LES CLEFS DE LA ROMANCE

5
(1)

La romance fonctionne toujours. Seulement, pour qu’elle fonctionne, certaines conventions doivent être respectées.

Les romances mettent en scène deux personnes qui tombent amoureuses et luttent pour que leur relation s’épanouisse pour le meilleur. La plupart du temps, les relations décrites dureront toujours ou, à tout le moins, lors du dénouement de l’histoire, elles apparaîtront comme telles.

En outre, les romances peuvent avoir n’importe quel ton ou style, se dérouler dans n’importe quel lieu ou époque et présenter différents niveaux de sensualité. Ils peuvent inclure diverses intrigues secondaires tant que l’histoire d’amour reste le point central du récit.
La romance se prête aussi très bien à tout hybride de genres (romance & thriller par exemple, le thriller est alors considéré comme une intrigue parallèle et souvent secondaire car elle est alors le support de la romance).

L’apport émotionnel et sensoriel que procure la romance explique son succès. Cela explique aussi pourquoi il est difficile d’y trouver des racines dans la réalité dans laquelle nous nous mouvons. Vivre une histoire d’amour dans la vie réelle, c’est accepter d’être vulnérable au-delà du raisonnable et de l’habituel et elle présente aussi le risque de blessures profondes.
Faire l’expérience d’une histoire d’amour par personnages interposés, ressentir ce que c’est que d’être amoureux d’une personne, reconnaître les émotions qui accompagnent une relation amoureuse mais sans prendre le risque d’en souffrir, voilà ce que nous propose la romance et que nous acceptons bien volontiers.

Des conventions

Afin qu’une romance fonctionne auprès de vos lecteurs et lectrices, certaines règles seront presque obligatoires. Le triangle amoureux est l’une d’elles. Ce triangle original consiste à avoir l’un de vos personnages qui cherche obstinément à gagner l’amour d’un autre personnage lui-même engagé assez sérieusement avec un troisième larron.

Sans triangle amoureux ou un rival en amour, il n’y a aucune possibilité pour votre protagoniste d’avoir un moment où il doit choisir entre une personne ou une autre. Et généralement, il ne s’agit pas seulement de choisir entre deux personnes : il s’agit plutôt de choisir le type de personne que le protagoniste espère devenir (même si souvent, il n’en est pas encore conscient).

Ainsi, par exemple, il y a ce garçon qui représente la zone de confort de l’héroïne (ou son absence de besoin de changement).
Et puis, il y a cet autre garçon qui pousse l’héroïne à sortir de sa zone de confort et la fait s’épanouir dans la meilleure version d’elle-même. En apparence, la question est de savoir lequel des deux garçons sera le plus convaincant pour emporter le cœur de la jeune fille, mais en réalité, elle choisit le genre de personne qu’elle veut être.

Notons aussi que la rivalité en amour n’est seulement de chair : une addiction ou une ambition peuvent aussi interférer avec l’amour et puis le personnage principal peut ne pas différencier entre les amours de passage et l’amour véritable.

romancesDans Orgueil et Préjugés, le triangle amoureux est constitué de Elisabeth, de Darcy et de Caroline Bingley (et ce pendant la majeure partie de l’histoire).

Dans une romance se trouve habituellement deux sphères qui interagissent avec la relation amoureuse. Il devrait y avoir au moins un personnage qui est en faveur de la relation romantique. Ce personnage fera tout ce qu’il peut pour aider les deux tourtereaux à vivre leur histoire d’amour. Pour équilibrer ce mouvement, un ou des personnages ne seront pas en faveur de la relation amoureuse et tenteront de la détruire.

Un personnage pourrait en appeler à la raison pour affirmer que cette relation est pure folie, est dangereuse et ne durera pas alors qu’un autre personnage, intimement passionné, pourrait justifier de cette même folie pour juger cet amour naissant comme une grâce.

Dans Twilight, la plupart des membres de la famille Cullen sont heureux qu’Edward ait trouvé quelqu’un à qui s’intéresser, mais Alice et Esmée sont les deux seules à accepter Bella à bras ouverts.
Rosalie est totalement opposée à ce que Bella sorte avec Edward, principalement parce qu’elle est humaine et que cela pourrait apporter des problèmes et mettre en danger la famille Cullen. Elle est également jalouse de l’humanité de Bella et de sa capacité à vivre la vie que Rosalie a perdue lorsqu’elle est devenue un vampire.

La question du désir

La belle histoire d’amour ne sera pas la quête du héros ou de l’héroïne. A moins que l’amour ne devienne une recherche obstinée, l’objectif ou Story Goal sera d’une toute autre nature. Il y aura donc un objectif externe (peut-être même un McGuffin, un prétexte futile à l’intrigue) ou un élément extérieur à la relation amoureuse qui motive les actions des deux personnages concernés par l’amour. Par exemple, l’héroïne veut peut-être brûler les étapes en obtenant un titre professionnel spécifique. Ou peut-être votre héros veut-il réunir une certaine somme d’argent pour sauver ce qu’il estime devoir sauver. Ils peuvent même être amenés à travailler ensemble, à résoudre un crime ensemble, à garder un secret ensemble, ou tout ce que vous pouvez imaginer.

Quel qu’il soit, cet objectif doit être spécifique et opportun, et vos personnages doivent penser qu’il leur apportera bonheur et épanouissement, non en tant que couple mais d’une manière presque égoïste, individuellement.
Ils seront amenés peu à peu à voir en l’autre plus qu’un moyen pour se trouver une place dans la monde ; ils ne concevront plus le monde sans la présence de l’autre. Ainsi, pour donner de la profondeur à votre histoire, assurez-vous que votre protagoniste vise quelque chose d’autre que l’amour.

Cela contribuera également à créer un conflit pour votre héros ou votre héroïne lorsque l’amour entrera en jeu et qu’ils devront choisir entre cet objectif externe et l’amour, ou trouver comment atteindre cet objectif externe tout en conservant l’amour, ou quelle que soit la situation. Dans Orgueil et préjugés, nous apprenons qu’aucune des filles Bennet n’héritera de Longbourn après la mort de M. Bennet. Elles doivent donc trouver un mari si elles veulent avoir un avenir sûr. Elizabeth, le personnage principal, ne pense qu’à soutenir Jane et Bingley. Elle veut également éviter d’être appariée avec quelqu’un comme Collins.

L’harmonie sera d’autant plus difficile à trouver que les points de vue des deux futurs amants sur l’amour sont différents. Peut-être pas opposés mais à tout le moins, ils n’attendent pas de l’amour qu’il comble le même vide en eux. Deux forces sont en jeu ici. Avant de se télescoper, elles suivront un long chemin parallèle. La relation amoureuse est essentiellement dialectique : des attentes de chacun se crée une dynamique qui leur fait prendre conscience que ce à quoi il croyait n’est qu’illusoire et passager.

Peut-être remplace t-on une illusion par une autre mais le sentiment d’amour procure une chaleur bien réelle que lecteurs et lectrices reconnaissent. Dans Orgueil et Préjugés, la plupart des femmes ne travaillent pas et n’ont pas les moyens de subvenir à leurs besoins. Par conséquent, les femmes sont dépendantes des hommes dans leur vie, et l’avenir d’une femme est déterminé par celui qu’elle épouse. Beaucoup de femmes dans cette histoire voient le mariage sous cet angle, mais Elizabeth refuse de se marier pour autre chose que le véritable amour.

Dans Twilight, Bella est pratiquement une demoiselle en détresse dont il faut s’occuper ou qu’il faut sauver tout au long de l’histoire. En raison de l’époque à laquelle Edward est né, il a des idées très démodées sur l’amour et son rôle d’homme et de protecteur dans la relation amoureuse.

Le conflit

Dans une romance, deux types de situations conflictuelles s’organisent : les situations liées à la quête de l’objectif et les situations liées à la relation amoureuse.
Quatre lignes dramatiques structurent le récit :

  1. La ligne dramatique globale (ou Objective Story Throughline) qui décrit les événements sans passion, vus d’en haut. Tous les personnages sont concernés. On nous décrit ce qu’il leur arrive. Cette ligne dramatique illustre la quête de l’objectif externe.
  2. La ligne dramatique du personnage principal (ou Main Character Throughline) décrit son point de vue sur ce qu’il se passe, sa manière bien à lui d’interpréter les choses. Souvent, cela est différent de ce qu’il s’est vraiment passé dans la réalité de ce qu’il a vécu.
    Ce qui nous intéresse néanmoins en tant que lecteurs et lectrices, c’est précisément ce point de vue qui nous entraîne loin de notre propre réalité. Nous apprécions de savoir ce qu’il se passe mais le discours dépassionné de la ligne dramatique global nous ennuie.
  3. Il existe un second personnage qui a une influence sur le personnage principal (Influence Character Throughline). En somme, ce personnage a une opinion, une vision des choses qui importe au personnage principal, dont du moins il tient compte dans ses propres décisions.
    Dans une romance, par exemple, on peut envisager que la manière d’être de l’autre, ses traits de caractère à tout le moins, ont séduit le personnage principal.
  4. Il reste la ligne dramatique qui décrit l’évolution de la relation entre le personnage principal et cet Influence Character. Une évolution qui entraîne à sa suite les deux personnages concernés. C’est cette ligne dramatique éminemment subjective (Subjective ou relationship Story Throughline) qui décrit l’évolution de la relation assez froide au début entre le personnage principal et l’amour puis, généralement, une fin heureuse où l’amour s’est enfin accompli.

Dit autrement, dans une romance, vous ne pouvez pas vous focaliser uniquement sur les situations conflictuelles liées aux événements ou sur les situations conflictuelles liées à la relation amoureuse. Par exemple, les parents des futurs amants sont contre leur union : c’est la situation extérieure dans laquelle nos deux personnages sont jetés.
Comment ils surmonteront cette difficulté et les conflits que cela enfante en eux et entre eux est décrit par la ligne dramatique de leur relation tandis que les manigances des parents pour les désunir sont décrites par la ligne dramatique globale.

En outre, car les choses ne sont jamais simples, le protagoniste souffre d’un problème personnel. Il peut donc s’agir de tout ce qui l’empêche de s’ouvrir au grand amour et de vivre cette relation. Il peut s’agir d’une croyance limitative, d’une mauvaise habitude, d’une blessure, d’un manque de confiance, d’un doute important.. En somme, tout ce qui peut empêcher.

En général, c’est ce que votre personnage devra surmonter à la fin de l’histoire s’il veut vivre cette relation avec l’autre personne.

Considérons Twilight :

  • Conflit extérieur
    Lorsque Edward amène Bella, cela met en péril les valeurs familiales et crée des sentiments d’opposition chez certains membres de la famille Cullen (comme Rosalie). En somme, Bella représente la tentation (étrange et réussie inversion des thèmes liés au vampirisme).
  • Conflit intérieur
    Edward résiste difficilement à la tentation de boire le sang de Bella et a donc peur de ne pas pouvoir se contrôler en sa présence. Bella est de nature solitaire, se méfie habituellement d’autrui, ou ne les laisse pas facilement entrer dans sa vie.
Le secret

Dans une romance, le secret est ce qui explicite le conflit intérieur. Le secret qu’un protagoniste se cache à lui-même est le type de secret le plus souvent présent dans les romances, et ce parce que le personnage doit souvent s’avouer la vérité et surmonter ce qui l’empêche de s’ouvrir au grand amour.

Dans Orgueil et préjugés, Elizabeth garde secrètement ses sentiments croissants envers Darcy. En outre, Elizabeth ne se rend pas compte de ses propres préjugés à l’égard de la classe supérieure avant la fin de l’histoire.
Le secret de Darcy est qu’il a aidé Lydia et Wickham à se marier et Jane et Bingley à se remettre ensemble. Le secret qu’il se cache à lui-même est que sa propre fierté l’empêche d’accepter le véritable amour.

D’une manière générale, lorsque vous posez quelque chose d’important pour l’intrigue, cherchez-en la source. La conduite d’un personnage s’explique de l’intérieur et non seulement en réaction aux événements.

S’il vous plaît, Soutenez Scenar Mag. Aidez-nous à vous être encore plus utile. Faites un don. Merci

Comment avez-vous trouvé cet article ?

Cliquez sur une étoile

Average rating 5 / 5. Vote count: 1

No votes so far! Be the first to rate this post.

Cet article vous a déplu ?

Dites-nous pourquoi ou partagez votre point de vue sur le forum. Merci

Le forum vous est ouvert pour toutes discussions à propos de cet article

2 thoughts on “LES CLEFS DE LA ROMANCE

  1. Bonjour William,

    Votre site m’aide beaucoup je vous remercie infiniment.

    Je pense que dans Orgueil et Prějugės, il y a d’abord le secrêt entre miss Darcy et Whickam, qui, parce qu’il n’a pas été révélé par Darcy à Elizabeth permet à Whickam d’enlever sa sœur. Puis Elizabeth, une fois informée ne le révèle pas non plus, puis il est trop tard.
    Darcy lui-même dit : ‘si j’ avais révélé la véritable nature de Whickam, rien de tout ceci ne serait arrivé’, avant qu’ Elizabeth ne dise la même chose. Le fait de ne pas dévoiler le mal dont on a connaissance, lui permet de se reproduire. Et en effet, dans le passé, en payant Whickam pour qu’il cesse ses agissements auprès de sa sœur, Darcy s’en était débarrassé mais ne l’avait pas empêché de nuire à d’autres jeunes filles. Et c’est ce qu’il va devoir faire.

    Cordialement,
    Katia

Laissez un commentaire ou Ouvrez un sujet dans le forum

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :