UNE IDÉE ET UNE SEULE

0
(0)

Le temps d’écrire est arrivé. Tout ce que vous avez à faire maintenant est de vous décider à propos de quoi écrire. Et c’est un choix difficile à faire.
Il semble que notre esprit bouillonne d’idées et nous avons hâte de nous mettre à écrire mais étrangement, nous ne savons pas par quoi ou par où commencer. Nous avons des tonnes d’idées que nous jugeons  sans présomption meilleures que celles que nous devinons lorsqu’elles sont portées sur le petit et grand écran et lorsqu’il s’agit de les coucher sur le papier, on se retrouve perplexe. Et plus on est perplexe et plus il est difficile d’écrire.

Pour briser cet éternel retour, il faut se décider pour une idée (une seule idée) et s’y tenir aussi difficile que sera le chemin jusqu’au moment du mot FIN. On hésite trop souvent entre plusieurs idées à la fois (que l’on travaille sans même s’en rendre compte). Cet éparpillement n’est rien d’autre que de la procrastination. Vous n’avez pas une idée meilleure qu’une autre, vous avez des idées. Dites-vous que toutes vos idées ou presque sont bonnes. Alors, choisissez-en une et concentrez-vous sur celle-ci.

Quelque soit votre idée, elle sera difficile à développer pour en faire un script. Cela fait partie du processus d’écriture. Ne profitez pas de cette difficulté pour abandonner votre idée. Beaucoup de scénarios sont remisés avant qu’ils ne soient terminés parce que les auteurs ont jugés trop ardu d’en venir à bout. C’est d’autant plus dommage car lorsqu’une idée semble trop difficile à concrétiser en un scénario, c’est parce que généralement, c’est une bonne idée.

Pour commencer, tracez le plan de votre histoire. Décrivez sans trop entrer dans les détails les événements qui vont se succéder dans votre récit. Cela a un double avantage : d’abord, vous savez où vous allez. Ensuite, vous connaissez déjà la fin de votre histoire. Ainsi, vous orienterez votre intrigue logiquement et naturellement vers votre climax sans emprunter des chemins de traverse qui risque de vous perdre mais surtout de rendre confuse votre histoire dans l’esprit du lecteur.

Seulement, il manque quelque chose à ce plan. Tel quel, ce n’est qu’une succession d’événements sans âme, sans émotions. Il faut comprendre ce que sont les émotions et savoir les capturer. Savoir les capturer revient à connaître comment les déclencher et comment y répondre. Reste à déterminer quand et où les utiliser.

Le paysage émotionnel à votre disposition est immense. Engager émotionnellement un lecteur avec votre histoire, c’est l’engager émotionnellement avec votre personnage principal. Le lecteur doit éprouver de l’empathie envers lui. Cette identification ou reconnaissance ne se trouve pas au pied de l’action mais bien dans l’arc dramatique de ce héros que vous avez fait vôtre.
Ce qui compte pour le lecteur, c’est votre aptitude à le toucher, à le remuer intérieurement, à l’inspirer. Au travers de vos personnages, ce sont vos émotions dont le lecteur doit pouvoir s’emparer.

Votre soutien à Scenar Mag est indispensable pour permettre que nous persévérions à vos côtés dans tous vos projets d’écriture. Aidez-vous en nous aidant. Merci

Comment avez-vous trouvé cet article ?

Cliquez sur une étoile

Average rating 0 / 5. Vote count: 0

No votes so far! Be the first to rate this post.

Cet article vous a déplu ?

Dites-nous pourquoi ou partagez votre point de vue sur le forum. Merci

Le forum vous est ouvert pour toutes discussions à propos de cet article

Laissez un commentaire ou Ouvrez un sujet dans le forum

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :