SYD FIELD : CONSTRUCTION DU PERSONNAGE – PART 3

0
(0)

Syd Field est formel : un personnage doit être actif c’est-à-dire qu’il doit être à l’origine des événements et ne pas seulement subir les événements.

Voir aussi
SYD FIELD : CONSTRUCTION DU PERSONNAGE – PART 1
SYD FIELD : CONSTRUCTION DU PERSONNAGE – PART 2

Il peut bien-sûr être le souffre-douleur des événements.
Mais s’il adopte un tel comportement de passivité tout au long de l’histoire, le personnage deviendra sans force et semblera progressivement s’estomper de l’histoire, les personnages mineurs gagnant en vie et en flamboyance au détriment du personnage principal.

Un scénario est une histoire qui montre des comportements, des attitudes. Syd Field insiste sur le fait que l’action est le personnage et que le personnage est l’action. Ce que fait un personnage définit qui il est.

Thelma et Louise

Le scénario se met en place en montrant qui sont ces deux femmes. Louise est célibataire, est serveuse, son petit ami est un musicien toujours sur la route et qui la délaisse.

Elle est vraiment contrariée et décide de ne pas être là lorsqu’il reviendra. Elle décide d’aller passer le weekend à la montagne sans lui dire où elle est pour qu’il ressente lui aussi ce sentiment d’abandon.
Cet arrière-plan met en place le contexte qui permet à Louise de prendre la décision qui initie l’intrigue (c’est-à-dire le Road Movie). Ce contexte permet à l’incident déclencheur de survenir naturellement.

Thelma, quant à elle, est davantage femme au foyer avec un côté plutôt désordonné. Sa cuisine est en désordre. Elle grignote quelques morceaux qu’elle remet dans le freezer seulement pour reprendre encore un morceau quelques instants plus tard.

Tout ce qu’elle fait et l’apparence de sa cuisine révèlent un aspect de son caractère ou du personnage si vous préférez, ce qui revient au même.
En effet, un personnage se dévoile par ce qu’il fait, par ses actions et c’est ainsi que l’on comprend qui est ce personnage.

Quant à Darryl, le mari de Thelma, il la traite avec si peu de respect qu’elle est obligée de lui mentir pour pouvoir s’échapper avec Louise. Cependant, elle lui prépare tout de même quelque chose qu’elle lui laisse dans le micro-onde.

Louise lui dit d’ailleurs que l’on n’a que ce que l’on veut bien avoir dans une relation. Mais c’est pourtant la vie et le type de relation que Thelma a choisi.

Thelma et Louise : l’acte Un

Le premier acte met en place la relation entre les deux femmes. Au cours de ces 10 premières pages, nous apprenons un peu plus sur leurs relations aux hommes dans leurs vies respectives.

A la fin de l’acte Un  lorsque Harlan tente de violer Thelma, les personnalités des deux femmes ont déjà été établies.
Lorsque Louise tue Harlan, leurs vies et leurs destinées prennent une nouvelle direction, tout comme l’histoire. C’est le premier point majeur qui lance l’intrigue (les deux femmes deviennent des fugitives).

Ce premier point rend licite le changement de personnalité qui commence ainsi à s’opérer chez ces personnages. Cet incident est suffisamment puissant pour altérer et mieux définir les personnages.

A partir du meurtre de Harlan, la fuite désespérée vers Mexico devient un voyage de découverte de soi et d’introspection qui mènera en fin de compte à leurs morts.
Ainsi, leurs destinées ont été déterminées par leurs actions et ce sont ces mêmes actions qui ont permis d’illuminer qui elles étaient vraiment, leurs vraies natures.

Le statut quo de leurs vies au début de l’histoire ne correspondaient pas à leurs véritables natures. Il leur fallait aller à la rencontre d’elles-mêmes. Ce qui signifiait un voyage sans retour.

Conseils de lecture :
SYD FIELD : CREATION DE PERSONNAGES. PART 1
SYD FIELD & HENRY JAMES : LE PERSONNAGE
LES 5 MOMENTS MAJEURS D’UNE STRUCTURE

Syd Field n’hésite pas à proposer de jouer avec les actes manqués (chers à Freud) si votre muse vous laissait un peu pantois quant aux actions à imaginer pour décrire la personnalité de l’un de vos personnages.

Vous pourriez être intéressé par :
CAMPBELL : ESSAI D’EXEGESE – PART 1

Aller à la rencontre du personnage

Chaque action, chaque mot d’un dialogue, chaque trait de caractère individuel que vous mettez en avant éclaire notre compréhension et notre connaissance du personnage.

Syd Field se réfère souvent à Henry James et à sa théorie de l’illumination. Un personnage occupe le centre d’un cercle et tous les personnages qui interagissent avec lui l’entourent. A chaque fois qu’un personnage interagit avec le personnage principal, cela peut révéler ou illuminer un aspect  du personnage principal.

Un personnage principal est aussi illuminé comme le dit Henry James par ce que les autres personnages disent de lui.
C’est aussi un moyen d’informations qui ne peuvent être amenées autrement au lecteur.

Les autres articles de cette série :
SYD FIELD : CONSTRUCTION DU PERSONNAGE – PART 1
SYD FIELD : CONSTRUCTION DU PERSONNAGE – PART 2
SYD FIELD : CONSTRUCTION DU PERSONNAGE – PART 4

Comment avez-vous trouvé cet article ?

Cliquez sur une étoile

Average rating 0 / 5. Vote count: 0

No votes so far! Be the first to rate this post.

Cet article vous a déplu ?

Dites-nous pourquoi ou partagez votre point de vue sur le forum. Merci

Le forum vous est ouvert pour toutes discussions à propos de cet article

Laissez un commentaire ou Ouvrez un sujet dans le forum

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :