L’ENFANT DANS LA FICTION

0
(0)

Écrire de manière convaincante sous le point de vue, sous la perspective d’un enfant n’est pas chose facile. Il faut une certaine habitude.

La toute première question à déterminer est de savoir quel sera votre lectorat. Par exemple, si votre récit est destiné à un public adulte, vous pourriez décrire une situation où l’un de vos personnages sourit et que nous comprenions que sous le sourire se cache une profonde déception.
Cette seconde lecture est accessible à un lecteur ou une lectrice adulte mais pour un enfant qui se rend difficilement sous la surface des choses, il prend celles-ci au premier degré.

Une ironie dramatique

L’intérêt cependant d’user de la perspective d’un enfant permet de créer une ironie dramatique car le lecteur/spectateur adulte possède habituellement une aptitude à comprendre une situation alors qu’un personnage enfant se saisit à fleur de peau des circonstances dans lesquelles il est jeté.
Il s’avère donc important de capturer une perspective et une voie authentiques qui sonneront juste chez le personnage enfant.

Quand on se lance dans un sujet quelconque, il est bon de faire quelques recherches préalables. Ainsi, d’autres auteurs et autrices ont réussi à rendre des personnages enfants tout à fait crédibles. Posez-vous la question de savoir comment ces auteurs et autrices ont procédé. Comment révèlent-ils la personnalité d’un enfant, ses centres d’intérêt et ses jeux ? Comment font-ils parler l’enfant ? Quel est l’âge des enfants dans le récit ? Quelles sont les différences de regard sur le monde entre l’adulte et l’enfant ?

En outre, les enfants ne se comportent pas de la même manière face aux adultes qu’entre eux. Lorsqu’ils interagissent entre eux, c’est souvent plus physique, plus dramatique et évidemment d’une manière plus passionnée.
Sur le plan social, il apparaît qu’un enfant s’inscrit déjà dans des groupes aux préoccupations, aux intérêts et aux manières de s’exprimer différentes.

Ce que l’enfant perçoit

Un attribut important chez l’enfant est la franchise de ses propos (au grand dam des adultes d’ailleurs). Un autre attribut d’importance est sa curiosité naturelle.

Un enfant paraît libre. Il n’a pas encore assez d’expériences qui le retiennent dans des dispositions d’esprit qui le contraignent dans une normalité qui ne lui promet qu’une illusion de confort.

Puis inexorablement vient l’âge où les enfants ou plutôt les adolescents pensent qu’ils savent déjà tout. Les parents sont souvent une source d’ennui plutôt que de conseils. Les adolescents sont plus insulaires et secrets, moins ouverts et plus sarcastiques.

Savoir à qui vous vous adressez aidera à donner à votre écriture un ressenti authentique. A propos d’authenticité, les dialogues dépendent énormément de l’âge des enfants. Les plus jeunes sont limités par le vocabulaire et pour décrire les différentes situations dans lesquelles ils sont jetés ou ce qu’ils pensent ou bien ce qu’ils ressentent, ils peuvent utiliser des mots bien à eux mais ce langage n’est pas simple.

Bien au contraire, les plus jeunes des enfants utilisent des images riches, des analogies surprenantes pour s’exprimer, car ils ne disposent pas d’un vocabulaire développé. Il faut savoir écouter les enfants pour reproduire leurs modèles de pensée.

Les enfants sont aussi différents les uns des autres que le sont les adultes. N’en faites pas des stéréotypes. Plutôt cherchez à comprendre ce qui les rend différents, ce qui les distingue entre eux.

Les enfants associent les nouvelles expériences à ce qu’ils savent déjà. Prenez de la distance avec vos propres expériences et vos connaissances et essayez d’imaginer ce qu’ils pourraient ressentir dans une situation donnée. Comment y trouveraient-ils un sens ?

Lorsqu’un enfant figure dans un récit, il explore le monde de l’histoire avec un regard étonné sur des choses conçues pour répondre aux besoins et aux désirs des adultes.

Pour nous permettre de rester à vos côtés pour vous aider dans tous vos projets d’écriture, faites un don. Merci

Comment avez-vous trouvé cet article ?

Cliquez sur une étoile

Average rating 0 / 5. Vote count: 0

No votes so far! Be the first to rate this post.

Cet article vous a déplu ?

Dites-nous pourquoi ou partagez votre point de vue sur le forum. Merci

Le forum vous est ouvert pour toutes discussions à propos de cet article

2 thoughts on “L’ENFANT DANS LA FICTION

  1. Bonjour Scenarmag + bravo et merci William d’avoir consacré ce moment à l’enfant en tant que personnage.

    Le choix de la tranche d’âge a aussi son importance et personnellement, je serais plutôt partisan de ne jamais exclure ou distinguer les enfants et les adolescents de l’ensemble du public.

    Tout pourrait même résider dans ce défi puisqu’est-il dit “la vérité sort de la bouche des enfants”.

    Surtout que la maturité est loin de n’être exclusive qu’aux adultes …

    Sans pour autant ne se référer en effet qu’à ses propres expériences personnelles, ne jamais oublier cependant qu’une enfance survit toujours en chacun, chacune et dont notamment Ingmar Bergmann invitait à explorer le “studio intérieur” !

    Foncièrement approuvé aussi un scénariste professionnel en exercice, soutenir que mieux que l’imagination, le métier consisterait à ne se consacrer qu’à ce que l’on peut tirer de nos observations de la vie …

    … A l’instar de la formule rappelée sur la photo illustrant (merveilleusement) ton article, William, oserions-nous ajouter “sous le regard de l’enfant” que de préférence, nous déciderions de rester.
    Patrice (ciné7)

Laissez un commentaire ou Ouvrez un sujet dans le forum

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :