Dramatica

DRAMATICA : LA THÉORIE EXPLIQUÉE (59)

Nous avons vu dans l’article précédent que la prémisse traditionnelle serait un outil bien mal taillé pour ne donner autre chose qu’une idée générale d’une histoire.
Le concept d’argument thématique tel que le voit Dramatica est exploré à travers un conflit thématique. La théorie a dénombré 64 éléments tels que Self-Interest. On peut admettre que ces éléments sont comme des standards (ou des signifiants) dont la valeur (le signifié) peut varier. Ainsi Self-Interest est relatif à l’individualité en général. Cependant, l’auteur peut donner une importance plus ou moins forte à l’individualité lors de l’exposition du conflit thématique.

Prenons par exemple deux personnages. L’un d’entre eux se caractérise par un amour propre assez prononcé. Il est impatient d’accumuler des biens matériels ou d’avoir un statut social qui le démarquerait de ses semblables. Dans l’argument thématique que nous cherchons à mettre en place, il sera Self-Interest.

Pour que l’argument thématique fasse sens, nous devons lui trouver un second terme. Dramatica a mis en place des quaternités. Dans chacune de ces quaternités, nous avons deux standards qui sont reliés par une diagonale.
C’est un lien dynamique qui indique une opposition. Ainsi, le lien dynamique qui va venir s’opposer à Self-Interest et que Dramatica désigne comme le contrepoint est Morality.Notre second personnage illustrera le standard Morality. Ainsi, nous pourrions en faire un être essentiellement tourné vers la spiritualité.
C’est-à-dire que pour notre propos, il préfèrera l’amour de Dieu à celui des choses terrestres.
Maintenant, nous supposons que chacun de ces personnages a un objectif. Self-Interest cherchera à s’accaparer un tableau d’une grande valeur pour le joindre à sa collection personnelle qu’il garde farouchement loin du regard des autres. Pourquoi fait-il cela ? parce que posséder cet ultime tableau de grande valeur symbolique répond à son besoin compulsif d’une exigence de statut social.

L’autre personnage peut avoir un objectif différent ou bien le même objectif. Supposons qu’il possède ce tableau mais ne veut pas le céder. Ni pour de l’argent, ni devant les menaces.
Au contraire, il veut en faire don au Vatican pour qu’il soit exposé pour rappeler au monde que la Cité de Dieu (ce serait le nom du tableau) est la seule voie véritable d’accès à la vérité.

L’auteur doit choisir pour chacun de ces deux personnages quel sera le degré de satisfaction de son objectif et le degré de complétude que cela apporte au personnage. Par exemple, il peut décider que le personnage illustrant Self-Interest réussira à obtenir le tableau d’une manière ou d’une autre.
Mais sur le plan personnel, cette acquisition lui fera comprendre à quel point il est seul dans sa tour d’ivoire. Pour Dramatica, cette conclusion est alors une tragédie personnelle.

Une autre conclusion possible est de démontrer que le personnage illustrant Morality parvient à déjouer toutes les tentatives de Self-Interest pour s’emparer du tableau et une fois que celui-ci est exposé au Vatican, nous pourrons comprendre le message d’espoir et d’amour qu’il apporte au monde. C’est une conclusion de l’argument thématique que Dramatica nomme un Happy Ending.

Pour la théorie, cette approche de l’argument thématique correspond bien mieux au flux organique de l’impact émotionnel de l’histoire (par flux organique, j’aime à y comprendre le mouvement et la judicieuse organisation de tous ces rouages dramatiques qui assurent le fonctionnement d’une histoire).
L’émotion (ce que Dramatica désigne par impact émotionnel sur le lecteur) est un vecteur important de la fiction. C’est parfois un processus hors du contrôle de l’auteur mais quoi qu’il en soit, le thème aussi est capable de porter et de transmettre une émotion.

L’approche de l’argument thématique tel que le conçoit Dramatica est très pratique comme guide créatif pour l’auteur.

Le concept du Storyform
Comment tout ceci s’assemble ?

Lors du chapitre 14, nous avons parlé des préoccupations. Chaque ligne dramatique possède sa propre sphère de préoccupations et une histoire devrait examiner chacune de ces sphères afin d’explorer correctement son thème.
Au cours de ce même chapitre, nous avons aussi abordé le concept des appréciations. Nous considérons que les appréciations sont une manière de voir un problème selon un point de vue thématique.

Nous avons présupposé avec la théorie Dramatica que ces appréciations thématiques  intervenaient au niveau des lignes dramatiques, des types de classe, des variations de ces types et pour finir au niveau des éléments de caractérisation des personnages.
Et que chacune de ces appréciations thématiques devaient être examinées une par une afin que l’histoire soit réputée complète (c’est-à-dire que tous les rouages dramatiques fonctionnent ensemble).

Ces appréciations peuvent apparaître assez indépendantes les unes des autres, chacune portant sa propre signification qui a besoin d’être déterminée et développée. Cependant, cette approche est assez trompeuse parce que la signification de chaque appréciation est due en partie à son individualité (elle existe en soi) et en partie par sa relation aux autres appréciations (sans quoi l’ensemble ne peut fonctionner correctement).

La nature de chaque appréciation spécifique impacte la façon de percevoir toutes les autres appréciations qui sont convoquées dans une histoire particulière. Lorsque toutes les appréciations que l’auteur a voulues pour son histoire sont arrangées de manière particulière pour cette histoire, cela décrit la structure sous-jacente de cette histoire (cet arrangement spécifique ne concerne que cette histoire).

Ne nous voilons pas la face, la complexité des liens entre toutes les appréciations rend la chose difficile à gérer. En plus des liens évidents entre les domaines, les préoccupations et les portées (voir le chapitre 14), le réseau de relations dramatiques entre les appréciations pour une histoire particulière complique la cohérence de l’entreprise.

Depuis le chapitre 12, nous avons traité du thème comme élément de structure. Ce qui a essentiellement consisté à cataloguer les différents éléments qui constitue la structure d’une histoire. Dans les prochains chapitres, nous explorerons plus en détail comment créer une histoire consiste à déterminer quelles sont les relations qui existent entre les différentes appréciations sollicitées dans cette histoire.

Nous vous invitons à continuer la lecture de ce chapitre dans le prochain article.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.