SUR L’OBJECTIF

5
(1)

Ce qui fait vivre une histoire, ce sont ses personnages. C’est moins évident qu’il n’y paraît. Mais s’ils ont une volonté et qu’ils soient suffisamment motivés pour réaliser le but qu’ils se sont fixés, ils participeront sûrement au momentum de votre intrigue.

Opposez les objectifs de vos personnages les uns aux autres ou bien faites en sorte que vos personnages luttent avec eux-mêmes lors d’un conflit entre le désir qu’ils affichent et le comblement d’un besoin dont ils n’ont souvent pas conscience.

Mais quels buts ?

La problématique pour les autrices et les auteurs est de savoir quels seront les buts qui serviront efficacement à la fois les personnages et le récit. Est-ce que votre dramatis personæ (l’ensemble de vos personnages) nécessite d’être motivée à agir pour tel ou tel objectif ?

On peut considérer un récit comme un ensemble de forces mises en œuvre. L’une de ces forces est le conflit qui soulève la question dramatique de savoir si tel ou tel personnage parviendra ou non à obtenir ce qu’il veut (qui peut être aussi bien d’acquérir que de se débarrasser de quelque chose de matériel ou de spirituel).

Certains personnages se verront attribuer par principe (c’est-à-dire qu’on ne cherchera pas à expliquer pourquoi) un objectif. Cependant, si vous désignez un personnage comme principal, la structure de votre récit entre en jeu et pour définir cet objectif particulier, la nécessité d’un incident déclencheur se fait jour.

La force qui anime votre personnage principal est certainement déjà en lui mais si bien enfouie qu’il l’ignore encore. L’incident déclencheur sera l’événement qui amorcera ce mouvement. Il faudra d’ailleurs s’y reprendre à deux fois car le personnage doute ou hésite à s’engager. Le passage dans l’acte Deux se fera par une prise de conscience. Et l’intrigue sera lancée.

Parce qu’un personnage a une intention, il est actif dans les situations conflictuelles : il les provoque et les résout. Cela est pour les conflits externes.

Plus sérieux (et plus passionnant à lire comme à écrire) est le conflit interne : celui qui se crée entre un désir (externe) et un besoin (interne). Ou bien entre deux besoins qu’il est difficile de hiérarchiser.

Une opposition externe & un dilemme

Lorsque vous fixez un désir à un personnage, il existe nécessairement une opposition. A tout protagoniste, un nécessaire antagonisme.

Considérons N’oublie jamais. Allie doit choisir entre épouser un homme riche et de sa classe sociale ou décider de suivre celui qu’elle aime mais qui est d’une classe inférieure (dans les années 1930, cela avait une importance aussi bien en Europe qu’aux États-Unis).
Son désir de répondre aux conventions de sa classe s’oppose à son besoin de combler le vide que cette classe n’a cessé de creuser en elle. Un dilemme se fait jour en elle : doit-elle se conformer ou bien fait-elle table rase de ce qu’on attend d’elle (ce qui représente un risque) et se livrer toute entière à sa passion ?

Dans d’autres histoires, c’est un préjugé, un mensonge que l’on se fait à l’encontre de soi-même qui représente le plus grand obstacle, donc le conflit. Par exemple, un vécu, des expériences passées ont fait qu’un personnage se trouve détestable. Son désir est de maintenir cette image en refusant toute relation amoureuse parce qu’il est persuadé qu’il ne peut être aimé (il sera nécessaire néanmoins qu’on comprenne la raison de cette attitude pour se saisir du personnage, comprendre et non interpréter sa psyché. Car dans un tel cas, il ne peut en être seulement ainsi).

Le besoin néanmoins que le personnage nie (notre réalité ou notre âme humaine est ainsi faite) est de prendre un risque sur l’amour, de se laisser approcher, de se laisser aimer. L’arc dramatique d’un tel personnage (son évolution personnelle au cours de l’intrigue) consistera donc à ce qu’il change de point de vue sur lui-même car c’est seulement en répondant favorablement à son besoin et non pas en le reléguant dans les tréfonds de son inconscience (dans laquelle il réside déjà) qu’il trouvera le bonheur.

Déterminer le désir & le besoin

Lorsque vous travaillez sur la fiche d’un personnage, envisagez comment vous le voyez à la fin du récit. Réussira t-il à accomplir ce dont il avait l’intention, aura t-il vécu cette expérience qu’il recherchait, aura t-il compris la valeur d’une idée comme la compassion ou le pardon ?

Ce sera lors de l’exposition de ce personnage que vous déterminerez cette intention, cette expérience ou cette idée qu’il poursuit.

Ainsi, vous établissez un désir avec deux issues possibles : échec ou triomphe. Nous y reviendrons. Il faut s’assurer que l’échec ou le triomphe s’aligne avec la volonté de votre personnage principal. Lançons un brainstorming :

  • Est-ce qu’un personnage antagoniste échouera si votre héros ou votre héroïne triomphent ? Réfléchissez alors à l’objectif qui permettrait à votre antagoniste de créer un conflit qui entraverait la marche vers la réussite de votre héros ou de votre héroïne.
  • L’objectif de votre personnage change-t-il parce que son objectif initial était mal fondé ? Si c’est le cas, réfléchissez à ce que le personnage voulait à l’origine et aux nouvelles informations qui le conduiraient à adopter une mission alternative.
  • Si vous considérez une peur ou une fausse croyance pour votre personnage principal qui l’empêche de combler un manque en lui, quel désir serait la manifestation qui cache la réalité profonde ?

Travailler le désir et le besoin de ses personnages est une activité qui prend du temps. Écrire est un processus long.

Un objectif engendre l’action. On peut avoir certaines ambitions mais celles-ci sont fragiles, elles manquent de consistance et on peut être prompt à les laisser se résorber dans le quotidien. Au contraire, on s’accroche à un objectif.

Mettre en place un objectif pour le personnage principal, c’est le placer au vu et su de tous : lecteurs, lectrices et personnages. La quête de cet objectif constitue en elle-même une ligne dramatique. Cet objectif pour être puissant et autoriser un personnage à s’arc-bouter sur sa réalisation ne se suffira pas à lui-même s’il n’est pas accompagné par des enjeux conséquents.

Ce n’est pas tant l’objectif qu’il faut justifier mais la quête. Quelles sont les raisons qui font agir votre personnage ?

L’arc dramatique

Quel que soit l’objectif qu’il poursuit, un personnage évolue. Soit il change totalement de personnalité (en quelque sorte, il devient un être meilleur), soit il fait de ses doutes des convictions. S’il échoue sur son objectif mais qu’il réussisse cependant sa transformation, il sera triomphant. S’il réussit son objectif mais ne parvient pas à changer au cours de ce processus, il en ressentira une grande amertume ; s’il ne parvient ni à s’épanouir au cours de son aventure, ni à réaliser la moindre once de son objectif, vous écrivez une tragédie.

Au contraire, s’il est triomphant sur les deux plans, vous écrivez une comédie. L’objectif participe à l’évolution personnelle de votre héroïne ou de votre héros soit en les aidant à ouvrir les yeux sur leur véritable nature (le plus difficile est de se libérer de ses propres contraintes), soit en entravant cette possibilité qui leur est offerte de devenir autre ou en cherchant à les maintenir dans l’erreur ou l’illusion.

Le combat contre l’adversité peut rendre plus brave et plus sûr de soi ou bien la détermination farouche à s’élever socialement peut nous laisser seul et désespéré. Les issues des arcs dramatiques sont multiples et un même objectif peut conduire à des issues variées ; le fait est que le trouble émotionnel du personnage est le cœur de son histoire, le lien humain qui donne aux lecteurs et aux lectrices une raison de s’intéresser à lui.

Un objectif présuppose une immédiateté qui est elle-même une urgence. Pour qu’il ait du sens, c’est-à-dire pour que nous le comprenions, en tant que lecteurs, il nous faut appréhender ce pourquoi le personnage principal se fixe cette mission dans l’acte Un ; sa décision de s’engager véritablement dans cette quête marque le passage dans l’acte Deux.
Les lecteurs comprennent ce qui est en jeu si le personnage n’atteint pas son objectif (ou s’il se rend compte de sa propre nature défectueuse). Plus important encore, la pression exercée sur vos personnages pour qu’ils atteignent leurs objectifs les pousse à agir, ce qui débouche sur un conflit passionnant.

Notre combat à nous est de rester à vos côtés encore longtemps pour vous donner le plus possible d’informations pertinentes afin que vous réalisiez vos rêves d’écriture. Pour nous maintenir à vos côtés, nous avons besoin de vos dons (et quelques euros suffisent). S’il vous plaît et si vous le pouvez, faites un don. Ce serait grandement apprécié. Merci

Comment avez-vous trouvé cet article ?

Cliquez sur une étoile

Average rating 5 / 5. Vote count: 1

No votes so far! Be the first to rate this post.

Cet article vous a déplu ?

Dites-nous pourquoi ou partagez votre point de vue sur le forum. Merci

Le forum vous est ouvert pour toutes discussions à propos de cet article

Laissez un commentaire ou Ouvrez un sujet dans le forum

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :