STRUCTURE & PERSONNAGE

5
(1)

Une idée est appelée à se développer. Les personnages sont un élément crucial de ce développement. Ce qu’on retient d’un récit, ce n’est pas l’intrigue mais ses personnages. Un récit a besoin d’une structure pour être intelligible. Mais sans personnage pour donner vie à cette succession d’événements posés dans un ordre précis, une structure n’a pas de sens.
Structure et personnages sont indissociables.

Une bonne histoire comporte des personnages fascinants et intéressants dont les personnalités contribuent à créer la structure de l’histoire, tout comme les personnes que vous connaissez le mieux dans votre vie personnelle ont chacune leur propre histoire, et créent ainsi la structure narrative de leur propre vie.

L’évolution d’un personnage vers le haut ou vers le bas (ce qu’on nomme habituellement son arc dramatique) est une condition nécessaire mais non suffisante pour écrire un récit si cette évolution ne s’inscrit pas dans un contexte. Et réciproquement, le contexte définit une situation mais ne raconte pas une histoire si ce n’est celle d’un personnage.

Structure & personnage

La structure n’est-elle pas la façon dont l’histoire d’un personnage se déroule ? En d’autres termes, au début d’un récit (c’est surtout vrai pour l’écriture de scénarios), nous voyons généralement le héros dans une situation difficile. Nous comprenons également qu’il a un objectif spécifique parce qu’il refuse de subir cette situation. Le héros ou l’héroïne élaborent alors un plan qui, sur la base de leurs expériences passées, leur semble être le moyen le plus probable d’atteindre cet objectif.
Bien entendu, le plan initial fonctionne rarement, et le héros est contraint d’élaborer un nouveau plan après l’autre, sur la base de nouvelles informations et d’une nouvelle expérience.

Si, en tant que lecteurs et lectrices, nous apprécions un récit, c’est parce que nous espérons y trouver des réponses éventuelles pour nous-mêmes bien que cela ne soit pas vraiment l’intention de l’auteur ou de l’autrice de ce récit.

Lorsqu’on réfléchit à la prémisse d’un récit, une liste de personnages s’impose à notre réflexion. Il sera alors rentable de ne pas se précipiter sur l’écriture de son histoire mais plutôt de se consacrer à établir pour chacun des personnages apparus lors de nos ruminations une simple biographie.
On s’apercevra alors que quelques personnages ne sont décidément pas nécessaires à l’histoire mais néanmoins, ils nous permettent de mieux cerner les autres personnages et singulièrement, le personnage principal.

Les personnages que vous aviez imaginés n’entreront peut-être pas dans l’histoire que vous envisagez mais ils seront néanmoins des témoins de vos questionnements, de vos doutes, de vos évocations.
Dit autrement, vous êtes un être qui pense et vous mettez à profit cette faculté pour apporter quelque chose de nouveau au monde.

La biographie

D’abord, tentez de comprendre la fonction du personnage que vous envisagez dans votre récit. Inutile de s’étendre, un paragraphe suffira car ce que vous recherchez par cette fonction est un archétype qui accompagnera soit le protagoniste, soit l’antagoniste (qui sont des fonctions nécessaires).

Cet archétype se précisera en attributs physiques, sociologiques (son rapport aux autres) et psychologiques (son rapport à lui-même). Ce que vous tenterez de faire est de briser les préjugés qui accompagnent habituellement les premières impressions dans la vie réelle. Ce n’est pas parce que quelqu’un fait le ménage dans votre bureau qu’il ne vous est pas intellectuellement supérieur.

Dressez la liste de tous les traits qui rendent votre personnage unique et qui brisent les idées préconçues que votre lecteur/spectateur peut avoir sur votre personnage.

Concernant votre personnage principal en particulier (mais il ne pourrait pas être le seul), sa biographie révélera un événement passé dont les séquelles hantent encore le personnage, des choses dont il a peur ou qui l’embarrassent encore malgré l’érosion du temps.

Cherchez dans votre vie personnelle s’il n’existe pas un tel trauma même s’il est bien caché. Confrontez vos souvenirs, peut-être pourriez-vous les utiliser dans votre récit (et dans d’autres aussi) lors de ce processus d’auto-investigation qui pourrait éventuellement vous apporter un certain réconfort.

Le trauma, événement forcément douloureux, appartient au passé. Quand on envisage le passé, il est difficile de passer sous silence le futur. Ce futur se caractérise par ce qui est en jeu. Que cherche à éviter le personnage en refusant de confronter son propre passé ?
Que risque t-il de perdre s’il n’ouvre pas les yeux sur lui-même ? Ou inversement, qu’est-ce qui pourrait compliquer davantage sa situation ?

Pour compléter la biographie d’un personnage, il est utile de se pencher sur ses valeurs. Certaines sont tout à fait positives dans sa vie. D’autres, par contre, jouent contre lui et peuvent constituer une faiblesse de caractère dont l’antagonisme profitera certainement pour tenter d’abattre le protagoniste.

Scenar Mag vit grâce à Vous. Faites un don. Merci

Comment avez-vous trouvé cet article ?

Cliquez sur une étoile

Average rating 5 / 5. Vote count: 1

No votes so far! Be the first to rate this post.

Cet article vous a déplu ?

Dites-nous pourquoi ou partagez votre point de vue sur le forum. Merci

Le forum vous est ouvert pour toutes discussions à propos de cet article

Laissez un commentaire ou Ouvrez un sujet dans le forum

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :