LE PLAN

5
(2)

Est-ce qu’élaborer un plan de son projet avant le processus d’écriture proprement dit de ce projet risque de faire perdre toute spontanéité dans le travail de l’autrice ou de l’auteur ? Il serait dommageable de penser ainsi.

Suivre un cadre préconçu sur lequel le récit peut se construire donne paradoxalement à l’autrice et à l’auteur une plus grande liberté. Et celle-ci ne mène pas à l’abandon de projet qui, sans un minimum de contraintes, finissent par perdre ceux qui l’écrivent.

Trop de matériaux tue le matériau

Sans un plan, l’esprit brouillon jette sur le papier beaucoup de choses qui peuvent être très bonnes en soi mais qui, décidément, n’appartiennent pas au projet en cours.

Faire un plan de son projet permet de comprendre le fonctionnement du récit avant de le rendre concret à travers l’action et les dialogues. Des évidences autrement cachées apparaissent dans le plan.

Poser les grandes lignes d’un récit peut se faire progressivement lorsqu’on réfléchit par exemple à ses personnages. Définir ses personnages en posant ses idées dans autant de fiches respectives peut faire surgir des scènes qui apparaissent évidentes et celles-ci seront alors posées dans le plan en construction.

Rien n’est figé. Il est plus facile de changer l’orientation d’un récit lorsque celui-ci couvre quelques pages plutôt que les cent ou cent vingt pages d’un scénario.

Quelle que soit votre approche pour écrire le plan de votre récit, il n’y a plus de crainte (qui entrave la spontanéité) qu’une scène ne s’intègre pas à l’histoire (qui organise à sa manière les événements énumérés dans le récit), et il n’est plus nécessaire de s’embrouiller l’esprit en se demandant où l’histoire pourrait aller et si une scène en cours d’écriture est pertinente ou non.

Il est plus facile d’atomiser un événement en scènes que d’écrire des scènes et chercher ensuite à les assembler pour leur donner une cohésion. Une approche privilégiée serait d’abord de se poser quelques questions sur ses personnages :

  1. Qui est-il et Que veut-il ?
  2. Pourquoi ne peut-il l’avoir ?
  3. Que fait-il alors pour l’obtenir ?
  4. Pourquoi n’y parvient-il toujours pas ?
  5. Que se passe t-il pour lui en fin de compte ?

En répondant à ces questions même partiellement et en y revenant autant de fois que vos réflexions vous y invitent, le synopsis de votre récit se dessine progressivement.
Préparer son projet est un constant travail d’allers et de retours entre la création de vos personnages, les relations qui existent entre eux, les événements qu’ils subissent ou qu’ils provoquent.

Les événements qui sont dans le plan sont vus d’en haut. Le détail des scènes qui rend concret ces événements leur apporte la vie.

Si vous le pouvez, soutenez Scenar Mag. On a tous à y gagner. Faites un don. Merci

Comment avez-vous trouvé cet article ?

Cliquez sur une étoile

Average rating 5 / 5. Vote count: 2

No votes so far! Be the first to rate this post.

Cet article vous a déplu ?

Dites-nous pourquoi ou partagez votre point de vue sur le forum. Merci

Le forum vous est ouvert pour toutes discussions à propos de cet article

Laissez un commentaire ou Ouvrez un sujet dans le forum

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :