L’ARC DRAMATIQUE ET L’INTRIGUE

0
(0)

L’intrigue profite toujours de personnages bien travaillés. Et ce qui paraît le plus évident pour l’intrigue est l’évolution de quelques uns de ces personnages.

Comment ce changement se produit-il ? Simplement parce que l’action influe sur les personnages. Par elle, ils changent. Et c’est ce que le lecteur perçoit d’abord d’une fiction.
Par ailleurs, celui-ci accroche à l’histoire d’abord par le personnage dont il suit les tribulations et parce que celles-ci font de ce personnage un être différent à la fin de l’histoire.
Le changement opéré chez le personnage peut être majeur comme Scrooge de Dickens ou bien plus subtile comme celui de Scarlett O’Hara à la lente maturation.

L’évolution des personnages épaissit l’intrigue

Des événements s’y produisent. Et ils doivent avoir un impact sur les personnages.
Il y a cependant des histoires où le personnage change en renforçant ses propres positions. Il n’est pas pour autant statique car il débute avec une idée et à la fin de l’intrigue, il s’est affermi dans ses convictions.

Néanmoins, dans les séries télévisées, il est plus difficile de suivre ainsi l’évolution d’un personnage. Il peut être fait des ajustements sur la personnalité d’un héros au fil des épisodes mais habituellement, chacun de ces épisodes se contente d’exposer son propre cas, sa propre question dramatique.

A moins évidemment que l’évolution des personnages soit au cœur de la série. C’est la distinction que l’on peut faire par exemple entre Les Soprano et Columbo.
L’évolution d’un personnage non seulement donne du relief à l’intrigue mais il exprime aussi le thème. Lorsqu’un personnage découvre des choses sur lui-même ou bien s’il souffre parce que l’orientation de sa transfiguration est plutôt négative, c’est l’auteur qui s’exprime.
Ce n’est pas seulement une série d’événements posés là dans le seul but esthétique. Il y a de la signification accroché à cela.

L’arc dramatique

Cet arc est la description de la vie intérieure du personnage. C’est ce qui se passe en lui tout au long de l’histoire. Il commence celle-ci  dans un certain état. Des choses lui arrivent ou se produisent autour de lui et progressivement se dessine un arc de sa transformation qui s’achève à la fin de l’histoire.

Lorsque l’arc s’achève, le personnage est en fait une autre personne. Un arc à 180° degrés pour garder l’image serait un personnage insatisfait parce qu’il connaît un manque quelconque qui, à travers ses tribulations et déambulations au cours de l’histoire, parviendrait à combler son besoin et à éprouver alors une sorte de contentement.

Par exemple, un rêveur parce qu’il n’a pas le courage d’affronter le monde apprendra à surmonter sa peur des autres et à devenir l’être social qui lui permettra de donner un sens à son existence et à trouver sa véritable place dans le monde.

La structure de l’arc dramatique

S’il n’est pas structuré, le changement chez votre personnage ne sera pas crédible. Il se décompose en étapes successives :

  1. Un point de départ lors de l’introduction du personnage où nous le découvrons dans son monde ordinaire et dont nous commençons à percevoir chez lui quelques couches psychologiques.
  2. Puis il lui faudra franchir un seuil. En d’autres termes, il va s’engager dans l’aventure en prenant à charge son problème. Notez que ce mouvement n’est souvent pas naturel et que le personnage devra se faire violence. C’est souvent avec réticence qu’il accepte son aventure.
  3. Ses pérégrinations au cours de l’intrigue sont autant d’événements qui vont impacter le personnage dans son for intérieur. En quelque sorte, il apprendra de ses erreurs.
    Ce qu’il va vivre au cours de l’intrigue l’amènera d’une manière ou d’une autre à comparer ce qu’il était avec ce qu’il découvre sur lui-même. Cela crée d’ailleurs de la tension qui permet au lecteur d’appréhender l’évolution du personnage.
  4. A un moment donné de l’intrigue, le personnage sera mis en présence ou du moins il sera suggéré les conséquences désastreuses de son devenir s’il ne prend pas la décision de changer. Cela ajoute du poids au dilemme qui lui est proposé.
  5. Puis la révélation est accomplie et la transformation achevée. Le personnage ne peut aller plus loin dans cette histoire. Dans la vie réelle, on peut continuer à s’interroger et à vouloir toujours se dépasser. Mais dans une fiction, cela se résume souvent à assumer son passé et à le dépasser. Et l’histoire est terminée.
    Le héros s’en retourne chez lui, transformé. Il réintègre alors son monde mais les choses ne sont dorénavant plus les mêmes. Certains personnages pourraient même ne plus pouvoir s’adapter à ce monde qu’ils ont laissé et qui lui aussi a évolué.
    Généralement, quelques actions sont posées afin de démontrer que le personnage est différent. S’il était cupide au début de l’histoire, par exemple, il pourrait alors se montrer généreux et aider sincèrement de tout son être les nécessiteux.
Le point de départ

Beaucoup de facteurs font ce que nous sommes. Nos expériences émotionnelles, nos traumas, la façon dont nous avons été élevés…
La plupart du temps, nous n’accordons pas trop de réflexion à ce que nous sommes vraiment.
Il est possible que ce qui nous apparaît être nous-mêmes ne correspond pas véritablement à ce que nous sommes, à notre véritable nature biaisée par notre vécu.

Nous offrons une résistance naturelle au changement. C’est un moyen de préserver ce que nous pensons être notre véritable nature.
Peut-être avons-nous la chance d’être en harmonie avec ce qui fait notre essence. Cependant, un personnage de fiction n’est pas en accord avec lui-même lorsque débute cette aventure qui nous est contée.

Comme tout un chacun, un personnage se construit sur des croyances, sur des valeurs, sur des attitudes et des conduites qu’il adopte la plupart du temps (sans s’interroger plus avant) et bien sûr, il arbore ses propres opinions.
Tous ces éléments permettent non seulement de le distinguer mais présentent aussi des opportunités conflictuelles avec autrui.

Ces éléments qui caractérisent un personnage sont hiérarchisées. C’est-à-dire que ceux le plus proche de la surface telles les opinions seront plus faciles à changer que les croyances qui s’enracinent profondément en nous.
Néanmoins, ces éléments s’influencent mutuellement. Si vous changez l’une de vos opinions, il n’y aura concrètement que peu de changements. Par contre, si nombre de vos opinions changent, il est indéniable que votre conduite, vos valeurs et même vos croyances seront impactées parce que vous portez un regard différent sur une certaine réalité.

Et si c’est une croyance qui change comme si le personnage soudain découvrait qu’il se mentait à lui-même depuis tout ce temps, les opinions, les valeurs, l’attitude seront bien plus rapidement différentes.

La pression extérieure comme instrument du changement

Plus l’extériorité du personnage le pousse à changer et plus son intériorité actuelle sera fragilisée.
On peut considérer qu’une personnalité puisse se résumer à

Arc dramatique et intrigue

Ainsi la pression extérieure vient d’abord appuyer sur les opinions. Lorsque celles-ci ont été suffisamment altérées par les circonstances, les comportements du personnage dans les situations nouvelles dans lesquelles il sera projeté seront différents.

Ces nouveaux comportements commenceront alors à changer ses valeurs. Celles-ci influeront sur ses croyances jusqu’à modifier l’image de soi qu’il possédait jusqu’à présent.
C’est pourquoi l’expérience sans cesse renouvelée du personnage qui se frotte à une intrigue aboutit à une véritable révélation. Et le personnage peut espérer aller à la rencontre de sa vraie nature.

Comment avez-vous trouvé cet article ?

Cliquez sur une étoile

Average rating 0 / 5. Vote count: 0

No votes so far! Be the first to rate this post.

Cet article vous a déplu ?

Dites-nous pourquoi ou partagez votre point de vue sur le forum. Merci

Le forum vous est ouvert pour toutes discussions à propos de cet article

Laissez un commentaire ou Ouvrez un sujet dans le forum

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :