas de lui mais de l’une des entités sur laquelle il investiguait pour une émission de télé-réalité.

Pourquoi Ariane s’est-elle laissée convaincre ? En ce temps, Ariane était déjà très versée dans le paranormal et certains indices (réels ou imaginaires?) l’ont persuadé que les conclusions de son mari étaient exactes. Elle décida donc de mettre un terme à sa grossesse.

Les années passèrent et insensiblement, d’expériences en expériences, Ariane s’est départie de ses croyances. Elle prit conscience de la folie de son mari qui recherchait toujours davantage de célébrité quitte à monter de fausses preuves de l’existence des esprits et autres poltergeist (information qui nous servira à renforcer la conviction d’Éric que ces histoires de fantômes ne sont que des supercheries).

Souffrant de plus en plus de la vie avec son mari, les yeux enfin dessillés, elle prit la juste décision de se séparer de lui.

Néanmoins, Ariane est touchée par sa mort car il n’est pas permis de penser qu’il n’y a eu que des moments terribles dans cette relation. Et Ariane se souvient des joies qu’elle a connues avec son mari.

Néanmoins encore (ce procédé de réitération implique une ambiguïté chez Ariane), elle se sent vraiment libre maintenant qu’il est mort alors que même séparée de lui, son influence assiégeait Ariane qui ne pouvait s’en défaire.

Maintenant que j’ai introduit ce sentiment de liberté chez Ariane, quelle attitude concrètement Ariane tiendra t-elle dorénavant ?

Sur ma fiche thématique, j’ai mentionné parmi les thèmes celui de la vengeance. Un thème réussit mieux lorsqu’il est présenté des variations de celui-ci. Ainsi, je pose que non seulement l’animateur assassiné était la vedette de son show mais qu’il le produisait aussi. Ariane deviendra la nouvelle présidente de la société et son intention sera de démonter point par point toutes les allégations de son ex mari sur les preuves apparentes qu’il démontrait dans ses émissions.

Ce qu’Ariane tente de faire, c’est de se libérer des contraintes que lui imposait son statut de femme divorcée d’une célébrité dont on ne cessait de lui renvoyer l’image.

Son désir est donc un désir de vengeance. Lors de mes précédentes réflexions, j’ai abouti au besoin de se sentir aimée qui était la base de la Love Story entre elle et Éric (le personnage principal). Mais je viens aussi de décider qu’Ariane s’était fait avorter parce qu’en ce temps-là, elle était convaincue des phénomènes surnaturels, une croyance savamment nourrie par l’emprise que l’animateur avait sur Ariane.

Je voudrais aller plus loin cependant. Il y a effectivement un manque dans la vie d’Ariane et c’est cet enfant. C’est par lui que j’entends introduire la Ghost Story. Ariane doit se libérer de ses propres contraintes, trouver une rédemption pour cette faute qu’elle a commise.

Mais cette liberté qu’elle se donne n’est encore qu’une illusion tout comme elle fut subjuguée par l’aura de l’animateur lors de leur première rencontre. Par cette liberté, Ariane croit maîtriser ses désirs et ses passions mais elle est dans la même illusion que lors de ses vingt ans maintenant qu’elle est une femme bien plus expérimentée.

j’ai d’ailleurs eu l’intuition qu’Ariane est une jeune femme rêveuse. Elle imagine sa vie plutôt qu’elle ne la vit réellement. Cette chambre d’enfant dans le manoir existe t-elle vraiment ? Ariane semble être la seule à la connaître.

QUE VEUT ARIANE ?

Ariane recherche une vie meilleure car la relation qu’elle a entretenue avec l’animateur assassiné a totalement drainé son goût pour la vie. Seulement, elle n’admet pas encore ce besoin.

La fiche de Anne

QUI EST ANNE ? ET POURQUOI EST-ELLE AINSI ?

Anne est une jeune fille de 18 ans. Elle n’avait pas cinq ans lorsque ses parents rejoignirent le culte dirigé par Charles. Anne doit posséder certains pouvoirs extraordinaires (ce qui a facilité sa discrète évasion du culte) mais toutes ces années passées dans l’obscurantisme, sans aucun contact avec le monde extérieur et probablement un corps meurtri, ont fait d’elle une jeune fille timide, presque soumise, en quête de sa personnalité constamment refoulée. Lorsqu’elle est blessée par autrui, Anne s’imprègne des traits de personnalité ou des qualités éventuelles que possédaient cet autre jusqu’à en faire une sorte de coquille vide.

Anne est entachée d’un profond ressentiment envers ses parents ; elle éprouve une haine terrible à leur égard pour ne pas lui avoir donné le choix de sa vie et quand elle se montre cruelle, avec intention ou non de blesser, ce sont les souvenirs de ses parents qui affleurent à la surface, comme des moments douloureux refluant de son inconscient.

QUE VEUT ANNE ?

Puisque Anne est le personnage principal d’une intrigue secondaire, nous savons qu’intérieurement, elle aspire à changer mais qu’est-ce qui l’affecte extérieurement de manière telle qu’elle se fixe un objectif ? Quel est son désir maintenant que nous avons défini son besoin ?

Ma première idée sera que son désir, même si elle ne le formule pas encore très précisément pour le moment, est de se venger de ses parents qu’elle juge responsables de son état psychologique dont elle a pleinement conscience de l’altération. Je la présenterai dans un premier temps comme une jeune fille timide, qui donne d’elle-même une image plutôt sympathique, qui possède un agenda secret qu’elle n’a pas encore totalement éprouvé et qui la mènera à représenter une terrible menace indistincte envers les autres.

La fiche de Charles

QUI EST CHARLES ? ET POURQUOI EST-IL AINSI ?

Charles est le gourou d’un culte. Il prêche que l’Arche de Noé est une allégorie de l’ultime pandémie qui mettra un terme à l’humanité. Quelques élus bénéficieront d’une seconde chance et il est persuadé d’avoir été désigné par un choix divin de mener ces élus vers un monde meilleur. Enfant, Charles s’est senti trahi par ceux en qui il avait confiance. Cette rancœur a grandi. Il a été élevé par sa mère qui se sépara du père très peu de temps avant la naissance de Charles. L’amour de cette mère est certain et Charles le ressent très fort mais parfois, cet amour lui pèse car cette mère est très possessive. Charles en veut beaucoup à ce père qu’il n’a pas connu car, croit-il, peut-être aurait-il pu s’opposer à la décision de sa mère, trop aveuglée par le bien-être supposé de son fils, qu’elle n’hésita pas à le faire enfermer quelques semaines. Ce qui a aggravé les choses, c’est que ce père, informé d’une manière ou d’une autre de la mésaventure de son fils, a tenté de reprendre contact avec lui, lui promettant une soudaine présence à ses côtés, mais ces promesses arrivèrent trop tard : Charles était déjà engagé dans un processus de radicalisation qui le mena à la création d’un culte mêlant le religieux et la vengeance.

QUE VEUT CHARLES ?

Il fut un jour où Charles voulut aider un homme et celui-ci fut tué juste devant ses yeux. Peut-être était-ce un sans domicile fixe qui eut le malheur de pénétrer dans l’une des luxueuses propriétés du quartier dans lequel la mère de Charles possédait une maison. Se méprenant sur les véritables intentions de l’étranger, un des policiers appelé en renfort abattit l’homme. Mais Charles voulait sincèrement aider cet homme qu’il ne connaissait pas parce qu’il pensait que c’était ce qu’il devait faire.

Craignant que cette terrible expérience ait durablement marqué Charles, sa mère l’envoya quelques semaines dans un établissement de soins psychiatriques dont elle connaissait le directeur. Cette mise à l’écart forcée forgea chez Charles la conviction que les adultes représentent une menace pour les enfants et qu’il fallait protéger ceux-ci de l’influence néfaste des adultes.

Charles connaît le sentiment d’être ignoré car il ne comprend pas pourquoi les adultes n’ont-ils pas vu qu’il voulait vraiment aider cet étranger ; il ressent aussi un sentiment d’abandon par sa propre mère alors qu’elle s’était persuadée qu’elle agissait comme il faut en envoyant Charles dans une institution croyant l’aider à surmonter l’expérience traumatique de la mort de l’étranger et alors qu’il semblait se soumettre aux louables intentions des médecins de l’âme, il se concrétisait en Charles une déchirure qui ne se refermera pas. Cette double expérience de la mort de l’étranger et de l’ostracisme qui s’ensuivit fixa en Charles la conviction qu’il fallait protéger les enfants de l’influence néfaste des adultes.

A partir de ces fiches personnages, le récit peut donc s’articuler ainsi :

1. Prologue : Le mystère de la mort de l’animateur

  1. Dans le prologue, la mort de l’animateur apparemment par un inconnu.
  2. Une communauté commence à se constituer autour de cette mort.

2. Séquence d’ouverture : Où nous découvrons qui est Éric

  1. La mort de la fille d’Éric
  2. La séparation entre Éric et sa femme
  3. L’activité de journaliste d’investigation & Confrontation aux phénomènes surnaturelles

3. La rencontre entre Ariane et Éric

Nous avons posé que Ariane est à la tête de la maison de production et que Éric est décidé à écrire un livre pour dénoncer le charlatanisme de prétendus interprètes de l’au-delà mais surtout pour mettre le public devant son ignorance et sa médiocrité d’esprit.

Par souci de vengeance envers son ex-mari, Ariane a décidé de son côté de lancer une série d’émissions visant à faire la preuve que son mari fabriquait de toutes pièces des phénomènes paranormaux (je trouve que cela manque d’ampleur, mais je suis encore dans la phase de recherches, je prends des notes).

Éric rencontre Ariane pour l’interroger sur ses intentions et comment celle-ci peut l’aider à documenter son projet de livre puisque tous deux ont apparemment une intention semblable. Ariane ne voit pas d’inconvénient à partager quelques recherches avec Éric et la réunion se termine entre eux avec une proposition pour Éric de conseiller technique pour les émissions à venir.

Éric Character Flaw  (la faille du personnage) : L’incapacité de faire le deuil de sa fille.

Ariane Character Flaw (la faille du personnage) : Immense culpabilité après un avortement.

Comment ces failles dans la personnalité des personnages peuvent-elles créer une convergence entre ces deux personnages ? Dit autrement, Glenn Gers se demande comment ces personnalités fort différentes peuvent-elles s’unir dans une histoire commune ?

Mon propre objectif est de décrire un amour passionnel, le seul qui vaille à mon sens. C’est-à-dire que les intérêts personnels s’oublient. Mais concrètement ? Quelle sera la nature de leur relation ?

Il serait intéressant si j’avais déjà une idée des différentes phases par lesquelles passera cette relation de poser d’abord l’effet recherché sur le lecteur et la lectrice de l’aboutissement de cette relation et de remonter ensuite les événements jusqu’au point de départ de cette relation.

Mais pour le moment, je pose que la première rencontre entre Éric et Ariane sera un échange agréable, sincère et tous deux ayant une souffrance à fleur de peau ressentent pour l’autre un respect et presque une admiration. Ce ne sera pas un coup de foudre auquel je me refuse de croire. Aucun des deux ne projette sur l’autre des caprices ou des fantasmes. Nous avons deux êtres qui ont envie d’en savoir plus sur l’autre.

Il est logique alors que Ariane propose à Éric de devenir le conseiller technique sur les prochaines émissions de télé-réalité que prépare Ariane. L’interaction entre les deux personnages sera d’abord de la méfiance de la part d’Ariane qui, après tout, ne connaît pas Éric. Mais dans le dialogue sincère de celui-ci, Ariane baissera insensiblement sa garde et voudra donc en connaître bien plus sur Éric même si, évidemment, elle ne se le formule pas en ces termes.

Éric, le personnage principal, voulait obtenir d’Ariane des informations pour documenter son prochain livre. Ariane lui fera une proposition inattendue et Éric se retrouvera mêlé à l’investigation (qui est d’ailleurs sa spécialité) sur le meurtre de l’animateur.

4. La rencontre avec Charles

A ce moment de mes réflexions, je n’ai pas encore imaginé suffisamment de choses autour de cette rencontre avec Charles.

5. Ariane

  1. La rencontre d’Ariane et de l’animateur
  2. L’ascendant de l’animateur sur Ariane
  3. L’avortement d’Ariane
  4. Ariane se sépare de l’animateur
  5. Ariane devient la nouvelle présidente de la société de production
  6. Ariane décide d’une nouvelle ligne éditoriale pour l’émission de télé-réalité
  7. La chambre d’enfant

6. Anne

  1. Anne s’échappe du lieu cultuel où elle était enfermée (elle n’était pas retenue prisonnière, elle n’avait pas conscience de l’existence d’un monde extérieur).
  2. Anne est agressée et par ses pouvoirs, elle boit littéralement la personnalité de son agresseur qui s’apprêtait à rejoindre la communauté qui s’est constituée autour de la mort de l’animateur, Anne le remplace.
  3. Anne rencontre Éric. Cette rencontre se passe bien. Notez ici un trait dramatique important : lorsque vous établissez une relation, l’état dans lequel elle se clôt sera inversé. Puisque la rencontre commence agréablement, cela présuppose qu’elle finira mal.
  4. Anne entre en conflit avec Ariane car Anne n’est pas prête à partager l’amour filial entre elle et Éric. Conformément à ce que j’ai posé précédemment, la relation entre Anne et Ariane s’améliorera au fil de l’intrigue.
  5. Anne ne contrôle pas son désir de vengeance qui s’abat indistinctement sur son entourage. Ariane et Éric sont menacés mais finalement Anne retient son geste.
  6. Les tentatives du culte pour convaincre Anne de s’en retourner. Peuvent-ils l’atteindre par Éric ?
  7. Anne meurt et Éric contacte sa fille.

Les en-têtes (en gras) servent à définir ce qu’il se passe, ce que font les personnages ; ils définissent une action. Constatez aussi comment ce plan présuppose des scènes et que chaque scène vise à un but particulier.

Rien n’est figé : on peut toujours ajouter ou retirer des pans entiers de cette succession d’événements.

Se conter à soi-même

Lorsqu’on écrit une succession de faits, même si le récit est historique, les faits contés sont une possibilité parmi une infinité de possibles. Nous sommes notre première lectrice et notre premier lecteur. Alors autant que ce qu’on lit nous plaise.

Un plan met en évidence des actions qui s’expriment en une ou plusieurs scènes. Ces actions se produisent parce qu’un personnage veut quelque chose, qu’il agit pour que se concrétise sa volonté et cette volonté met en œuvre des forces qui tenteront ou d’aider ou de contrer cette volonté. Ainsi se créent de nombreuses situations conflictuelles autant avec ceux qui aident que d’autres qui s’affirment dans des intentions contraires.

Un conflit peut profiter de n’importe quelle circonstance (les forces de la nature par exemple) mais le plus fascinant provient des interactions entre les personnages, comme souvent dans la vie réelle. Notons que le conflit s’alimente auprès des désirs des personnages, et non des besoins intimes des personnages qui sont ignorés des autres bien que ces besoins expliquent souvent les désirs.

Scenar Mag investit pour vous soutenir dans tous vos projets d’écriture. Ces informations pertinentes vous sont données. Maintenant, le fonctionnement de Scenar Mag a un coût. Si vous le pouvez, aidez-nous par vos dons. Aidez-vous en nous aidant. Merci

Comment avez-vous trouvé cet article ?

Cliquez sur une étoile

Average rating 0 / 5. Vote count: 0

No votes so far! Be the first to rate this post.

Cet article vous a déplu ?

Dites-nous pourquoi ou partagez votre point de vue sur le forum. Merci

Le forum vous est ouvert pour toutes discussions à propos de cet article

Laissez un commentaire ou Ouvrez un sujet dans le forum

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :