LES MOTIVATIONS DE VOS PERSONNAGES

0
(0)

Un script raconte une histoire avec de l’action et des personnages. L’équilibre entre l’action et les personnages doit être recherché parce que si vous vous concentrez trop sur l’action, l’histoire sera superficielle et dans le cas contraire, en vous focalisant seulement sur les personnages, l’histoire sera terne et ennuyeuse.
Pour réussir cet équilibre, le personnage principal de votre histoire (connu aussi comme le protagoniste) devra être impliqué dans deux lignes dramatiques. L’une de ses lignes dramatiques est à propos de l’Outer Motivation, c’est-à-dire ce qui pousse le protagoniste à agir au vu et su de tout le monde. La seconde ligne concerne les motivations personnelles, intimes du héros (Inner Motivation).

La motivation extérieure est la force qui s’applique sur un objectif extérieur. Par exemple, votre héros a un désir fort de s’évader d’une prison. Sa motivation est de retrouver sa liberté. Ce but doit être tangible, palpable et se manifeste dans l’action. L’Outer Motivation est résolue lorsque le protagoniste réussit ou échoue.
L’Outer Motivation a tout à voir avec de l’action physique. C’est par elle que l’intrigue avance. L’Outer Motivation a une forte valeur en terme de divertissement. Elle fournit l’élan qui incite le lecteur à vouloir connaître ce qui va se passer ensuite dans l’histoire.
Dans Le Parrain, l’Outer Movitation de Michael Corleone est de venger la tentative d’assassinat de son père. Dans Rocky, l’Outer Motivation de Rocky est de remporter le championnat.

L’Inner Motivation concerne un besoin intime du personnage. Il a une faiblesse (voir leçon 1A) et un besoin fort de se débarrasser de celle-ci afin de connaître un épanouissement personnel. Le protagoniste n’a probablement pas une vision très nette de son problème intime malgré le fait qu’il a un impact négatif sur sa vie et sur la vie des personnages qui lui sont proches. Cette Inner Motivation peut émerger d’un sentiment de culpabilité, une ambition trop forte ou un égoïsme trop marqué, par exemple. Elle se résoud lorsque le protagoniste reconnaît cette faiblesse et parvient à la surmonter.
Dans Le Parrain, le voyage intérieur de Michael Corleone est sa transformation en un tueur sans pitié. Bien qu’il suive les pas de son père pour devenir le Don, il le fait sans montrer la compassion de ce dernier. Il tue amis et famille sans faire montre du moindre scrupule. Il est important de noter que dans le cas de Michael Corleone, sa transfiguration se termine sur une valeur négative. En règle générale, le changement du personnage fait de lui un être meilleur.
Dans Le Choix de Sophie, Sophie est hanté par un sentiment de culpabilité après qu’elle fut forcé de choisir celui de ses deux enfants qui devait mourir.

A lire :
HAUGE : LES ARCS DRAMATIQUES DES CONFLITS INTERIEURS
MICHAEL HAUGE : LES MOTIVATIONS DE VOTRE HEROS
MICHAEL  HAUGE : OUTER MOTIVATION

Différence entre motivation et but (Outer Motivation)

La motivation et le but sont deux concepts interdépendants. Cela est évident lorsqu’on explore la façon dont un personnage se comporte.

La motivation est profondément enracinée dans le passé du personnage. Sa moralité aussi façonne quelque peu cette motivation. La motivation fournit l’énergie pour qu’un personnage poursuive une quête malgré les obstacles rencontrés.
Une motivation est conçue d’après les valeurs du personnage, son éducation ainsi que les circonstances qui ont entouré sa prise de conscience.

A lire :
LES CONFLITS DE VALEURS

Le personnage est tellement imprégné de cette motivation que celle-ci influence sa façon de penser et oriente ses actions.
La motivation est inébranlable. Elle accompagne le protagoniste du début à la fin de l’histoire. Elle ajoute ainsi à la détermination du personnage à poursuivre son but. Même si ce but n’est pas le véritable objectif (l’accomplissement d’un désir extérieur), le protagoniste conservera la même motivation pour accomplir ce besoin intérieur qu’il doit absolument satisfaire.
Puisque la véritable question que vous devez vous poser est de comprendre pourquoi le personnage fait-il ce qu’il fait, l’Inner Motivation est alors la réponse que vous devez trouver.
Prenons l’exemple d’un jeune de 20 ans et de sa mère très possessive. L’Outer Motivation  du gamin est de prendre un appartement et de s’installer avec sa petite amie. La mère s’oppose à cette idée et devient par conséquent le propre antagoniste de son fils. Maintenant, la question à se poser est de savoir pourquoi le jeune souhaite quitter le cocon familial. La véritable raison, la motivation intérieure qui l’anime, est qu’il veut se libérer du joug de sa mère qui l’étouffe littéralement. En prenant conscience de ce besoin vital pour le gamin, l’auteur peut alors envisager que la relation entre le jeune et sa petite amie n’est qu’un prétexte. Ainsi, l’Outer Motivation se met au service de l’Inner Motivation. C’est cette dernère qui pousse le protagoniste à poursuivre son Outer Motivation.

Atteindre la compassion par la motivation

Si un lecteur n’éprouve pas de compassion pour un personnage, il n’aura guère l’envie de le suivre pendant toute la durée de votre histoire. Vous devez rechercher une certaine complexité pour votre personnage afin de le rendre intéressant. Il doit posséder aussi une qualité à laquelle un lecteur pourrait se référer, un trait de caractère ou une situation ou un geste qu’il pourrait reconnaître en ce personnage. Ce lien, cette connection avec le personnage est nécessaire pour engendrer chez le lecteur une compassion envers lui. Le lecteur doit s’impliquer avec ce qui arrive au personnage, craindre pour lui et espérer qu’il parvienne à réussir son objectif.

Au début  de votre histoire, votre personnage est dans une sorte de statut quo. Le travail pour vous consiste maintenant à trouver ce qui pourrait bien faire sortir votre personnage de ce statut quo. Cette situation initiale qui semble satisfaisante pour le héros et qui le rassure est un ensemble d’expériences, de valeurs et de croyances. Ce paradigme est personnel et unique au personnage.
Votre seconde étape après avoir créé la situation initiale du héros est de définir quel est le but de ce personnage dans votre histoire.
Reconsidérons le jeune de 20 ans de notre exemple précédent.
Situation initiale :
Le gamin vit chez sa mère. Une mère très possessive qui est probablement mère célibataire ou divorcée. Ce jeune est encore étudiant et n’ a que peu de revenus grâce à des petits boulots. Il ne peut donc encore s’assumer financièrement. Il est ainsi dépendant de sa mère. Mais cela lui convient sur un plan pratique.
Bien que la possessivité de sa mère l’étouffe littéralement, cette dépendance financière n’est pas la vraie raison de sa présence à ses côtés. Il aime sincèrement sa mère et a conscience des sacrifices  qu’elle a dû consentir pour l’élever.
Son objectif dans l’histoire :
Se désaliéner du joug de sa mère et vivre sa vie d’homme. En effet, ce jeune doit poursuivre sa croissance, gagner sa liberté. Son système de valeurs actuel doit changer. Il doit découvrir par lui-même d’autres valeurs plus aptes à intégrer sa personnalité (sa vraie nature) et de ce fait, à trouver sa place dans la société.

Prenons un autre exemple : l’histoire du Petit Poucet.
Situation initiale :
Au début du conte, le Petit Poucet et ses frères vivent dans le foyer familial. C’est un lieu rassurant et maternel que le cocon familial. Mais la situation financière des parents est si misérable  que ceux-ci vont être obligé d’abandonner leurs enfants puisqu’ils ne peuvent plus les élever.
L’objectif du Petit Poucet :
Trouver le moyen de permettre à sa famille d’être réuni de nouveau. Et effectivement, à la fin du conte, grâce aux bottes de sept lieues, le Petit Poucet va se mettre au service du Roi, donc de la communauté. En œuvrant ainsi pour le bien de tous, il atteindra son objectif.

La troisième étape consistera à vous livrer à une sorte de brainstorming avec votre personnage afin de lister toutes les options possibles susceptibles de mettre à mal son statut quo, de bouleverser ses valeurs actuelles. Il est probable que pratiquement tout ce que votre muse vous inspirera ne sera pas utile à votre histoire, mais vous affinerez assez précisément les conflits qui vous permettront ensuite d’en déduire la motivation de votre protagoniste.

La quatrième étape nous remémore ce que Robert McKee a dit d’un protagoniste : un personnage est défini par ses actions lorsqu’il est sous pression. Livrez-vous alors à un nouveau brainstorming vous demandant quelles pourraient être les actions de votre héros dans des situations où il est effectivement sous pression. Les réponses que vous apporterez feront de votre histoire quelque chose de vraiment intéressant à suivre.

Comment avez-vous trouvé cet article ?

Cliquez sur une étoile

Average rating 0 / 5. Vote count: 0

No votes so far! Be the first to rate this post.

Cet article vous a déplu ?

Dites-nous pourquoi ou partagez votre point de vue sur le forum. Merci

Le forum vous est ouvert pour toutes discussions à propos de cet article

Laissez un commentaire ou Ouvrez un sujet dans le forum

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :