L’ÉMOTION CONCRÈTE

5
(1)

Pour s’assurer que le lecteur/spectateur s’intéresse au récit à venir, le personnage principal est la clef. L’astuce dramatique consiste à révéler d’une façon ou d’une autre l’intériorité des personnages. Révéler l’intériorité d’un personnage d’une manière qui semble naturelle, mais qui résonne puissamment chez un lecteur et une lectrice est l’une des tâches les plus difficiles de l’auteur et de l’autrice de fiction.

Un lien émotionnel

Compte tenu de la puissance du lien émotionnel entre le lecteur/spectateur et le personnage et de la sensation de néant que peut engendrer un récit sans ce lien, il est essentiel que l’autrice et l’auteur comblent la distance entre le lecteur/spectateur et le personnage de manière subtile et discrète (du moins la plupart du temps) afin de ne pas attirer l’attention sur le travail d’écriture pour ne pas briser le monde fictif du récit.
Dire qu’un personnage est triste ou heureux ou anxieux ne suffit pas. Cette exposition basique échoue à rendre compte de ce sentiment et partant, à éclairer des aspects de mes propres expériences que je ne comprends pas encore ou que je ne peux pas encore exprimer.

C’est-à-dire que la visée d’une telle description est de nous permettre en tant que lecteur/spectateur d’éprouver le récit, d’en faire l’expérience, de procurer une nuance d’expérience émotionnelle pour nous attirer et nous retenir dans le récit auprès du personnage.

Comment exprimer l’émotion ? Par le biais de la subjectivité. C’est plus difficile qu’une évidence parce que ce que l’autrice & l’auteur doivent prendre en considération est comment un personnage donné perçoit la situation dans laquelle il est jeté, c’est-à-dire une perception fondée sur son état émotionnel.
Par exemple un personnage devient l’héritier d’une petite fortune et depuis la fenêtre de son appartement, il contemple sa voiture. Considérez maintenant la même scène mais le personnage a entre les mains la lettre d’un huissier qui lui signifie son expulsion, le regard ne sera plus chargé de la même émotion. Ce que nous ressentons est ce regard mais si le comment de ce regard n’est pas explicité (et il peut l’être au préalable : l’héritage ou la lettre d’expulsion sont déjà connus ou bien ce regard est anticipé et nous en connaîtrons l’explication plus tard dans le récit), l’émotion ne s’installe pas.

Les passions sont abstraites et ne se communiquent qu’en les rendant concrètes. Ce jeune homme qui contemple une jeune femme sur son vélo ne se contente pas d’observer le jeu de ses jambes ; le mouvement traduit son émotion et nous y succombons aussi. Cela permet d’explorer l’intériorité à un niveau plus profond que ce que permet la simple exposition.
C’est à un paysage intérieur auquel nous sommes conviés : le cœur humain en conflit avec lui-même.

Votre générosité nous aide et est vraiment apprécié. Merci

Comment avez-vous trouvé cet article ?

Cliquez sur une étoile

Average rating 5 / 5. Vote count: 1

No votes so far! Be the first to rate this post.

Cet article vous a déplu ?

Dites-nous pourquoi ou partagez votre point de vue sur le forum. Merci

Le forum vous est ouvert pour toutes discussions à propos de cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.