LOGLINE

4
(1)

Logline ou pitch est votre point d’attaque pour décider un lecteur de consacrer ou non du temps à votre script. Il est donc d’une importance capitale pour le devenir de votre scénario que ce pitch ou logline soit proprement construit.
Plus votre pitch ou logline paraîtra professionnel et plus cet aspect semblera paraître dans votre scénario.
Mais bien plus qu’une simple impression, un pitch bien construit induit que le script l’est aussi et c’est un gage de qualité qui donne envie de le lire.

Une accroche

La chose la plus vitale pour votre script est que le pitch soit accrocheur. Il peut l’être par l’embryon d’une intrigue, par une certaine ironie, un concept ou un sujet qui attire l’attention. Une accroche, ce n’est rien d’autre que de capter l’attention, d’exciter la curiosité et de provoquer l’envie d’en savoir plus.
Le pitch doit contenir quelque chose d’excitant qui incitera le lecteur à décider de vous consacrer du temps.

Et l’accroche n’a pas nécessairement besoin d’être une promesse de grandes choses. Que ce soit de pénétrer par effraction dans l’esprit des gens et y voler des informations ou bien un homme qui se retrouve coincé dans un cercueil sans comprendre comment il a pu en arriver là, l’idée est que le pitch ferre notre attention et nous tire vers le script.

Bien sûr, ce dernier n’aura tout au plus qu’une dizaine de pages pour convaincre mais sans l’accroche préalable du pitch, ces 10 premières pages n’auront pas même la chance d’être lues.

Par exemple, si le pitch consiste en un ado qui doit sauver le mariage de ses parents, reconnaissez que le concept est plutôt banal d’où un  manque de promesses.
Il inspire peu de débouchés. Par contre, si ce même adolescent se retrouve coincé dans le passé et doit trouver le moyen pour que ses parents se rencontrent sinon il cessera d’exister, voilà un pitch lourd de promesses et d’une ironie certaine qui donne envie de découvrir comment le scénario aura traité ce sujet.

Les éléments nécessaires du pitch

Un pitch ou logline devrait contenir au moins trois éléments :
– le personnage principal. Il est inutile de lui donner un nom dans le pitch par contre, il est très intéressant de donner un indice sur sa personnalité,
– l’objectif principal de ce protagoniste, son but ultime dans cette histoire,
– et le conflit majeur qui empêche le protagoniste d’atteindre son but.

Par exemple :
Une ballerine perfectionniste doit s’entraîner pour le rôle le plus important de sa carrière tout en luttant contre une rivale talentueuse et dangereuse qui brigue le rôle.
Ainsi sont présentés à la fois la protagoniste et son antagoniste. Toutes deux sont qualifiées (l’une est perfectionniste, l’autre est talentueuse et dangereuse), l’objectif de la ballerine est précisée (elle se bat pour le rôle le plus important de sa carrière) et le conflit majeur est instillée par l’antagoniste qui brigue le même rôle.

L’idée de l’histoire n’est pas le pitch. Prenez par exemple, Snowpiercer, le transperceneige de Joon-ho Bong et Kelly Masterson d’après le comic Le Transperceneige de Jacques Lob, Benjamin Legrand et Jean-Marc Rochette, l’idée-force est la survie d’une fraction de l’humanité à bord d’un train après une ère glaciaire apocalyptique.
Et voici le logline tel qu’on le trouve sur IMDb :
Set in a future where a failed climate-change experiment kills all life on the planet except for a lucky few who boarded the Snowpiercer, a train that travels around the globe, where a class system emerges.
Situé dans un futur où une expérience climatique désastreuse a tué toutes formes de vie sur la planète, quelques chanceux survivent à bord du Snowpiercer, le transperceneige, un train qui tourne inlassablement autour du globe et où un système de classes émerge.

Bien sûr, d’autres pitchs sont possibles mais celui-ci contient les trois éléments de base nécessaires. Il est fait allusion au protagoniste et à l’antagoniste parmi les quelques chanceux qui ont embarqué.
Quant à l’objectif du héros et le conflit majeur, ils sont tous deux inclus dans et où un système de classes émerge.
Un système de classes porte en lui des idées de luttes de classes et de révolutions, des idées d’opprimés et d’oppressions. L’opprimé doit vaincre son oppresseur pour gagner sa liberté.

Un autre logline pour Snowpiercer, peut-être moins énigmatique, serait :
Après une apocalypse qui laissa la terre sous la neige, un train appelé le Transperceneige voyage autour du globe avec à son bord les derniers survivants de l’humanité. Cependant, le traitement infligé aux classes les plus basses de cette société déclenche une révolution qui menacera le tissu social établi.
Il a fallu deux phrases pour compléter ce logline mais le sujet est généreux et laisse entrevoir de nombreuses promesses et indéniablement excite la curiosité.

Une idée d’histoire avant tout

Comme vous pouvez le constater, l’idée d’une histoire n’implique pas d’action. Elle est une idée, un substrat sur lequel vous grefferez les éléments structuraux de votre histoire.

Sans que cela soit une obligation, mais l’ironie est un avantage certain dans un pitch. Elle a le mérite de retenir aussitôt l’attention. L’ironie s’installe lorsqu’un personnage et sa situation sont en contradiction l’un avec l’autre.
Par exemple, un avocat qui ne peut pas mentir (Menteur, menteur), un roi qui souffre de bégaiement (Le discours d’un roi), un super héros alcoolique (Hancock).

Quelques exemples de pitch qui présente le personnage principal, son objectif et la source du conflit annoncé.

A l’orée de la seconde guerre mondiale, un professeur d’archéologie aventurier essaie de trouver l’Arche de l’Alliance avant les allemands qui comptent utiliser la puissance de la relique pour s’emparer du monde.
Les aventuriers de l’Arche perdue de Lawrence Kasdan dirigé par Steven Spielberg.

Dans un futur où les criminels sont arrêtés avant que leurs méfaits ne soient commis, un policier mentalement affecté par la mort de son fils prend la fuite afin de prouver son innocence pour un meurtre qu’il n’a pas encore commis.
Minority Report de Scott Frank et Jon Cohen, d’après la nouvelle Rapport minoritaire de Philip K. Dick dirigé par Steven Spielberg.
Notez l’ironie : policier et meurtrier.

Un garçon précoce d’une quinzaine d’années dont la vie est toute consacrée à son école privée se retrouve dans une compétition dangereuse avec l’un des plus célèbres ancien élève pour l’amour d’une professeur.
Rushmore de Wes Anderson et Owen Wilson.

Comment avez-vous trouvé cet article ?

Cliquez sur une étoile

Average rating 4 / 5. Vote count: 1

No votes so far! Be the first to rate this post.

Cet article vous a déplu ?

Dites-nous pourquoi ou partagez votre point de vue sur le forum. Merci

Le forum vous est ouvert pour toutes discussions à propos de cet article

Laissez un commentaire ou Ouvrez un sujet dans le forum

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :