Dramatica

DRAMATICA : LA THÉORIE EXPLIQUÉE (32)

Continuons la traduction du chapitre 12 de la théorie narrative Dramatica sur les éléments de structure et en particulier le thème.

Sommaire
DRAMATICA : LA THÉORIE EXPLIQUÉE

Nous avons vu que pour comprendre la nature du problème soulevé par l’histoire (ou Story’s Mind), Dramatica définit quatre classes :

Dramatica

Chacune de ces classes se subdivise elle-même en quatre types de problèmes :

Dramatica


En quelque sorte, Dramatica tente d’affiner le grain du problème si vous me permettez cette analogie.

Ramenez le Story’s Mind aux types permet de mieux l’affiner.
Pour une approche du Story’s Mind (concept important de la théorie, nous vous renvoyons à
DRAMATICA : LA THÉORIE EXPLIQUÉE (3)
DRAMATICA : LA THÉORIE EXPLIQUÉE (21)

Ces types portent plus un sens thématique que les classes qui dépeignent le problème de l’histoire à grands traits pas très pratiques.
Parmi les types que nous avons décrits dans l’article précédent, certains nous seront plus familiers que d’autres. En effet, notre culture a ses propres tendances, parti-pris, préjugés, préférences et aime à se concentrer sur certains types de problèmes que d’autres.

Stephen King expliquait d’ailleurs que les thèmes du fantastique (du moins dans son aspect horrifique) sont étroitement dépendants du contexte historique, social et culturel dans lequel ils survenaient. Les thèmes abordés dans les années 1950, par exemple, ne peuvent être les mêmes que ceux traités de nos jours (ou du moins auront moins d’impact s’ils étaient traités de nos jours).
Bien sûr, si leur actualité se restaurait, ils feraient de très bons sujets pour des histoires.

Cependant, lorsque nous comparons les types d’une classe à ceux des autres classes, nous pouvons nous rendre compte que le tableau ne renvoie pas à un contexte social, historique ou culturel particulier. Il se présente davantage comme un ensemble neutre de sous-catégories de sorte que le type de problème qu’un auteur souhaite abordé soit traité avec une égale valeur.

Une des toutes premières choses que nous pouvons concevoir des types est que la position d’un type à l’intérieur d’une quaternité (par exemple, la quaternité Universe regroupe les quatre types : Past, Progress, Future, Present) a une influence sur la nature du type.
Une nature qui est réfléchie par le mot qui la désigne.
Par exemple, dans l’angle supérieur gauche de la classe Universe, nous trouvons le type Past. Et dans l’angle supérieur gauche de la classe Mind, nous trouvons le type Memory.
Ainsi, l’équilibre du tableau peut être facilement illustré par l’énoncé que Past est à Universe ce que Memory est à Mind.

Past peut être considéré comme une vue objective du passé alors que Memory en serait une vue subjective. Nous pouvons ainsi percevoir la relation qui unit ces deux types.
Et une relation similaire fonctionne avec tous les types présents dans le tableau et s’ordonne selon la position des types dans chacune des quaternités comparée entre quaternités.
C’est ainsi que Dramatica explique les classes pour définir la nature du problème soulevé par l’histoire et la nécessité de chacune de ces classes dans cette définition.

Dramatica estime que cela aide vraiment pour commencer à percevoir le problème de l’histoire de ruminer ce type de comparaison en examinant le tableau. Des motifs de relations commencent à émerger et le processus de choisir une classe et un type de problème qui est au cœur du thème de l’histoire en devient presque un jeu.

Chaque ligne dramatique illustre une préoccupation

Pour le concept de ligne dramatique selon la théorie Dramatica, nous vous conseillons la lecture de
DRAMATICA THROUGHLINES

DRAMATICA : LA THÉORIE EXPLIQUÉE (3)

Les lignes dramatiques sont donc des points de vue différents sur l’histoire. Choisir le type qui sera le plus évident pour une ligne dramatique met en place le genre de préoccupations qui sera le plus important selon ce point de vue.
Pour démontrer comment cela fonctionne, Dramatica propose l’exemple de Star Wars.

La préoccupation au cœur de l’Objective Story : Doing

Voir l’article précédent pour la définition du type Doing.
Doing, c’est s’engager dans une activité.
L’Empire construit l’Étoile de la Mort et cherche à localiser les rebelles.
Les rebelles, quant à eux, tentent de préserver secrète leur base.
Le contrebandier Han Solo essaie de livrer ses passagers à Alderaan afin de recevoir l’argent qu’il a besoin pour rembourser ses dettes.
Et quant au passager, ils tentent de remettre entre les mains des rebelles les plans de l’Étoile de la Mort afin qu’une attaque puisse être planifiée contre l’Empire.

La préoccupation au cœur de la ligne dramatique du personnage principal : Progress

Voir l’article précédent pour la définition du type Progress.
Progress désigne la manière dont les choses se font (ou se défont).
Luke, le personnage principal, est constamment angoissé par la manière dont les choses évoluent. Comme il le dit lui-même : A cette vitesse, je ne quitterai jamais ce rocher !
Il est impatient et jamais satisfait de la façon dont les choses évoluent.

Lorsqu’il peut enfin quitter Tattooine, sa préoccupation se déplace sur son devenir de chevalier Jedi, sur la durée de son entraînement.
Lorsque Obi Wan est tué par Darth Vader, la perte que ressent Luke emplit son âme par la douleur d’avoir perdu un ami et un tuteur.
Après avoir rejoint le camp des rebelles, il s’inquiète des préparations de l’attaque contre l’Empire et finalement, il a encore des doutes sur ses qualités de pilote dans le combat contre l’Etoile de la Mort.
Progress qui est au cœur de la définition de ce personnage permet de traduire en actes (donc en images) le manque de confiance en soi qui caractérise Luke.

La préoccupation au cœur de la ligne dramatique de l’Influence Character : Preconscious

Voir l’article précédent pour notre interprétation de Preconscious.
Preconscious désigne une réponse immédiate.
Selon l’idéologie que développe Star Wars, pour ne faire qu’un avec la Force, un individu doit complètement renoncer à lui-même et laisser la Force agir à travers lui.
C’est ainsi que la Force peut alors équilibrer les réponses immédiates et irréfléchies, les réflexes instinctifs et permettre à l’individu de devenir une puissance imbattable aussi bien du côté du bien que de celui du mal.

Ce point de vue est celui de Obi Wan Kenobi. Notez que notre interprétation de Preconscious se situe au niveau de l’individu. L’exemple que donne Melanie Anne Phillips place Obi Wan dans le dogme de la Force.
Ce dernier voit le problème décrit par Preconscious chez tous les individus. En suivant les préceptes de la Force, ce problème peut être surmonté.
Et les efforts que fait Obi Wan dans ce sens impactent tous ceux autour de lui et en particulier Luke.

La préoccupation au cœur de la ligne dramatique de la Subjective Story : Being

La Subjective Story est par ailleurs dénommée la ligne dramatique de la relation entre le personnage principal et son Influence Character.

Quant à Being, nous vous renvoyons à l’article précédent.
Being consiste à adopter temporairement un mode d’être.
Obi Wan veut que Luke soit un étudiant sérieux de la Force. Mais Luke est impatient d’être un héros et il ne comprend pas quel bien cette étude quasi monastique peut lui apporter.
C’est ainsi que débute l’arc dramatique de leur relation.
Luke, en garçon de ferme, n’est pas du tout synchrone avec sa véritable nature que Obi Wan a déjà perçue chez Luke. Obi Wan sait que Luke est fils de Jedi et il essaie de le manipuler (à ne pas prendre dans un sens péjoratif) afin de le sortir de ce qu’il n’est pas.

Nous continuerons à détailler dans le prochain article les classes, les types et les variations pour chacun des types.

 

Avez-vous trouvé cet article utile ?

Cliquez sur une étoile pour voter

Average rating / 5. Vote count:

Nous sommes désolés que cet article ne vous a pas été utile

Aidez-nous à améliorer cet article

Poster un Commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de