APPROFONDIR SES PERSONNAGES

0
(0)

Le cœur est ce qui nous motive et détermine notre destin.
C’est ce dont j’ai besoin pour mes personnages dans mes livres : un cœur passionné. J’ai besoin de francs-tireurs, de dissidents, d’aventuriers, d’étrangers et de rebelles, qui posent des questions, contournent les règles et prennent des risques
, explique Isabel Allende.

En interrogeant ses personnages, cela peut aider à leur assigner des attributs physiques et à explorer sommairement ce qui les anime.
Mais il faut aussi comprendre les rouages psychologiques qui nourrissent leurs motivations et comment surprendre les lecteurs avec des comportements qui sont dans les personnages, ajoute DiAnn Mills.

La caractérisation des personnages

Connaître les qualités intérieures d’une caractérisation prend du temps. Le test de personnalité permet de déterminer si une personne est introvertie ou extravertie. Les introvertis ont tendance à mieux lire les émotions des autres. Les extravertis sont plus faciles à déchiffrer.

L’intrigue naît du personnage, ce qui signifie que l’auteur détermine les qualités qui motivent un personnage à agir. Il a un problème à résoudre ou un objectif à atteindre, et l’histoire commence.
En posant des questions critiques à un personnage, l’auteur peut découvrir de sombres secrets, des ambitions cachées, des peurs, des rêves, des espoirs et des désirs. Les réponses révèlent les thèmes à inclure dans l’intrigue – ceux que le personnage affronte et veut désespérément éviter. En étant forcé de faire face à ce qu’il craint, le personnage change et grandit.

Parfois, un personnage change pour le pire, surtout un antagoniste. Parfois, un personnage ne change pas, surtout dans une série où le comportement du personnage est adapté à la trame de l’histoire. James Bond a toutes les compétences nécessaires pour surmonter les méchants. Indiana Jones possède ce qu’il faut, quelle que soit la situation.
En fait un personnage possède déjà en lui des qualités ou des attributs qu’il ignore encore lorsque l’histoire débute. L’intrigue lui permettra alors d’en prendre conscience et de les déployer pour devenir autre (surtout le personnage principal).

La psychologie d’un personnage permet à une histoire de progresser, car l’auteur doit sans cesse faire monter les enjeux, qu’ils soient physiques ou internes. Et le lecteur s’implique dans la vie du personnage et se soucie de ce qu’il se passe dans l’histoire.

Des besoins essentiels

DiAnn Mills explique que tout individu est soumis à trois besoins distincts :

  • La relation à autrui
  • Un besoin de signification (de donner du sens à son existence)
  • Un besoin de sécurité

Quand ils sont considérés comme des manques (donc source de souffrances), un individu tente de combler naturellement ce qu’il ressent comme des failles dans sa personnalité. DiAnn Mills propose par exemple :

  • L’argent
    Est-ce que les pensées du personnage sont gouvernés par la position sociale que lui procure l’argent ?
  • Le pouvoir
    Est-ce que le personnage est prêt à tout pour avoir le contrôle sur autrui ?
  • Le sexe
    Est-ce que le personnage considère que les relations sexuelles sont un moyen de contrôler autrui ?
  • La possession
    Est-ce que le désir de posséder des choses matérielles orientent les actions et les décisions du personnage ?
  • L’appréciation du beau
    Le personnage a-t-il un point faible pour les arts qui le distrait et l’affaiblit ?

Voyez comme ces désirs sont négatifs. Ce qui ne signifie pas que tous les désirs sont des péchés. Ils peuvent être aussi positifs. On pourrait aimer posséder pour partager avec les plus démunis par exemple.

Comprendre les faiblesses d’un personnage permet d’éviter d’en faire une marionnette qui arrive simplement sur une scène et attend que quelqu’un tire ses ficelles, approuve DiAnn Mills.

Un personnage a également des besoins non satisfaits qui sont vitaux pour son bien-être. Même s’ils sont légitimes, la motivation à les satisfaire peut se traduire par de mauvais choix.

Socialement parlant

Déterminer si votre personnage prend des décisions de manière indépendante ou en tant que membre d’un groupe vous aidera également à identifier les domaines de sa vie qui sont en bon ordre – et ceux qui ont besoin d’être renforcés. Un comportement indépendant peut être noble, si un personnage prend position pour une cause valable. Mais si les résultats ne sont pas désintéressés, une prise de position indépendante peut être égoïste.

De même, une action fondée sur le bien du groupe peut être admirable, comme lorsque les membres d’une équipe coopèrent. Mais dans le contexte d’un groupe dysfonctionnel, de mauvaises décisions peuvent s’ensuivre, comme lorsqu’un chef de gang convainc ses membres qu’une mauvaise action est justifiée.

Les auteurs qui façonnent une personnalité et un environnement complexes peuvent créer des comportements imprévisibles – des réactions qui sont fidèles à une personnalité mais qu’on ne peut prévoir. De nombreux héros et héroïnes ne sont pas conscients de leurs admirables qualités avant d’être contraints à une situation intense.

Chaque personnage d’un récit est confronté à une rupture (une discontinuité dans sa routine de vie), une crise ou un problème qui l’oblige à sortir de sa zone de confort. Un personnage fort et bien développé se rend compte que ses mécanismes d’adaptation antérieurs ne lui permettent plus de faire face à la situation.
De nouvelles compétences sont nécessaires. Pour réussir, il n’a pas d’autre choix que d’accepter la difficile tâche. Au fil de votre récit, le personnage peut ne pas se rendre compte du décalage que prend sa vie. Mais à la fin, non seulement il se rendra compte de son erreur, mais il aura aussi fait de grands progrès pour améliorer sa qualité de vie.

Votre responsabilité en tant qu’auteur est de déterminer si le personnage a le courage, la détermination et l’ouverture d’esprit nécessaires pour relever le défi.

Ainsi, Nancy Kress détermine quatre étapes dans la ligne dramatique d’un personnage principal :

  1. La préparation
    parce qu’il faut démontrer que le personnage principal a la capacité de changer.
  2. La tension
    suscitée par les événements qui mettent en péril l’équilibre émotionnel du personnage.
  3. Le changement
    La description des moments où le personnage prend conscience qu’il change.
  4. La validation
    Au moment du dénouement, montrer que le personnage a réellement changé (quel que soit le changement envisagé).
L’adversité pour apprécier la vie dans sa plénitude

Le personnage se développe à travers l’adversité, ce qui donne à votre protagoniste l’espoir que la vie vaut la peine d’être vécue et qu’il faut la vivre pleinement. À son tour, votre lecteur trouve de l’espoir dans sa propre situation et est encouragé à apporter les changements nécessaires, conclut DiAnn Mills.

Scenar Mag existe depuis 2014. Toutes ces années, nous avons partagé avec vous toutes les informations pertinentes dont vous pourriez avoir besoin dans tous vos projets d’écriture. Ne restez pas indifférents à ce partage de connaissances. Soutenez Scenar Mag. Aidez-vous en nous aidant. Faites un don (100 % de vos dons permettent à Scenar Mag de persévérer à vos côtés et il n’y a pas de petits dons). Merci

Comment avez-vous trouvé cet article ?

Cliquez sur une étoile

Average rating 0 / 5. Vote count: 0

No votes so far! Be the first to rate this post.

Cet article vous a déplu ?

Dites-nous pourquoi ou partagez votre point de vue sur le forum. Merci

Le forum vous est ouvert pour toutes discussions à propos de cet article

Laissez un commentaire ou Ouvrez un sujet dans le forum

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :