FICTION : LE MONDE ET SON PASSÉ

0
(0)

Des événements qui se déroulent dans votre fiction à la culture des groupes humains présents, en passant par les attitudes des personnages, les conséquences naturelles des actions, tout dans votre fiction sera ancré dans le passé de votre monde. Chacun de vos personnages sera au départ la somme de tout ce qu’il a vécu, pensé et fait, avant même que l’histoire ne commence.

La société du monde que vous créez n’aura de sens et ne fonctionnera de manière organique (comme un système) que si un passé commun rend tous les aspects du monde logiques et uniformes, qu’il s’agisse d’une utopie de science-fiction, d’une dystopie steam-punk, d’un village d’elfes de fantasy ou simplement d’une version alternative de notre terre actuelle.

Et même si le bien est cosmiquement récompensé ou si les conséquences sont simplement le résultat direct des actions, cela dépend de ce que vous créez comme préhistoire de votre univers.

Notez les détails spécifiques dont vous avez besoin pour que votre intrigue fonctionne.

Il est probable que vous ayez déjà une idée de certains détails spécifiques qui font partie intégrante de votre histoire. Prenons l’exemple du Labyrinthe de James Dashner. Toutes les informations que les personnages reçoivent sur l’époque précédant les épreuves servent, au moins en partie, à justifier le labyrinthe géant, ce piège mortel que James Dashner avait en tête.

Prenez donc en considération les attributs uniques dont vous avez besoin dans votre monde pour que l’histoire fonctionne. Vous voulez peut-être un monde moderne mais sans électricité ; pour cela, vous devez concevoir une série d’événements historiques alternatifs afin que l’électricité n’ait jamais été découverte ou qu’elle n’ait jamais été nécessaire. Si vous voulez une race d’orcs maléfiques qui tuent tout ce qu’ils voient, vous devez créer une ligne temporelle fictive dans laquelle les orcs ont une raison d’exister et n’ont pas développé de culture saine, bien qu’ils soient des créatures sociales soudées pour survivre.

N’oubliez pas que tout dans votre fiction doit relever de la raison ou de la folie.

Chaque fois que vous créez une distinction dans votre ligne temporelle qui l’éloigne de notre réalité, par exemple l’utilisation de la technologie dans un monde magique ou bien de multiples espèces sensibles vivant simultanément malgré la contradiction avec les théories reconnues de l’évolution…
Soyez convaincus que lecteurs et lectrices se demanderont pourquoi les avancées technologiques sont poursuivies dans votre monde, si la magie est tellement plus facile à utiliser ?

L’humain, à moins qu’il ne vive dans un luxe extrême (avec une abondance de temps, de ressources et de patience), trouvera les solutions les plus pratiques aux problèmes qu’il rencontre. Si ce n’est pas le cas, il doit y avoir une idée insensée ou une logique crédible derrière les particularités de votre monde.
Dit autrement, la fiction a besoin de causes pour expliquer son univers. Par exemple, il se peut qu’une religion favorable à la technologie interdise l’utilisation de la magie ou, dans un autre registre, que les pièges mortels géants que recèlent votre monde ne servent qu’à amuser un souverain riche et dérangé.

Faites aussitôt le choix d’écrire sur la Terre, sur une Terre alternative ou sur un nouveau monde.

La fiction nécessite de gros efforts pour être bien conçue et puisse produire le type d’histoire que vous avez imaginé. Il serait donc utile de déterminer quel univers servirait le mieux votre histoire, en se basant sur les avantages et les inconvénients des choix possibles.

En utilisant une version assez précise de notre Terre moderne – comme c’est souvent le cas dans les séries policières, les thrillers et les romans policiers -, vous n’aurez que très peu de travail à faire pour créer le passé, et la plupart de ces éléments ne concerneront qu’un passé récent (de quelques jours, semaines, mois, voire quelques années) par rapport au moment où l’histoire commence ; cependant, vous devrez rester proche de la perception de la réalité par vos lecteurs, avec très peu de possibilités de reconstruire le monde de manière radicale.

Avec une version alternative de la Terre, vous vous créez un modèle à partir duquel vous pouvez changer les choses autant ou aussi peu que vous le souhaitez, et vous ne devez prendre en compte que les changements historiques liés à vos modifications, comme ils le font chez Marvel ou DC Comics…

Si vous créez un nouveau monde, vous disposez d’une liberté de création totale, mais vous devrez créer un passé fictif pour justifier votre monde et harmoniser les forces en présence, si vous voulez éviter des incohérences ou des manques qui se révéleront fatals pour votre intrigue.
Si vous créez une épopée, une série continue de romans ou toute autre sorte d’œuvre de grande envergure, cela peut valoir la peine de créer une Terre alternative ou un Nouveau Monde vraiment différents.

Votre univers fictionnel doit faire preuve de réalisme

Cela ne signifie pas que vous ne pouvez pas créer des mondes magiques ou absurdes, mais seulement qu’ils seront plus puissants si la raison de leur absurdité est conforme au réalisme. Prenez le monde des sorciers de Harry Potter. Il est absurde ; le ministère est géré de manière inefficace, personne ne comprend le concept de sens pratique et les sorciers eux-mêmes sont tous loufoques et absurdes.

Cependant, le monde fonctionne et se conforme au réalisme dans le sens où ces aspects absurdes sont les conséquences réalistes du simple fait que les personnages magiques sont des parias du monde moldu, qu’ils doivent créer un sanctuaire magique qu’ils partagent avec d’autres créatures bizarres et qu’ils ont dépensé plus d’énergie à travailler sur leur magie qu’à construire une civilisation efficace.

Et pourtant, tout ce travail de construction de votre monde sera caché dans le récit

La vérité est que, à moins que vous ne vouliez que vos lecteurs et lectrices s’ennuient à mourir, la plus grande partie de ce travail de recherche a priori de votre fiction ne leur sera jamais révélée directement, du moins pas d’une manière qui montre explicitement l’étendue du travail que vous avez fourni.

Mais il y a une beauté dans cela, car cela permet aux lecteurs de reconstituer le puzzle par eux-mêmes, au fur et à mesure que vous leur laissez des indices – révélés principalement par la nature du monde – tout au long du voyage.

Si ce n’est pas le cas, tout votre travail contribuera à faire de votre monde un endroit plus crédible inconsciemment et plus habilement conçu, que les lecteurs comprendront ou imagineront jusqu’à un certain point grâce aux détails subtils qui le rendent si réel, unique et vivant.

Et pour que Scenar Mag puisse continuer à être bien réel à vos côtés, unique et vivant, Merci de penser de temps en temps à faire un don de quelques euros. Nous avons vraiment besoin de vous pour continuer à vous donner le plus d’informations pertinentes possibles pour vous aider dans tous vos projets d’écriture. Merci

Comment avez-vous trouvé cet article ?

Cliquez sur une étoile

Average rating 0 / 5. Vote count: 0

No votes so far! Be the first to rate this post.

Cet article vous a déplu ?

Dites-nous pourquoi ou partagez votre point de vue sur le forum. Merci

Le forum vous est ouvert pour toutes discussions à propos de cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :