LUKE LA MAIN FROIDE

0
(0)

Luke la main froide (1967)
réalisé par Stuart Rosenberg
écrit par Donn Pearce et Franck R. Pearson d’après le roman de Donn Pearce

Luke la main froide est l’étude émouvante d’un non-conformiste,  anti-héros solitaire qui obstinément résiste à l’autorité et aux institutions. Une des affiches du film portait l’accroche :

« The man…and the motion picture that simply do not conform. »

L’homme… et le film qui simplement ne se soumettent pas.

Avec ce film éclatant, le réalisateur Stuart Rosenberg fit un des films majeurs des années 60, une décade qui vit la montée de protestations contre le pouvoir en place. Le film en fait un de ces thèmes majeurs.
Une réplique du film perdure encore de nos jours :

« What we have here is…failure to communicate. »

Ce que nous avons ici est.. un problème de communication.

Les films de bagne ont une longue histoire dans l’industrie du cinéma. Cependant, l’une des scènes mémorables de Luke la main froide est le concours d’avaleur d’œufs durs qui révèle chez Luke une obstination à prouver comment l’impossible est possible. D’ailleurs, le numéro de prisonnier de Luke (37) est une référence à L’Évangile selon Saint Luc (le verset 37 du chapitre 1 : « Car rien n’est impossible à Dieu »).

Un récit riche de symbolisme religieux

Le récit est riche de symbolisme religieux avec des références et une imagerie qu’il assume en filigrane. Luke a d’ailleurs été vu comme une figure moderne messianique, ministre d’un groupe de disciples refusant de céder à l’oppression.

Car rien n'est impossible à Dieu
Car rien n’est impossible à Dieu

 Le thème du film :
Un nouveau venu transforme les détenus d’un bagne et se sacrifie à la fin.
ressemble à celui du héros de Vol au-dessus d’un nid de coucou de Milos Forman. Il est aussi facile de rapprocher ce thème du sacrifice du Christ sur la Croix.

Lors de la scène d’ouverture (dans le sud des Etats-Unis en 1948), Lucas Luke Jackson est arrêté pour le délit mineur d’ivresse sur la voie publique et de destructions de parcmètres au cours d’un acte provocateur de rébellion.
Pendant que, négligemment, il sectionne les têtes des parcmètres, l’un d’entre eux affiche le message VIOLATION. Cette scène nous prépare à son arrestation imminente. Au moment de celle-ci, Luke se moque des agents en leur faisant une grimace.

Cette scène d’ouverture tient en une page du scénario et elle résume à elle seule la personnalité de Luke. Bien que la destruction des parcmètres pourrait être mise sur le compte d’une personne en état d’ivresse, elle rend tangible le ressentiment de Luke envers des personnes qui l’ont trompé dans le passé.
Luke imagine les parcmètres comme ses ennemis et il les abat d’une manière à la fois puérile et empreinte d’une réelle amertume.

Luke personnifie les parc mètres pour soulager ses problèmes qu'il ne peut résoudre.
Luke personnifie les parc mètres pour soulager ses problèmes qu’il ne peut résoudre.

 Vétéran couvert de médailles, rétrogradé puis finalement libéré, Luke a toujours combattu le système et perdu.

« I was just passin’ time, Captain. »

Je passais juste le temps, Capitaine

Bien sûr, son esprit individualiste et violent s’avérera incompatible avec l’environnement du bagne et ses règles strictes, ses gardiens et sa discipline excessive.
L’un des gardiens, Carr, ressent immédiatement le mépris froid qu’affiche Luke

« I hope you ain’t gonna be a hard case. »

J’espère que tu ne vas pas être un dur à cuire

Tout dans le comportement de Luke montre son anticonformisme.

Comme le fait de garder en bouche la cuillère.

Luke tourne en ridicule Dragline lors du combat qui les oppose continuant obstinément à se battre sans se rendre. Cette punition brutale et sanglante que lui inflige Dragline, Luke la supporte d’abord pour amuser la galerie mais toujours se relevant après chaque coup le menant ainsi vers sa propre mort.
Rebuté par l’attitude de Luke, la considérant comme stupide, Dragline implore Luke de ne plus se relever afin de ne pas être tué.

Dragline: Stay down. You’re beat.
Luke: You’re gonna have to kill me.

Dragline : Reste au sol. Tu es battu.
Luke : Tu vas devoir me tuer.

L'attitude auto-destructrice de Luke finit par emporter le respect des autres prisonniers.
L’attitude autodestructrice de Luke finit par emporter le respect des autres prisonniers.

En ne se soumettant pas, Luke remporte le combat lorsque Dragline abandonne le terrain alors que physiquement plus fort, il aurait pu l’achever. La volonté de fer de Luke emporte aussi le respect de Dragline et des autres prisonniers.

Un autre moment important qui nous éclaire davantage sur la personnalité de Luke est lorsque les prisonniers sont autorisés à se protéger de la pluie au camion. Luke lève les yeux et gesticule vers les cieux.
Dans une conversation avec Dieu, Luke défie le pouvoir de Dieu contre la nature et sa propre vie. Il en conclue que l’existence de Dieu est contestable ;

Luke: Let him go. Bam, Bam.
Dragline: Knock it off, Luke. You can’t talk about Him that way.
Luke: Are you still believin’ in that big bearded Boss up there? You think he’s watchin’ us?
Dragline: Get in here. Ain’t ya scared? Ain’t ya scared of dyin’?
Luke: Dyin’? Boy, he can have this little life any time he wants to. Do ya hear that? Are ya hearin’ it? Come on. You’re welcome to it, ol’ timer. Let me know you’re up there. Come on. Love me, hate me, kill me, anything. Just let me know it. (He looks around) I’m just standin’ in the rain talkin’ to myself.

Luke questionne l'existence de Dieu en interpellant son pouvoir.
Luke questionne l’existence de Dieu en interpellant son pouvoir.

Luke : Laisse-le partir. Bam, Bam.
Dragline : Laisse tomber, Luke. Tu ne peux pas parler de Lui comme çà.
Luke :Tu crois encore en notre Bon Berger là-haut ? Tu crois qu’il nous regarde ?
Dragline : Viens ici. Tu n’as pas peur ? Tu n’as pas peur de mourir ?
Luke : Mourir ? Mec, Il peut avoir cette petite vie quand il veut. T’as entendu çà ? L’as-tu entendu ? Allez, tu peux la prendre, l’ancêtre.  Fais-moi savoir que tu es là-haut. Allez, Aimes-moi, Détestes-moi, Tues-moi, n’importe quoi. Fais-le moi simplement savoir.
(il regarde autour de lui)
Je me tiens seulement sous la pluie à me parler à moi-même.

Il est difficile de maintenir un site comme Scenar Mag. Pourtant, notre volonté à partager des connaissances (car la connaissance se donne) est inébranlable depuis 2014. Néanmoins, si vous pouviez nous montrer votre intérêt en commentant les articles, en participant au forum, en faisant un don de temps en temps, vous vous aiderez tout en nous aidant. Notre but est de vous aider dans tous vos projets d’écriture. Ne restez pas indifférents envers cette initiative. Faites un don. Merci

Comment avez-vous trouvé cet article ?

Cliquez sur une étoile

Average rating 0 / 5. Vote count: 0

No votes so far! Be the first to rate this post.

Cet article vous a déplu ?

Dites-nous pourquoi ou partagez votre point de vue sur le forum. Merci

Le forum vous est ouvert pour toutes discussions à propos de cet article

Laissez un commentaire ou Ouvrez un sujet dans le forum

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :