LE CONFLIT, ENCORE ET TOUJOURS

0
(0)

Une histoire intéressante contient plus d’un conflit. Dans une situation conflictuelle, les personnages s’opposent des valeurs qu’ils représentent ou incarnent. Ces valeurs sont caractéristiques d’un personnage et il importe d’y bien réfléchir lors de l’élaboration du dit personnage car les conflits autour de ces valeurs s’amplifieront tout au long de l’intrigue.

Il n’y a pas à proprement parler de méchant de l’histoire. Car le lecteur et la lectrice sont habitués à des intrigues complexes dans lesquelles différents personnages et non seulement le héros ou l’héroïne vivent des situations conflictuelles.

Essentiellement, nous aurons un personnage principal qui, selon les circonstances, s’opposera soit à son antagonisme principal, soit à deux ou trois opposants mineurs ce qui fournit incessamment attaques et contre-attaques ou actions et réactions.

Le social sur la base du conflit

La Dramatis Personnæ, c’est-à-dire l’ensemble des personnages, forment une société dont tous les membres sont susceptibles d’être en conflit. Chacun des personnages justifient sa propre existence en défendant ses valeurs.

L’auteur et l’autrice saisissent cette opportunité pour établir leurs propres croyances et les thèmes qui leur importent dans cette écriture. Les apparences sont animées par des valeurs.

Deux types de conflit apparaissent souvent en fiction. Le premier de ceux-ci est le conflit latéral. Deux personnages (habituellement il n’existe pas de relation de subordination entre eux) ont un même objectif. Mais les raisons qui les motivent à atteindre cet objectif se fondent sur des valeurs différentes et opposées.

Auteurs et autrices cependant doivent poser ces deux points de vue différents sans idées préconçues, sans juger aucun des deux personnages, en cherchant le plus possible à justifier les raisons d’agir de chacun d’entre eux.

Ce faisant, cependant, auteurs et autrices établissent non seulement une situation conflictuelle efficace mais explore aussi comment des valeurs sont nécessairement amenées à être en conflit.

Néanmoins, une situation conflictuelle peut être résolue lorsqu’un des personnages découvre des choses à propos de lui-même, des choses cachées qui se révèlent dans le conflit. Alors les différences s’estompent.

L’opposition se dissout dans les aspects positifs des valeurs mises en jeu dans un conflit. On peut qualifier cela de terrain d’entente.
Cette façon de faire permet au lecteur et à la lectrice de se faire sa propre opinion car il ou elle peut ou non se reconnaître dans ce terrain d’entente qui devient le message que tente de communiquer l’auteur et l’autrice.

Et puis il y a le conflit qui se fonde entre ceux qui ont le pouvoir et ceux qui ne l’ont pas. Par exemple, l’allié du héros ou de l’héroïne dont nous étions persuadés de la loyauté trahit et soutient l’opposant du héros ou de l’héroïne.
Il aura des raisons tout à fait légitimes d’agir ainsi. Seulement, on ne l’aura pas vu venir mais on découvrira alors un ressentiment quelconque lié à la situation de cet allié vis-à-vis du héros ou de l’héroïne. Parfois une relation de dépendance éclate.

Si Scenar Mag vit, c’est grâce à vous qui nous soutenez par vos dons. Depuis 2014, nous sommes à vos côtés. Faites un don. Merci

Comment avez-vous trouvé cet article ?

Cliquez sur une étoile

Average rating 0 / 5. Vote count: 0

No votes so far! Be the first to rate this post.

Cet article vous a déplu ?

Dites-nous pourquoi ou partagez votre point de vue sur le forum. Merci

Le forum vous est ouvert pour toutes discussions à propos de cet article

Laissez un commentaire ou Ouvrez un sujet dans le forum

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :