LES 12 PRINCIPES A LA SOURCE D’UN SCENARIO

0
(0)

Principes énoncées par Michael Hauge s’appuyant sur Avatar pour en faire la démonstration.
Nous vous invitions à parcourir notre page sur Michael Hauge afin de vous familiariser avec ses notions sur la structure en trois actes et les cinq points majeur d’une structure.

Une structure se compose de principes structuraux et d’outils narratifs qu’il faut savoir utiliser. Ces dispositifs narratifs sont destinés à maximiser l’expérience émotionnelle du lecteur.

L’Outer Motivation

Lire au préalable :
MICHAEL HAUGE : OUTER MOTIVATION

Chaque scène, événement ou personnage devraient contribuer à l’Outer Motivation du héros, c’est-à-dire à son objectif extérieur.

En quoi consiste cette contribution ?
Soit à le rapprocher de son objectif, soit à le rapprocher de son besoin, soit à créer des obstacles sur la voie de son objectif ou de son besoin.
Dans Avatar, l’objectif de Jake est de protéger les Na’vi de la volonté expansionniste des humains.
Son besoin est de gagner l’amour de Neytiri.

Une gradation dans l’intensité des épreuves et des obstacles

Le conflit doit se construire.
Chaque épreuve que doit affronter le héros sera de plus en plus difficile à surmonter.

Il arrive d’ailleurs assez souvent que les premières difficultés posent rarement un sérieux problème au protagoniste. Ce qui instille en lui une fausse confiance qui intervient ensuite dans la difficulté croissante du conflit.

Gardez à l’esprit que ce conflit doit être maximal au moment du climax (l’ultime confrontation).

Le rythme de l’histoire

Dans Avatar, le premier acte contient beaucoup d’exposition sur Pandore, sur l’avatar… Grace et Quaritch fournissent beaucoup d’informations.

L’acte Deux possède plus d’actions ce qui incidemment augmente le rythme de l’histoire.

Et l’acte Trois avec la séquence de la bataille finale et des moments de conflits qui se succèdent rapidement a poussé le rythme à son maximum.

Le rythme se définit donc bien dans la succession de scènes dont la durée est de plus en plus écourtée ce qui donne une impression de rapidité.
Selon ce point de vue, la durée des scènes se réduit donc au fur et à mesure de l’avancée de l’histoire.
Et il est aussi logique que l’exposition ait lieue dans l’acte Un, acte pendant lequel l’histoire n’exige pas de prendre un véritable élan.

Le rythme peut être aussi considéré sur un plan plus abstrait, plus émotionnel lorsque les scènes se mettent à créer du conflit ou de l’anticipation de conflit.
Par exemple, dans les scènes d’exposition de Pandore et des avatars, on apprend de la bouche de Quaritch (l’antagoniste ou némésis) à quel point est hostile Pandore.
Grace aussi est très conflictuelle avec Jake quand elle lui fait comprendre qu’il n’y connait rien en science et sur ce qu’elle fait ici.

Un grand huit d’émotions

Il est préférable de ménager des moments de calme après de grosses séquences de tension.
Simplement pour préserver le lecteur qui pourrait céder comme un barrage s’il est trop abreuvé d’actions.

Ces moments de relâchement de la tension permettent au lecteur de reprendre son souffle et de préparer la prochaine scène d’action ou du moins le prochain conflit.

Lire à ce propos :
LE GRAND HUIT DE LA TENSION

Créez de l’anticipation

Le lecteur essaie toujours de deviner ce qui va bien pouvoir se passer ensuite.

 Les confrontations entre les personnages, les rebondissements sont souvent brefs. Il n’y a nul besoin de s’étendre sur de tels moments. Il est dans leur nature d’être succincts.

Par contre, l’anticipation d’événements est très rémunératrice vis-à-vis du lecteur et peut être étendue à l’infini.
Un pneu qui se dégonfle par exemple peut être amorcé très tôt dans l’histoire et voir sa conclusion juste avant le climax ou participer au moment de crise que devrait connaître tout héros (du point de vue structurel de l’histoire, s’entend).

Dans Avatar, l’importance du masque respiratoire crée une anticipation encore incertaine pour le lecteur lorsque cette information est donnée mais qui prend tout son sens lorsque Jake ne peut l’atteindre et suffoque.

Une ironie dramatique

C’est-à-dire en communiquant une information au lecteur que les personnages ignorent. Le lecteur est ainsi dans une position supérieure par rapport aux personnages.

L’ironie dramatique génère elle aussi de l’anticipation d’un conflit à venir lorsque l’information que le lecteur possède sera enfin communiquée aux personnages.

L’ironie dramatique appartient à un domaine que l’on peut qualifier de distribution de l’information. Vous devez maîtriser comment vous souhaitez communiquer cette information pour que votre scénario ait un impact maximal sur le lecteur.
C’est ainsi que nous comprenons que Jake est tombé amoureux de Neytiri avant qu’elle-même, ses parents ou Tsu’tey en prennent conscience.

Surprendre

Le lecteur est toujours curieux et souhaite anticiper ce qui va se passer ensuite dans l’histoire.
Mais pour garder son attention éveillée, il vous faut parfois le surprendre avec un rebondissement.

Pour Michael Hauge, ces retournements de situation sont primordiaux dans la comédie, le thriller et l’horreur.
Ils ajoutent respectivement à l’humour, à une décharge émotionnelle et à la peur.

Jouez avec la curiosité du lecteur

N’expliquez pas tout ce qui arrive quand cela arrive. Le lecteur adore de tenter de deviner qui a commis le meurtre, comment le héros va pouvoir surmonter le conflit ou quelles sont ses véritables motifs.

A lire à propos du suspense :
. QUELQUES OUTILS POUR CREER DU SUSPENSE
LE SUSPENSE
NE NEGLIGEZ PAS LE SUSPENSE !

Préfigurez les actions et les possibilités de vos personnages

Pour Michael Hauge, cette préfiguration de ce que peuvent faire les personnages d’un scénario est ce qui rajoute de la crédibilité à son histoire.

Elle consiste à révéler des informations au lecteur bien avant qu’elles n’aient un rôle effectif à jouer dans l’intrigue.
C’est le principe du Chekov’s Gun. Un fusil accroché au mur est présent dès le premier acte.
Mais ce n’est qu’au troisième acte, par exemple, qu’il prendra tout son sens lorsque le héros s’en emparera pour tenter de sauver sa vie.

Ainsi, ce geste est logique. Si par le plus grand des hasards (un Deus Ex Machina), le héros se procurait un fusil, cette scène aurait été impossible à croire.

Marquez l’évolution psychologique du personnage

Comme si vous placiez un traceur sur le parcours psychologique du personnage aux différentes étapes du scénario.

Vous répétez une situation, un objet ou des dialogues. Ainsi le lecteur peut comparer avec la fois précédente où une situation a déjà été vécue par un personnage, où un objet est déjà apparu ou bien des dialogues déjà dit.

Par exemple, dans Avatar, le mot Cœur et l’expression Je te vois sont répétées pour marquer le déplacement de Jake d’une vie de devoir aveugle et désespéré à une vie du cœur alors qu’il se rapproche de plus en plus de lui-même, des autres et d’un véritable pouvoir spirituel.

Définissez un enjeu personnel pour chaque personnage

En plus du héros qui doit être motivé par un enjeu puissant, chaque personnage quelque peu important pour l’intrigue devrait être en mesure de tout risquer pour préserver ce qui est important pour lui.

Bien sûr, l’enjeu est multiple dans ses représentations : de l’argent, son emploi, un être aimé, sa dignité, un rejet ou sa propre destinée…

Et gardez à l’esprit que l’enjeu se concrétise par une menace.

Une question de durée

Plus la durée diégétique de votre histoire est courte et plus le lecteur restera engagé dans celle-ci.

Dans Avatar, Quaritch dit à Jake qu’il a trois mois pour que les Na’vi abandonnent leur territoire sinon les mercenaires attaqueront.
Cela condense l’histoire, lui donne une durée.
Ainsi qu’un compte à rebours, facilitateur de tension dramatique.

Tentez d’ailleurs de toujours placer un compte à rebours lorsque l’histoire s’y prête. Dans Avatar toujours, Jake est prévenu que sans son masque, il sera inconscient dans les 20 secondes et mort au bout de quatre minutes.
Voilà un décompte très tendu lorsqu’au moment du climax, Jake ne parvient pas à mettre son masque et s’évanouit.

En conclusion

Pour Michael Hauge, le respect autant que possible de ces 12 outils dramatiques maximisera l’engagement émotionnel du lecteur envers votre scénario.
Gage de qualité.

Pour compléter la lecture de cet article :
Parcours intérieur du personnage

LE PARCOURS INTERIEUR DU PERSONNAGE

 

 

Soutenez Scenar Mag ne serait-ce que par quelques euros. Nous continuerons grâce à votre aide

Comment avez-vous trouvé cet article ?

Cliquez sur une étoile

Average rating 0 / 5. Vote count: 0

No votes so far! Be the first to rate this post.

Cet article vous a déplu ?

Dites-nous pourquoi ou partagez votre point de vue sur le forum. Merci

Le forum vous est ouvert pour toutes discussions à propos de cet article

Laissez un commentaire ou Ouvrez un sujet dans le forum

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :