UN MAUVAIS GENRE

0
(0)

Pour John Truby, décider du genre dans lequel s’inscrira le récit est la seconde décision la plus cruciale pour le devenir de l’histoire, la première étant l’idée de l’histoire. Quelle que soit la qualité de la prémisse de votre récit, si vous la développez dans le mauvais genre, vous en ferez une prémisse mort-née.

Questions de genres

Une œuvre fictive est le produit de l’imagination. Le genre lui donne un style, un ton, des dispositifs et des éléments narratifs particuliers. Il est alors important de connaître le genre que l’on aborde car lecteurs et lectrices auront certaines expectations quant au récit que l’on se prépare à leur conter.

Ce qui revient à dire que les œuvres d’un même genre partagent certaines caractéristiques. Lorsque certaines scènes quel que soit le genre appuie sur les émotions et la sincérité d’un personnage qui se livre sans détour, nous frôlons même la poésie.
D’autres œuvres s’inspireront des poèmes épiques et toucheront des concepts universels telle Le paradis perdu de John Milton qui conte la chute de Satan et sa quête de vengeance.

La tendance est dans la combinaison des genres rappelle John Truby. Mais la combinaison elle-même est une difficulté supplémentaire. Il ne suffit pas de comprendre ce qu’est une comédie ou le romantisme pour travailler dans le genre (ou plutôt le sous-genre) de la comédie romantique.

Le problème vient du fait que chaque genre possède un héros ou une héroïne particuliers, un antagonisme différent, des thèmes différents. Si l’on ne comprend pas ce que la combinaison de deux ou trois genres (et parfois quatre genres signale Truby) implique, le récit mènera inévitablement au chaos.

Il faut donc savoir comment lier les différents genres sollicités pour créer un ensemble cohérent.

Merci

Comment avez-vous trouvé cet article ?

Cliquez sur une étoile

Average rating 0 / 5. Vote count: 0

No votes so far! Be the first to rate this post.

Cet article vous a déplu ?

Dites-nous pourquoi ou partagez votre point de vue sur le forum. Merci

Le forum vous est ouvert pour toutes discussions à propos de cet article

One thought on “UN MAUVAIS GENRE

  1. Bonjour et décidément bravo, William !

    En effet, la question surgit inévitablement à un moment pas forcément choisi mais tôt ou tard !

    Simplement le prévoir (à défaut de l’anticiper).

    Une fois résolue, la réponse vient même conforter le sujet et la justesse de son propos, de son point de vue.

    Effectivement, un seul genre s’en dégage, même si on peut aussi y introduire des touches d’autres mais que dans l’intention de le colorer.

    C’est un droit de faire rire et pleurer dans un même contenu, autant que de lui ajouter de la tension dans son panel d’émotions.

    La réponse n’incite qu’au discernement et abrite de la confusion.

    Elle reste une porte importante à ouvrir à l’imagination, telle que requise par le sujet …

Laissez un commentaire ou Ouvrez un sujet dans le forum

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :